Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Trois raisons de rester en dehors de Syrie

IMG Auteur
 
Publié le 05 juin 2012
903 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 16 votes, 4,5/5 ) , 12 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
12
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

En matière de politique étrangère, François Hollande est susceptible de différer de Nicolas Sarkozy en style et en ton, mais pas en substance.


L'utilisation de la force contre le régime violent syrien a été évoquée, mais aucune opération militaire n’est susceptible d'être lancée sans prendre en considération les intérêts de la Chine et de la Russie dans la région.


L'approche multilatérale sera probablement l’angle d’attaque à laquelle Paris se tiendra au cours du mandat du Président nouvellement élu.


Mais une erreur multilatérale reste une erreur. On peut compter au moins trois raisons importantes pour que la France reste en dehors de Syrie.


Un manque de vision, de leadership et d’argent


La France n'a pas eu de débat public substantiel en matière de politique étrangère depuis la fin de la guerre froide. Il n'existe pas de matrice décisionnelle qui pourrait aider à estimer à quel moment l'État devrait s'abstenir de, ou au contraire, devrait envisager d’entrer en guerre. Le point de basculement est indéfini, les principes retenus ne sont pas établis, les objectifs sont inconnus.


Pire, ils ne sont pas débattus publiquement lors des élections présidentielles. Il y a une bonne raison à cela : les électeurs français ne se soucient pas de politique étrangère. Un sondage réalisé par Ipsos pour Fondapol souligne que seulement 36% de l'électorat pense que Hollande peut gérer une crise internationale, qu’elle soit diplomatique ou militaire (61% pour l’erratique Sarkozy). L’aventurisme militaire ne fait clairement pas partie du mandat électoral donné au nouveau Président.


Ces mêmes sondages soulignent que celui-ci a été élu pour s'attaquer aux problèmes domestiques : la situation économique problématique, la dette publique, le chômage, la situation des retraites et du système défaillant de sécurité sociale, etc.


L'électorat français a raison de s'inquiéter au sujet de la situation économique intérieure : les caisses de l'État sont vides au moment où il se trouve au milieu d'une crise de la dette publique européenne.


Il ploie sous le fardeau d’une dette publique égale à 86% du PIB d’un pays qui n’a pas vu de budget public en équilibre depuis 1974. L’État français a également le ratio le plus élevé de dépenses publiques de la zone euro : 57% de sa production économique passe entre les mains de l’État et 26% de la population active est fonctionnaire - par rapport à 10% en Allemagne.


Pourtant, ni réduction des dépenses publiques, ni réforme du « marché » du travail, ni libéralisation des secteurs étouffés ne sont à l’ordre du jour.


Résumons. L'État français n'a pas de stratégie claire ou de principes apparents en matière de politique étrangère et d'engagement militaire ; le nouveau président n'a pas été élu pour mener une guerre, mais pour se concentrer sur les problèmes intérieurs ; l'État, croulant sous son endettement public, n’a pas les moyens de financer une guerre.


Comment perdre une guerre


Même si l'État français pouvait penser, mener et financer une guerre contre le régime syrien, les expériences militaires de grands acteurs internationaux - dont les États-Unis - montrent qu'une victoire militaire dans la région est difficile à obtenir et qu'elle ne mène pas nécessairement à la stabilité du pays concerné.


La Syrie est un pays très complexe. L'opposition au régime est fragmentée entre le Comité National de Coordination (CNC), qui veut partager le pouvoir avec le régime actuel, le Conseil National Syrien (CNS) en exil qui rejette tout compromis avec lui, l’Armée de Libération Syrienne (ALS), désorganisée, qui semble vouloir coopérer avec le CNS, les Frères musulmans qui préfèrent que ce soit la Turquie qui intervienne, les Kurdes syriens qui rejettent cette option, etc.  La loyauté politique de la population va à différents acteurs en fonction de leur religion, de leur secte, de leur appartenance ethnique et clanique.


En raison de l'absence des blocs constitutifs de la démocratie libérale dans le pays, tant au sein du régime que de l’opposition, les voies de sorties les plus probables pour le pays ne brillent pas par leur respect de l’état de droit : théocratie, guerre civile ou autocratie.


Une aide de l’État français aux rebelles ne ferait que légitimer le discours du régime syrien selon lequel la révolte en cours est le résultat d’un complot de puissances étrangères dont les États-Unis, Israël et les États du Golfe. Elle pourrait également pousser l’élite sunnite de Damas à se rallier autour d’Assad, manquant ainsi d’affaiblir les soutiens au régime.


Armer les rebelles ou bombarder les forces du régime contribuera à aggraver la situation sans être un moyen de parvenir à un état final pacifique.


Une intervention militaire dans un pays étranger déclenche toujours une cascade de conséquences imprévues et la menace d'un retour de bâton contre la population civile en Syrie et en France est réelle.


Outre le fait qu’une nouvelle opération militaire se traduirait mécaniquement par un adieu à tout espoir de rigueur budgétaire, les guerres étrangères sont toujours un bon moyen pour les gouvernements nationaux de fouler aux pieds leur Constitution et les libertés civiles de leurs citoyens.


Quelques-unes des dernières interventions étrangères américaines se sont mal clôturées, humainement et financièrement, et elles ont aussi portées atteinte à leur autorité morale tout en n’atteignant pas les objectifs souhaités. N’y a-t-il pas eu assez d’échecs de la politique étrangère américaine pour que nous voulions tenter d’en faire à notre tour ?


Paris devrait reconnaître les limites de son autorité et de ses ressources et cesser de s’engager en des guerres inutiles comme en Syrie.


 

 



Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | Chine | France | Russie | Syrie | Turquie | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | Chine | France | Russie | Syrie | Turquie | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (16 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Ne perdez pas trop de temps avec cet article, profitez plutôt du soleil.
Je vais vous le refaire en plus bref, pour gagner du temps.

3 raisons de rester en dehors de Syrie :
- Les camps de réfugiés avec lesquels on voulait vous faire chialer étaient en fait des camps d'entrainement militaire de groupes de terroristes de la même trempe qu'Al Quaïda, équipés, motorisés, transportés, entrainés par l'Europe et les USA. De plus, la plupart des infos sont venues d'UN homme, un mythomane exilé en Grande-Bretagne et tenant ses renseignements par qlqs amis mythomanes restés en Syrie. Et enfin, certaines photos de "victimes des massacres" provenaient d'autres conflits, et d'autres photos ont été prises en sortant des cadavres des morgues. Bref les tueurs, les bouchers...c'est nous.
- On a des dettes énormes sur le dos, sarko n'a jamais été un bon militaire ou stratège comme Napoléon, juste un menteur professionnel qui s'est foutu de la gueule des français pendant 5 ans, et a utilisé tous les stocks de missiles disponibles sur la Libye. Et financer ce conflit ne nous aiderait pas, et c'est un euphémisme, à remettre d'aplomb le budget 2012-2013.
- la Russie est alliée à la Syrie, et donc la Chine également. Donc l'Europe va chier dans son froc, les USA aussi, et tout le monde va gentiment fermer sa gueule et rester chez soi. Rappelez vous que l'Iran aussi devait faire l'objet d'attaques... et hop en finesse on change de sujet, on parle pendant quelques temps d'un accident de téléphérique par ci, le sport par là, cette météo surprenante...

Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
La Suède est toujours une société égalitaire, mais les inégalités y ont augmenté plus qu’ailleurs en Europe. Comme dans le reste de l’Europe, les immigrés, les travailleurs peu qualifiés, et les jeunes – surtout les garçons -, sont les plus mal lotis. Et comme dans le reste de l’Europe, de nombreux fauteurs de troubles faisaient partie de toutes ces catégories.

La Suède délivre chaque année davantage de permis de séjour, contrairement à de nombreux pays européens, où leur nombre est en baisse. Les 110 000 permis de séjour délivrés en 2012 ont été un record. Parmi les réfugiés, on compte désormais surtout des Syriens, des Somaliens, des Irakiens et des Roms.

Dans certains quartiers, 80 % de la population sont des immigrés de première ou deuxième génération et 50 % sont sans emploi, contre 8% dans l’ensemble de la Suède. Un immigré sur quatre ne finit pas sa scolarité. 3% des enfants suédois sont pauvres, contre 40 % des enfants d’immigrés.

La séparation des riches et des pauvres en termes d’habitat existe dans toutes les villes d’Europe. Mais Stockholm a des îles et de vastes zones vertes entre les quartiers, ce qui fait que les classes prospères deviennent presque automatiquement des communautés fermées. Le quartier de Nockeby est plein de villas parfaitement entretenues avec des systèmes d’alarme. En revanche, près de la station de métro Rinkeby, les hommes traînent sur des bancs entre les immeubles.
TIT est dit.
"En matière de politique étrangère, François Hollande est susceptible de différer de Nicolas Sarkozy en style et en ton, mais pas en substance."

Ca ce n'est pas un scoop ! Et c'est le cas dans beaucoup d'autres domaines aussi dès lors que la France, endettée comme elle l'est, n'a plus les moyens de ses ambitions et ce quelles qu'elles soient... à part obéir à ceux qui lui dictent sa conduite.

Moralité, la France obéira à ce que l'OTAN lui dictera de faire le moment voulu... un peu comme les Grecs, peu avant leur déconfiture, sous la pression de lobbies ou autre institution "internationale", ont dû dépénsé des millions d'euros en armement militaire auprès des USA alors qu'ils n'en avaient pas les moyens et n'en avaient pas de réel besoin.

"La loyauté politique de la population va à différents acteurs en fonction de leur religion, de leur secte, de leur appartenance ethnique et clanique."

Concernant cette problématique il faut absolument lire "Les identités meurtrières" d'Amin Maalouf. C'est excellent pour comprendre l'origine des guerres.

Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Il faudrait quand même qu'on m'explique quel est l'intérêt quand on dispose d'une armée régulière équipée de faire exploser des voitures piégées en centre ville. Ou comment on peut montrer des corps de civils égorgés au JT quand la veille on a spécifié qu'ils avaient été tués à coup de char d'assaut. Ou encore, quel intérêt peut avoir Assad a attaquer un convoi d'observateurs de l'ONU. D'autant que s'il voulait vraiment le faire, ils ne seraient pas juste blessés. Bref... Ah, je vous ai dit que la soeur d'un ami habite au nord de Homs et que dans son village, il y a bien des hommes armés, mais qui ne parlent pas avec l'accent syrien... Surement des touristes...
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Bonjour Mr. H.,

Je trouve cela très réconfortant qu'il y ait ici des gens comme vous, Silbersurfer, Silbermann, Josey Wales et d'autres qui n'avalent pas tout ce qu'on leur raconte à longueur de journée...

Et c'est encore mieux lorsqu'on peut faire partager des infos en provenance directe d'habitants du pays... au moins il s'agit de leur vécu et non pas d'une "réalité" vue à travers le filtre déformé des mass-médias. ;-)

Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
"en résumé, et dit autrement, on laisse des enfants syriens crever les entrailles à l'air en se masturbant le cervelet à Paris sur le sens ou non-sens d'une intervention."
Evaluer :   1  4Note :   -3
EmailPermalink

A lire votre article, heureusement qu'on a éjecté Sarkosy !

Il aurait suffit d'un B.H.L. persuasif et, en Syrie, on y serait déjà ! ( rendant votre article obsolète de par ses conjectures ).

Ouf !
A vous lire, heureusement qu'on a un président "normal", et non pas un excité qui part en Lybie sur un coup de tête comme ce fut le cas.

Mais bon, votre article laisse néanmoins un goût amer pour lequel j'ai, pour ma part, quelque mal à m'accommoder :
en résumé, et dit autrement, on laisse des enfants syriens crever les entrailles à l'air en se masturbant le cervelet à Paris sur le sens ou non-sens d'une intervention.

Votre conscience semble pas en être affectée outre mesure.

La mienne si.

Après, on peut toujours blablater du fond d'un fauteuil dans un salon sur le "A quoi bon ?" ( 3 bonnes raisons, ou dix, ou vingt, ou trente ) : on n'achète pas ainsi la bonne conscience - si tant est que ce fut possible.

Mais bon, ce que j'en dis...






Evaluer :   1  7Note :   -6
EmailPermalink
les terroristes qui commettent des massacres de civils sont l'otan et ses alliés wahabites. GOD Damn All, Amen
Evaluer :   6  3Note :   3
EmailPermalink
les français essayent de récupérer leurs colonies perdues après la 1ère guerre mondiale. bravo.
mensonges éhontés des médias occidentaux qui parlent de "démocratie". en fait ils veulent faire main basse sur les reserves de gaz de la région pour approvisionner leur pipeline Nabucco qui a du plomb dans l'aile. Voir sous google: "La syrie, centre de la guerre du gaz au proche-orient" de Imad Fawzi Shueibi, le meilleur article que j'ai lu sur le sujet. après celà, les médias occidentaux se dévoilent pour ce qu'ils sont: des perroquets imbéciles.
Evaluer :   7  2Note :   5
EmailPermalink
pouvoir contrôler la Syrie sera certainement aussi plus pratique pour pouvoir, si nécessaire, bazarder quelques missiles balistiques sur l' Iran depuis Israël...
Evaluer :   8  1Note :   7
EmailPermalink
ça ne peut pas gèner. Comme l'a formulé H.J.Mackinder au siècle passé, celui qui contrôle le heartland (l'eurasie) contrôle le monde. Les anglo-saxons ont toujours cassé toutes tentatives d'union economique entre l'europe, la russie, la chine, l'inde et le moyen orient.
si celà se faisait, le "bel empire US avec ses dollars bidons" s'effondrerait à jamais. c'est avec cette vision du monde qu'il faut ananlyser le 20ème siècle. Toute la stratégie de confinement de la russie et de la chine par le sud, n'a pour but que de déstabiliser la région. Je doute que les US et leur petit frère anglais y arrivent encore, le temps presse. et les chinois savent lire l'anglais!
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Il semblerait que les français soient déjà impliqués dans des opérations en Syrie, ce qui rend tout à fait crédibles les assertions que son pays est déjà assiégé par des étrangers

http://globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=30031
Evaluer :   6  2Note :   4
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
La Suède est toujours une société égalitaire, mais les inégalités y ont augmenté plus qu’ailleurs en Europe. Comme dans le reste de l’Europe, les immigrés, les travailleurs peu qualifiés, et les jeunes – surtout les garçons -, sont les plus mal lotis. Et  Lire la suite
PLOECKS HORS DE MA VUE - 13/08/2013 à 09:09 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
24 févr.MERLOU
à bas le communisme, qu'il soit chinois ou français !
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
12 févr.LB64401
ET gnagnagna les nazis, et gnagnagna shoah 6 milions, p***n même ici il faut qu'on nous empoisonne avec ces salades !! A ce charabia imbitable pond...
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
02 marsglanduron2
Video intéressante ! Je commence à voir des français s'exprimer de la sorte. Et je les comprends car il y a bien peu de différence entre la dictatu...
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
23 févr.Saphir3
Rien de tout ça dans mon petit écran, un type qui se tire sur la nouille sur le net, c'est nettement plus important selon nos chers médias.
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.Y.Jullien
Et dans le même ordre d'idées entrer sur Google: "Marschieren". Un avant gout de ce qui se prépare ? Cette fois ci les victimes ne seront p...
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.Y.Jullien2
Lire la LTI ( la langue du III° Reich ) de Victor Klemperer les analogies du parcours de Macron avec l'ascension d'Adolph Hitler sont hallucina...
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
13 févr.Pâris1
Criant d'actualité, malheureusement.
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.hyoe lo7
Hi Charleston The human nature is probably what less changed on this planet. For our biggest misfortune. Thank you for the text.
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX