Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Une autre bulle éclate : les ventes d’œuvres d’art en chute libre

IMG Auteur
Publié le 08 novembre 2016
1380 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 4 votes, 4,5/5 ) , 3 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
3
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

« Pour ce qui me concerne, c’est une catastrophe »

Après cinq années de croissance et de possibilités infinies, une nouvelle classe d’actifs est aujourd’hui en difficulté – un secteur sur lequel les simples millionnaires ne sont pas invités à jouer : le marché des œuvres d’art.

La maison de ventes Sotheby’s a rapporté un déclin de ses revenus de 32% sur le premier trimestre de cette année par rapport à l’année précédente. Les frais et commissions reçus par l’agence, qui représentent le plus gros de ses revenus, ont perdu 37%. Ses dépenses ont grimpé, d’où une perte d'exploitation de 32 millions de dollars – soit 50 millions de moins que ses 18 millions de dollars de profits de l’année dernière.

En conséquence de cette nouvelle, les actions de Sotheby’s ont baissé de 8% pour passer en-dessous de 26 dollars, avant de repartir miraculeusement à la hausse jusqu’à atteindre 28,72 dollars hier à la fermeture des marchés. Elles restent toutefois 38% inférieures à leur record sur 52 semaines enregistré en juin dernier, et 46% inférieures à leur record de décembre 2013, alors que les programmes d’assouplissement quantitatif faisaient encore gonfler le marché de l’art et la richesse de ses participants.

Une débâcle s’est aussi développée chez Sotheby’s en termes de ventes d’œuvres d’art. Hier soir à New York, Sotheby’s a vendu 144,5 millions de dollars d’œuvres d’art modernes et impressionnistes, soit 61% de moins qu’il y a un an, et sa pire performance depuis 2009.

Sur les 61 lots mis aux enchères, 21 restent invendus. Seuls 66% des lots offerts ont trouvé preneur.

« Pour ce qui me concerne, c’est une catastrophe, » a déclaré Todd Levin, directeur du Levin Art Group à New York. « Il n’est pas suffisant d’obtenir des œuvres, il faut aussi les vendre. »

Il y a eu certains gagnants, notamment la sculpture L’Eternel printemps d’Auguste Rodin, qui a été vendue pour 20,4 millions de dollars, bien plus que les 8 millions estimés. Mais toutes les œuvres présentées n’ont pas eu un tel succès. Comme le dit Bloomberg :

Le plus gros perdant de la vente aux enchères de Sotheby’s a été le tableau d’Andre Derain représentant un bateau à voile rouge, qui avait été estimé entre 15 et 20 millions de dollars. Il n’a fait l’objet d’aucune enchère dans la salle des ventes de l’Upper East Side. Certains Picasso, ainsi que des œuvres de Paul Gauguin et Pierre-Auguste Renoir on aussi manqué d’intéresser des acheteurs.

« Cela reflète parfaitement le marché dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui, » a expliqué Helena Newman, directrice adjointe des œuvres d’art modernes et impressionnistes chez Sotheby’s. Comme de nombreux autres revendeurs et conseillers, elle a décrit le marché comme « sélectif ». Pour elle, les estimations des ventes du mois de juin à Londres « reflèteront ce que nous avons vu ce soir ».

Les prémonitions d’une débâcle avaient déjà été rendues évidentes dimanche lors de la vente organisée par Christie’s et Phillips, la première d’une longue liste d’enchères semi-annuelles qui auront lieu cette semaine, dont les ventes combinées sont estimées entre 1,1 et 1,6 milliard de dollars.

Lors des enchères de Christie’s, seuls 78,1 millions de dollars d’œuvres art d’après-guerre et contemporaines ont été achetées. Lors de ces mêmes enchères il y a un an, le total des ventes avait atteint 658,5 millions de dollars – soit huit fois les enchères de cette année.

Compte tenu des conditions du marché depuis le début de l’année, les enchères ont été limitées : seuls 39 lots ont été offerts, et tous ont été vendus sauf un. En revanche, selon Art Net News, « les activités de surenchère au cours de la vente sont restées léthargiques ».

Les collectionneurs d’art qui participent à ces enchères sont très riches, et beaucoup ont suffisamment de liquidités pour ne pas avoir à vendre, à moins qu’ils se trouvent pris dans un cauchemar financier majeur. Quand le marché commence à tituber, ils décident – avec les gourous qui les conseillent – d’attendre quelques temps avant de vendre leur collection, sans quoi ils risqueraient d’accentuer le déclin sur un marché déjà en baisse, comme l’a expliqué Brett Gorvy, directeur des œuvres d’art d’après-guerre et contemporaines chez Christie’s.

Phillips, une maison de ventes qui appartient au groupe russe Mercury Group, a offert 37 lots aux enchères dimanche. Trois n’ont pas été vendus. Le reste l’a été pour un total de 46,6 millions de dollars, soit moitié moins qu’il y a un an.

« C’est  en grande partie la conséquence d’une contraction du marché, » a expliqué le directeur de Phillips, Ed Dolman, à Bloomberg. « Les ventes sont sur le point de décliner sur l’ensemble du marché. »

Ces investisseurs – et leur appétit pour l’art – ont été battus par certains facteurs post-assouplissement quantitatif désagréables : volatilité des marchés des actions qui en a plongé certains dans un marché baissier, ralentissement du marché immobilier dans certaines grandes villes, effondrement du prix du pétrole qui affecte particulièrement les oligarques russes, mauvaises performances des fonds de couverture qui pour certains sont devenus de véritables évaporateurs d’argent, pertes pour certaines sociétés financières privées…

Ces facteurs semblaient inimaginables pendant les jours de gloire de l’assouplissement quantitatif, pendant l’ère aujourd’hui révolue au cours de laquelle les banques centrales étaient encore considérées omnipotentes et capables de continuer indéfiniment à transférer du capital entre les mains de ceux qui en avaient déjà le plus.

L’anxiété s’installe aujourd’hui parmi ces investisseurs qui ont pu devenir très riches au cours des sept années de ce que Ben Bernanke a qualifié d’ « effet de richesse ». Ils craignent que ce système ait atteint ses limites, et de voir la réalité – un terrible concept – reprendre le dessus sur les marchés et les valeurs. Et cette anxiété les rend frileux.

Le boom des appartements de luxe de Manhattan s’est déjà transformé en une surabondance phénoménale, et les prix commencent à plonger. Lisez ceci : Another Condo Bubble Bites the Dust



At Christie’s auction, only $78.1 million in post-war and contemporary art was sold. By comparison, at its auction a year ago, sales reached $658.5 million – over eight times this year’s tally!

Given the dismal conditions of the market this year, the auction was kept small: only 39 lots were offered, and all but one sold. But according to Art Net News, “activity and bidding in the sale room frequently seemed strained and sluggish throughout the sale.”

Art collectors that participate in these auctions are very wealthy, and most have enough liquidity to where they don’t have to sell, unless they’re caught up in a major financial nightmare. When the market gets shaky, they – and the industry gurus that advise them – figure that they might want to wait for better times rather than unload the art and further depress an already “apprehensive” market, as Brett Gorvy, Christie’s global head of postwar and contemporary art, called it euphemistically.

At Phillips, a boutique auction house owned by Russia’s Mercury Group, the auction offered 37 lots on Sunday. Three failed to sell. The rest sold for a total of $46.6 million, down by about half from a year ago.

“That’s largely a result of a contracting market,” Phillips CEO Ed Dolman told Bloomberg. “We are going to see smaller sales across the board.”

These investors – and their appetite for art – have been beaten up by a slew of unsavory post-QE factors: volatile stock markets, with some of the markets around the globe deep into a bear market; residential real estate in trophy cities that is starting to sag; an oil-price crash that hit Russian oligarchs particularly hard; crummy hedge-fund performance where some big-name hedge funds have turned into veritable money evaporators; PE firms that are starting to take losses….

These factors seemed unimaginable during the glory days of QE and “QE Infinity,” in the now bygone era when central banks were still considered omnipotent market inflators that would always be able to transfer more wealth to those who already had the most.

But now there’s anxiety among these investors that have become so much wealthier during those seven years of what Ben Bernanke called the “wealth effect.” Suddenly, they’re worried that this system has hit its limits, and that some sense of reality  





<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (4 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
même Picasso n'y échappe pas, comme ça me fait de la peine . . . . .
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
D'un autre coté, comme le disait Chagall : "Quel grand artiste que Picasso ! Quel dommage qu'il ne soit pas peintre ..."
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
. . . en bâtiment !
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
. . . en bâtiment ! Lire la suite
zelectron - 09/11/2016 à 15:43 GMT
Note :  2  0
Top articles
Derniers Commentaires
La Russie achète, de nouveau, des titres de la dette américaine
19 oct.blitzel
Et pendant ce temps-là, des manoeuvres militaires de l' Otan en Allemagne préparent actuellement une confrontation fictive d'une guerre nucléaire à...
La crise du REPO… éternelle. Ca r’commence !
19 oct.blitzel
J.P. Chevallier parle de crask obligataire en monétarisme.*1 Delamarche parle d'Obligations insuffisantes de bonne qualité pour garantir ses c...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
11 oct.glemet
Il y a longtemps que la chèvre de M Seguin rêvait de quitter son petit enclos. L’herbe est si verte ailleurs et l’Europe montre tant de faiblesses,...
Nouveau Monde, la mobilité de masse arrive. Un visuel
09 oct.Patrick W2
C'est drôle..... quand on clique sur vos liens pour obtenir des renseignements pour trouver vos livres, ça ne fonctionne pas. En tout cas, brav...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
09 oct.Patrick W3
Oui, il est fort possible que Boris Johnson arrive à ses fins et on doit reconnaître que pour ou contre le Brexit, Boris Johnson est droit dans sa ...
La France et ses administrations criminelles
08 oct.Louis L.
Heureusement, il est consolant de savoir que pour cette épidémie d'incendies industriels depuis Notre Dame jusqu'à ce jour, aucune autre cause qu'...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
07 oct.Louis L.
Charles parle ici de 600 Mds € stockés par tous les européens sous forme d'espèces. Sa phrase est ambigüe car tous les européens sont 513 mil...
La France et ses administrations criminelles
07 oct.blitzel
Très bon article.... vu la situation critique. Les choses hélas ne sont plus comme elles étaient dans le temps il y a 50 ans. Il y avait ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX