Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Une SNCF à l’agonie

IMG Auteur
Publié le 07 avril 2013
1276 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 21 votes, 4,4/5 ) , 8 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
8
commenter
Notre Newsletter...
SUIVRE : Crise Cuivre Dette France
Rubrique : Billets d'Humeur

Il y a comme un petit parfum de déroute à la SNCF, cet effluve nauséabond de décomposition qu’il devient de plus en plus difficile de camoufler derrière des slogans moelleux et des logos aux couleurs vitaminées. Et à l’heure d’internet, il suffit de taper le nom de l’entreprise nationale de problèmes sur rails dans un moteur de recherche d’actualité pour découvrir l’ampleur de la gangrène.

24hGold - Une SNCF à l’agonie

Bien sûr, si l’on parle des problèmes récents de la SNCF, on ne peut s’empêcher d’évoquer le consternant défi lancé en interne par la société pour retrouver plus d’une centaine de ses wagons perdus en pleine nature. On pourrait croire à une blague. Ce n’en est pas une mais plutôt une facture, aux frais du contribuable : oui, la Société Nationale de Chemins de Fer a égaré 150 wagons de plusieurs tonnes chacun, objets captifs par définition puisque sur des rails, et sur un réseau dont on peut naïvement supposer qu’il est connu de l’exploitant. Il faut parfois prendre quelques secondes pour bien saisir toute l’ampleur de la médiocrité fondamentale qu’il faut déployer pour arriver à paumer d’abondantes dizaines d’objets relativement larges, lourds et très peu maniables, et ce depuis plusieurs années (866 jours !) ; on a bien du mal à écarter de son esprit les images en noir et blanc des années 70 où une Union Soviétique paumait, elle aussi, des chars, des sous-marins ou des trains entiers à la faveur de gabegie, d’incompétence ou de détournements mafieux.

Mais finalement, cette histoire (pitoyable) de wagons perdus est, au regard du reste, anecdotique. En effet, si la société nationale avait, dans sa colonne crédit, suffisamment d’éléments pour compenser, on pourrait presque rire des petits égarements de facétieux wagonnets. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Comme je l’évoquais dans l’introduction, il suffit en effet de pousser un petit « SNCF » dans un moteur de recherche d’actualité pour saisir la profondeur des problèmes.

Par exemple, on apprend que, le 26 mars dernier, des cheminots, encadrés par la CGT Cheminots, étaient en grève du côté de Metz pour rouspéter contre la casse du service public et du fret et la fin des lendemains qui chantent.

Par exemple, on apprend que la CFDT Cheminots vient de lancer une alerte économique sur le fret, pleurnichant sur la baisse d’activité et la dette toujours plus grosse de cette branche d’activité de la SNCF.

Point intéressant, le porte-parole du syndicat explique :

« Nous constatons que, malgré les restructurations entamées il y a plusieurs années, la situation financière de cette activité continue à se détériorer »

24hGold - Une SNCF à l’agonie

Bien évidemment, le fier syndicaliste n’évoque pas trop le fait que le service offert par la SNCF en matière de fret soit trop cher, qu’il perde un peu des wagons de temps en temps, et que, d’un autre côté, crise aidant, les volumes transportés, dans le secteur automobile, les carrières et l’acier, très gros clients du transport ferroviaire de marchandises, continuent à baisser. Pour lui, le nouveau ministre des transports devra assurément se pencher sur le dossier du sauvetage du fret ferroviaire. Et puis c’est tout.

Par exemple, toujours en se servant de ce maudit moteur de recherche d’actualité, on trouve d’autres pépites, encore à propos du fret : non seulement cette branche de la SNCF accumule des pertes épiques depuis des années, non seulement les volumes diminuent, mais tout ceci se déroule alors que l’entreprise nationale fait absolument tout pour mettre des bâtons sur les rails de la concurrence directe, bâtons qui lui ont valu une amende de 60,9 millions d’euros. Ce qui signifie que sans ces petites crasses illégales et d’un bien mauvais-joueur, les résultats franchement mauvais de la fine équipe du fret seraient catastrophiques (SNCF, oui, c’est possible).

Si vous commencez à voir comme un motif récurrent se détacher de ces faits divers et variés, ce n’est pas complètement fortuit. Motif qui prend des contours plus précis à mesure que se poursuit notre voyage dans les entrailles des actualités consacrées à la SNCF et qu’on tombe, un peu stupéfait, sur la dernière proposition en date de l’entreprise pour régler quelques petits soucis de circulation : pour lutter contre la saturation de son réseau en Île-de-France, la SNCF propose aux entreprises de la région et sans se tacher le slip de modifier leurs horaires d’embauche, en échange de baisses de tarifs.

L’idée est de dé-saturer les trains des heures de pointe (de 7h30 à 9h00 et de 17h00 à 18h30), bondés à plus de 150%, afin de reporter une partie de la charge correspondante dans les horaires adjacents où l’occupation des trains peut chuter jusqu’à 40%. Oui. C’est mignon tout plein, sauf qu’évidemment, il ne va pas se trouver tant d’entreprises et d’individus que ça prêts à se déplacer plutôt dans la tranche 5h30-7h30, ou rentrer entre 18h30 et 20h00. Parce qu’évidemment, la tranche 9h00-10h30 est un peu amusante mais pas très crédible, et la tranche 15h30-17h00 à peu près réservée aux fonctionnaires… Eh oui : si les gens, bêtement, se déplacement majoritairement à ces moments là, c’est parce que les entreprises ouvrent et ferment leurs portes en même temps. Et si elles le font, c’est parce qu’économiquement, c’est ce qu’il y a de plus logique : difficile de coordonner le travail des gens lorsqu’ils ne sont pas encore arrivés ou qu’ils sont déjà partis.

Là encore, tout comme il fallait prendre quelques secondes pour essayer de comprendre comment la SNCF avait perdu 150 wagons, un petit instant de saine réflexion est nécessaire pour bien saisir l’ampleur de la fumisterie qu’on essaye de nous faire passer pour parfaitement normale, voire réfléchie.

En effet, ici, un service public est en train d’organiser, assez mal d’ailleurs, la gestion d’une pénurie : celle des trains de banlieue d’un côté, et du nombre de lignes de l’autre, qui lui incombent directement. On m’objectera que construire une ligne n’est pas simple. Je répondrai que la saturation actuelle n’est pas arrivée, brutalement, dans la nuit du 20 octobre 2012 vers 23:12, mais qu’elle est le résultat d’une absence complète de politique de gestion des passagers sur l’ensemble de l’Île-de-France depuis au moins une vingtaine d’années. J’ajouterai que l’état général du trafic routier, consciencieusement saboté par les élus débridés et les khmers verts décérébrés, a largement contribué à cette saturation catastrophique. Élus inconscients, écolos excités, managers incompétents, syndicalistes déchaînés, le tout barbouillé d’argent des autres : voilà un cocktail efficace pour un merdage en cinémascope.

Enfin, on ne peut que bondir à l’inversion logique de la relation client/fournisseur qui constitue la marque de fabrique de la soviétisation galopante dans laquelle est rentrée la société française en dandinant du croupion : ce n’est plus au service (du) public de s’adapter aux clients, mais aux clients, déjà largement bafoués, de s’adapter aux petits soucis de l’entreprise publique.

ideesncf

Tout montre à l’évidence que la SNCF a maintenant complètement abandonné toute prétention à un service public de qualité, ou à un service public, ou même à un service tout court. Ils consentent à faire rouler des petits trains ici et là, avec à peu près tous les wagons, parfois, globalement dans la bonne direction, et autour des horaires annoncés. Cette entreprise ne fait plus parler d’elle qu’au travers de la pile de problèmes qu’elle amasse : des vols de plus en plus spectaculaires (7 km de câble, bordel ; une tonne de cuivre !), la gestion du fret dans un état quasi terminal, la sur-saturation des transports en commun dans la zone parisienne, les grilles tarifaires incompréhensibles, et surtout, surtout, les grèves permanentes et systématiques pour tout propos et hors de propos.

Pas de doute : la SNCF vit, très probablement, ses dernières heures, qui, à l’évidence, s’annoncent douloureuses.


Source : h16free.com
Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,4 (21 votes)
>> Article suivant
H Seize écrit sur http://h16free.com ses chroniques humouristiques d’un pays en lente décomposition, et apporte des solutions dans son livre, Egalité, Taxes, Bisous. Dans un monde toujours plus dur, et alors que la crise, la vilénie, les aigreurs et les misères allant de la maladie aux bières tièdes font rage, un pays fait courageusement face et propose toute une panoplie de mesures plaisamment abrasives qui permettront d'aplanir les aspérités, gommer les difficultés et arrondir les angles. Ce pays, rempli de gentils et d'aimables tous les jours mieux pensant, est devenu un véritable phare scintillant dans la nuit noire de l'obscurantisme des méchants et des vilains. Et pour mieux scintiller, il s'est doté d'une devise qui est parvenue à se hisser au rang de slogan, d'accroche et de modus vivendi : pour chacun et pour tous, il faudra de l'égalité, des taxes, et des bisous.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
S.ur N.euf, C.inq F.ainenants, qu'est-ce que vous voulez faire avec ca comme acronyme? je vous le demande... pourtant au niveau du fret la solution est relativement simple, embaucher des logisticiens "ex"-militaires, il y longtemps que ce sont eux qui gagnent les conflits et savent comment gagner les guerres commerciales, demandez aux grandes entreprises de logistiques mondiales,....
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
Je ne sais pas vous, mais vu les tarifs/temps dans les transports, j'ai maintenant le réflexe de regarder les tarifs d'avion !!
Suivant les dates de réservation on arrive a des absurdités ; du genre il y a le choix de prendre l'avion -moins cher-/service privé/plus rapide/sécurisé, et le train -plus cher-/service public/lent/bondé/pas sécurisé/pas a l'heure... et ça malgré le prix du kérosène et les taxes d'aéroport.... très très logique.
Evaluer :   5  1Note :   4
EmailPermalink
La essèncéeffe est un état dans l'état. Et si l'état, celui des citoyens qui se font tondre, met la main à la poche, c'est qu'il le veut bien. Depuis des décennies on voit ce que c'est que la main mise syndicale sur une entreprise d'état. Un collègue cheminot, conducteur de TGV (dont je tairai le dépot bien qu'il soit maintenant en retraite) m'a affirmé qu'au soir d'élections internes où la cgt avait été mise en minorité (il avait été élu pour un syndicat moins lobotomisé), ils se sont fait agresser physiquement et "on" a incendié leurs casiers.... On parle bien des règlements de comptes en Corse ou de certains crocs-en-jambe en politique, mais de ça jamais...
Si la république laisse faire, pourquoi se gêner car globalement le cgt et la cfdt règnent par la terreur, quelle soit active ou passive. L'essenteil de nos syndicalistes sont aussi corrompus, lâches et faux-culs que notre classe politique.
Si un jour on se retrouve avec des tribunaux populaires pour remettre les choses d'équerre, ça va saigner et ce sera normal ! Cela fera comme en 1789 avec la confiscation des biens du clergé. La confiscation des biens des syndicats et des grands CE ne serait peut-être pas une si mauvaise chose que cela, après tout, les états font bien ce qu'ils veulent !
Evaluer :   8  4Note :   4
EmailPermalink
La SNCF touche 7 milliards d'euro de subventions tout les ans donc autant d'économies en cas de privatisation. Dans ma région les TER subventionnés sont à 1 euro par trajet. En tant que contribuable je paye pour que les TER roulent pour les autres car je ne prends plus le train, je suis vacciné avec piqûre de rappel.
Pour privatiser il y a une méthode simple et rapide : la mise aux enchères. Mise à prix 1 euro symbolique et si personne ne se manifeste avant la fin du temps imparti, la SNCF devient propriété de ses employés, et de ses retraités puisque leur régime spécial devient une retraite d'entreprise du même coup : désormais, c'est la SNCF seule qui paiera ses jeunes retraités dynamiques. Si un type passant par là entre par curiosité, lève la main pour saluer un ami ou commander à boire, croyant profiter d'une tournée générale et crie : là ! Ce type devient propriétaire de la SNCF et fait économiser 7 milliards à l'état. Il ne profitera de ses trains à un euro symbolique qu'une petite semaine avant la faillite mais gagnera une reconnaissance éternelle de la part de ses concitoyens contribuables.
Evaluer :   5  3Note :   2
EmailPermalink
Il y a quelques annees, j'ai voulu aide mon neveu a trouver sa voie. Il avait en poche un un bac technique (niveau BEP d'il y a 20 ans). La SNCF proposait alors des formations en alternance pour preparer des BTS maintenance industrielle. Je l'ai aide et coache pour qu'il puisse passer les differents entretiens et il a pu suivre cette formation pendant deux ans au prix d'enormes efforts, car avec son bac technique , il n'avait pas le niveau. Je ne vous raconte pas a quel point j'ai ete surpris de l'entendre revendiquer tel un bon Cegetiste apres seulement quelques mois de formation! son argument: si on se met en greve, tout le pays est paralyse, on peut donc demander ce que l'on veut! Moi qui me suis decarcasse pour l'aider, j'ai commence a avoir des doutes concernant le bien fonde de ma demarche pour le sortir de la merde! Par chance, apres avoir obtenu son diplome, il n'a pas ete retenu pour travailler a La SNCF. Son maitre de stage a estime qu'il etait trop tendre et n'avait pas le charisme en tant que futur chef d'equipe pour encadrer une bonne equipe de cegetistes. Donc si vous n'avez pas compris que dans ce genre d'entreprise, la veritable patron est la CGT avec toutes ses derives minables, vous n'avez rien compris!
Evaluer :   12  2Note :   10
EmailPermalink
Pardon sncf, je viens de voir que le Paris-Marseille aussi est hors de prix depuis mes dernières consultations qui remontent...Mais je m'empresse d'oublier l'envie de voyager tout de même...
De toute manière , tout est trop cher alors on se venge en refusant d'utiliser les dits services ou de consommer , et ce , même si on en a les moyens ( ce n'est pas parce qu'on a les moyens qu'il faut accepter de se faire plumer!!!), ensuite , on en contemple les conséquences en ricanant...
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
Très juste.......
Vous savez , j'aimai me rendre à Paris de temps à autre à l'époque quand nous avions encore le train classique (Strasbourg-Paris) , le trajet était effectué en 4 30 ...
C'est un peu long mais c'était largement accessible et agréable avec un bon livre entre les mains.. A l'époque , l'addition ne me faisait pas bondir...
Aujourd'hui le trajet est effectué en 2 30 et pourtant , je ne pense plus une seconde me rendre à Paris pour assister à une conférence ou , plus classiquement , pour me rendre au Muséum d'Histoire Naturelle de Paris ou encore au centre d'étude des Arthropodes situé rue Buffon....
Et ce , tout simplement parce que le prix du trajet est scandaleusement élevé quasiment toute l'année hors offres spéciales....
Malheureusement , les offres spéciales ne coïncident jamais avec mes probabilités...Ce qui m'énerve , c'est que le TGV Paris-Marseille n'est pas cher (subventionné car cette ligne subit les vols low cost) alors que Paris Strasbourg = 150 euros (aller-retour)!!!!Je paye les subventions pour les autres(impôts) mais ma ligne n'est pas subventionnée....!!!
Alors , j'oublie la SNCF....
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
C'est l'illusion créée par le "yield management", méthode utilisée pour gérer les trains à grande vitesse.
On fait croire que cela donne de la liberté aux gens. Ainsi, pour un voyage qui peut coûter genre 80 euros en temps normal, il y a moyen de ne payer que 40, si on remplit certaines conditions (genre prendre le train à 5h du matin, réserver deux semaines à l'avance sans possibilité de remboursement si on a le malheur de choper une grippe).
Donc une personne normale se verra contrainte de payer les 80 euros, prix qui compense le manque à gagner de la place vendue 40 euros.

Sinon la SNCF se lance aussi dans le low-cost avec un train à partir de marne-la-vallée pour marseilles..... sympa, sauf que ça casse justement l'intérêt du train qui est de se rendre de centre-ville à centre-ville.

Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
S.ur N.euf, C.inq F.ainenants, qu'est-ce que vous voulez faire avec ca comme acronyme? je vous le demande... pourtant au niveau du fret la solution est relativement simple, embaucher des logisticiens "ex"-militaires, il y longtemps que ce sont eux qui ga  Lire la suite
guyfawkes - 07/04/2013 à 15:32 GMT
Note :  3  2
Top articles
Derniers Commentaires
Pétrole : alerte rouge pour la France et nos approvisionnements
16 sept.Josey Wales2
Avant on n'avait deja pas de petrole mais on avait des idees. Maintenant qu'on a plus d'idees...
Clownerie ministérielle : Bruno Le Maire veut une blockchain publique
14 sept.Fortuna
This country is fucked up
La BCE en mode Père Noël avec 1000 euros pour à Noël !!
10 sept.ramin974
Bonjour, Tout ça me rappelle les parties de monopoly que je faisais quand j'étais petit. Normalement quand un joueur n'a plus de sous, il ...
Martin Armstrong : de nouvelles découvertes compromettent le dogme ...
10 sept.Alain J.
Bonjour Venez habiter entre 1800 et 2200 m d'altitude Mr Flamel. L'expérience en science vaut mieux que toute théorie avec des idées préconçues...
France : une couverture (et une fraude) sociale légendaire ?
10 sept.Red Pill1
Mais, mais, mais, je pensais que nous avions le meilleur systeme de secu du monde, que le monde entier nous l'enviait, et que nos enarques, la fine...
France : une couverture (et une fraude) sociale légendaire ?
10 sept.Go4Gold
Il y a trois sortes de comptables : ceux qui savent compter et ceux qui ne savent pas compter
L’avenir inquiétant des banques… et de vos frais !!
07 sept.jymesnil2
Bon la blague qui consiste à prétendre que les banquiers prêtent l'épargne des clients est une blague....les depots sont ridiculement insuffisants ...
Grâce au glyphosate, la SNCF va nous coûter encore plus cher !
06 sept.Fortuna
En France on n'a pas de petrole, on n'a pas de bonnes idees mais au moins on n'aura plus de desherbants
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX