Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Une technologie qui marche ira toujours plus loin qu’un politicien assis

IMG Auteur
Publié le 06 août 2018
1241 mots - Temps de lecture : 3 - 4 minutes
( 2 votes, 3/5 ) , 3 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
3
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Dans un tweet du premier août dernier, Laurent Alexandre publiait une chronique parue dans l’Express de la même date dans laquelle il revient sur l’évolution du numérique dans le monde. Pour le chirurgien devenu entrepreneur, pas de doute : à l’utopie technologique de l’internet mondial qui amènerait la paix et la fin des dictatures a succédé la propagande et le contrôle policier par les gouvernements du monde entier.

Les constats de sa tribune, qu’on pourra lire dans le tweet ci-dessous, s’enchaînent comme autant de coups de poignards dans l’idée souvent véhiculée dans les années 90 d’un internet libérateur et outil de démocratie pour les populations de l’ensemble de la planète :

La contre-révolution numérique est violente. Fini le web libertarien. Bonjour le cyberautoritarisme, la dictature numérique. L'utopie de 1995 est dans les poubelles de l'histoire. Les cyber utopistes ont été bien naïfs…. 😱 pic.twitter.com/rjUJomcsFo

— Laurent Alexandre (@dr_l_alexandre) August 1, 2018

Bref, point de salut : pour Laurent Alexandre, « le Web est désormais un outil majeur de désinformation et de contrôle policier ». Pire encore puisque « l’internet décentralisateur et libertarien de 1995 » a permis la création et l’émergence d’intelligences artificielles qui seraient pour lui l’outil le plus puissant de centralisation. En somme, à la révolution numérique aurait succédé une contre-révolution, elle aussi numérique, qui aurait bien enterré vite fait toutes les velléités d’un monde meilleur.

En toute logique, à la suite de cette chronique, la seule illustration qui vienne à l’esprit n’est pas très réjouissante.

Difficile en effet de voir le moindre espoir pointer à la suite du constat accablant : même en tenant compte des énormes bienfaits que l’internet et la révolution numériques auront apportés, depuis le commerce électronique et sa gestion de la chaîne d’approvisionnement entièrement numérique jusqu’aux diagnostics assistés par ordinateur, les avancées technologiques en matière de propagande et de surveillance généralisée semblent largement les contrebalancer. Tout indique pour notre business-angel transhumaniste que nous sommes arrivés au point où notre monde est en train d’être mis en coupe réglée par les forces étatiques.

Mes lecteurs réguliers en sont témoins : il n’est pas dans mes habitudes de me badigeonner d’optimisme et le discours de Laurent Alexandre constituerait en l’espèce une belle application d’un « Ce Monde Est Foutu » qui ne détonnerait pas avec mes billets habituels. Cependant, au contraire du chirurgien, je ne peux m’empêcher de constater qu’il y a une part d’exagération qui noircit inutilement le tableau.

Oui, certes, on est loin de l’internet de 1995 où n’importe qui pouvait écrire n’importe quoi à n’importe quel sujet. La liberté d’expression totale des premiers temps a largement fait place à un espace policé bien moins par les lois que par la pression sociale des réseaux sociaux.

Il n’en reste pas moins que la capacité de chacun à exprimer son opinion a bel et bien augmenté : la presse en particulier et le monde s’est réveillé au fait maintenant évident que tout le monde peut émettre de l’information pertinente. L’actualité ne compte plus les individus lambdas devenus reporter ou star d’un jour à la suite d’une vidéo ou d’un tweet bien placé, chose qui était rigoureusement impossible il y a encore 30 ans.

Or, l’existence même de cette possibilité tend à nettement dégrader la capacité des États et des gouvernements à maîtriser efficacement le discours des élites politique. Et si Laurent Alexandre a bien raison lorsqu’il rappelle à quel point la propagande d’État est devenue plus facile avec les outils modernes de la révolution numérique, il semble un peu oublier que cette propagande est rapidement repérée voire moquée et détournée. La culture du mème internet n’y est pas étrangère.

Autrement dit, oui la propagande de la contre-révolution se déchaîne, mais de la même façon que les habitants à l’Est du rideau de fer savaient à quoi s’en tenir, les internautes ne sont pas dupes, où qu’ils soient.

Oui, certes, la surveillance de masse est effectivement mise en place par tous les gouvernements, démocratiques ou non, et oui, sous prétexte d’une lutte anti-terroriste musclée, on se retrouve avec des lois toujours plus contraignantes. Cependant, ce serait donner beaucoup de crédit aux institutions étatiques que croire en leur efficacité. La surveillance de tout le monde pose d’innombrables problèmes, à commencer par la démesure du nombre d’informations récoltées face aux moyens – jamais suffisants par définition – que les États peuvent mettre en face, que ces moyens soient humains ou mécaniques : l’intelligence artificielle, si elle peut effectivement traiter un nombre considérable de dossiers, finit toujours par fournir des résultats à des humains qui, eux, sont toujours limités dans leurs connaissance et leur temps disponible.

Autrement dit, l’avidité du pouvoir par les politiciens garantit que la plupart des décisions seront prises par eux, annulant largement tout bénéfice d’une automatisation majeure par l’intelligence artificielle. Du reste, parier sur la capacité des États à produire un ensemble de systèmes et d’institutions capables de réaliser une surveillance efficace de la population au citoyen près, même avec l’aide de l’I.A., c’est faire abstraction des millénaires de merdoiement de l’État dans tout ce qu’il touche.

De la même façon qu’il était naïf de croire en un internet libertaire où une gentille anarchie règnerait enfin, il est invraisemblable d’imaginer que l’État parviendrait à réaliser une surveillance de masse efficace là où il a systématiquement foiré tous ses précédents projets. Plus probablement, l’espionnite aigüe dont l’État souffre continuera de produire les résultats mi-figue mi-raisin qu’elle a déjà produits.

Il suffit d’ailleurs de voir le récent développement des cryptomonnaies pour comprendre que le tableau est plus contrasté que Laurent Alexandre l’écrit : non seulement ces dernières constituent une alternative efficace et réaliste aux monnaies étatiques, mais en plus cette technologie représente plus qu’une épine dans le pied des États en déforçant tous leurs moyens de truander les contribuables.

En effet, si la situation actuelle laisse croire que les communautés d’individus utilisant ces cryptomonnaies font des pieds et des mains pour gagner des marchés, quitte à pactiser avec les banques ou les institutions officielles, il faut comprendre qu’une fois touchée une quantité suffisante de la population mondiale, l’avènement de cryptomonnaies intraçables et très résistantes à toute censure ne tardera pas : il y a un besoin évident, il y a d’énormes sommes en jeu, et il existe une solution factuelle. Tous les ingrédients sont réunis pour qu’un puissant marché apparaisse. Les États pourront peut-être ralentir un peu son apparition, mais ils n’auront jamais les moyens de l’en empêcher.

En fait, Laurent Alexandre se focalise un peu trop sur certains aspects, effectivement néfastes, de la contre-révolution numérique en oubliant que la révolution numérique n’en est qu’à ses débuts.

En abaissant drastiquement le coût des transaction (d’acquisition de l’information, typiquement), l’ensemble des acteurs mondiaux peut réagir plus vite. Et si les États ont effectivement utilisé certains leviers offerts par la technologie, ils restent des constructions humaines sujettes aux temps législatifs (très longs donc), qui se comptent en mois voire en années là où le monde numérique évolue à des vitesses bien plus grande, dans la journée, et où les adaptations techniques se produisent dans la semaine, le mois.

Oui, la contre-révolution numérique est en marche. Mais l’espoir subsiste heureusement : elle trottine à peine dans un monde qui court.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Source : h16free.com
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :3 (2 votes)
>> Article suivant
H Seize écrit sur http://h16free.com ses chroniques humouristiques d’un pays en lente décomposition, et apporte des solutions dans son livre, Egalité, Taxes, Bisous. Dans un monde toujours plus dur, et alors que la crise, la vilénie, les aigreurs et les misères allant de la maladie aux bières tièdes font rage, un pays fait courageusement face et propose toute une panoplie de mesures plaisamment abrasives qui permettront d'aplanir les aspérités, gommer les difficultés et arrondir les angles. Ce pays, rempli de gentils et d'aimables tous les jours mieux pensant, est devenu un véritable phare scintillant dans la nuit noire de l'obscurantisme des méchants et des vilains. Et pour mieux scintiller, il s'est doté d'une devise qui est parvenue à se hisser au rang de slogan, d'accroche et de modus vivendi : pour chacun et pour tous, il faudra de l'égalité, des taxes, et des bisous.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Bon courage sur l'argent, je préfère le Stellar Lumens
Evaluer :   0  2Note :   -2
EmailPermalink
C'est moi qui ne sait pas lire un graphique ou votre Stellar a été divisé par quatre depuis son plus haut ?
Vous n'avez toujours pas compris que l'évolution latérale de l'argent était une opportunité d'encaisser des primes sur options à longueur d'année.
Ainsi, le métal que vous achetez ne vous coûte rien...
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Si je voulais paraphraser le titre, je dirais...des producteurs de richesses seront toujours plus efficaces que des politiciens issus de la fonction publique.
Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
C'est moi qui ne sait pas lire un graphique ou votre Stellar a été divisé par quatre depuis son plus haut ? Vous n'avez toujours pas compris que l'évolution latérale de l'argent était une opportunité d'encaisser des primes sur options à longueur d'année.  Lire la suite
glanduron - 11/08/2018 à 11:02 GMT
Note :  1  0
Top articles
Derniers Commentaires
Le signal de la fin du monde vient de s’allumer. Personne ne vous e...
11:38Louis L.
Tandis que le brillant idéal progressiste croit élever le monde de ses puissantes ailes, un conséquent destin le voit survivaliste, t...
Glottophobie : ce que révèlent ces propositions de lois débiles
22 oct.merisier1
Dire qu'on rémunère confortablement et tous les mois des personnes capables d'envisager de telles lois pendant qu'un petit c** braque un prof pour ...
Pourquoi la révolution n’est pas pour demain
21 oct.merisier2
On fait la révolution le ventre vide et quand on ne peut pas se chauffer l'hiver. C'est tout. Et puis avec les crédits en cours, on ne peut pas...
Nouriel Roubini voit une crise d’ici 2020 : qu’en penser ?
21 oct.samideano0
La prédiction était plus facile, car il savait que le pouvoir effacerait le cours par les manipulations de marchés, sans quoi l'or serait déjà à 10...
Et maintenant, la carte grise pour vélo… ou notre effondrement par ...
19 oct.GAP
avec, sans doute le développement des caméras vidéos, on pourra directement envoyer un pv au cycliste qui roule sur le trottoir qui normalement est...
L’or et la Première Guerre mondiale : quelle place pour le métal pr...
18 oct.PASUN
Aujourd' hui qui donnera ou échangera son or ??? les gens étaient vraiment naïfs à l' époque .
La guerre contre le cash n’est pas perdue ! Nous pouvons même la ga...
20 oct.covadonga
De toute manière, si on veut continuer à acheter la paix civile et contribuer au PIB avec l'argent sale, le cash sera toujours là. Je vois mal les ...
Gouvernement : une médiocrité inquiétante
20 oct.covadonga-1
Plutôt un "De Gaulle".
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX