Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Une vie d’entrepreneur est-elle plus dure que votre vie de salarié ? L’édito de Charles SANNAT

IMG Auteur
Publié le 26 février 2016
1819 mots - Temps de lecture : 4 - 7 minutes
( 3 votes, 5/5 ) , 10 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
10
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

C’est un article du Point qui revient sur ce micro sujet macro-économique – qui en réalité est une maxi question à titre personnel et que vous serez de plus en plus nombreux à affronter bien souvent par la force des choses.
“La petite phrase n’est pas passée inaperçue. « La vie d’un entrepreneur est bien souvent plus dure que celle d’un salarié », a lancé il y a quelques semaines notre flamboyant ministre de l’Économie, Emmanuel Macron. De toutes parts, on s’insurge. Les médias, le monde politique, les syndicats… Le ministre, ébranlé, présente de plates excuses quelques jours après…”

Je ne viendrai pas participer à la curée et à l’offuscation généralisée dans un sens et dans un autre car, à mon sens, dans cette hystérie collective, tout le monde se trompe profondément de débat en occultant toute une dimension pourtant fondamentale d’épanouissement et de bonheur personnel, ce qui reste tout de même l’un des objectifs dans la vie.

Alors oui, évidemment, être entrepreneur – et j’ai moi aussi rejoint cette confrérie depuis quelques mois avec le lancement du site insolentiae – est un parcours semé d’embûches : il vous faut remplir des papiers en permanence en plus de toutes votre activité “productive”, il faut s’enchaîner des journées qui n’en finissent plus, il faut découvrir avec une horreur totale l’ampleur du nombre de CERFA existants (et maintenant j’en connais un paquet et pourtant c’était un pan qui m’était inconnu), il faut aussi payer environ 70 % de chiffre d’affaires à la collectivité qui exerce un véritable racket sur les entrepreneurs puisque lorsque vous faites 100 de chiffre, il vous restera au mieux 35… et encore, c’est avant paiement de l’impôt sur le revenu.
Mais ce n’est pas tout. En échange de tous ces prélèvements obligatoires, vous n’avez droit à rien. Pas d’assedic, pas de chômage, souvent pour obtenir une ligne de crédit vous donnerez votre caution personnelle, ce qui de fait entraîne la tombée de la limitation de votre responsabilité financière. Si les choses se passent mal, vous pourrez être mis à la rue et perdre votre maison.

Un monde de “nexperts”

Si vous êtes assujetti au RSI, c’est presque devenu un métier à plein temps que de comprendre vos charges et de négocier avec cet organisme dont le comportement n’est plus en ligne avec ce que l’on peut attendre en l’An de grâce 2016. Vous rentrez aussi dans un monde de “nexpert” car à chaque question que vous vous posez, on vous répondra toujours la même chose : “consultez un nexpert”… Un “nexpert” comptable, un “nexpert” financier, un “nexpert” fiscal, un “nexpert” juridique, un “nexpert” avocat fiscaliste international spécialisé en gestion pré-contentieuse avec l’administration fiscale qui veille au grain… Pas le vôtre, le sien ! L’administration fiscale est en charge de prélever 70 % de votre chiffre d’affaires et rien ne doit lui échapper. Alors les contrôles s’enchaînent avec une régularité de métronome, contrôle fiscal, contrôle URSSAF, contrôle de la DGCCRF et de tous les organismes de contrôle divers et variés. Cela, là encore, nécessite que vous passiez du temps non pas à travailler mais à répondre aux questions.

Mais de tout cela finalement, les entrepreneurs s’accommodent, non pas parce qu’ils font contre mauvaise fortune bon cœur – bien que je conseille d’adopter cet état d’esprit de grande sérénité afin de mieux aborder tous ces soucis du quotidien –, non la réalité c’est que malgré tout cela, je suis libre de ce que je fais et de la façon dont je le fais en dehors des obligations légales évidemment.

La sécurité de l’emploi est une prison !

N’imaginez pas un instant que je porte un jugement de valeur sur le salariat ! J’ai été salarié avec plus ou moins de bonheur et plutôt moins pendant plus de 20 ans, et je ne regrette rien, car les vies de chacun appartiennent à chacun. Il ne s’agit donc en aucun cas de juger mais d’ouvrir des portes et des réflexions qui parleront à certains et pas à d’autres.

J’ai souvent constaté dans mon entourage, dans les entreprises où je suis passé, dans ma famille essentiellement composée de membres de l’éducation nationale (personne n’est parfait n’est-ce pas et pourtant je dois à cette famille de prof au sens large, l’amour de la culture, du savoir et de la connaissance) le drame de la sécurité de l’emploi sur l’épanouissement.

Je reste intimement convaincu que l’homme c’est effectivement 2 millions d’années de génétique et seulement 5 à 6 000 ans d’histoire, ce qui ne pèse pas lourd. Nous ne sommes pas faits pour être statiques, emprisonnés, mis et rangés dans des boîtes et des cases. Nous sommes faits et taillés pour l’aventure, pour la survie, jusqu’à une certaine mesure évidemment.

La peur de perdre est plus forte que l’envie de gagner et… de vivre !

Nous subissons la lassitude. Qui ne serait pas lassé de faire et de répéter les mêmes choses pendant 50 ans ? Qui ? Et pourtant, la sécurité de l’emploi, la peur de perdre qui sera plus forte que l’envie de gagner emprisonne des individus dans des quotidiens identiques pendant des décennies, les rendant généralement dépendant des anxiolytiques dont la France est l’un des principaux consommateurs et en France, l’un des corps sociaux les plus touchés est évidemment le corps enseignants très largement dépressif chronique.

Et pourtant, les démissions de prof sont rares… Pensez donc, ils ont la sé-cu-ri-té de l’emploi, mais ils sont malheureux comme les pierres.

Ne croyez surtout pas que j’oppose un prof à un entrepreneur ! Je ne les oppose pas, je cherche la différence entre les deux, et la différence essentielle entre ces deux catégories, c’est la sécurité de l’emploi. Pour l’un, tout est sûr, il n’y a aucune question à se poser et demain sera toujours (ou presque à quelques réformettes près) identique à aujourd’hui.
Cela donne des vies tristes et fades sans autres projets personnels à côté ! Il faut donc avoir d’autres centres d’intérêt et encore, ce n’est pas une protection absolue.

Oui la sécurité de l’emploi est mortifère pour les âmes !

En agissant comme une prison invisible d’autant plus redoutable que le chômage est très élevé dans la société, jamais ou presque un prof malheureux ne pourra dire rationnellement “je quitte l’éducation nationale pour tenter une autre aventure” ! Attention comme toute généralité, cela suppose toutes les exceptions allant avec !

Si nous allons au-delà du cas de nos amis enseignants – dont je parle parce qu’encore une fois, je les fréquente intimement –, au bout d’un certain temps vous finissez par vous scléroser sans que cela ne remette en cause votre valeur ou vos capacités théoriques, c’est valable pour les plus brillants. Répéter la même chose sans fin finit par détruire justement les capacités personnelles : il n’y a plus de progression, il y a régression, une régression intellectuelle, de capacités, de dynamisme, d’envie, de joie, de bonheur… et petit à petit, la flamme s’éteint. On dit pudiquement “je ne suis plus très motivée”… En réalité, ce n’est pas la motivation le problème, le problème c’est l’envie qui s’en va, et dans envie, il y a surtout le mot “vie” !

Une vie sans envie n’est plus une vie. C’est étriqué, c’est sans plus de sens, c’est sans liberté… Vous êtres prisonnier du mythe de la sécurité de l’emploi et l’on sacrifie à ce mythe son bonheur et son âme.

Je ne prône pas la précarité pour tous !

Vous devez comprendre que mon approche n’est pas plus libérale qu’elle n’est socialiste ! Elle se veut juste basée sur les réalités humaines.

Or de quoi avons nous envie ? L’être humain est un éternel insatisfait. Il a constamment envie de ce qu’il n’a pas, de ce qui lui manque. Quand il a la sécurité de l’emploi, en réalité il s’emmerde, il a envie d’aventure.. mais n’osera pas.
Il est fait pour les grands espaces mais on l’enferme dans des bureaux ou dans des classes. D’ailleurs, l’école, on appelle ça le “bahut”, et l’entreprise, la “boîte”, comme le dit si bien Pierre Rabhi, ce qui en dit long sur l’esprit de liberté qui nous anime.

Pour trouver l’épanouissement personnel, il faut trouver l’équilibre entre la sécurité et l’aventure, il faut changer et accepter le fait d’avoir plusieurs vies professionnelles. Le changement est une excellente chose, de même que le fait d’avoir des projets et d’entreprendre car le plaisir est dans la réalisation.

Liberté contre sécurité ! Entrepreneur versus salarié !

Alors vous savez pourquoi malgré la vie de chien d’entrepreneur vous trouvez encore des volontaires ? Parce que ce qui rend heureux l’entrepreneur c’est la liberté. Il est libre, il est sans limites ou presque, il peut même “transgresser” les codes de la société et de ses fictions imaginaires, et c’est même d’ailleurs-là les principales causes de succès fulgurants !

L’entrepreneur est libre et par opposition le salarié ne l’est pas. Il est prisonnier et souvent, il n’est ni heureux ni épanoui.

N’oubliez jamais que nous travaillons pour vivre. Si vous vivez pour travailler, alors vous avez peu de chance de vous accomplir à titre personnel.

Celui qui sacrifie sa liberté pour plus de sécurité non seulement vivra dans la peur de perdre sa sécurité mais ne sera que rarement heureux. Mieux vaut intégrer une dose de risque dans sa vie, c’est ce qui en fait toute la magie, la grandeur et la force de vie.

Bon courage à tous, et bonne réflexion, car, et c’est la dernière idée que je vous soumets, il y a l’entrepreneuriat choisi, mais il y a aussi celui qui est subi par exemple après un licenciement et l’impossibilité de retrouver un emploi, il faut bien trouver une solution ! Dans bien des cas, il est possible de transformer un problème en opportunité. Il n’y a pas de fatalité. Au bout de chemin, la liberté!

En attendant mes chers amis, préparez-vous, il est déjà trop tard !

Charles SANNAT

“Insolentiae” signifie “impertinence” en latin
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL, “patrimoine, emploi, localisation”. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com ».

Source Le Point

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (3 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Bravo pour cet article Charles, en tant qu'ancien indépendant je suis tout à fait d'accord.
Pourquoi on est indépendant? Parce que l'Homme est un animal né pour être libre. Et quand ça vous démange trop, vous devenez l'acteur de votre propre vie. Ajoutez à cela l'amour de son travail. Voilà! Ce n'est pas très compliqué, on est prêt à presque tout accepter même si cette liberté coûte très cher, au sens large du verbe "coûter".
Après, c'est une histoire de vases communicants et d'équilibre entre liberté et sécurité. Chacun ses choix et ce n'est pas à des couards lobotomisés comme Filoche qui préfère bouffer du chef d'entreprise que de créer et d'embaucher de nous dicter ce qu'il croit bon pour les autres.
Quant à la petite phrase de Macron qui est tout à fait juste, j'hallucine de voir qu'il a dû se rétracter et présenter des excuses! Ce pays est foutu comme dirait H16!!!
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
en quoi, dans notre bonne vieille France communiste, les travailleurs "indépendants" sont-ils encore en quoi que ce soit indépendants ???... que reste-t-il de leur indépendance ?... à mon sens, la France fonctionne un peu selon le système des castes indiennes ( avec tout en haut : la caste des "élus" et des hauts-fonctionnaires - les Brahmanes -, puis la grande caste du fonctionnariat et des enseignants ( avec tous leurs privilèges "sociaux" exorbitants ), la gigantesque caste des "assistés sociaux", puis vient la France d' en bas : la caste des salariés du "privé" et des smicards... et vraiment tout en bas ( tout bien considéré ), la caste des travailleurs indépendants, des petits patrons, des agriculteurs, des artisans, des boulangers et autres lèves-tôt et de la plupart des membres des professions soit-disant "libérales" qui ne comptent plus leur temps passé à bosser ; cette caste là ( bien plus assujettie et spoliée que tous les autres : R.S.I., U.R.S.S.-af, CARMF, etc... ) pratiquement esclavagisée désormais et avec des capacités d'épargne de plus en plus réduites, dénuée de droits sociaux et de couverture sociale correcte, avec des perspectives de retraites minable, etc... tient en réalité tout le système à bout de bras... Cette caste là, c'est la grande caste des parias.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Si être libre, c'est vivre dans la peur constante, alors oui... les indépendants sont libres... mais à quel prix... peur que le client ne paye pas, peur des contrôles bureaucratiques qui trouvent toujours quelque chose, peur des amandes, peur des vols de matériel, peur de la maladie, des accident, des assurances qui ne couvrent pas les dégâts, de ne pas avoir assez de commande, de faire du noir, d'une plainte... et finalement travailler 80 heures par semaines pour ne même pas pouvoir en profiter parce qu'il faut que l'état nourrisse les feignants, en commençant par lui même...
C'est bien parmi les indépendants et petits entrepreneurs qu'il y a le plus grand taux de suicide... de n'est pas si exaltant que cela l'idée de liberté...
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
cette "liberté" qui leur reste ( !? ) - et il ne leur reste désormais plus que cela, est devenue parfaitement illusoire...
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
La liberté est ce qu'il y a de plus cher.

Il arrive fréquemment qu'elle se paye meme avec son sang.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Quelle est la différence entre la paix et la liberté ?









On peut acheter la paix, même à crédit, même avec de l'argent inventé.
La liberté par contre doit être payée cash, avec son propre sang.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Peut etre que ceci, par Jean de la Fontaine, pourra vous éclairer :

Un Loup n'avait que les os et la peau,
Tant les chiens faisaient bonne garde.
Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
Gras, poli, qui s'était fourvoyé par mégarde.
L'attaquer, le mettre en quartiers,
Sire Loup l'eût fait volontiers ;
Mais il fallait livrer bataille,
Et le Mâtin était de taille
A se défendre hardiment.
Le Loup donc l'aborde humblement,
Entre en propos, et lui fait compliment
Sur son embonpoint, qu'il admire.
"Il ne tiendra qu'à vous beau sire,
D'être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.
Quittez les bois, vous ferez bien :
Vos pareils y sont misérables,
Cancres, hères, et pauvres diables,
Dont la condition est de mourir de faim.
Car quoi ? rien d'assuré : point de franche lippée :
Tout à la pointe de l'épée.
Suivez-moi : vous aurez un bien meilleur destin. "
Le Loup reprit : "Que me faudra-t-il faire ?
- Presque rien, dit le Chien, donner la chasse aux gens
Portants bâtons, et mendiants ;
Flatter ceux du logis, à son Maître complaire :
Moyennant quoi votre salaire
Sera force reliefs de toutes les façons :
Os de poulets, os de pigeons,
Sans parler de mainte caresse. "
Le Loup déjà se forge une félicité
Qui le fait pleurer de tendresse.
Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.
"Qu'est-ce là ? lui dit-il. - Rien. - Quoi ? rien ? - Peu de chose.
- Mais encor ? - Le collier dont je suis attaché
De ce que vous voyez est peut-être la cause.
- Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
Où vous voulez ? - Pas toujours ; mais qu'importe ?
- Il importe si bien, que de tous vos repas
Je ne veux en aucune sorte,
Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor. "
Cela dit, maître Loup s'enfuit, et court encor.


Le Loup et le Chen
Jean de la Fontaine
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
BEMOL svp !

Le chien de la fable est bien nourri.

L'esclave façon Rome antique ou Louisiane 1800 est un investissement coûteux qui doit travailler mais sans être malade ni mourir à la tâche.

L'esclave-qui-s'ignore (actuel) est un pauvre mal nourri qui ne peut se payer le dentiste ni l'espace vital qu'il lui faut. Il doit même payer pour les politiques qu'il réprouve, pour les politiciens qu'il vomit. Payer la machinerie qui le vole. Payer le poison qui l'assassine.
C'est la bonne vieille fable du "loup et du chien" de notre bon la Fontaine...
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
BEMOL svp ! Le chien de la fable est bien nourri. L'esclave façon Rome antique ou Louisiane 1800 est un investissement coûteux qui doit travailler mais sans être malade ni mourir à la tâche. L'esclave-qui-s'ignore (actuel) est un pauvre mal nourri qui  Lire la suite
Pâris - 04/03/2016 à 21:33 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
La Russie achète, de nouveau, des titres de la dette américaine
19 oct.blitzel
Et pendant ce temps-là, des manoeuvres militaires de l' Otan en Allemagne préparent actuellement une confrontation fictive d'une guerre nucléaire à...
La crise du REPO… éternelle. Ca r’commence !
19 oct.blitzel
J.P. Chevallier parle de crask obligataire en monétarisme.*1 Delamarche parle d'Obligations insuffisantes de bonne qualité pour garantir ses c...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
11 oct.glemet
Il y a longtemps que la chèvre de M Seguin rêvait de quitter son petit enclos. L’herbe est si verte ailleurs et l’Europe montre tant de faiblesses,...
Nouveau Monde, la mobilité de masse arrive. Un visuel
09 oct.Patrick W2
C'est drôle..... quand on clique sur vos liens pour obtenir des renseignements pour trouver vos livres, ça ne fonctionne pas. En tout cas, brav...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
09 oct.Patrick W3
Oui, il est fort possible que Boris Johnson arrive à ses fins et on doit reconnaître que pour ou contre le Brexit, Boris Johnson est droit dans sa ...
La France et ses administrations criminelles
08 oct.Louis L.
Heureusement, il est consolant de savoir que pour cette épidémie d'incendies industriels depuis Notre Dame jusqu'à ce jour, aucune autre cause qu'...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
07 oct.Louis L.
Charles parle ici de 600 Mds € stockés par tous les européens sous forme d'espèces. Sa phrase est ambigüe car tous les européens sont 513 mil...
La France et ses administrations criminelles
07 oct.blitzel
Très bon article.... vu la situation critique. Les choses hélas ne sont plus comme elles étaient dans le temps il y a 50 ans. Il y avait ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX