Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Zone euro : à qui profite la crise ?

IMG Auteur
 
Publié le 30 novembre 2011
655 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 5 votes, 4,8/5 ) , 2 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
2
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Hier le Portugal, l’Espagne et la Grèce, aujourd’hui l’Italie. La crise des dettes souveraines semble de plus en plus inextricable et les risques d’une récession généralisée se font chaque jour plus vifs. Il est loin le temps où la perspective d’une intervention non européenne suscitait des haut-le-cœur au sein des chancelleries européennes. L’Europe regarde désormais avec espoir en direction du reste du monde pour l’aider à financer sa sortie de crise.


Aux États-Unis et en Chine, on ne se prive pas de faire la leçon aux pays membres de la zone euro, tout en assurant de son soutien. Toutefois, les gouvernements américains et chinois ont sans doute tout intérêt à ce que la crise de la zone euro se prolonge. Certes, la perspective d’une récession en Europe inquiète, notamment en raison du risque de contagion. Mais la confusion politique et le projecteur des marchés braqué sur l’Europe ne doivent guère déplaire à nos deux « partenaires ».


Un dollar de nouveau attractif


L’attention accrue des médias sur la zone euro a notamment permis d’éloigner pour un temps l’attention des bourses mondiales de l’état des finances américaines. Et pourtant, la gigantesque dette des États-Unis s’élève désormais à près de 15 000 milliards de dollars. Quant à l’économie américaine, la Réserve fédérale révisait nettement ses prévisions à la baisse le 2 novembre dernier. Autant dire que la tempête qui bouleverse le vieux continent offre aux États-Unis le luxe d’une confortable discrétion quant à leurs difficultés économiques. 


Mieux, les tourments de l’euro ont permis de considérablement redorer l’attrait du dollar auprès des investisseurs. Heureuse fortune pour le gouvernement américain, qui peut ainsi continuer à se financer à peu de frais, en dépit d’un risque qui se précise : confrontée à un tel niveau d’endettement, l’Amérique ne sera jamais en mesure de rembourser ses débiteurs.


Une évolution qui confirmerait la thèse de l’essayiste Edouard Tetro, qui estimait au printemps 2010 dans son ouvrage Quand le dollar nous tue que « le climat de crise autour de l’euro […] arrange formidablement bien les affaires de l’Amérique. Plus l’euro est décrédibilisé comme alternative au dollar, plus le monde riche, ancien et nouveau, détenteur d’excédents monétaires, est contraint et forcé de continuer d’acheter des dollars ».


Renforcement chinois en Europe


Quant à la Chine, la crise actuelle lui a donné une formidable opportunité de renforcer ses positions financières en Europe, ainsi que dans les grandes réunions internationales telles que le G20.


Courtisé par les responsables du Fonds européen de stabilité financière (FESF), le gouvernement chinois n’a pas encore donné suite aux appels à un financement, souhaitant attendre « les détails techniques pour y voir clair », selon ses représentants.


Toutefois, le parti communiste au pouvoir a tout à gagner à prendre une part active dans le sauvetage de la zone euro : il est en passe de conquérir une nouvelle stature internationale. Et accessoirement, les autorités chinoises ne se priveront probablement pas de faire valoir leur intervention en faveur de l’euro lorsque seront abordés des sujets sensibles tels que les droits de l’homme, la répression politique, la situation du Tibet ou encore le taux de change du yuan face aux pressions américaines.


Les grands perdants de ce jeu de poker menteur dans les hautes sphères de la politique seront les peuples eux-mêmes. Les Européens, en premier lieu, dont les aspirations semblent de plus en plus négligeables pour les décideurs politiques de la zone euro. Les Américains ensuite qui subissent depuis déjà plusieurs années une crise due aux manipulations monétaires à courte-vue de la Fed et aux politiques malavisées du gouvernement. Nul doute que les manœuvres actuelles ne favoriseront pas le retour du seul vrai moteur pour sortir de la crise : la croissance. Enfin, si le rachat de la dette européenne par la Chine peut servir les intérêts du gouvernement actuel, il ne peut que nuire aux intérêts du peuple chinois puisque la dette en question ne sera sans doute jamais remboursée.




 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Chine | Grèce | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Chine | Grèce | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,8 (5 votes)
>> Article suivant
Journaliste en formation au Centre de formation des journalistes (CFJ, promotion 2012). Diplômé d’une Grande Ecole en commerce international, Benoît Toussaint est bloggeur et auteur pour de nombreux sites et webzines sur la toile.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
"Enfin, si le rachat de la dette européenne par la Chine peut servir les intérêts du gouvernement actuel, il ne peut que nuire aux intérêts du peuple chinois puisque la dette en question ne sera sans doute jamais remboursée. "

Une bonne partie de la dette (financement du déficit extérieur) pour la France est due aux achats en Chine. Celle-ci produit à très bas prix pour les raisons que nous connaissons bien. Le non remboursement d'une partie ou tout de la dette ressemblerait à une TVA sociale avec effet rétroactif qui, si discutable soit-il d'un point de vue direct, compenserait la distorsion observée. En l'étalant dans le temps il pourrait être supportable pour la Chine qui pourrait ainsi garder un client important. Sinon il y aurait un effondrement des achats européens qui reviendraient sensiblement au même en Chine que le non remboursement brutal de la dette. La Chine a un peu trop tiré sur la corde et risque le retour de bâton ; utiliser ses réserves ainsi ne serait pas nécessairement une mauvaise opération pour elle.
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
Tout à fait possible.
Et il ne faut pas oublier que les chinois, sous leurs apparences "communistes" sont loin d'être idiots et savent très bien où placer leurs billes et dans quelle mesure. Et ils ont une vision à long et très long terme que l'on ne retrouve plus par chez nous...
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Tout à fait possible. Et il ne faut pas oublier que les chinois, sous leurs apparences "communistes" sont loin d'être idiots et savent très bien où placer leurs billes et dans quelle mesure. Et ils ont une vision à long et très long terme que l'on ne ret  Lire la suite
jack.be - 08/12/2011 à 08:20 GMT
Note :  3  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX