Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

La dépendance au pétrole n’existe pas : les bénéfices du pétrole pour l’environnement et pour la santé

IMG Auteur
 
Publié le 29 janvier 2015
1484 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 8 votes, 4,5/5 ) , 2 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
2
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editorial du Jour

 

 

 

 

Dans son fameux discours pour l’État de l’Union en janvier 2006, le Président George W. Bush déplorait la « dépendance » de l’Amérique au pétrole.[1] Dans un article caustique publié peu de temps après, le journaliste-éditeur James K. Glassman faisait remarquer que si cette rhétorique était prise au sérieux, alors en tant qu’ancien magnat du pétrole, M. Bush avait lui-même été un « revendeur de drogue », un « trafiquant » et un « baron de la drogue ». Glassman ajoutait ensuite que la déclaration du Président était un non-sens car « l’Amérique n’est pas plus accro au pétrole qu’elle n’est accro au pain, au lait, au papier, à l’eau, aux ordinateurs, ou dans les termes immortels du regretté Robert Palmer, à l’amour ».[2]

 

En d’autres termes, le problème central dans la rhétorique de l’écologisme radical qui a ensuite été reprise par le Président Bush est qu’elle ne distingue pas la « dépendance » des « moyens de subsistance ». Par exemple, la consommation d’héroïne sur une base régulière est qualifiée de dépendance car son usage entraîne des conséquences néfastes. En revanche, la consommation de pain ou de lait sur une base régulière entraîne des conséquences positives pour la vie et pour la santé car c’est une alimentation essentielle. Le pain et le lait fournissent des moyens de subsistance.

 

De manière assez large, lorsqu’on compare la consommation de pétrole (et des autres combustibles de carbone) au régime énergétique « biologique » et « renouvelable » recommandé par les écologistes, on se rend compte que le pétrole est bien davantage un moyen de subsistance qu’un produit entraînant une dépendance. Après tout, la vie de ceux qui ont vécu à l’ère de la biomasse, de l’énergie animale, éolienne et solaire était (au mieux) comparable à celle des économies les moins développées d’aujourd’hui. La plupart des agriculteurs y ont 1 chance sur 3 de souffrir de malnutrition et de disposer de revenus moyens approchant les 1 $ par jour.[3] Dès que le charbon, le pétrole et le gaz naturel ont commencé à entrer dans le panorama économique au XIXe siècle, tous les indicateurs de bien-être humain (de l’espérance de vie, du revenu par habitant, de la malnutrition et de la mortalité infantile au travail des enfants et à l’éducation) et la plupart des indicateurs environnementaux ont commencé à s’améliorer de façon significative.

 

Listons quelques-unes de ces vérités dérangeantes pour les écologistes radicaux :

 

·         En 1850, la population mondiale était approximativement de 1,2 milliards d’individus. Il y a maintenant plus de 7 milliards d’entre nous ;

 

·         En 1950, environ 1 individu sur 2,5 souffrait de malnutrition. Cette proportion est maintenant de 1 sur 7 ;

 

·         L’espérance de vie pour les hommes blancs aux États-Unis était environ de 38 ans en 1850, de 47 ans en 1900 et de 76 ans en 2008 ;

 

·         En 1850, l’homme américain moyen mesurait 170 centimètres et pesait 66 kilogrammes. En 2000, il mesurait 178 centimètres et 87 kilogrammes ;

 

·         Au niveau mondial, la mortalité globale attribuée à tous les événements climatiques extrêmes (chaleur extrême, sécheresses, inondations et tempêtes) a décliné de plus de 90% depuis les années 20 ;

 

·         Entre 1990 et 2005, la couverture forestière a augmenté ou a été améliorée dans pratiquement tous les 50 pays les plus boisés au monde avec un revenu par habitant d’au moins 4 600 $ (comparable au Chili), mais également dans les économies en développement comme la Chine et l’Inde ;

 

·         Il y a une centaine d’années, la qualité de l’air urbain aux États-Unis était pire que ce qu’elle est aujourd’hui dans les villes chinoises. Elle s’est remarquablement améliorée depuis.

 

Bien que ces progrès ne soient pas entièrement attribuables aux produits pétroliers raffinés, ces derniers ont joué un rôle important dans chacun d’eux. Par exemple :[4]

 

·         80 à 90% de la population active américaine était employée dans l’agriculture en 1800 ; elle était de 41% en 1900, de 16% en 1945 et d’environ de 1,5% aujourd’hui. En libérant nombre d’individus des travaux de la ferme, il leur a été possible de s’investir ailleurs, de la recherche médicale à l’ingénierie civile et ceci a permis d’améliorer le niveau de vie de tous. Les produits pétroliers raffinés ont rendu cela possible à travers : 1) le développement d’un transport rentable de longue distance qui a permis de concentrer la production alimentaire dans les meilleurs sites du monde ; 2) l’augmentation spectaculaire de la quantité de nourriture produite sur un lopin de terre grâce à un large éventail d’innovations, des tracteurs et des pesticides synthétiques aux bâches en plastique et à la médecine vétérinaire ;

 

·         Le transport de longue distance a également amélioré la nutrition en général et a permis l’éradication des famines en déplaçant les excédents agricoles des régions bénéficiant d’excédents aux régions qui en manquaient ;

 

·         Les tracteurs ont remplacé des millions de chevaux et de mules dans les fermes américaines. Jamais malades, ils n’avaient pas besoin de soins lorsqu’ils ne travaillaient pas, et ne consommaient pas plus d’un cinquième de la nourriture qu’ils aidaient à produire ;

 

·         En 1898, les délégués réunis lors de la première conférence internationale mondiale d’urbanisme abandonnèrent l’idée de trouver une solution au problème inextricable du fumier de cheval. En dehors de leur puanteur, les excréments de chevaux et les carcasses étaient aussi source d’agents pathogènes comme la fièvre typhoïde qui coûta de nombreuses vies. De plus, les chevaux urbains amenaient nombre de parasites (rongeurs et mouches) à vivre à proximité des êtres humains, sans compter qu’ils étaient plus susceptibles de tuer des gens dans des accidents que ne l’ont été les voitures par la suite ;

 

·         L’asphalte a, quant à lui, significativement réduit la concentration de particules de poussière dans les zones urbaines ;

 

·         Les produits pétroliers raffinés ont aussi permis de réduire la pression exercée sur de nombreuses productions agricoles, telles que les plantes cultivées pour la production de fibres, de colorants et de caoutchouc, et sur l’élevage d’animaux essentiellement utilisés pour leur laine et leur fourrure. Ils ont aussi réduit l’exploitation des baleines (huile de baleine, base parfumée), des arbres (bois de charpente et bois de chauffage), des oiseaux (plumes) et d’autres animaux sauvages (ivoire, fourrures et peau) ;

 

·         Le kérosène et le pétrole lourd ont remplacé les combustibles domestiques de piètre qualité comme le bois de chauffage et le fumier. Ces derniers remplissaient les maisons de la suie, de particules, de monoxyde de carbone et de produits chimiques toxiques à l’origine de maladies pulmonaires chroniques et d’infections respiratoires aigües mortelles. (Malheureusement, ce type de pollution tue encore des millions de personnes dans le monde chaque année) ;

 

·         Les plastiques dérivés du pétrole ont amélioré la vie quotidienne de différentes manières, de leur usage en médecine moderne (équipement des salles d’opération, cœurs, valves, membres et articulations artificiels) au remplacement des épaisses cuves en pierre ou en argile utilisées pour transporter l’eau par des pots en plastique. Cette substitution est souvent décrite comme un petit miracle dans les économies les moins avancées.

 

Bien qu’ils ne soient pas parfaits, les produits pétroliers raffinés restent la manière la plus durable de sortir des milliards d’êtres humains de la pauvreté tout en améliorant l’état de notre environnement. Le problème énergétique actuel vient de que de trop nombreux activistes et entreprises subventionnées ont une vision romantique du passé et développent – grâce au soutien de l’État – des alternatives coûteuses, peu pratiques et nuisibles à l’environnement.

 

 

 



[1] “Transcript: President Bush’s State of the Union Address.” CQ Transcripts Wire. (31 janvier 2006) http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/...6013101468.html

[2] target="_blank" Glassman, James K. 2006. “Addicted to What?” TCS Daily (2 février) target="_blank" http://www.ideasinactiontv.com/tcs_daily/2...ed-to-what.html

target="_blank"[3]< target="_blank"/a> target="_blank" target="_blank"Voir, parmi d’autres, Paarlberg, Robert. 2010. “Attention Whole Food Shoppers.” Foreign Policy (mai/juin) http://www.foreignpolicy.com/articles/2010/04/26/attention_whole_foods_shoppers?page=full

target="_blank"[4] Basé sur Arias, Elizabeth. 2012. “United States Life Tables, 2008.” National Vital Statistics Report (Centers for Disease Control) 61 (3) (24 septembre) http://www.cdc.gov/nchs/data/nvsr/nvsr61/nvsr61_03.pdf; Cohen, Patricia. 2011. “Technology Advances, Humans Supersize.” New York Times (26 avril) http://www.nytimes.com/2011/04/27/books/robert-w-fogel-investigates-human-evolution.html?_r=1 ; Goklany, Indur. 2012. Humanity Unbound. How Fossil Fuels Saved Humanity from Nature and Nature from Humanity. Cato Policy Paper No. 715 (20 décembre); Goklany, Indur. 2011. Wealth and Safety: The Amazing Decline in Deaths from Extreme Weather in an Era of Global Warming, 1900–2010. Reason Foundation Policy Study no. 393 (septembre) http://reason.org/files/deaths_from_extreme_weather_1900_2010.pdf ; Kauppi, Pekka E., Jesse H. Ausubel, Jingyun Fang, Alexander S. Mather, Roger A. Sedjo et Paul E. Waggoner. 2006. "Returning Forests Analyzed with the Forest Identity." Proceedings of the National Academy of Sciences 103 (46): 17574-17579; Bruce, Nigel, Rogelio Perez-Padilla & Rachel Albalak. 2000. “Indoor Air Pollution in Developing Countries: A Major Environmental and Public Health Challenge.” Bulletin of the World Health Organization 78 (9): 1078-1092 http://www.who.int/docstore/bulletin/pdf/2000/issue9/bul0711.pdf ; Tarr, Joel et Clay McShane. 1997. “The Centrality of the Horse to the Nineteenth-Century American City." Dans Raymon Mohl (ed.) The Making of Urban America, NY: SR Publishers, pp. 105-130 (extrait pertinent disponible à http://www.enviroliteracy.org/article.php/578.html)

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Chili | Chine | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Chili | Chine | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (8 votes)
>> Article suivant
Pierre Desrochers est professeur agrégé au département de géographie de l'Université de Toronto. Ses principaux domaines de recherche sont le développement économique et les politiques alimentaires et énergétiques. Il a publié plus de quarante articles scientifiques dans plusieurs disciplines (géographie, économie, gestion, ingénierie, histoire et sciences politiques) et est le co-auteur de The Locavore's Dilemma: In Praise of the 10,000-mile Diet (PublicAffairs, 2012). Son site web est à http://geog.utm.utoronto.ca/desrochers/
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Ma voiture me permet d'aller plus vite chez le médecin, DONC c'est 100% bon pour la santé. Bon je vous laisse, je vais aller respirer de mon pot d'échappement pour guérir mon rhume.
Le seule petit problème c'est que les énergies fossiles étant en quantité finis sur terre; un théorème mathématique dit que la production commence à 0, passe par un maximum puis retourne à 0.
La société actuelle ne sera qu'un shoot" à l'échelle de l'humanité.
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Ma voiture me permet d'aller plus vite chez le médecin, DONC c'est 100% bon pour la santé. Bon je vous laisse, je vais aller respirer de mon pot d'échappement pour guérir mon rhume. Lire la suite
RalphZ - 29/01/2015 à 14:10 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
Une canicule prévisible mais insurmontable
26 juinmerisier1
Perso je fais ma "contre-propagande" auprès des jeunes autour de moi ! Il faut d'ailleurs se rendre compte qu'ils ne sont pas totalement lobotomisé...
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinmerisier1
@LOUIS L. Si nous avions des gouvernants avec des baloches (des vraies !) et qui voudraient vraiment faire de l'écologie pour le bien public, ...
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinLouis L.2
A propos de sécu, je trouvais un peu fort de café les honoraires de dispensation en pharmacie pour un service inchangé mais je trouve avec effareme...
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinmerisier2
@ gloopy La sécu qui coule lentement mais sûrement la France, est un schéma de Ponzi de par son mode de fonctionnement, structure financière à ...
Immobilier : Les Français organisent leur propre misère
24 juinSaphir
Les français, ou les gouvernements français ?
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juingloopy2
sans doute notre merveilleuse "Sécu" ( qui fut imposée aux Français, sans jamais leur demander leur avis, dans l'immédiate après-guerre ) n'est-ell...
Des élus de plus en plus dangereux
24 juinmerisier1
@ LOUIS L. et gloopy Après vérification, 24h Gold n'a plus publié les cours des Mpx depuis le 09 avril 2019 ! ???????????????????????
Dépenses sociales : un pognon de dingue
23 juinmerisier2
Pas de souci, grâce à Agnès Buzyn (ministre de la santé !) on va avoir la couche supplémentaire avec la prise en charge de la PMA si l'on en croit ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX