Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

La nuisance des éoliennes : une nouvelle règle « aveugle » aux plaintes des riverains

IMG Auteur
 
Publié le 28 avril 2015
601 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 8 votes, 4,5/5 ) , 33 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
33
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Article du Jour

 

 

 

 

Le gouvernement français cherche depuis plusieurs années à réglementer le problème des nuisances générées par les fermes éoliennes et, à chaque fois, l’on modifie la distance minimale entre les installations éoliennes et les immeubles habités. Tandis que l’arrêté du 26 août 2011 établissait déjà une distance minimale de 500 mètres, le Sénat a voté l’augmentation de cette distance à 1 000 mètres dans le projet de loi pour la transition énergétique. En Allemagne ou encore au Royaume Uni, la distance minimale est d’un kilomètre et demi. Plus récemment, l’Assemblé nationale avait ramené la distance légale à 500 mètres, notamment sous la pression des rapporteurs socialistes François Brottes et Ericka Bareigts qui, dans leur amendement, s’étaient montrés soucieux de ne pas brider la possibilité d’élargir le parc éolien français :

 

« En effet, cette règle ‘aveugle’ ne prend pas en compte les spécificités de chaque territoire, et réduit considérablement le potentiel de développement de l’éolien en France. Par exemple, en région Centre, avec le seuil actuel de 500 mètres, la surface pouvant accueillir un projet éolien représente 33 % de la surface totale régionale. Avec un seuil fixé à 1000 mètres, la surface résiduelle serait de 3 %, soit une division par dix. Le ratio serait quasi-identique en région Picardie (4,9 % contre 47 %). » 

 

La règle des 500 mètres n’est ni plus ni moins ‘aveugle’ que la règle des 1000 mètres ou que toute autre règle dans la mesure où, quoi qu’il en soit, elle sera arbitraire. Ce qui semble, en revanche, vraiment aveugle, c’est la détermination à implanter coûte que coûte des dispositifs éoliens. Depuis plusieurs années désormais, le parc éolien français s’agrandit aux dépens des finances publiques (qui ne cessent d’ajuster les aides à l’énergie éolienne) et surtout au mépris des plaintes des riverains, qui ne semblent jamais être prises au sérieux.

 

Il est curieux de constater que le fameux principe de précaution, maintes fois invoqué pour interdire toutes sortes de produits que le consommateur pourrait éviter tout seul (par exemple, l’huile de palme et le Red Bull), ne l’est jamais lorsqu’il s’agit des nuisances présumées des éoliennes sur la santé des riverains exposés aux champs magnétiques. Ne serait-il pas plus judicieux – dans le cadre du principe de précaution – de protéger les personnes qui n’ont pas choisi d’être exposées aux nuisances potentielles, que celles qui décident librement de consommer un produit potentiellement nuisible.

 

Mais en laissant de côté cette incohérence curieuse dans l’application du principe de précaution, il demeure que des nuisances visuelles et sonores objectivement vérifiables – notamment le bruit et les effets stroboscopiques sont encore complètement ignorées par ce projet de loi. Il est ainsi ironique d’observer que l’augmentation de la pollution sonore et visuelle se fait au nom de lutte contre la pollution de l’air.

 

Plus généralement, tant que les droits des riverains se retrouveront en conflit avec les intérêts de l’industrie éolienne, aucune solution politique ne sera satisfaisante. Car quelque soit la distance entre les fermes éoliennes et les habitations, elle sera forcément en faveur des uns et paraîtra « aveugle » aux autres.

 

Ainsi, au lieu de débattre dans les commissions de l’Assemblé de la distance entre les éoliennes et les habitations, il serait plus utile et suffisant de préciser le cadre légal concernant les problèmes de voisinage (art. R. 1334-31) et rde enforcer les droits des individus concernant non seulement les pollutions sonores et visuelles mais aussi les pollutions aériennes. De cette manière, les droits des individus ne seraient plus transgressés légalement, ni par l’industrie éolienne, ni par les producteurs des énergies fossiles ni par aucune autre industrie polluante.

 

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (8 votes)
>> Article suivant
Marian Eabrasu est professeur d’économie et d’éthique à l’ESC-Troyes. Il a été chercheur à l’International Centre for Economic Research (Turin, Italie) et à l’institut Ludwig von Mises (Auburn, Etats Unis). Il est l'auteur de nombreux articles publiés dans des revues à comité de lecture comme La Revue Française de Science Politique, Quarterly Journal of Austrian Economics, Business and Society, etc. Son dernier article publié en 2012 dans Raisons Politiques s'intitule "Les états de la définition wébérienne de l'Etat"
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Les éoliennes gênantes, ce sont celles... des autres !
Laissons les riverains reprendre possession de leur environnement et de leurs paysages, laissons-les être propriétaires des éoliennes, et tout sera plus simple.
Même l'effet stroboscopique n'existe pas chez le propriétaire qui ne voit que le bel objet utile.

Idem pour le stockage de l'électricité: c'est pas croyable à quel point les producteurs intermittents parviennent à adapter leur consommation, sans que ce soit perçu comme une contrainte pesante !
Je suis de votre avis pour laisser les propriétaires faire ce qu'ils veulent avec les éoliennes... à condition de ne plus subventionner les énergies intermittentes. Quand le propriétaire non subventionné verra que les énergies intermittentes ne sont pas économiquement viables pour produire de l'électricité en continu, alors le problème des éoliennes sera définitivement réglé.
Il faudrait subventionner à bon escient. Il nous manque une découverte fondamentale quelque part. C'est une poignée d'individus qui font progresser l'humanité finalement.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Pourquoi produire en continu ?
La consommation peut très bien s'adapter à la Nature, on a trop fait l'inverse ces derniers temps.

Avoir un programmateur et lancer un lave-vaisselle, chauffe-eau ou lave-linge au milieu de la nuit ou de la journée, est-ce réellement une contrainte sérieuse ?
Ceux qui ont encore des chauffages électriques et des heures creuses ont des radiateurs à la masse accumulatrice insoulevable: 24h de chauffage pour 8h de consommation. C'est difficile ?
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Pendant la guerre 39 45 et longtemps après, je me revois gamin en vélo dans la campagne ( il n'y avait pas de voitures). Et il y avait mult éoliennes, rouillées à l'abandon, dans les champs. Elle servaient surtout à pomper l'eau. En Afrique, c'est pire. Alors, "l'illusion éolienne" est déjà ancienne.
Le vrai problème qui devrait être prioritaire pour la recherche ( à mon avis) c'est la conservation massive et à prix réduit de l'énergie qui résoudra largement le problème. Ensuite, viendra la fusion froide.
"Et il y avait moult éoliennes"

Dans toutes les branches, l'industrie a commencé avec du renouvelable avant de passer aux fossiles.
@samideano
L'énergie par éolienne n'est pas une énergie renouvelable mais une énergie intermittente. En effet, une éolienne ne produit de l'électricité que lorsque le vent est compris entre 15 et 80 km/h Comme l'électricité ne peut pas être stockée, il faut une centrale électrique en parallèle pour mettre en adéquation la production intermittente et la consommation. L'énergie intermittente solaire ou par éolienne coûte de ce fait deux fois plus cher que celle issue des centrales classiques et est polluante à en croire l'expérience Allemande. Un Allemand pollue en moyenne deux fois plus qu'un Français pour une électricité deux fois plus cher qu'en France du fait du surcoût des lignes hautes tensions supplémentaires, des centrales au charbon en parallèle et de la gestion complexe d'une énergie de mauvaise qualité (versatile). L'énergie intermittente est une énergie idéologique qui ne survit que grâce aux subventions.
L'exemple Espagnol démontre ceci: - Si l'état s'arrête de subventionner les énergies intermittentes du fait de la crise économique, toute l'économie énergie intermittente s'effondre du jour au lendemain avec des conséquences désastreuses pour les investisseurs animés de bonnes intentions qui se retrouvent ruinés.
Voici une vidéo qui donne un éclairage scientifique incontestable sur les éoliennes: https://www.youtube.com/watch?v=_-9FCxmGKMQ
Donc un bon conseil: vous avez raison de vouloir remplacer l'énergie fossile et l'énergie nucléaire. Hélas, les énergies intermittentes sont un miroir aux alouettes. Il faudrait plutôt affecter les subventions des énergies intermittentes pour explorer d'autres voies.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
il y a désormais MC PHY ENERGY avec ses solutions de stockage pour l'énergie produite en trop par l'éolien ou le solaire, je vous conseille d'aller sur leur site, les énergies intermittentes sont bien la solution.
En dépensant environ 4000 milliard d'euros sur 10 ans on peut se passer du nucléaire et du pétrole, ( soit un rendement financier de plus de 10%)( importation du seul pétrole étant évalué entre 65 et 80 milliard d'euro annuel. Je n'inclus pas dans ces chiffres le coût du nucléaire qui est un véritable gouffre avec des chiffres tronqués pour le calcul du coût du KWATT. En effet on ne tient pas compte du démantèlement de ces mêmes centrales, qui est, par ailleurs, pratiquement impossible. Du coût également de la sécurisation des déchets
De plus, les panneaux solaires étant en milieux rural ( sur les parking de super marché, le toit des bâtiments industriels, le toit des maisons individuelles ) , ainsi que la production de méthane avec les déchets agricoles et les éoliennes on pourrai redistribuer une partie de ses gains à la populations.
Investir également comme le font les chinois et les japonais, dans les piles à combustible pour faire fonctionner nos automobiles. Tout cela implique une production d'hydrogène par électrolyse de l'eau, et le stockage de ce gaz par le procédé de Mc phy énergie. Bref on peut espérer une décentralisation de la production d'énergie sur tout le territoire,créer des stations à hydrogène, et faire cela en démocratie, c'est peut être cela le danger pour les monopoles. C'est aussi un frein notable qui produit une désinformation systématique.
Pour ce qui est du financement, les compagnies d'assurance ont d'énormes capitaux à la recherche de rendement. De nombreux particuliers pourraient également investir dans des panneaux solaires pour assurer une partie de leurs besoins.
Il faut penser aussi à la création d'emplois vraiment utiles, qui seraient aussi décentralisé . La France a des chercheurs qui trouvent.
On peut croire et espérer que cela crée une nouvelle filière exportable
Bref il faut cesser de se lamenter, et retrousser les manches
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Encore mieux : le stockage hydro-éolien aux Canaries
https://www.youtube.com/watch?v=65hFaVfTcpI

C'est un cas particulier puisque c'est une île et c'est 11 MW. Seulement !

La plupart des gens ne comprennent pas les enjeux de puissance électrique (90 000 MW en crête) qu'il faut délivrer pour notre confort moderne.
Cela ne peut être assuré que par des sources primaires stables.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
"les enjeux de puissance électrique (90 000 MW en crête) qu'il faut délivrer pour notre confort moderne"

Le problème de la puissance-crête est d'abord un problème de consommateur avant d'en être un de producteur.
Si tous les consommateurs sont producteurs, alors les 2/3 du problème n'existe pas.

Dans vos 90000MW vous incluez le chauffage électrique qui ne fait pas partie du confort moderne: on ne peut pas à la fois être moderne et ringard.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
@plessis

Très bien MC PHY ENERGY, Joël de Rosnay dit la même chose.
"Je n'inclus pas dans ces chiffres le coût du nucléaire qui est un véritable gouffre avec des chiffres tronqués pour le calcul du coût du KWATT. En effet on ne tient pas compte du démantèlement de ces mêmes centrales, qui est, par ailleurs, pratiquement impossible. Du coût également de la sécurisation des déchets"

Ajoutez qu'EDF n'a pas vraiment payé ses recherche-développement, qu'elle s'est financée plus ou moins à l'oeil et a fait cautionner ses emprunts par Mamanl'état. Qu'elle n'est pas assurée pour ses centrales et que le montant des provisions pour retraitement hypothétique futur est scandaleusement insuffisant.
De plus il est placé en obligations gouvernementales, ce qui ne sera d'aucune valeur à ceux qui auront besoin de traiter les déchets une fois la république tombée !

@jeanmikhaleff

Le stockage des énergies intermittentes grâce à l'hydrogène est déjà utilisé en Allemagne.
LE RENOUVELABLE A DEJA GAGNE LA BATAILLE.

https://www.youtube.com/watch?v=_PZcch5L_g8&list=PLhw9O-AeFfaAVout_2zQr5ptk5K89G1V2&index=60
Vous me voyez très heureux de savoir que les énergies intermittentes peuvent être stockées grâce à l'hydrogène.
Pour prendre un exemple, en Espagne, l'énergie éolienne est la première source d'électricité avec 21% de la consommation.
Cependant, l'Espagne subissant une crise économique majeure, tout comme nous mais en pire, le gouvernement Espagnol a arrêté de subventionner et des investisseurs de bonne foi se retrouvent ruinés.
Je souhaite vraiment que les Allemands réussissent le stockage de l'énergie car ils polluent deux fois plus que la France par habitant pour un coût de l'électricité deux fois supérieur, du fait des centrales à charbon qui doivent fonctionner en parallèle des énergies intermittentes. En effet ils exploitent la lignite à ciel ouvert sur 48 km2 absolument "dégoûtant" sur le plan de l'écologie. Voici le lien:
http://www.wikistrike.com/2015/03/la-nouvelle-mine-de-lignite-allemande-de-48km-responsable-de-la-pollution-parisienne.html
Si le stockage de l'énergie grâce à l'hydrogène est économiquement viable, ce sera vraiment une excellente nouvelle et il conviendrait d'en avertir au plus vite le gouvernement Espagnol qui à priori n'est pas au courant (sans jeu de mots).
Merci pour votre lien très intéressant, désolé d'être "un peu" sceptique. Voici un autre relativement aux éoliennes Espagnoles:
http://www.lesechos.fr/05/02/2014/LesEchos/21620-091-ECH_l-energie-renouvelable-a-coute-50-milliards-d-euros-a-l-espagne.htm
Les théories développées par Joel de Rosnay sur le stockage par hydrogène me paraissent fumeuses pour ne pas dire plus (smart grid, électricité stockée dans les voitures) mais je serais très heureux de m'être trompé.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
@jeanmikhaleff

Merci pour les liens.
Par ailleurs, même si ce n'est pas encore opérationnel, l'éolien peut aussi produire de l'énergie en continue, grâce à une nouvelle technologie très peu coûteuse, et qui de surcroît rend les installations éoliennes invisibles, tout pour plaire :

https://www.youtube.com/watch?v=TG0WeS6uudg

Rifkin montre aussi que le nucléaire n'a aucun avenir :

https://www.youtube.com/watch?v=eOfhzdItrFU

mais le thorium pourrait relancer le nucléaire sans danger pour 10 000 ans :

https://www.youtube.com/watch?v=Z0G8QxaYRds

Rien n'est simple !
Le cerf volant est à prendre au sérieux en tant que voie recherche. Cette technologie me fait penser à l'aviation qui au début n'était pas viable pour les transports de passagers. Au début, les avions volaient à basse altitude et les passagers étaient morts de trouille car ils étaient secoués comme des pruniers à cause des turbulences des vents. C'est vrai, à très haute altitude le vent est constant et puissant, c'est ce qui a permis à l'aviation de devenir un moyen de transport populaire. Un autre exemple est le martinet qui est l'animal le plus rapide au monde sur longue distance car il prend les vents de haute altitude lors de ses migrations (vitesse de croisière > 100 km/h).
Quand au thorium, je n'en avais jamais entendu parler.
Il faudra voir si une de ces deux technologies est économiquement viable sur une période longue. J'aime bien le cerf volant à haute altitude... au moins, ça me fait rêver. Encore merci.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
"Un Allemand pollue en moyenne deux fois plus qu'un Français "

Il ne s'agit pas de polluer plus ou moins, les polluants n'étant pas les mêmes.
La pollution allemande est essentiellement d'origine industrielle:
1135 milliards d'exportations dans l'année: vous croyez amusant d'être les ouvriers de la planète ? De produire et de polluer chez soi pour satisfaire des clients au loin, qui, bien souvent ne produisent rien de tangible eux-mêmes, et paieront en pixels ou papiers contrefaits ?
Les écologistes Allemands ont choisi de bonne foi les énergies intermittentes qui coûtent deux fois plus cher et nécessitent des centrales lignite qui polluent. L'énergie intermittente est idéologique et largement subventionnée.
Pour le reste, les 1135 milliards d'exportations se sont fait sur le dos des autres membres de l'Union qui ne peuvent pas dévaluer leur monnaie. Dans le cadre d'une monnaie unique, les Allemands devraient transférer logiquement les excédents aux Français, Grecs, Espagnols et Italiens comme les états riches des Etats Unis paient pour les états pauvres.
Ceci nous éloigne des choix idéologiques des écologistes.
Ceci étant, je suis 100% favorable au remplacement du nucléaire et des énergies fossiles. Encore faudrait-il trouver des solutions économiquement rentables avant de se lancer dans une telle démarche. Selon moi, il manque une découverte fondamentale quelque part.
"les 1135 milliards d'exportations se sont fait sur le dos des autres membres de l'Union "

Elle est salée celle là !
Personne ne force un client à passer commande.
Personne ne peut reprocher à un producteur de ne PAS refuser et d'honorer les commandes qu'on lui passe.
Un travailleur honnête ferait ainsi son chiffre d'affaire "sur le dos" de ses libres clients... Vous préféreriez quoi ? Qu'il le fasse sur le dos de la Princesse, sur celui des générations à naître ? Qu'il renonce à le faire ?
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Je ne me base pas sur le plan moral, mais constitutionnel. En France, il y a des départements pauvres et des départements riches. Ainsi le département des Haut de Seine paie pour le département de la Seine Saint Denis car la France est un pays. C'est vrai en Allemagne pour les régions pauvres et riches. Ce devrait être vrai s'il y avait un peuple Européen. Votre remarque extrêmement intéressante, que je comprends tout a fait, prouve qu'il n'y a pas de peuple Européen, donc il faut en finir avec la monnaie unique si les pays riches ne veulent pas transférer les excédents vers les pays pauvres.
Si je comprends votre analogie, "le riche" serait l'ouvrier qui fabrique et "le pauvre" celui qui a les moyens acheter le produit fini et de le consommer de façon renouvelée.

Et vous voudriez que le client reçoive l'argent du producteur après avoir déjà reçu son produit ? Une nouvelle approche du commerce ?
Je ne veux rien du tout. Je dis simplement qu'il n'y a pas de peuple Européen car les anciennes nations riches ne veulent pas payer pour les nations pauvres. Je ne dis pas que c'est bien ou pas bien, je constate, c'est tout. Donc, comme il n'y a pas de nation Européenne, l'Euro est condamné ainsi que l'Europe telle quelle existe actuellement. Autrement, je comprends tout à fait qu'un Allemand ne veux pas payer pour un Français, un Italien, un Espagnol ou un Grec s'il pense que ces peuples ont une culture différente de la sienne. Un Allemand d'une région riche veut bien payer pour un Allemand d'une région pauvre et il en est de même pour les Italiens du Nord qui paient pour ceux du Sud. Réaliser de tels transferts entre les anciens Etats de l'Europe avec une monnaie unique appelée l'Euro me parait irréaliste et vous venez de me le confirmer. En effet, endetter des pays pauvres ne résout rien et sur ce point vous avez parfaitement raison. Endetter de plus en plus les pays pauvres ne sert qu'à gagner du temps afin de fuir les réalités et passer la patate chaude au politicien suivant. Mais la réalité se fera de plus en plus pressante.
Evidemment qu'il y a plusieurs peuples mais ceci est une question politique, tout comme votre approche "constitutionnelle", là où il ne s'agit que de commerce !

A ma connaissance, les Hauts-de-Seine ne sont pas devenues riches en produisant des biens qu'ils auraient massivement vendus à la Lozère.
(flux commerciaux). Si la Lozère est devenue plus pauvre que l'Alsace, ce n'est pas parcequ'elle a consommé des biens Alsaciens au delà de ses moyens.

Les flux politiques (si l'on peut dire) ont ceci de particulier qu'ils sont à base d'impôts, c'est à dire qu'il n'y a pas de contrepartie aux paiements. En ce sens, oui, Paris s'est fait sur le dos et au détriment des Provinces, en attirant à lui les cerveaux, les compétences, les matières, les produits et l'argent des impôts. On peut alors dire qu'il y a un devoir au moins moral de Paris envers ceux qui lui assurent sa subsistance. Une forme de retour d'ascenseur. (Devoir qui n'existerait pas s'il n'y avait pas eu PREALABLEMENT ce syphonage ou si les impôts n'avaient pas été si élevés).

Mais ce retour n'existe plus vraiment. Même un maquereau ou un mafieux assure une protection à ceux qui l'alimentent en grisbi, alors que le gouvernement de Paris n'assure même plus la sécurité des petits-payeurs. Il n'assure même plus l'égal accès à ses propres administrations !

Le syphonage unidirectionnel n'ayant jamais existé entre les pays d'Europe, il n'y a pas à envisager de compensation inverse.

Le raisonnement est le même avec des pays plus éloignés: l'Allemagne ne s'étant jamais enrichie "politiquement" de prélèvements sur l'Australie, les excédents commerciaux successif avec ce pays ne donnent aucun droit à remboursement: les biens manufacturés ont déjà été livrés, l'échange équilibré bien-contre-argent a déjà eu lieu, l'affaire est close.
100% de votre avis.
C'est pourquoi l'Europe et l'Euro sont une bêtise qu'il convient de corriger au plus vite... sauf si l'Allemagne a l'intention de siphonner les cerveaux et main d'oeuvre qualifiée Grecs, Français etc... car sa natalité est faible. Bien entendu je dis ça uniquement pour vous taquiner.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
La bêtise serait moins grave si les politiciens se contentaient de la politique et ne se consacraient pas à 99% à l'économie, c'est à dire au fric des autres.

Dans l'intention de syphonner la main d'oeuvre, je vous remercie par avance de bien faire le distingo entre une décision politique, coercitive, façon empires voire STO, et un mouvement "économique" dans lequel des travailleurs décident LIBREMENT de passer la frontière pour répondre à une offre attirante.

Quand la Suisse veut la crème mondiale pour enseigner dans ses universités, elle offre trois fois le salaire français, et laisse les candidats intéressés se présenter et se faire sélectionner. Aucune agressivité suisse, aucune contrainte sur les hommes.
Et tant pis pour les sociétés qui ont formé les candidats sans ensuite savoir les garder.
"Un Allemand d'une région riche veut bien payer pour un Allemand d'une région pauvre "

Détrompez-vous! Il n'y a d'ailleurs pas de régions en Allemagne, mais des pays fédérés. La comptabilité entre pays est limpide, pas besoin d'une statistique insee pour savoir au centime qui paye et combien. Il s'agit bien de virements nets et signés, pas d'une observation des mouvements.

Les pays nettement payeurs (Bavière) se plaignent régulièrement que les pays cigales perpétuellement bénéficiaires de la solidarité fédérale (Berlin) "se payent", grâce aux transferts, des luxes que les fourmis se refusent à elles mêmes.

Berlin par exemple offre des universités gratuites et une bourse à chaque étudiant, alors que les Bavarois doivent payer leurs droits d'inscription sans recevoir de bourse.
N'allez pas croire que tout se passe naturellement et sans accrocs !
Merci pour cette précision que j'ignorais.
En effet, l'Allemagne est un pays jeune composé de Lander et pas de régions à priori.
Ceci étant, avec les travailleurs détachés à bas coût des pays de l'Est et les ingénieurs Européens qui viennent bien entendu pour de meilleurs salaires ou pour avoir simplement un emploi... avec l'impossibilité pour les autres pays Européens de se défendre en dévaluant leur monnaie et les lois Européennes qui sont supérieures à celles des Etats sauf pour l'Allemagne car elles doivent être ratifiées obligatoirement par le parlement Allemand pour s'appliquer à tous... la situation devient complexe et pénible... certains parlent même d'Empire... il serait temps d'arrêter les frais selon moi. Ce sont de mauvais traités pour presque tout le monde.
On parle de commerce (entre individus) ou de politique (entre administrations ou états)?
Pour le pays jeune... pas compris. Il est aussi vieux que la France et son régime actuel a 9 ans de plus.
En tant qu'Etat nation, l'Allemagne n'existe que depuis 1871, Etat fédéral composé de 25 états. C'était un Empire Allemand Kaiserreich. La Nation France existe depuis plus de 1000 ans environ avec des hauts et des bas il est vrai. C'est pourquoi je disais que l'Allemagne était une nation jeune comparée à la nation Française.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Là, vous avez une approche qui leur échappe presque complètement. Je ne vais pas faire ici une dissertation. Juste vous inviter à chercher par vous-même :

Qu'est-ce que c'est qu'un Allemand, ein Deutscher, a German, Niemiecki et uno Tedesco.
Comprenez les grandes différences entre des mots qui ne sont PAS la traduction les uns des autres et nous continuerons volontiers plus loin. Derrière deux signifiants il n'y a pas les mêmes signifiés.

Cette vision nationale voire nationaliste de l'Etat est morte en 1945, elle a duré moins de 70ans. Période au cours de laquelle ce peuple a connu les pires misères, destructions et hontes. On comprend facilement que les générations post-45 se rattachent plus volontiers à la période 843-1870 qu'à celle de 1871-1945 !
Je comprends ce que vous voulez dire mais je n'ai pas le vécu.
Les accords entre nations souveraines c'est par exemple Airbus.
Les succès politiques, la chute pacifique du mur de Berlin.
Je ne suis pas certain que l'Europe actuelle puisse aboutir à la paix souhaitée car les peuples parlent mal les uns des autres actuellement.
La nation allemande n'est pas souveraine, elle a toujours été dispersée dans plusieurs Etats. Les deux tentatives de mettre les frontières politiques en meilleure correspondance avec la nation (deuxième et troisième empires) se sont très mal terminées pour elle. L'idée d'une troisième tentative est grillée d'avance.

Le pouvoir politique de Berlin na pas de pouvoir industriel. La République Fédérale ne possède pas d'actions industrielles. Les élus politiques fédéraux ne siègent pas dans les conseils d'administration ou de surveillance des groupes industriels. (Ce serait si mal vu qu'ils seraient immédiatement contraints aux démissions). Berlin est même un enquiquineur pour les Konzern, en autorisant au compte-goutte la production et l'exportation d'armement par exemple, ou en exigeant l'arrêt des centrales nucléaires (privées, évidemment)

En résumé, Airbus n'est pas le fruit d'accords politiques, n'est pas issu d'une nation, souveraine ou pas d'ailleurs.
La République Fédérale n'a reçu une délégation de pouvoir que d'une partie de la nation, elle ne règne pas sur elle, ni même sur la partie qu'elle administre. Les élus politiques ne servent pas de VRP pour les industries présentes sur le territoire, ou possédées par des ressortissants.


"les peuples parlent mal les uns des autres actuellement"
Un des reproches les plus fréquents que les Suisses, Allemands ou même Belges font aux Français est que ceux-ci croient "a priori" que tous ces pays sont et fonctionnent comme la France. La France centre du monde et phare des peuples ? Arroganz ! Grande-Nation !

Ex: Nos voisins européens sont-ils tous eux aussi des républiques hyper-centralisées ? Non, il y a deux royaumes, un duché, deux principautés, une fédération subsidiaire et une confédération démocratique.

Le plus difficile dans la relation franco-allemande est l'ignorance crasse et réciproque de "l'autre".
(Pourtant nous sommes cousins, voisins, premier client et premier fournisseur, peu de peuples et de pays sur cette Terre peuvent en dire autant !)
C'est toujours un plaisir de converser avec vous car on apprend toujours quelque chose.
Moi, ce qui me gonfle ce sont les anti-éoliens, je ne souhaite pas rester sur l'énergie fossile.
Dernier commentaire publié pour cet article
C'est toujours un plaisir de converser avec vous car on apprend toujours quelque chose. Lire la suite
jeanmikhaleff - 08/05/2015 à 17:12 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX