Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Méfions-nous des sirènes du paquet neutre

IMG Auteur
 
 
Publié le 13 avril 2015
741 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 5 votes, 4,4/5 ) , 5 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
5
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Article du Jour

 

 

 

 

 Le projet de loi santé actuellement en discussion comprend notamment des mesures anti-tabac comme l’interdiction de fumer en voiture en présence d’enfants de moins de 12 ans ou le paquet neutre. Le concept du paquet générique vise à interdire aux compagnies d'utiliser des représentations graphiques (logo, dessin, couleur ou tout autre signe distinctif) faisant référence à une marque et permettant de différencier leurs produits. Il peut aussi – comme c’est déjà le cas pour le tabac – imposer sur une grande partie de l’emballage des images-choc ou des messages sanitaires. Alors que l’idée fait son chemin dans le cas des cigarettes (Australie, France, UK), force est de constater que la tendance ne se limitera sans doute pas aux produits du tabac. Or, en matière de marque, la neutralité est une aberration économique.

 

La tendance visant à imposer un paquet générique sans logo ni marque ne se limite déjà plus aux produits du tabac. En effet, des propositions similaires sont mises en avant pour d'autres produits. La Thaïlande envisage ainsi d'imposer des imageschoc sur les boissons alcoolisées, avec une rotation de l'image toutes les 1000 bouteilles. Le « plain packaging » des boissons alcoolisées a aussi été explicitement mentionné par le gouvernement britannique lors de la consultation publique concernant sa « stratégie » sur l'alcool. Au nom de la lutte contre l'obésité, il est également évoqué, par exemple, au RoyaumeUni ou en Australie, pour tout un ensemble d'aliments gras ou sucrés, de boissons gazeuses et sucrées, de confiseries, etc. Au Canada, en 2012, l’Association médicale de l’Ontario (OMA) suggérait d’apposer des images-chocs sur les produits trop caloriques comme les sodas, les frites et mêmes les jus de fruits. Dans le cadre de leur campagne, ils proposaient des emballages de frites avec un ulcère au pied, une boîte à pizza avec un foie malade.

 

Si les pouvoirs publics continuent sur cette lancée et s’inspirent de ces campagnes, les consommateurs auront bientôt du mal à choisir leurs marques de cigarettes, de whisky, de bière ou de vin mais aussi de chips, de colas, de confiseries et de tout autre produit que des groupes de pression pourraient jugés néfastes pour la santé.

 

Si les intentions se veulent bonnes, elles ne prennent sans doute pas assez en compte le fait que les marques jouent un rôle économique incontournable aussi bien pour les consommateurs que pour les entreprises. Ainsi, elles sont une source d’information pour les premiers. Elles s’avèrent particulièrement importantes pour identifier les caractéristiques des produits qu’il est difficile de juger avant de les avoir consommés. D’autre part, grâce aux marques, les entreprises se différencient plus facilement de leurs concurrents, ce qui intensifie justement la concurrence. Les fabricants sont alors incités à investir pour innover et améliorer leurs produits, ce qu’on constate d’ailleurs sur le marché du tabac, avec l’émergence de la cigarette électronique ou des produits du tabac à chauffer. Sans l’incitation à se construire une bonne réputation, les entreprises ont moins de garde-fous face à des comportements irresponsables.

 

Si la diversification des produits venait à disparaître, ce ne sont pas seulement les entreprises qui seraient perdantes mais aussi les consommateurs. Car de deux choses l’une : soit le consommateur reste capable de différencier les produits et cela ne change donc rien à sa consommation, soit il n’est plus en mesure ou ne désire plus faire la différence entre les ex-produits de marque et les produits génériques. Or, les marques sont avant tout un moyen de départager les parts de marché entre des consommateurs ayant déjà pris leur décision d'acheter un produit.

 

En l'occurrence, cela signifie que les consommateurs substitueront dans un tel cas des produits « génériques » aux exproduits de marque. Les fabricants de ces derniers n'auront alors le choix que de faire faillite ou d'essayer de baisser les prix de leurs produits, en arrêtant par exemple de maintenir le même niveau de qualité qu'avant. Résultat ? La destruction des marques par le paquet neutre risque bien de déboucher sur une baisse des prix des produits visés. Or, une telle baisse est un facteur qui favorise généralement, non pas une réduction, mais une augmentation de la consommation des ces produits jugés dangereux pour la santé.

 

Au final, avant de se laisser bercer par les sirènes du paquet neutre et ses hypothétiques conséquences positives pour la santé, il serait utile de sous-peser sérieusement ses effets négatifs en prenant la mesure de ce que signifie la destruction des marques pour les entreprises et les consommateurs.

 

 

 

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Australie | Canada | France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Australie | Canada | France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,4 (5 votes)
>> Article suivant
Cécile Philippe est docteur ès sciences économiques de l'Université Paris-IX Dauphine et d'un Desup en gestion des entreprises dans les pays en développement. C'est au sein d'un think tank américain qu'elle a terminé sa thèse portant sur les théories de l'information et l'émergence d'un marché de l'information sur Internet. De retour en Europe, elle a crée en 2003 l'Institut économique Molinari, dont elle assure depuis la direction. Auteur d'un grand nombre d'articles publiés dans des journaux aussi bien francophones qu'anglophones, elle a publié en 2007 son premier livre aux Éditions JC Lattès intitulé "C'est trop tard pour la terre". Le livre s'intéresse aux questions d'environnement et cherche à mettre fin à un certain nombre de mythes, en particulier celui qui consiste à croire que réglementation et taxation vont de pair avec amélioration de l'environnement. Elle est intervenue à maintes reprises à la radio (BFM, RFI, etc.) et à la télévision (France 3, LCI, etc.) sur des questions de politiques publiques.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Il faudrait surtout que la nutrition végétalienne crue soit connue du grand public, que des auteurs comme Shelton, Ehret ou plus près de nous comme Marcel Monnier, soit connus.
L'alimentation étant la première et la meilleure médecine, on ne remplacerait même pas les médecins par des robots, 9 sur 10 seraient devenus inutiles. Ce sont des choses connues depuis le XIX ème siècle (Arnold Ehret) et qui le resteront encore pendant des siècles. On ne va pas quand même foutre le business par terre, rien que pour que les gens soient en bonne santé.
Je loupe le point ou bien l'intérieur d'un véhicule étant jusqu'à au jour d'hui considéré comme un domicile,
l'interdiction de fumer en famille n'est elle pas une intrusion directe , répressive et donc intolérable dans la vie privée ?
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Les violations de la frontière public-privé se multiplient, toujours dans le même sens, et depuis un moment.
Pour ce qui est des véhicules, les lois sur la liste des carburants, les ceintures de sécurité ou les téléphones ne datent pas d'aujourd'hui.
Le contrôle technique refuse un véhicule si un siège est mal fixé ou absent !

Par toujours dans la même sens je veux dire que plus l'Etat reagarde loin à travers nos portails ou nos vitres et moins nous réussissons à voir ce qui se passe chez lui.
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Pour illustrer le propos de Paris : il est une coutume bien Française qui amuse fort les Anglo-Saxons .
Celle qui consiste à fermer les volets le soir pour les rouvrir le lendemain matin .
Selon la légende ce serait une survivance de l'ancien régime quand l'imposition s'établissait au nombre de feux,
il s'agissait de dissimuler ceux ci aux espions du fisc de l'époque .
Il se trouve que les pays qui n'ont pas de rideaux aux fenêtres (Suède, Finlande...) sont ceux dans lesquels l'Etat lui aussi est transparent: chaque député doit y scanner sa moindre note de restaurant ou de taxi et la publier sur le net...

On en est loin en France où le questeur du Sénat se félicite du secret qui entoure les comptes de cette institution.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Il se trouve que les pays qui n'ont pas de rideaux aux fenêtres (Suède, Finlande...) sont ceux dans lesquels l'Etat lui aussi est transparent: chaque député doit y scanner sa moindre note de restaurant ou de taxi et la publier sur le net... On en est lo  Lire la suite
Pâris - 14/04/2015 à 20:36 GMT
Note :  1  0
Top articles
LES PLUS LUS
LES MIEUX NOTÉS
LES PLUS COMMENTÉS
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX