Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

L'échec du London Gold Pool

IMG Auteur
 
 
Publié le 23 mars 2008
2090 mots - Temps de lecture : 5 - 8 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Histoire de l'or

 

 

 

 

24hGold - L'échec du London Go...Les graphiques retraçant le cours historique de l’or exprimé en dollars US nous montrent une ligne horizontale qui s’étend sur la majeure partie du 20ème siècle. 35$, c’est après tout le cours officiel fixé par le Trésor Américain à partir de 1934. Avant cette date, le cours de l’or était de 20,67$ pendant presque un siècle avant que le président Roosevelt ne confisque l’or des Américains et ne le réévalue à 35$ cette même année.


Le cours de 35$ constituait une part intégrante de l’accord de Bretton Woods négocié après la seconde guerre mondiale. Bretton Woods spécifiait en effet un système de parités fixes entre le dollar et les autres monnaies des pays industrialisés ainsi que la convertibilité du dollar à 35$ l’once pour les banques centrales. En d’autres termes, chaque dollar valait 0,03 once d’or ou 0, 888671 gramme.


Ceci ne correspondait pas au gold standard classique du 19ème siècle mais constituait un pseudo étalon-or bricolé par les planificateurs centraux. La convertibilité ne pouvait être exercée par les individus privés mais uniquement par les banques centrales et la plupart des monnaies n’étaient pas convertibles en or ;  seul le dollar l’était. Une fois encore, les graphiques des cours de l’or nous montrent une ligne horizontale à 35$ pendant toute la période de Bretton Woods dans les années 40, 50 et 60.


Le problème de ces lignes horizontales c’est qu’elles sous-entendent que les autorités monétaires sont effectivement capables de maintenir le prix de l’or au niveau spécifié et réciproquement, que le pouvoir d’achat du dollar est constant. Or, ce n’était pas le cas, puisque le prix de l’or sur le marché différait souvent de ces 35 $ officiels, et parfois de manière significative et que par ailleurs, le dollar perdait aussi de sa valeur par rapport à la plupart des biens et ceci, en dépit du fait que cette valeur soit fixée officiellement par rapport à l’or.


Lorsque que je me suis mis à faire des recherches pour un projet personnel de graphique du cours de l’or, j’ai passé plusieurs semaines à fureter dans de vieux journaux et magazines afin de trouver des données sur cette période de  l’or à 35 $. J’espère raviver la mémoire du public sur la divergence qui existait alors entre le prix de l’or sur le marché et le cours officiel, un couple de données tombé dans l’oubli.






Notre diagramme commence en 1954, date de réouverture du marché de l’or de Londres, qui avant d’être fermé au début de la seconde guerre mondiale, avait été le marché le plus actif au monde pour le commerce de l’or. Pendant les années 50, le cours de l’or a fluctué entre 34,85$ et 35,17$. Les limites supérieures et inférieures étant fixées par arbitrage et par le risque que constitue ce dernier. Les banques centrales étrangères, comme stipulé dans l’accord de Bretton Woods, pouvaient se retourner vers la Réserve Fédérale à New York et convertir leurs dollars en or ou leur or en dollars pour 35$ plus 8.75 cents de commission. Le coût du transport et de l’assurance de New York à Londres et vice versa était de 8 à 10 cents par once [1].


Donc, si le cours à Londres descendait au dessous d’à peu près 34.82$, il convenait pour les banques centrales d’acheter de l’or à Londres, de le faire transporter à New York et de le vendre ensuite au Trésor Public américain au prix de 35$ l’once moins 8.75 cents de commission, percevant ainsi un profit d’arbitrage d’environ 1 cent l’once. A l’inverse, si l’or montait au dessus de 35.18$ à Londres, il était alors intéressant d’acheter de l’or au Trésor américain pour 35,0875$,  de le transporter par bateau à Londres pour 8 cents et de l’y revendre pour 35,18$ réalisant un profit d’arbitrage de 1 cent.


Au milieu des années 50, la balance des paiements entre les Etats-Unis et le reste du monde continua de pencher de manière dramatique en défaveur des USA. Cela était dû aux dépenses militaires des Etats-Unis en dehors de leur territoire, aux investissements des sociétés à l’étranger et à l’aide consentie pour aider à la reconstruction de l’Europe. Le résultat fut une accumulation continue des réserves des banques centrales européennes et de la banque centrale japonaise.


1958 fut la première année durant laquelle les banques centrales exercèrent leur droit de convertibilité pour des montants significatifs et vendirent leurs dollars contre de l’or. Les réserves d’or américaines chutèrent de 10%, de 20,312 tonnes (métriques) à 18,290 tonnes cette année-là, et puis de 5% en 1959, et de 9% en 1960. Au même moment, la Réserve Fédérale augmentait le nombre de billets en circulation, avec pour résultat, davantage de dollars couverts par des dépôts en or toujours plus faibles.


Le gouvernement américain tenta d’empêcher l’or de sortir en obligeant les banques centrales étrangères à garder leurs dollars et ensuite, en imposant des limites d’exportation des dollars pour les touristes américains se rendant à l’étranger, puis aux investissements américains en Europe. En 1958, le prix de l’or à Londres était plus proche de sa limite supérieure de 35.18$ que de sa limite inférieure à 34.82$, atteinte en 1957. Les participants au marché de Londres - dominé de manière croissante par des foules d’investisseurs privés et de spéculateurs- devenaient de plus en plus certains que les réserves fondantes d’or des Etats-Unis les obligeraient à dévaluer fortement le dollar.


En septembre 1960, les Etats Unis firent face au plus grand déclin de leurs réserves en une seule semaine depuis qu’en 1931 les banques centrales avaient échangé leurs dollars contre du métal. [2]. Dans le même temps, il devenait évident que le candidat présidentiel challenger John F. Kennedy gagnerait les élections prévues en automne. Les promesses faites par Kennedy de baisser les taux d’intérêt et d’augmenter les dépenses gouvernementales convainquirent nombre de personnes que les réserves d’or s’amenuiseraient encore davantage. Le Dow Jones industriel moyen fit un plongeon de 12% de la fin août au 25 octobre, établissant son record le plus bas depuis 1958.


Dans ce contexte, les prix de l’or à Londres passèrent la barre des 35,20$ pour la première fois en septembre 1960 et le 20 octobre atteignirent les 36$, bien au-delà du plafond résultant de l’arbitrage. La semaine suivante, une ruée spéculative démarra et le prix explosa, atteignant brièvement les 41$ et terminant son ascension au niveau élevé de 38 $. Avec un marché à Londres négociant l’or avec une prime impressionnante de plus de 17% au dessus du cours officiel, les architectes monétaires mondiaux avaient complètement perdu le contrôle du prix de l’or.


La prime du marché par rapport au cours officiel de l’or n’était pas un problème si anodin puisqu’elle remettait en question les principes fondamentaux du système monétaire. Finalement, si une once d’or s’échangeait avec une prime par rapport au prix officiel supposé du dollar, cela signifiait que ces mêmes dollars devaient relever un défi quant à leur valeur réelle sur le marché libre.


A la onzième heure, la Réserve Fédérale à New York concluait un accord informel avec la Banque d’Angleterre pour réapprovisionner ladite banque en or de manière à ce qu’elle récupère tout l’or qu’elle écoulait sur le marché dans le but de contenir le prix de l’or, et ce à son entière discrétion. Les cours commencèrent à baisser dès que la Banque d’Angleterre commença à vendre. Le dernier acte officiel d’Eisenhower en tant que président en 1960 fut de tenter de supprimer toute autre demande d’or en rendant l’achat d’or  à l’étranger illégal pour les citoyens américains – une extension de l’interdiction par Roosevelt en 1933 aux Américains de détenir de l’or sur leur territoire. En mars 1961, le cours de l’or avait été ramené avec une poigne de fer à 35.10$.


Craignant une autre ruée vers l’or en octobre 1961, les banques centrales occidentales concrétisèrent un plan dans lequel elles mettaient en commun plusieurs centaines de millions de dollars équivalents or, stock devant servir à contrôler le prix de l’or sur le marché de Londres. C’est ainsi que le fameux Gold Pool de Londres vit le jour. Le fond commun devenait un acheteur d’or actif quand le prix de l’or tombait en dessous des 35.08$ l’once et un vendeur à 35.20$ [3]. Durant son premier test – la semaine de la Crise des Missiles cubains en octobre 1962- le Pool fournit effectivement la demande, celle-ci étant plus importante que la ruée qui avait eu lieu en 1960. Les prix ne pouvaient pas aller au-delà des 35.20$. La réputation du Pool s’affirma : l’or resta offensif et proche des 35.08$ pendant les années qui suivirent.


En 1963 et 1964, les Etats-Unis ne perdirent que de petits montants de leurs réserves d’or au profit des autres banques centrales et le London Pool achetait de l’or pour soutenir son cours plutôt qu’il n’en vendait pour le contenir. Bretton Woods, le dollar et les 35$ fixés semblaient plus sûrs que jamais. Mais avec l’incident du Golfe du Tonkin fin 1964, et l’accélération de la guerre du Vietnam en 1965, les dépenses militaires américaines à l’étranger explosèrent. Cela faisait partie du projet coûteux de « Grande Société » du Président Lyndon B. Johnson payé, en partie, par les émissions de nouvelle monnaie opérées par la Réserve Fédérale pour et permettant de financer les achats de bons du Trésor du gouvernement.


Le déficit de la balance des paiements augmentait toujours plus vite et les Etats-Unis perdaient encore plus de leurs réserves or au profit des banques centrales étrangères surchargées de dollars exerçant leur droit de convertibilité et également en raison des ventes sur le marché de Londres par l’intermédiaire du Pool. Les réserves américaines reprirent leur trajectoire de chute déclinant de 9% en 1965. Au même moment, les spéculateurs achetaient de l’or en quantités record à Londres forçant le cours au dessus des 35,20 $, la ligne du Pool étant comme une ligne dans le sable.


Les choses empirèrent encore avec la sortie du Gold Pool de la France au début de 1967, les tensions au Moyen Orient et l’effondrement de la Livre Sterling en novembre 1967. L’offensive du Tet au début de 1968 indiquait que l’engagement des Etats-Unis au Vietnam ne ferait que grandir. Les spéculateurs achetèrent en masse à Londres pendant la fin de l’année 1967 jusqu’en mars 1968. Le 14 mars, les membres du Pool avaient vendu environ 2,75 milliards de dollars d’or en vue de protéger le plafond de 35,20$ soit environ 10% des réserves de ses membres depuis la dévaluation de la Livre, et ils en avaient assez. [4]. Ils demandèrent à la reine d’Angleterre de fermer le marché de Londres le jour suivant et dissolurent le Gold Pool tant redouté. Lorsque Londres rouvrit deux semaines plus tard, sans mécanisme de régulation, les prix grimpèrent immédiatement  à 38$ et atteignirent bientôt les 42$.


Se remémorer cet épisode de l’histoire de l’or met en évidence les difficultés extrêmes rencontrées par les autorités monétaires pour contrôler le cours de l’or. La ligne horizontale typique à 35$, visible sur les graphiques, nous transmet l’illusion que le dollar était un réservoir de valeur stable. En fait, les prix du marché divergeaient de ces 35$ et, en 1960, très nettement. La tentative de fixer le cours du dollar à 0.888671 gramme et l’or à 35$ l’once – tout ceci alors que le pouvoir d’achat du dollar avait décliné par rapport à tous les autres biens- était une bataille perdue d’avance à un coût élevé. Les Etats-Unis et leurs alliés allaient vendre des quantités énormes d’or à des prix qui n’auraient jamais vu le jour sur un marché libre.


L’échec du London Gold Pool nous rappelle que, quelle que soit la période de l’histoire,  la planification centrale dans les affaires monétaires est vouée à l’échec.


Notes

[1] The Economist, October 22, 1960.

[2] Globe and Mail, September 23, 1960.

[3] The Economist, February 16, 1962.

[4] The Economist, March 16, 1968


 

John Paul Koning

 

John Paul Koning écrit sur la finance et développe des solutions de presentation graphique sur son site Financial Graph & Art.  Son poster de l’Histoire Récente de l’Or est disponible sur ici.

 

John Paul Koning est contributeur à 24hGold.com. Les vues présentées sont les siennes et peuvent évoluer sans qu’il soit nécessaire de faire une mise à jour.   Les articles présentés ne constituent en rien une invitation à réaliser un quelconque investissement.  L’auteur, 24hGold ainsi que toutes parties qui leur seraient directement ou indirectement liées peuvent, ou non, et à tout instant, investir ou vendre dans tous les actifs présentés dans ces colonnes. Tous droits réservés par 24hGold.

 

 

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX