Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

L’analyse autrichienne de la crise économique actuelle

IMG Auteur
 
Publié le 26 octobre 2012
759 mots - Temps de lecture : 1 - 3 minutes
( 10 votes, 4,5/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or et Argent

 

 

 

 

Début octobre 2012, l’Institut économique Molinari, patronné par Cécile Philippe, a organisé la deuxième édition de son Université d’automne en économie autrichienne.


Les participants ont eu droit à une série de conférences peu banales dans le paysage intellectuel français où l’économiste, certes Prix Nobel, Joseph Stiglitz, a été inlassablement cité pour avoir dénoncé l’absence de régulation du système financier alors que le problème est beaucoup plus profond.


En cela, l’école autrichienne d’économie propose une analyse originale des crises économiques. En effet, comme d’autres auteurs, les « autrichiens » pensent que les banques privées ont profité du système mais le remède proposé n’est pas le même : beaucoup d’économistes appellent à un contrôle renforcé de l’État sur les banques.


En revanche, pour les économistes autrichiens, la déréglementation mise en œuvre par Reagan est un mythe. Il y a bien eu un assouplissement mais pas particulièrement dans le domaine bancaire. De plus, si les banques privées ont pu profiter du système, c’est plus grâce à la politique monétaire laxiste des banques centrales, notamment celle de la Banque centrale européenne. Mais la FED n’est pas en reste puisqu’elle a baissé son principal taux directeur de près de 5% à 1% entre 1999 et 2003. En cela, n’en déplaise à nombre d’experts, la crise actuelle était inéluctable. Les héritiers de Ludwig von Mises, qui avait alerté, en son temps, les banques centrales sur les risques de manipulations monétaires incontrôlées, l’avaient expliquée. Par exemple, le représentant au Congrès américain, Ron Paul, qui adhère aux théories autrichiennes, était de ceux-là.


Beaucoup d’institutions financières privées jouent ainsi un jeu particulièrement pervers : elles empruntent à bas taux à la BCE avant de prêter aux États qui pratiquent des taux supérieurs. Ce « capitalisme de connivence » est puissamment dénoncé par les autrichiens. Il n’est pas anodin que le Représentant, Ron Paul, « autrichien » revendiqué, fasse partie de la minorité ayant voté contre le Plan Paulson qui visait à sauver les banques d’investissement. Il estimait, à très juste titre, que ce plan allait desservir plus encore les intérêts des classes moyennes et des pauvres au profit des institutions financières qui ont déjà suffisamment profité du système.


Par ailleurs, l’école autrichienne ne se contente pas de critiquer le système bancaire en vogue au cours du XXe siècle et du début du XXIe siècle : certains autrichiens prônent le retour à l’étalon-or. Pour eux, la monnaie doit ainsi conserver un lien avec une marchandise et celle-ci ne peut être que l’or. Dans ce système, toute émission de monnaie se fait avec une contrepartie et une garantie d’échange en or. Les parités de deux monnaies différentes sont fixées par rapport à l’or.


Le retour à l’étalon-or n’a d’ailleurs rien d’utopique : pendant des millénaires, l’étalon-or a été la norme avant d’être progressivement abandonné au cours du XXe siècle. Il permettait de discipliner les politiques, astreints à de sévères mais justes limites à leurs décisions arbitraires. L’expansion du crédit facile et des dépenses publiques était mieux contrôlée. Dès lors, les hauts niveaux d’inflation que nous connaissons depuis un siècle étaient évités. Les monnaies étaient ainsi beaucoup plus stables à long terme et ne donnaient pas lieu à une spéculation indue. Toutes ces raisons font que, malheureusement, il y a peu de chances que ce système soit restauré à court terme…


Le banquier suisse, Ferdinand Lips allait encore plus loin et proposait une thèse digne d’intérêt : selon lui, c’était la mise au pas de l’étalon-or qui avait fait durer, outre-mesure, la Première Guerre mondiale. Avec l’étalon-or, tous les États auraient rapidement été ruinés et auraient trouvé un arrangement amiable plus rapidement, évitant ainsi toutes les tragédies humaines que l’Europe a connues.


Aujourd’hui encore, l’Occident se permet le luxe de se lancer à répétition dans des conflits du fait de l’absence de freins conséquente à l’abandon de l’étalon-or.


Petit à petit, les outils théoriques de cette école sont même repris par des journalistes. Philippe Riès en est un bon exemple, lui qui cite souvent Ludwig von Mises dans ses billets économiques.


Il qualifie, lui aussi, les taux bas de « drogue ». Une drogue à laquelle le Japon est particulièrement dépendant. Une drogue qui amoindrit l’incitation à réellement réduire la dette.


Riès répond, en outre, à tous ceux qui pensent naïvement que la solution réside dans un contrôle étatique accentué des banques, que c’est une illusion. La réglementation existe et est déjà abondante. Le monde ne pourra sortir de la crise qu’en revenant à une monnaie bien gérée et, pour ce faire, il n’est sûrement pas inutile de repenser à l’étalon-or.


 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Japon | Suisse | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Japon | Suisse | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (10 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
"Le retour à l’étalon-or n’a d’ailleurs rien d’utopique". Cela fait du bien d'entendre ces mots, car la grande majorité souhaite une monnaie honnête, et est fatiguée de toutes les manipulations de la monnaie et de la voyoucratie financière.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
"Le retour à l’étalon-or n’a d’ailleurs rien d’utopique". Cela fait du bien d'entendre ces mots, car la grande majorité souhaite une monnaie honnête, et est fatiguée de toutes les manipulations de la monnaie et de la voyoucratie financière. Lire la suite
Roxan - 09/11/2012 à 09:12 GMT
Note :  1  0
Top articles
Derniers Commentaires
Une canicule prévisible mais insurmontable
26 juinmerisier1
Perso je fais ma "contre-propagande" auprès des jeunes autour de moi ! Il faut d'ailleurs se rendre compte qu'ils ne sont pas totalement lobotomisé...
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinmerisier1
@LOUIS L. Si nous avions des gouvernants avec des baloches (des vraies !) et qui voudraient vraiment faire de l'écologie pour le bien public, ...
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinLouis L.2
A propos de sécu, je trouvais un peu fort de café les honoraires de dispensation en pharmacie pour un service inchangé mais je trouve avec effareme...
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinmerisier2
@ gloopy La sécu qui coule lentement mais sûrement la France, est un schéma de Ponzi de par son mode de fonctionnement, structure financière à ...
Immobilier : Les Français organisent leur propre misère
24 juinSaphir
Les français, ou les gouvernements français ?
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juingloopy2
sans doute notre merveilleuse "Sécu" ( qui fut imposée aux Français, sans jamais leur demander leur avis, dans l'immédiate après-guerre ) n'est-ell...
Des élus de plus en plus dangereux
24 juinmerisier1
@ LOUIS L. et gloopy Après vérification, 24h Gold n'a plus publié les cours des Mpx depuis le 09 avril 2019 ! ???????????????????????
Dépenses sociales : un pognon de dingue
23 juinmerisier2
Pas de souci, grâce à Agnès Buzyn (ministre de la santé !) on va avoir la couche supplémentaire avec la prise en charge de la PMA si l'on en croit ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX