Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

La dette publique française

IMG Auteur
 
Publié le 07 novembre 2012
745 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 13 votes, 4,5/5 ) , 7 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
7
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or et Argent

 

 

 

 

La crise des dettes publiques met sous le feu des projecteurs, et à juste titre, le niveau insoutenable qu’elles ont atteint dans nombre de pays. De quoi parlons-nous exactement et quelles sont ces dettes qui pèsent le plus lourd lourd dans la balance? L’existence de plusieurs organismes émetteurs de dettes ne rend d’ailleurs pas les choses très lisibles.


Les termes de dette publique et de dette souveraine sont souvent, à tort, indistinctement employés. La dette souveraine correspond en fait à la dette de l’État (ou du gouvernement central). Si l’on y rajoute les dettes sociales, des collectivités locales (régions, départements, communes…) ainsi que des divers opérateurs d’État (ODAC), on obtient alors la dette publique.


En France, la dette de l’État ou souveraine représente plus de trois quarts de la dette publique totale :





Elle a évolué de la façon suivante :





Évolution de la dette entre 2002 et le deuxième trimestre 2012




Source : INSEE


La dette souveraine est constituée d’un ensemble d’obligations. Celles-ci sont en grande majorité in fine. Cela signifie que l’emprunteur paye un coupon d’intérêts périodiquement et ne rembourse le capital qu’en une seule fois, à l’échéance. Le coupon est défini contractuellement et est en général fixe. Certaines obligations (BTANi et OATi) sont cependant indexées sur l’inflation.


Les trois instruments de dette, créés en 1985 et émis par l’Agence France Trésor (AFT), sont les suivants :

  • Les BTF (Bons du Trésor à taux fixe et à intérêt précompté) sont des titres de créance négociables à court terme, d'une durée de vie inférieure à 1 an à l'émission.
  • Les BTAN (Bons à Taux Annuel Normalisés) sont des valeurs assimilables du Trésor émises pour des durées de 2 ou 5 ans.
  • Les OAT (Obligations Assimilables du Trésor français) sont aussi des titres assimilables, émis pour des durées de 7 à 50 ans.


Voici la composition actuelle de la dette de l’État, dont la durée de vie moyenne est d’environ 7 ans :









Les OAT sont ainsi le principal instrument de la dette souveraine.


La dette sociale, autre composant important de la dette publique, poursuit par ailleurs une progression fulgurante puisqu’en 10 ans (entre la fin 2002 et le deuxième trimestre 2012), elle est passée de 3% à 11,3% du PIB. En euros, elle a été multipliée par 5. De 46,6, elle est montée à 228,4 milliards d’euros. A l’inverse, l’endettement des collectivités locales a augmenté de manière beaucoup plus mesurée.


Or la dette sociale est essentiellement émise par un autre organisme que l’AFT. Ce deuxième poste de la dette publique est en effet porté par la CADES (Caisse d’Amortissement de la dette Sociale). Cette entité, créée en 1996 et dont la devise est (sans ironie) « CADES : rembourser la dette – Assurer le futur ». , voit sa dette régulièrement augmenter et atteindre à la fin du deuxième trimestre 144,4 milliards d'euros [1].


Or, on peut se demander quelle est l’utilité de cet organisme qui semble faire doublon avec l’AFT. D’autant plus que la CADES emprunte à des conditions légèrement dégradées par rapport à l’AFT (0,18% de plus sur la maturité 10 ans par exemple). La CADES procède certes à des émissions en devises étrangères (dollar US ou yen), mais l’AFT pourrait aussi bien avoir ces prérogatives.


De plus, son mode de fonctionnement ressemble fort à une usine à gaz. On trouve ainsi dans l’organigramme des entités improbables comme le ministère de l’agriculture :











Source : CADES


Quand on regarde le profil des souscripteurs de 2011, on peut légitimement se poser la question de savoir quelles sont les banques centrales qui achètent ces obligations. En particulier la Banque de France et la Banque Centrale Européenne font-elle partie des acheteurs de ces obligations ? Cela constituerait une violation dans l’esprit de l’interdiction de financement direct des États.


En conclusion, si la dette publique est portée par d’autres composantes que l’État, ce dernier en est néanmoins le principal générateur. La dette sociale augmente à un rythme inquiétant et son mode de financement est peu transparent, si ce n’est opaque et laisse entrevoir la possibilité d’un mécanisme visant à échapper à des contraintes limitant l’endettement des États. Il conviendrait pour une gestion optimisée de faire porter l’ensemble de la dette de l’Etat et des dettes sociales à l’AFT. Enfin, les dettes souveraines et sociales expliquent à elles deux la quasi-totalité de la dégradation de la dette ces dix dernières années.


[1] L’ACOSS et les hôpitaux publics sont les deux autres principaux porteurs de la dette sociale.

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (13 votes)
>> Article suivant
Après un diplôme de Statisticien et d’Actuaire à l’Institut de Statistique de l’Université Pierre et Marie Curie (Université Paris VI), il a d’abord exercé la fonction d’économiste, avant de se tourner vers l’actuariat et l’ingénierie financière. Il travaille actuellement dans la direction financière d’une grande banque française.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Oui !!..tres simple en plus =>
laisser l'or augmenter à sa juste valeur à savoir le lingot à 430 000€ (au lieu des 43 000 actuellement indiqué suite au manipulations incessantes à la baisse par els banksters )puis avec 2600 T d'or que la France possède (en tout cas ce qui est indiqué ou avoué sans parler des 600T dilapidé carrément à 400$ l'once en 2004 !!??...par le N. Sarkozy et la banque de France ,les voyous associés à ce vol manifeste , pour faire plaisir aux USA !!!et à leur dollars pourrissent sur pied )effectuer une vente de cet or (ou le gager mais à une valeur correspondante à sa vrai valeur !!!!)pour se désendetter très considérablement voir complètement ,si les cours de 'l'or sont multipliés par 30 au lieu de 10 ,...comme cela serait plutot normal au vue des énormes quantités d'argent papier (C)en circulation !!!
2600T = 2 600 000kg x 450 000 = mille cent soixante dix millions d'euros !!et si multiplié par 30 vous multipliez ce chiffre par trois ce qui vous donne" 3510 000 000 000€ suffisant pour se désendetter alaise !...les autres pays riches en "or" mais surendettés doivent faire pareille (de concert )et le probleme est réglé et l'economie repart pour 30 ans au moins sur des nouvelle bases ....
voici ma recette miracle en acceptant que quelques détenteurs d'or privé devient hiper riche mais c'est le moindre mal au vue des problemes insurmontables de la dette des états et de leur population et de leur entreprises
cela pourait s'appeler autrement LE RETOUR VERS L'ETALON OR !!!...qui permettra d'imprimer ,ou de justifier ,la valeur de toute cette masse d'argent en circulation déja et d'une manière sereine équitable ...cela laissera les pays pauvres (en or )mais surendetté aussi sur le carreau mais ils se remettons en travaillent pour les "riches" de ce monde (deguelasse certes c'est comme ça que sa tourne depuis des milliers d'années et cela ne doit aps changer maintenait sinon on est tous morts )
goldzo
Si on regarde le camembert de la dette , nous pouvons constater que 71% est détenu par les banques et banques centrales , donc constitué à 100% d'argent inventé par pure création monétaire , pour laquelle nous payons un seigneuriage inadmissible , un intérêt fondé sur la forfaiture de la loi de 1973 .

Au surplus , on peut s'interroger sur la provenance des fonds des 18 % des "Gestionnaires de Fonds".
Si c'est de l'argent de la drogue ou composé des intérêts sur la dette odieuse antérieure, les fonds sont injustifiés.

En réalité , il semblerait que uniquement 10% soient issus de placement privés traçables et dus .

Nous ne devons donc certainement que 10% de la dette publique annoncée.

Le reste , 90% c'est une arnaque du cartel bancaire mise en place par nos dirigeants caniche, de droite comme de gauche .
Evaluer :   7  3Note :   4
EmailPermalink
Vous voyez une alternative pour assurer le financement du déficit de l'Etat ?
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
C'est un faux problème.
Actuellement le déficit est volontaire car il génère une dette qui est la rente des prêteurs qui fabriquent la monnaie sortie du néant.
L'article 123 du traité de Lisbonne signé par toutes les crapules de gauche comme de droite en est le cœur.

Sinon , la création monétaire publique serait gratuite et il faut avoir le QI d'une huitre ou être keynésien , pour ne pas comprendre que principal+intérêt est supérieur à principal , sachant que dans tous les cas il y a création monétaire soit publique soit privée pour acheter les bonds ...

Si tout le système médiatique qui appartient aux oligarques ainsi que les diafoirus économistes et autre larbins du système vous disent que c'est mal car gratuit , il est probable que ce soit la bonne solution.

Dans son paradigme actuel , la dette publique est une arnaque car constituée d'argent créé ex nihilo pour la cause.

La solution est la répudiation de la dette ainsi que la poursuite pour trahison des crapules qui ont permis la mise en place de ce système spoliateur qui va jusqu'à gager l'or des nations et vendre à l'encan les biens publics pour payer une dette odieuse.



Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
Donc, si la monnaie est gratuite, l'état peut en imprimer sans limites ?

Vous n'avez pas l'impression qu'il le fera en diluant le pouvoir d'achat de tous les détenteurs de monnaie, et que cette inflation sera pire, en termes de destruction de pouvoir d'achat, que les intérets payés aux banques ?

Au moins là il y a une limite, non ?
Evaluer :   1  3Note :   -2
EmailPermalink

...Vous n'avez pas l'impression qu'il le fera en diluant le pouvoir d'achat de tous les détenteurs de monnaie, et que cette inflation sera pire, en termes de destruction de pouvoir d'achat, que les intérets payés aux banques ?...

On vous a bien lavé le cerveau.
Je suis désolé pour vous.

Sinon , tout est expliqué là:

http://www.fauxmonnayeurs.org/
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Il y quelques années, le problème c'était la dette.
Maintenantle problème c'est de s'acharner à vouloir la payer.
Mais attention à ne pas répudier AVANT d'avoir éradiqué les dépenses excessives, sans quoi on roule et on reporte !

Pour répudier proprement, sans obérer l'avenir, il faut que le débiteur disparaîsse.
Ce n'est pas possible avec la dette sociale. Les débiteurs ne son ni la république ni le gouvernement mais bien les assurés qui demeurent.
Pas d'injustice ni de chaos, la dette sociale doit être apurée.
De préférence par ceux qui ont bénéficié des soins et non pas par les gamins qui n'ont rien demandé !
Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Oui !!..tres simple en plus => laisser l'or augmenter à sa juste valeur à savoir le lingot à 430 000€ (au lieu des 43 000 actuellement indiqué suite au manipulations incessantes à la baisse par els banksters )puis avec 2600 T d'or que la France possède  Lire la suite
goldzo - 07/11/2012 à 22:34 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX