Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Recevez notre Marketbriefing
BA
Membre depuis octobre 2012
659 commentaires - suivi par 14 personnes
14 abonnées
A laissé un commentaire sur l'article :
>Nous sommes tous des négriers !  - Charles Sannat - Au Coffre
Sinologue, Jean-Luc Domenach enseigne à Sciences Po. Après avoir vécu cinq ans à Pékin entre 2002 et 2007, il vient de publier « La Chine m'inquiète » (Perrin). Il appelle avant tout à une mobilisation pour les droits sociaux en Chine.

Liberation : Où est l'amélioration au Tibet et pour la minorité musulmane ouïghoure ?

Jean-Luc Domenach : Sur les minorités, Pékin se comporte de façon scandaleuse. Après le Tibet, ce sera au tour des Ouïghours, puis des catégories sociales qui lui posent problème : les étudiants et les soldats démobilisés. Mais j'appellerais nos agitateurs, nos soixante-huitards à prendre en compte ce qui compte. Robert Ménard [secrétaire général de Reporters sans frontières, ndlr] parle des droits de l'homme ; moi c'est d'abord les droits sociaux qui me mettent en colère car cela concerne des masses énormes.

Liberation : Il y a un aveuglement de la part de l'Occident sur cette question ?

Jean-Luc Domenach : Oui, en tout cas une incompréhension. La croissance chinoise est fondée sur l'exploitation du peuple travailleur, trimballé comme du bétail dans des entreprises qui sont des camps de travail. Les femmes et les enfants sont traités d'une manière abominable. C'est de l'esclavage. Et là, la situation empire.

http://www.liberation.fr/evenement/010178511-le-regime-chinois-ne-veut-pas-qu-on-le-derange


Commenté
il y a 3945 jours
-
envoyer
Début de l'article :En cette période de « commémoration », de « devoir de mémoire » au sujet de l’esclavage, à un moment où le président du CRAN (Conseil représentatif des associations noires) porte plainte contre la Caisse des dépôts et consignations, il est difficile de résister à évoquer ce sujet économique sans faire un parallèle immédiat avec ce dessin humoristique de Chappatte dans Le Temps en Suisse. L’esclavage moderne existe et ce débat est absent… ou presque... Lire la suite
Répondre à ce commentaire
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Top articles