Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Recevez notre Marketbriefing
ELS
Membre depuis mai 2012
712 commentaires - suivi par 26 personnes
Suit 21 membres
26 abonnées
A laissé un commentaire sur l'article :
>Faut-il répudier la dette publique ?  - Jérémie T. Rostan - Jérémie Rostan
Allons bon, comme vous y allez. Répudier la dette, comme certaines religions vous permettent de répudier votre femme ? Et de quel droit, grands dieux ? Du droit du plus fort ? Du droit du fait du prince, variante du premier droit ?

Il est manifeste que cette dette ne sera jamais payée, ou payée en monnaie de singe, ce qui revient au même. Mais l'idée est lamentable et porte pendant des années les stygmates de la faillite, de la honte, des engagements rompus, du manque de morale, de dignité et de respect. Sans compter l'exemple qu'elle donne à la population dudit pays. Le poisson pourrit de la tête, comme le disent les chinois.

Cela dit, ces termes de respect, de droit, de morale et d'engagement n'existent plus de nos jours, même en concepts. Le droit privé a vu depuis des dizaines d'années la descente aux enfers de la protection des créanciers, en partant du droit de la faillite des entreprises, - où au nom de la "sauvegarde de l'emploi" le droit de propriété est piétiné -, aux procedures de surendettement qui aboutissent à donner un vrai "droit à la dette", là encore en spoliant les créanciers.

Alors, puisque le terrain a été préparé depuis si longtemps, va pour la répudiation de la dette comme la répudiation d'une femme agée qui vous a bien servi mais qui n'est plus désormais qu'une charge. Vous pourrez recommencer avec une autre plus jeune.

Intellectuellement parlant, et je pense que c'est là où vous souhaitez en venir, c'est le droit à la dette qu'il faudrait supprimer. Après tout, la démocratie est née du consentement à l'impot. Sans consentement du peuple, le souverain ne peut pas lever l'impot.

Une dette d'Etat n'est qu'un impot décalé dans le temps. A celà près que les personnes qui paieront cet impot ne sont peut etre pas nées, et n'ont donc pu consentir à cet impot. En conséquence, l'impot né de la dette est incompatible avec la démocratie.

Démocratie qui meurt généralement lorsqu'elle cesse de pouvoir payer ses dettes, à propos.


Commenté
il y a 3908 jours
-
envoyer
Début de l'article :Répudier la dette publique ? Affirmer simplement et brutalement que l’on ne paiera pas ? L’idée semble farfelue, relevant davantage de la discussion à table que de la politique économique. Immorale, aussi, envers les créanciers de l’État. Suicidaire enfin, et cela sur tous les plans. Celui de l’État, tout d’abord, qui s’interdirait par là-même tout recours futur à l’endettement... Lire la suite
Répondre à ce commentaire
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Top articles