Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Recevez notre Marketbriefing
Tophe28410
Membre depuis mai 2012
377 commentaires - suivi par 7 personnes
Suit 97 membres
7 abonnées
A laissé un commentaire sur l'article :
>L’Italie est rigide et les Américains affamés !  - Charles Sannat - AuCoffre
Je suis d'accord avec vous, on se créé des besoins, mais pour ma part je réside à 50 Km (donc 100 aller retour) de mon lieu de travail. Comme le dernier bus est à 17h00, je ne vois pas, à par peut-être les fonctionnaires, comment profiter des transports en commun.
Alors, oui, je sais vous me direz c'est un tout : c'est le prix des logements (les enfoirés de propriétaires!) qui nous font habiter loin du lieu de travail, mais moi, en l'occurrence, j'habite à la campagne car j'aime le silence de mon jardin le soir et le we ... Donc bref, la voiture pour moi n'est pas un luxe mais mon seul moyen de transport !

Et pour Mme Bettencourt, vu les années qui lui restent à vivre (et je ne lui souhaite pas du mal) je pense que oui, elle a les moyens de fermer (égoistement) L'oreal et de profiter au bord de sa piscine loin de tout ... et les anciens de L'oreal feront une coopérative ouvrière tels les FRALIB ou les anciens marins de SeaFrance pour nous vendre des produits de beautés que personnellement je n'achète pas, parce que je le vaux bien ...

Mais quoi qu'il en soit, mes propos n'avaient pour objet d'expliquer que la réussite en France n'est jamais bien vu, car si dans d'autre pays la réussite suscite admiration, ici elle ne suscite que jalousie, comme si richesse était forcément synonyme de "bien mal acquis"... Ca ne donne pas envie d'entreprendre je trouve.

A croire qu'on a tous ici l'âme d'un Robin des Bois, c'est à dire redistribuer l'argent des autres.


Commenté
il y a 3985 jours
-
envoyer
Début de l'article :Mes chères contrariées, mes cherscontrariens ! Alors qu’hier je relatais les bonnes paroles de JensWeidmann, le patron de la Banque centrale allemande, qui expliquait lors des rencontres économiques d’Aix qu’il fallait que les États puissent faire faillite, la crise européenne qui n’en finit pas de finir a rebondi avec la nouvelle dégradation de la note souveraine italienne... Lire la suite
Répondre à ce commentaire
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Top articles