Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Recevez notre Marketbriefing
STEPHANE.BOUILLOT
Membre depuis avril 2014
706 commentaires - suivi par 2 personnes
Suit 1 membre
2 abonnées
A laissé un commentaire sur l'article :
>Un gouvernement Valls en mode coincé  - H. Seize - Hashtable

Bon, étant un mec joueur,
je vais te faire une proposition, l'ami...

Puisque tu attends "avec délectation" cette "punition collective"
(via "l'événement", "l'étincelle" qui "finira par faire s'effondrer...", etc etc etc),
avec ce vieux reste judéo-chrétien et biblique de la fin des temps
- pour un athée, bravo ! -,
et moi étant convaincu que, sur ton lit de mort,
tu l'attendras encore ton "big crunch" ou "big crash" ou chaos,
je vais te demander une échéance
(puisque tu es si certain de le connaitre de ton vivant : normal, non ?).

Dans 5 ans ? Dans 10 ans ? Dans 15 ans ? Dans 20 ans ?
Je vais être fair-play, je vais viser les 20 ans.
Ecoute-moi bien, l'ami :
si, dans 20 ans (on sera encore là tous les deux, avec des cheveux gris),
ton armaguédon athéiste n'aura pas encore eu lieu,
alors tu me cèdes ton fort Alamo
(d'ailleurs, lors, tu n'en auras plus guère l'utilité :
lancer des grenades avec une prothèse de la hanche est malaisé).

Fin août 2034, donc, sur ce site, tous deux vieillissant,
nul chaos majeur n'étant intervenu,
tu devras me céder ton fort Alamo.

En contre-partie, si (fort peu probable : je suis sûr de gagner
- et c'est bien pour cela que je joue, justement),
il y a eu un fondamental grabuge dans notre pays,
je te cède la totalité de mes lingots
(qui devraient te permettre, au prix de l'hectare en terre agricole,
d'ériger un second fort Alamo).

Réglo, non ?

Si tu veux être bon joueur, on peut fixer l'échéance à 10 ans
(puisque tu as l'air si sûr de toi, ça paraitrait logique).
Comme tu veux, l'ami.
Tu décides de l'échéance, dans la "gourmandise" de ton "attente".

En 2024, si tu le souhaites.
No problem.

... A moins que, dopé aux espoirs candides, tu vises 2017...
Hum, hum... Là, ton fort Alamo commence à me "parler" plus concrètement...
2017, chiche ?

Ta favorite fera peut-être plus de 30 % au premier tour
(cela est fort possible, en effet, et je partage cette hypothèse).
Mais au deuxième ?

En tout cas, si tu es prêt à jouer pour 2017, je tope là !

Finalement, ce n'est pas tellement ton fort Alamo que je vise
(je te laisserai l'arsenal, magnanime),
mais le terrain à truffes, sous les chênes.

Je ne suis pas salaud :
je les passerai à la moulinette (les truffes)
et je viendrai t'en apporter tous les samedis,
quand tu n'auras plus de dents
et que tu attendras encore (et toujours) ton apocalypse sociétale,
sous ton plaid à carreaux couvrant ton fauteuil roulant.

J'ai toujours eu pitié des vieillards,
quand ils ont passé leur vie à se gourer.
Dans les années 60-70, il y en avait déjà
des croulants annonçant la fin du bintz.
Ils sont passés à trépas en ayant l'ultime satisfaction de penser
que leurs enfants verront ce grand "rasibus".
Manque de bol, leurs enfants ont attendu eux aussi...
... Et ils n'ont rien vu non plus.
Je vois la génération de mon père, pas loin de s'éteindre,
sans avoir vu l'arlésienne du fameux "chaos".
On en est maintenant aux petits-enfants (des premiers)
qui, bourrichon monté à bloc, pensent encore que...
... Et qui eux-mêmes vont passer dans la boîte à clous
sans avoir vu le "big-bang" tant espéré...

Je sais, mon ami, tout cela est triste
(toutes ces générations sacrifiées sur l'autel d'une attente trompée)
mais il faut être lucide,
et arrêter de prendre ses désirs pour des réalités (même potentielles).

C'est beau de rêver à la guerre, à la grosse baston bien virile,
à l'extermination des "étrangers", des "communistes", des "assistés"
(comme tu le fais avec brio).
C'est très beau et même magnifique.
Je t'admire pour avoir réussi la prouesse
d'associer ce rêve au raisonnement objectif.
Magistral !... Sans ironie : magistral !

J'aimerai, pour ma part, comme toi,
associer des rêves au raisonnement objectif...
"L'optimiste béat" n'est peut-être pas celui que l'on croit, finalement...

Je te trouve d'un optimisme inébranlable dans ta conviction
que tout va péter, avec extermination de la "racaille assistée".
Béat ?... Oui !... Car tout tendu vers cet espoir bien naïf.
Si les choses étaient si simples, ça se saurait.

Tu attends cela comme un catho (intégriste) attend l'apocalypse,
comme un témoin de Jéhovah attend son armaguédon
(avec ensuite le peuple des "élus" qui subsisterait : kif-kif !)
et, partant, tu fais honte au genre athée.

L'athée ne croit rien, n'attend rien,
ne tire pas des plans sur la comète concernant un futur hypothétique.
Or, que fais-tu ?
... Exactement cela !

Comme eux, tu ATTENDS.
Ils sont là pour t'applaudir, te mettre des flèches vertes
(et moi des rouges, mais je n'en ai rien à cirer, tu penses bien !
- et même au contraire !) et puis quoi ?
Tu fais partie du grand troupeau qui ATTEND.
... Qui ATTEND "l'étincelle", "l'événement", le truc qui va tout faire chavirer.

Et après ?
Tu y as pensé à "après" ?
Tu t'auto-persuades que tu seras plus heureux
quand il n'y aura plus de "bronzés" sur le territoire,
mais en es-tu si certain ?

Pose-toi les bonnes questions, et tu auras les bonnes réponses.

Pendant longtemps je t'ai cru au-dessus du lot
(grâce à cette formidable capacité d'auto-dérision)
mais je me rends compte que, comme tant,
tu baignes dans les lieux communs et les slogans éculés
(car râpés jusqu'à la corde).

Tu as perdu ce qui faisait ton originalité
en faisant finalement le consensus.

... Et moi je suis là, vaillant, seul contre tous
avec mes idées qui vont délibérément à contre-courant
(ici, du moins, heureusement : seulement ici),
n'ayant même pas peur de me faire virer par les modérateurs
à force d'à force...

Et pour quoi je me bats, je ne sais même pas...
Une certaine idée de la vie, de ce qu'elle vaut,
de la façon dont on la gâche par des idées foireuses.

***********************

Bon, pour ton fort Alamo, tu me dis l'échéance.
... Mais pour moi c'est plié :
dans 10 ans on sera encore là,
toi à attendre ton chaos,
et moi constatant que la France "foutue"
enterre un à un les résignés convaincus du fait,
tout en restant une belle bête,
avec sa Bretagne,
sa Provence-Côte d'Azur,
son Alsace et sa Lorraine,
sa Loire et son Rhône,
ses volcans éteints et ses Alpes somptueuses,
son Sud-Ouest gastronomique,
sa verte Normandie et sa jaune garrigue du Var,
ses champs de lavande du Lubéron,
ses causses de Sauveterre,
sa Vendée, ses îles au large,
ses Pyrénées, sa Savoie,
ses ports et ses phares,
"son" Paris international,
"son" Marseille et son pastis à l'ombre des platanes,
son festival d'Avignon,
son Mont-Blanc à 4800 m pour parapentistes chevronnés,
sa Dordogne à méandres,
ses gorges du Tarn,
son Bordelais, sa Bourgogne,
ses vins inégalés et inégalables,
Carcassonne et ses remparts,
Lille et sa braderie dingue
et puis tous ces coins secrets
où l'on a fait l'amour à des filles dans de vertes prairies...

Merde ! C'est sur ça que tu craches ?!

... Ca vaut bien un fort Alamo,
si tu penses réellement que tout ça c'est du caca.

Tu tiens le pari sur quelle échéance, incurable maussade ?







Commenté
il y a 2958 jours
-
envoyer
Début de l'article :Surprise totale ! Avec une rapidité qu’on n’aurait jamais soupçonnée chez Valls, et après avoir probablement acculé Hollande à prendre une vraie décision, la rebuffade et l’opposition matamoresque de Montebourg aboutit à l’impensable : le gouvernement démissionne et voilà Manuel, reconduit dans ses bonnes œuvres, chargé de trouver une nouvelle brochette de winners pour son gouvernement tout neuf. Hier, je revenais (goguenard) sur les abrutissantes bêtises gauchisantes de Godille & Zigzag pardon... Lire la suite
Répondre à ce commentaire
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Top articles