Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Recevez notre Marketbriefing
Gabriel Gimenez Roche
Membre depuis mai 2012
16 commentaires - suivi par 2 personnes
2 abonnées
A laissé un commentaire sur l'article :
>A qui la faute ? Conclusion  - Gabriel Gimenez-Roche - 
Doublement exact!

Les SIVs et SPVs qui visaient à réduire le risque sur un sous-jacent quelconque, maintenant ne sont que des vecteurs du risque inhérent aux moyens fiduciaires créés par les banques commerciales. Car, évidemment, les sous-jacents de base des dérivés structurés ne sont que des moyens fiduciaires ou alors des produits associés à moyens fiduciaires.

En effet, les moyens fiduciaires se propagent comme une infection généralisée dans toute l'économie. Ils arrivent à distordre même la perception entrepreneuriale et conséquemment la planification des projets d'investissements qui n'ont même pas eu recours au crédit bancaire.

Finalement, oui, il y a des rumeurs sur comment les SPVs sont nés surtout pour "nettoyer" les bilans d'une entreprise--le cas avéré d'Enron. En tout cas, c'est l'usage fait par les banques commerciales pour respecter les accords de Bâle.

Merci de votre commentaire,

Gabriel A. Giménez-Roce


Commenté
il y a 4009 jours
-
envoyer
Début de l'article :Nous avons vu au cours des trois précédents articles (1, 2, 3) comment le système bancaire a évolué de la fin de la deuxième guerre mondiale à nos jours. On constate que si les banques ont cherché des rendements plus élevés grâce à de nombreuses innovations financières, elles ont toujours su respecter les règles imposées par les autorités (réserves obligatoires, ratios de capital, etc... Lire la suite
Répondre à ce commentaire
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Top articles