Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
BA
Membre depuis octobre 2012
659 commentaires - suivi par 14 personnes
14 abonnées
A laissé un commentaire sur l'article :
>Ce n’est pas cher, c’est l’État qui paye…  - Charles Sannat - Au Coffre
Aux Etats-Unis, au Japon, au Royaume-Uni, en zone euro, etc, les banques centrales injectent des centaines de milliards de liquidités. En agissant ainsi, les banques centrales entretiennent un cercle vicieux.

Ce cercle vicieux est le suivant :

1- La banque centrale injecte des liquidités.

2- Conséquence : ces liquidités sont investies dans les marchés actions, mais aussi dans les marchés des obligations d'Etat.

3- Première conséquence : sur les marchés actions, les Bourses du monde entier montent. Les actionnaires sont contents. Malheureusement, cette gigantesque bulle boursière ne peut pas gonfler jusqu'au ciel. Elle va bientôt éclater. Ce sera une crise comme celle de 1929, mais en plus violent.

4- Deuxième conséquence : sur les marchés obligataires, le taux des obligations d'Etat baisse. Les dirigeants politiques sont contents, car l'Etat va pouvoir emprunter en payant un taux d'intérêt plus bas.

5- Conséquence : les dirigeants politiques empruntent, empruntent encore, empruntent toujours. Cette bulle de dette publique gonfle. Malheureusement, cette gigantesque bulle obligataire ne peut pas gonfler jusqu'au ciel. Elle va bientôt éclater, elle-aussi. Les prêteurs et les épargnants seront ruinés. Les banques et les fonds de pension seront en faillite.

6- Conséquence sur l'économie réelle : IL N'Y A AUCUNE CONSEQUENCE POSITIVE SUR L'ECONOMIE REELLE, QUI CONTINUE A S'EFFONDRER.

Et donc la banque centrale continue à injecter des liquidités, car il ne reste plus que la banque centrale pour empêcher l'effondrement de tout le système.

7- Conséquence : ces liquidités sont investies dans les marchés actions, mais aussi dans les marchés des obligations d'Etat.

8- Et le cercle vicieux continue.

Exemple : la France.

Juin 1974 : pour un emprunt sur 10 ans, la France devait payer un taux d'intérêt de 11,45 %.
Juin 1980 : pour un emprunt sur 10 ans, la France devait payer un taux d'intérêt de 13,34 %.
Juin 1981 : taux de 17,32 %.
Juin 1985 : taux de 12,12 %.
Juin 1990 : taux de 10,1 %.
Juin 1995 : taux de 7,45 %.
Juin 2000 : taux de 5,33 %.
Juin 2005 : taux de 3,2 %.
Juin 2010 : taux de 3,06 %.

Jeudi 6 novembre 2014 : la France a emprunté en payant un taux d'intérêt de 1,18 %. Record historique battu.

http://www.boursier.com/actualites/macroeconomie/france-eco-emprunt-a-10-ans-a-un-taux-plancher-historique-602465.html

Voyant cette évolution, les dirigeants politiques français (de gauche et aussi de droite) ont emprunté des centaines de milliards d'euros supplémentaires depuis des décennies.

Puisque les banques centrales occidentales injectaient des centaines de milliards de liquidités, puisque la France trouvait toujours des prêteurs, et puisque la France payait des taux d'intérêt de plus en plus bas, les dirigeants politiques français ont emprunté de plus en plus.

Résultat :

Aujourd'hui, la France est en faillite. Dette publique de la France : 2023,668 milliards d’euros, soit 95,2 % du PIB. C'est le montant le plus élevé depuis 1945.

Quant à l'économie réelle, elle continue à s'effondrer.

Mais la Bourse de Paris est au plus haut. EN FRANCE, LA BULLE BOURSIERE CONTINUE A GONFLER. Préparez-vous au grand « Plop ! »


Commenté
il y a 2749 jours
-
envoyer
Début de l'article :Mes chères contrariennes, mes chers contrariens ! Je souhaitais revenir sur l’allocution présidentielle de mi-mandat de la fin de la semaine dernière une fois la poussière retombée et les commentaires à chaud et bien souvent inutiles, dissipés. Un président profondément pathétique dans un exercice l’étant tout autant… TF1, qui sait exceller dans l’art de la télé-réalité, a donc fait un casting pour sélectionner quelques français. Pas trop quand même. 4, c’est bien 4. Ils ont posé des questions a... Lire la suite
Répondre à ce commentaire
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Top articles