Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Recevez notre Marketbriefing
hyoe.l
Membre depuis octobre 2016
21 commentaires - suivi par 1 personne
1 abonnées
A laissé un commentaire sur l'article :
>L’interview la plus incendiaire de Julian Assange : « Hillary est le rouage central de l’établissement »  - Nicolas Flamel - 
La réalité est qu'il n'existe plus dans la presse dite "mainstream", journaux papiers, journaux et reportages TV, radio... de vrais journalistes d'investigation "intègres" tels qu'ils existaient il y a une cinquantaine d'années. Ce que l'on qualifiait de "quatrième pouvoir" composé d'hommes et de femmes capables d'aller jusqu'à se mettre en danger, voir sacrifier leurs vies, pour mettre à la lumière du jour les évènements, les crimes, les dérives, les actes de tous ceux qui ne respectaient pas les lois, de tous ceux qui se croyaient au dessus des lois, n'existe plus. Regardez les, les pseudo journalistes d'aujourd'hui, tous ces bouffons ridicules, "s'aplaventrer", faire leurs courbettes, cacher et déformer la vérité. Enchainés par leurs dogmes et pour l'argent. Ils et elles ont vendu leur dignité, leur honneur pour quelques centimes et collaborent à cette mascarade permanente, cet enfumage des veaux qui n'ont d'autres exigences que de se laisser mener à l'abattoir. Alors oui, il fallait que quelqu'un prenne le relai de ces incapables. Et ces "quelqu'un", c'est Assange et tous ceux qui font le travail d'investigation et d'information que faisaient les grands reporters il y a cinquante ans. Ce type devrait se voir décerner le prix Pulitzer alors que tous les bouffons, qui s'auto-congratulent à longueur de temps sur tous les médiats payés par nos impôts, devraient être jugés pour haute trahison.

Commenté
il y a 2150 jours
-
envoyer
Début de l'article :A l’occasion de ce qui est peut-être l’interview la plus incendiaire qu’il ait jamais donnée, le dénonciateur et fondateur de Wikileaks, Julian Assange – qui réalise parfaitement que ses perspectives d’avenir deviendraient plus sombres encore si Hillary arrivait au pouvoir – s’est entretenu avec le journaliste et réalisateur de documentaires australien, John Pilger, à qui il a résumé ce qu’il a pu apprendre des dizaines de milliers d’emails publiés cette année dans le cadre de l’affaire Clinton. Une transcription de l’interview (en Anglais) est disponible sur le site de RT... Lire la suite
Répondre à ce commentaire
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Top articles