Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Monrose
Membre depuis octobre 2012
579 commentaires - suivi par 12 personnes
Suit 2 membres
12 abonnées
A laissé un commentaire sur l'article :
>Billet invité – Une autre contrevérité : les taux d’intérêt bas favorisent la croissance économique  - Charles Sannat - Insolentiae
« Toute société doit choisir à un moment ou à un autre entre la main invisible d’Adam Smith ou le coup de pied dans le derrière de Joseph Staline… »
Merci pour cette aphorisme qui en réalité, ouvre à des océans de réflexion. Qu'est ce que "la main invisible" ? Un Dieu ? et quel grand architecte ? ou une régulation spontanée fondée sur la "sympathie" naturelle", les bons sentiments ? Adam Smith, père du libéralisme économique ? Qui n'avait pas vu le révolution qu'amenait l'industrie ? Qui ne comprenait pas l'amour des Physiocrates ( Quesnay) pour l'agriculture ? La notion d'avantage absolu, de bien commun à notre époque de mondialisation sauvage parait bien dépassée...
Tout aussi trouble est celui qui reçoit le coup de pied de Staline et pourquoi ? Est ce une classe privilégiée, les militaires (1937), les blouses blanches, les Juifs (1952-53) ? Ou les bons à rien que Macron croise sur les quais de gare, les sans dents, les vieux-à-charge cibles d'Attali ? Ou, in fine ,n'importe qui, pour faire table rase et rajeunir la société, et supprimer les avantages acquis (Mao) ?
Une société choisit-elle ? En a-t-elle les capacités ? Quand on voit l'élection présidentielle récente et ses péripéties, comment croire à la rationalité du choix, avec 50 % d'abstentionnistes et des programmes inapplicables d'emblée au vu et au su de tous ? Le cœur de l'électeur a ses raisons que la raison ne connaît pas.


Commenté
il y a 797 jours
-
envoyer
Début de l'article :Par Charles Gave dont la pensée est toujours salutaire. Il y a deux semaines, dans la chronique « Lettre ouverte à notre nouveau Président », j’avais essayé de montrer que si le poids de l’État dans l’économie augmentait, alors la croissance économique baissait de façon structurelle. Dans le papier de cette semaine, je vais m’attacher à prouver (une fois encore) que si les taux d’intérêts sont anormalement bas, alors la croissance économique se met à baisser de façon tout aussi structurelle et q... Lire la suite
Répondre à ce commentaire
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Top articles