Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Recevez notre Marketbriefing
Gabriel Gimenez Roche
Membre depuis mai 2012
16 commentaires - suivi par 2 personnes
2 abonnées
A laissé un commentaire sur l'article :
>Compétitivité Globale et Avenir : A la recherche de la compétitivité perdue  - Gabriel Gimenez-Roche - 
Merci pour tous vos commentaires.

En partie, nous pouvons dire que oui la prospérité européenne a été le résultat de circonstances particulières de l'époque -- mais en moindre degré pour l'Allemagne car elle a été très peu, voire aucunement, favorisée par le Plan Marshall. N'oublions pas le fait que si les États-Unis n'avaient pas mis en place le Plan Marshall, sa balance commerciale aurait restée largement excédentaire en sa faveur -- mais déficitaire pour l'Europe Occidentale. Le Plan Marshall a permis à l'Europe Occidentale de financer sa ré-industrialisation et sa capacité d'exportation en temps record. Si pour l'Europe c'était une bonne affaire, pour le contribuable américain c'était beaucoup moins intéressant... à terme.

Cependant, je n'enlève pas le mérite aux européens non plus. Si le Plan Marshall a pu "fonctionné" en Europe, c'est grâce aux capacités humaines et matériels disponibles sur le sol européen (oui, malgré la destruction; c'est une longue discussion, mais l'Allemagne finit la guerre avec un parc industriel beaucoup moins touché que celui des voisins et le parc industriel français à moitié ruiné était toujours plus important que le parc industriel des pays "développés" de l'époque tels que l'Argentine ou l'Uruguay). Comme je dis dans l'article, c'est la combinaison de circonstances géopolitiques et des capacités productives traditionnelles européennes qui a facilité la prospérité européenne de l'après-guerre.

Le fait que les pays aujourd'hui émergents à l'époque s'aventuraient dans le dirigisme a facilité les choses pour l'Europe. Cela a permis à un continent relativement riche en capacité productive, l'Europe, à jouer à l'interventionnisme tandis que des pays beaucoup moins dotés en capital essayaient de faire pareil ce qui a représenté pour ces derniers des décennies perdues. Quand l'Europe commence son timide processus de libéralisation, elle dispose des capacités productives bien plus développées tandis que les futurs concurrents étaient encore pris dans des processus inflationnistes et dirigistes qui retardaient leur développement.

Néanmoins, la libéralisation européenne a été insuffisante quand comparée à celle des émergents comme l'a remarqué Libertador. Voilà pourquoi ces pays arrivent à se développer tellement vite. Il faut remarquer cependant que ces pays sont encore marqués par un fort interventionnisme. Leurs avantages sont fondés sur un coût du travail dérisoire (Chine, Inde) ou une disponibilité énorme de matières premières (Brésil, Russie). Je parlerai de ça dans mon prochain article...

Évidemment, comme a été pointé par ELS, le modèle social européen n'est pas vraiment "généreux". On voit là l'ironie de l'interventionnisme. En voulant être généreux, on devient en réalité mesquin et accapareur. D'où le système fiscal et social en place en Europe aujourd'hui. L'idée de cette série d'articles est de montrer que la "générosité" européenne a résulté non seulement en un coût fiscal important, mais en un coût compétitif également (un coût qui est dérivé de ce coût fiscal).

Merci encore une fois,

Prof. Gabriel A. Giménez-Roche


Commenté
il y a 3921 jours
-
envoyer
Début de l'article :Aujourd’hui, l’inéluctabilité des réformes ainsi que la non-viabilité du généreux modèle social Européen semblent évidentes. Cependant, n’est-il pas aussi évident qu’il a pu se maintenir et se développer pendant au moins 30 ans sans apparemment heurter à la compétitivité Européenne ? Cette remarque ne peut pas résister à une analyse plus approfondie de la réalité de la compétitivité Européenne préalable à la crise actuelle... Lire la suite
Répondre à ce commentaire
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Top articles