Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
blitzel
Membre depuis février 2013
1061 commentaires - suivi par 13 personnes
13 abonnées
A laissé un commentaire sur l'article :
>Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre - Liliane Held-Khawam - 24hgold
Article impeccable.
Un 11 novembre dans les labours
Quand j'entends cela, cela nous rappelle, "aux oreilles de nos ancêtres dans les tranchées de Verdun", le vrombissement et le sifflement des obus qui tombaient partout, où les pauvres poilus se terraient tant bien que mal jour et nuit dans la glaise trempée en attendant que la pluie d'obus cessent.
Hélas, les champs de Verdun se sont étendus à toutes nos campagnes et ne laisseront plus à l'avenir le doux silence du vent dans les feuillages ni le repos bien mérité du laboureur dont la santé est saccagée par les normes européennes des produits toxiques pour la santé qu'ils sont presqu' obligé de répandre pour être productif s'ils veulent survivre.

la France n'est plus, le paysan n'est plus, on l'appelle dorénavant l' Agriculteur comme si il s'enorgueillissait d'un nouveau titre plus respectable. En fait on le méprise toujours et pour bien rappeler que la campagne est toujours méprisée, on lui plante des forêts métalliques. En fait sortir du nucléaire est peut-être une sauvegarde temporaire avec les éoliènnes mais comme à Verdun il y a aussi les épandages toxiques qui ne vous laissent que peu d'espace pour y passer, quant à s'y promener, oublions cela !
Le silence tueur du nucléaire est-il plus enviable ?


Commenté
il y a 99 jours
-
envoyer
Début de l'article :Au nom de la transition énergétique, les campagnes s’industrialisent à grande vitesse. L’autrice de cette tribune raconte la métamorphose de la Haute-Marne, autrefois vivante et dorénavant colonisée par les éoliennes, les méthaniseurs, les plantations de biomasse… Il est minuit, ma maison vrombit, mon cœur est écrasé, mon crâne résonne. Les fenêtres fermées, les boules Quies ne font qu’empirer les choses. Où aller? Au fond des bois? Les infrasons des éoliennes industrielles ne connaissent ... Lire la suite
Répondre à ce commentaire
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Top articles