Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
jeremierostan
Membre depuis mai 2012
161 commentaires - suivi par 4 personnes
4 abonnées
A laissé un commentaire sur l'article :
>Réduire les dépenses militaires US: Une fausse bonne idée  - Jérémie T. Rostan - 
1°- combien de despotes, à commencer par Saddam Hussein, chou-chou de la politique étrangère US lorsqu'il s'agissait de le pousser à la guerre contre l'Iran, n'ont-ils pas été les protégés des Occidentaux (des USA en premier lieu) avant, pour certains qui subitement venaient à démériter, d'être dénoncés comme d'affreux tyrans sanguinaires.

Ce genre d'arguments ne me paraît pas rationnel. Il impliquerait logiquement que, puisque l'on a défendu, ou défend encore, des despotes que l'on joue contre d'autres pires encore, on ne devrait jamais attaquer quelque despote que ce soit, à commencer par ceux dont on s'est d'abord servi, une fois que l'on n'a plus de raison de le faire et que l'opportunité se présente d'en libérer leurs peuples.

Ceci m'amène évidemment à vos points 2 et 3, où vous semblez défendre la relative valeur des régimes de S. Hussein et M. Kadhafi.
Beaucoup de choses à dire, ici.
Tout d'abord, je crains repérer un certain type de jugement biaisé que l'on observe souvent. Vous semblez très critique à l'égard des US, et je l'imagine de G.W. Bush, par exemple. Mais que diriez-vous si celui-ci avait dirige son pays comme ces deux despotes l'ont fait? Vous passez ainsi sous silence le caractère terroriste de Kadhafi, et génocidaire (ou du moins meurtrier de masse) de S. Hussein.
Vous semblez également justifier, comme beaucoup, le caractère "dur" de ces régimes comme une nécessité face aux tensions internes à leurs populations. Mais, comme vous le savez, celles-ci sont largement instrumentalisées par les despotes, généralement issues, comme M. Kadhafi et S. Hussein, de minorités qu'ils privilégient au détriment du reste de la population. Sans parler, évidemment, de l'absence quasi totale de libertés réelles dans ce genre de pays, ainsi que des menaces, bien réelles, qu'ils représentaient. Là encore, Kadhafi et Hussein en avaient déjà donné la preuve, et continuaient.
Vous mentionnez le relatif avancement de leurs économies, mais, en termes de pays pétroliers, leurs bilans sont bien plutôt désastreux.

Pour ce qui est de votre quatrième point, le prétendu crime de lèse-majesté dont vous parlez me semble un motif peu crédible, les US n'important pas, à l'époque, de pétrole d'Irak ou de Libye. La menace est d'ailleurs la même de la part d'autres pays, pourtant sous relatif contrôle, comme l'Arabie saoudite. De fait, le premier choc pétrolier fut lié à une indexation du cours du pétrole sur une autre marchandise que le dollar (l'or), et pourtant les US n'intervinrent pas, malgré la crise provoquée.
De plus, je le répète, les US ont suffisamment de pétrole chez eux, et des moyens biens plus simples pour s'en procurer que de gâcher des milliards et de sacrifier des adolescents dans des guerres lointaines.
Vous évoquez le caractère illégal de ces interventions, mais, je vous prend au mot: les desiderata de l'ONU n'ont aucune légitimité en eux-mêmes, et je ne vois pas pourquoi son positionnement devrait être pris comme une valeur en soi.
Enfin, pour ce qui est des stratégies géopolitiques que vous mentionnez, il y a, là encore, des moyens biens plus simples et moins coûteux pour les US de s'implanter dans ces régions du monde que la conquête militaire masquée. Une fraction des dépenses engendrées aurait permis d'acheter à n'importe quel gouvernement local l'accueil de bases militaires.

De toute évidence, ce ne sont pas des sujets sur lesquels nous serons d'accord. Mais, à nouveau, l'article ne portait pas sur cette question. Je ne rechigne pas à en parler, ceci étant, mais je dois avouer
1) tenir pour vrai le principe randien selon lequel les gouvernements despotiques sont sans légitimité et peuvent être renversés par qui le veut et le peut;
2) juger que l'Irak, comme la Libye, et l'Afghanistan que vous oubliez, remplissaient parfaitement ce critère.

Après tout, puisque vous référez au droit, alors même que vous sembliez beaucoup plus relativiste dans vos commentaires précédents, de quel droit ces despotes régnaient-ils? Et sur quel droit vous fondez-vous pour défendre leur régime (ce qui est de facto le cas lorsque l'on s''oppose à leur renversement)?


Commenté
il y a 2573 jours
-
envoyer
Début de l'article :Des voix aussi nombreuses que discordantes appellent à une réduction des dépenses militaires américaines.Pour les uns, si la situation fiscale du pays, dont les déficits budgétaires ne cessent de se creuser et d’aggraver la dette, appelle une réduction des dépenses publiques, celle-ci devrait commencer par la Défense... Lire la suite
Répondre à ce commentaire
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Top articles