Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Recevez notre Marketbriefing
Pierre Hosteins
Membre depuis juin 2012
35 commentaires -
0 abonnées
A laissé un commentaire sur l'article :
>Oubliez l'Europe : les géants émergents sont notre seul espoir  - Alex Korbel - 
J'ai envie de dire que Malthus on s'en fiche. La question n'est pas de savoir s'il reste des millions, des milliards ou des trillons de tonnes de pétrole mais de savoir combien je dois bruler de pétrole pour les récupérer (pareil pour le solaire ou autre: combien je dépense de Joules pour récupérer un Joule ?). Dès que l'opération est déficitaire, vous etes perdant, point barre. Le problème n'est JAMAIS de savoir s'il y a de l'énergie à récupérer (par définition il y en a toujours) mais de savoir comment la récupérer efficacement. De plus avec une source importante d'énergie (genre fusion nucléaire), on peut créer des carburants par réaction chimique, par contre la raréfaction des métaux là c'est un autre calibre, ca nécessite des réactions nucléaires, un poil plus difficile quand meme. Reste l'optimisme: un petit génie va bien nous trouver une solution ! Ou pas, on verra bien...

Petite remarque: il est dangereux d'accuser les autres de raconter des betises, tout le monde en raconte à un moment ou un autre... Par exemple, le taux de natalité diminue en corrélation avec le taux d'alphabétisation, la diminution du taux de mortalité infantile (donc les conditions matérielles et d'hygiène en général), PAS avec la quantité de nourriture disponible. Sinon dans les sociétés "primitives" où la nourriture est présente en abondance on aurait un taux de natalité très bas. A bon entendeur ;-)


Commenté
il y a 3169 jours
-
envoyer
Début de l'article :J’ai une mauvaise et une bonne nouvelle pour vous. La mauvaise, c’est qu’en 2050, les plus grandes économies européennes ne seront queles neuvième, dixième et onzième au niveau mondial, selon PricewaterhouseCoopers. La bonne nouvelle, c’est queselon HSBC, une révolution de la consommation se profile, tirée par une expansion sans précédent de la classe moyenne mondiale... Lire la suite
Répondre à ce commentaire
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Top articles