Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Grand Ratissage de Printemps.... Super magouille à venir...
IMG Auteur
Membre depuis février 2016
105 commentaires
Publié le 11 mars 2016
678 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 5 votes, 5/5 ) , 2 commentaires
Un ami broker sur le COMEX/NYMEX vient de m'informer d'une décision des autorités de marché passée plutôt inaperçue, alors qu'elle implique d'énormes scandales financiers à venir.

Voici de quoi il s'agit, mais pour bien comprendre la portée de la chose, il faut effectuer un petit rappel de technique financière et de vocabulaire.

Lorsqu'un particulier ou une société ou état veut acheter un bien sur un marché financier, il peut l'acheter "physiquement", c'est à dire être livré du titre de propriété (action) ou de la quantité de matière première(or, soja, blé...)qu'il a choisie. Mais il a aussi la possibilité de prendre une option d'achat, ce qui lui coûte bien moins cher : moyennant le versement d'une toute petite partie du prix, l'acquéreur aura le choix à une date convenue d'acheter le bien choisi au prix convenu au départ. Si le bien a beaucoup monté, l'acquéreur ayant donc immobilisé très peu de fonds au départ pourra réaliser un bénéfice très juteux, d'autant que dans l'intervalle il aura pu utiliser les fonds à autre chose.
Cette option d'achat s'appelle un CALL. Elle est accessible à tous, et existe sur tous les marchés financiers du monde.
Et l'ensemble des opérations qui suivent la décision finale de l'acquéreur s'appelle le DEBOUCLAGE (paiement du solde, livraison).
Le call, comme toutes les opérations de ce type, appartient à la grande famille des FUTURES, c'est à dire des opérations financières qui ont une échéance finale ultérieure (donc future, d'où le nom)à la date où elles ont été initiées.

Et voilà donc que les autorités de marché ont décidé de créer une nouvelle race de calls : cela va s'appeler les PRIORITY CALLS (abréviation PCA).
Ces PCA ne seront pas accessibles à tout le monde : seuls pourront acquérir des PCA les organismes d'état américain (FED, Trésor, US Mint, NASA et quelques autres)et les caisses de retraites. Les banques sont exclues du dispositif, sauf dérogation (accordée si la banque comprend au moins 75% d'actifs américains et exerce 75% de son activité aux Etats-Unis.... on ne peut guère être plus protectionniste !!!)

Déjà, sur le plan de la morale, c'est pas vraiment joli.
Mais c'est surtout la suite qui est intéressante !
Dans l'avenir, lorsqu'à n'importe quelle date doit être effectué le débouclage des opérations sur les futures, les PCA seront traités en priorité avant tout autre CALL. Ceux qui auront des PCA seront traités dans l'ordre chronologique du passage des ordres.

Les conséquences :
- s'il n'y a pas assez de matière première pour satisfaire tous les PCA, seuls les premiers ordres passés pourront être réalisés, voire partiellement pour certains;
- s'il n'y a pas assez de matière première pour satisfaire tous les PCA, ceux qui auront acquis des calls "normaux" iront se faire voir ailleurs : non seulement ils ne pourront pas être livrés, ils auront donc perdu la mise de départ, mais en plus leur call ne vaudra plus rien le lendemain du jour de son échéance.

Voilà : si donc l'état américain veut se prémunir contre une explosion du marché des matières premières, il lui suffit d'acheter des PCA pour passer devant tout le monde. Et d'en acheter suffisamment pour couvrir tout ce qui est disponible sur le marché.

Bref, si les marchés financiers s'effondrent, si le prix des matières premières explose, les USA raflent la mise... et s'en sortent !

A noter que les quelques banquiers qui ont osé protester contre les PCA ont été partiellement entendus : le débouclage en donnant la priorité au PCA ne peut s'appliquer que dans le cadre d'une ordonnance (comparable à notre système actuel des Mesures d'Urgence), ordonnance prise par le Président, le Vice-Président en cas d'empêchement de ce dernier, le secrétaire d'état au Trésor en cas d'empêchement de ces derniers ou encore un collège de 5 sénateurs.

Il n'empêche que... l'on doit désormais avoir la plus grande méfiance sur les futures, en particulier sur ceux des matières stratégiques (Or, argent, palladium, platine, iridium, rhodium....) et quelques autres.

Et cela montre aussi la "très grande confiance" qu'ont les dirigeants américains sur l'avenir de nos économies....

Alors, ça y est ? La troisième guerre mondiale a commencé ?

Ne riez pas trop jaune...


<< Sujet précedent
Evaluer :moyenne :5 (5 votes)
>> Sujet suivant
0
envoyer
2
commenter
Répondez à ce post
>Suivre tous les commentaires du site
vous devez être connecté pour participer aux forums8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Petite précision

Il faut noter qu'on trouve depuis des années des options sur le marché "privé" appelées Priority Calls. Elles n'ont rien à voir avec les PCA décrites ci-dessus, si ce n'est le nom qui peut porter à confusion.
Nul doute que les PCA seront affublés d'un complément de vocabulaire, par exemple "State Priority Call" ou "USA Priority Call" pour bien faire la différence entre les PCA "officiels" et les titres portant un nom presqu'identique, qui eux, sont accessibles à tout le monde.
La plupart des priority calls "privés" actuellement émis le sont de la part de la Citybank, et de quelques banques asiatiques. Ce ne sont pas réellement des calls, mais des parts de calls (c'est à dire pour simplifier à l'extrème des options sur option...), et leur marché est extrêmement volatil (on peut multiplier sa mise par 3 ou 4 du jour au lendemain, mais on peut aussi tout perdre dans la même journée...).

J'ai interrogé mon correspondant pour savoir quel traitement de "cotation" serait donné aux PCA.
A priori, rien n'est encore décidé, mais il semblerait que la cotation des PCA ne sera pas diffusée au public, vu que ce dernier n'aura pas accès à son marché. Et seul un petit nombre de brokers recevra un agrément du gouvernement américain pour pouvoir intervenir sur ces titres.
Tout cela confirme davantage le caractère de "magouille d'état" de l'opération...

Quant au back office des opérations, je vous laisse imaginer la pagaille : imaginez par exemple que l'état mette la main sur un petit stock de 600 tonnes d'or (grosso modo 20 camions semi remorques) : il faudra transférer du jour au lendemain ces 600 tonnes de New-York à Fort-Knox.... Ceci-dit, si l'opération avait lieu, c'est a priori parce qu'on serait dans une sorte de guerre, et dans ce cas, tous les "bons" américains prêteraient leur concours aux autorités.... (même la mafia, qui, rappelons-le, n'a toujours pas d'existence officiellement reconnue, n'en déplaise à feu Elliott Ness... Et c'est quand même bien de pouvoir imaginer des situations "marrantes" comme celle là... ça calme nos envies de révolte !)
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Petite précision Il faut noter qu'on trouve depuis des années des options sur le marché "privé" appelées Priority Calls. Elles n'ont rien à voir avec les PCA décrites ci-dessus, si ce n'est le nom qui peut porter à confusion. Nul doute que les PCA seron  Lire la suite
PT & Co - 11/03/2016 à 13:04 GMT
Note :  1  0
Top articles
page générée en 195 ms.