Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
L'immobilier en cas de crise
IMG Auteur
Membre depuis février 2015
6 commentaires
Publié le 25 février 2015
279 mots - Temps de lecture : 0 - 1 minutes
( 0 vote, 0/5 ) , 4 commentaires
Navré par avance si ce sujet a été évoqué récemment (si c'est le cas, je veux bien le lien : j'ai rien trouvé...).
Ma question est simple : l'immobilier est-il un bon investissement en cas de crise ?
Alors, évidemment, selon qu'on parme d'hyperinflation ou de déflation, la réponse "devrait" être différente mais quelle est-elle?
En effet, l'article de C. SANNAT sur la débancarisation a eu sur moi l'effet d'un électrochoc : j'ai commencé à acheter (pas mal) d'or depuis. et j'envisage fortement d'acheter un terrain agricole et/ou forêt.
Cependant, mon appétence va plutôt à l'immobilier (locatif). C'est ce que je connais et "sens" le mieux.
Aussi, au delà des questions d'inflation ou déflation (si les conditions sont défavorables, je conserverai le bien), la grande question est : pourquoi l'immobilier n'est pas considéré comme actif tangible ? (je sens d'avance la grosse question polémique...)
J'ai lu un avis que je partage disant qu'en cas de crise, il est fort peu probable que le gouvernement "réquisitionne" les propriétés foncières. Ces types de propriétés sont à considérer comme des libertés fondamentales et les gens descendraient dans la rue.
Alors, pourquoi pas l'immobilier ?

Ca c'est la partie "facile à répondre" ...
Car, ce qui rend les choses moins évidentes et que je finance tous mes investissements immobiliers à crédit.
Du coup, question suivante : qu'est ce qui se passera en cas de crise? Est-ce un risque trop grand d'avoir ce type de bien à crédit? Si oui, qu'est ce que je risque réellement?
Si ma banque est "massivement sabordée" pourrait-elle saisir toutes les hypothèques adossées au crédit qu'elle a permis de financer ?
Merci de m'avoir lu et surtout merci de me donner votre avis / vos idées sur la question...
<< Sujet précedent
Evaluer :moyenne :0 (0 vote)
>> Sujet suivant
0
envoyer
4
commenter
Répondez à ce post
>Suivre tous les commentaires du site
vous devez être connecté pour participer aux forums8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
L'immobilier est un investissement réel, en tant que tel il peut vous protéger du desastre monétaire à venir et vaudra toujours mieux que des créances sur des tiers, gouvernements ou banques, insolvavles, ou qui seront soldées en monnaie de singe.

En revanche, l'immobilier a deux problèmes

- c'est le seul actif sur lequel les particuliers peuvent mettre un effet de levier (s'endetter) et en conséquence son prix peut lourdement baisser en période déflationniste
- c'est un actif extrêmement visible pour le gouvernement, et donc taxable et corvéable à merci.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
C'est "moins pire" qu'autres choses.
Mais les prix sont dépendants du crédit. Dans un passé récent, on a accordé des crédits qui n'auraient raisonnablement pas dû exister, augmentant le pouvoir d'achat, et faisant monter les prix. Si les banques limitent les prêts aux meilleurs dossiers, si la situation des emprunteurs se dégarde, alors il n'y a plus d'acheteurs aux prix actuels.
Si le chômage de masse se répand encore, qui pourra payer les loyers ? (un appartement ne rapporte que des loyers, surtout si sa valeur dégonfle)

La sphère immobilière a plusieurs facettes: bâti ou non-bâti, agricole, forestier, citadin ou rural, neuf, ancien, luxe, historique etc.

La forêt a du bon: elle produit 5m3/ha pendant qu'on a le dos tourné, elle n'a pas gonflé de bulle et n'a donc rien à perdre ou presque. Si les cours du bois sont mauvais, on peut très bien attendre et couper 5 ou 10 ans plus tard. On peut cultiver discrètement au pied des arbres.
En plus: un feu de bois remonte le moral et j'aime les champignons.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
bonjour à toutes et tous,
ayant eu du bien, et encore un peu dont je me débarrasse au plus vite , voici ma réflexion!
l'immobilier pour avoir un toit à soi, OUI!
ensuite: prendre en compte énormément de facteurs.
prix: Mâcon 85 m2 à 82 000€ là ou un autre se vend 140 000 € ??? distension sur le marché surévalué de 30% mini (dixit nos banques ) !!
ensuite louer! vu que 46 % de nos compatriotes, travaillant , n'arrivent plus à boucler les fins de mois , nous avons ,en corrélation , une augmentation significative des impayés. Y compris les impôts, dont les demandes d'étalements ont augmenté de 23 % ! salaire de 1400€ soit 27 % il faudrait louer 378€. Un couple gagne double, et on ponctionne 450 € à 750 € ( F4 Mâcon, (en jouant avec les allocations n'est ce pas (sic) mais un au chômage et c'est la catastrophe.
autre : taxe foncières en nette hausse, chauffage, entretien du bâtiment etc. bref après calcul, un petit 3% an net (sauf accident) était possible, avec le jeu de l'augmentation de l'indice de la construction. ce qui n'est plus le cas! l'immobilier en euros constant, hors inflation, à perdu 12,5% . nous revoici au niveau 2009.Il a été émis, en 2014 , par nos chers politiques, l'idée d'une taxe, dès que le bien sera payé? rafraichissez vous la mémoire! un toit pour soi , oui !rien d'autres
Dernier commentaire publié pour cet article
bonjour à toutes et tous, ayant eu du bien, et encore un peu dont je me débarrasse au plus vite , voici ma réflexion! l'immobilier pour avoir un toit à soi, OUI! ensuite: prendre en compte énormément de facteurs. prix: Mâcon 85 m2 à 82 000€ là ou un aut  Lire la suite
pascal C. - 27/02/2015 à 16:55 GMT
Top articles
page générée en 177 ms.