Dividendes versés aux actionnaires : 372 milliards d’euros en 1 trimestre!

IMG Auteur
Published : September 01st, 2016
389 words - Reading time : 0 - 1 minutes
( 3 votes, 2.7/5 ) , 14 commentaries
Print article
  Article Comments Comment this article Rating All Articles  
0
Send
14
comment
Our Newsletter...
Category : Opinions and Analysis

« Dans le monde, les dividendes ne font que grimper. Les dividendes versés dans le monde entre avril et juin ont rapporté 372 milliards d’euros aux actionnaires, ce qui représente une hausse de 8,5 milliards d’euros par rapport au deuxième trimestre 2015, annonce une étude publiée par le gérant d’actifs Henderson Global Investors. »

« La société de gestion note que le Japon, l’Amérique du Nord et l’Europe sont en tête des versements. Si en Europe la croissance des dividendes est restée bien inférieure à celle du reste du monde au cours des six dernières années, l’amélioration enregistrée en 2015 devrait se poursuivre cette année, avance Henderson GI. Au premier trimestre, les dividendes ont d’ailleurs augmenté de 10,8 % sur l’ensemble du Vieux Continent. Pour l’ensemble de 2016, Henderson GI estime que les dividendes devraient augmenter de 3,9 %, pour s’établir à 1 180 milliards de dollars. »

Vous avez bien lu 1 180 milliards de dollars, or il y a un énorme mensonge qui se cache derrière le mot « actionnaires » !

En effet, lorsque l’on présente l’information de cette façon-là, on a l’impression que tout le monde peut être actionnaire (ce qui est vrai) et que tout le monde touche un peu d’argent (ce qui est évidemment faux). En France, moins de 6 % de la population détient des actions.

En clair ? 80 % des bénéfices et dividendes dont on parle, pour ne pas dire 95 %, sont en réalité encaissés par quelques dizaines de gros fonds financiers internationaux et mastodontes.

Alors imaginez le titre suivant :  » 20 fonds vautours vont s’empiffrer de 1 000 milliards de dollars cette année en plumant le plus grand nombre »… C’est un peu moins politiquement correct, mais nettement plus conforme à la réalité !

Enfin, sachez que cette année nous avons été un peu plus couillonnés que les années précédentes :

« En Europe, plus de 80 % des dividendes de l’année y ont déjà été payés. « Les sociétés françaises, en particulier, ont fortement contribué à la progression de la région », affirme Alex Crooke, directeur de la gestion actions internationales à fort rendement chez Henderson Global Investors, cité par le journal Le Monde. Ainsi, quasiment neuf sociétés françaises sur dix ont augmenté ou maintenu leurs dividendes, notamment dans le secteur bancaire ou du luxe. »

Data and Statistics for these countries : France | All
Gold and Silver Prices for these countries : France | All
<< Previous article
Rate : Average note :2.7 (3 votes)
>> Next article
Comments closed
  All Favorites Best Rated  
Allez tiens, une petite remarque pour le "fun" :

La racine latine du mot dividende, c'est bien DIVIDERE, non ?
Et si mes souvenirs de latin (il y a bien 50 ans de ça !) sont corrects, c'est un substantif verbal qui doit signifier à peu près "Résultat d'une division".

Et c'est vrai que les dividendes ça divise...

(arfffff, ce n'est que de l'humour, heureusement que je ne cherche pas à lancer un débat...)
Rate :   1  0Rating :   1
EmailPermalink
Mes souvenirs sont vieux et n'ont jamais été bien profonds. Il me semble que la terminaison 'endum signifie "devant être". Le dividende est le nombre qui doit être divisé par le diviseur pour donner le quotient.
Rate :   1  0Rating :   1
EmailPermalink
Bel article qui a le mérite de faire redresser les têtes, tant que certaines ne se mettent pas à tomber suite à une tempête inattendue.
Aux "poids des mots et aux chocs des photos" pourraient s'ajouter le choc des revenus et surtout du capital dans notre contexte de la crise actuelle ou pour être plus perspicace, de la lente érosion des revenus au profit d'une élite, et oui, il faut bien appeler un gros matou, un chat.
Au regard des prix qui ne bougent pas, que certain appelle stagnation, récession ou dé-inflation, une énormité se met en place, les prix ne bougent quasiment pas ou d'un petit 2% subtil quand la quantité de produit baisse à vu d'oeil. j'en veux pour preuve la quantité des denrées dites périssables dans nos supermarchés, le paquet de "machin" à 500g reste au même prix avec une nouvelle quantité de 350g. c'est connu pour beaucoup de produits sur le marché.*
J'ai été surpris récemment, je le savais au niveau de la nourriture mais quand je suis passé chez Casto... pour acheter des enduits pour bois, non seulement le prix a augmenté mais la quantité a largement diminué là aussi. Alors pour quelqu'un qui touche déjà un salaire "juste" ces écarts deviennent vite un peu angoissant.
Rassurons-nous les Indices de l' Insee n'annonce pas d'inflation, Ouf!!!
A ceci près que les banques et leur dividendes s'arrosent largement en long, en large et en travers, et celà avec nos réductions de prélèvements, nos taux de 19% de découvert, nos emprunts à 5 %, 7% alors que nos Livrets touchent le fonds et j'en passe. Enfin je ne vais pas refaire le monde, la réalité est là, et maintenant tout le monde le voit, évidement, le puit se vide.
Alors comment ne pourrait-on pas être scandalisé par cet état de choses quand on constate que les Banques de leur côté accroissent continuellement leur capital, nous prélèvent encore plus de frais, et nous empêchent d'emprunter alors qu'elles-même se financent auprès de la BCE à un taux quasiment à 0%, sans compter tous les rachats de dettes pourries. Nous le savons cet accroissement de Capital des banques est une supercherie vu qu'elles sont en qusi faillite mais les dividendes sont là, eux bien présents. Bon je ne vous fais pas le coup des impôts et de cette interdépendance qui provoque
sous les cervelles d'esprits échauffés un malaise indescriptible.
Il y aurait longtemps qu'il y aurait de la croissance si tout l'argent offert aux banques en milliards et presque de centaines de milliards avaient été distribué aux entreprises PME, au versement des salaires des travailleurs alors que l'argent donné aux banques centrales ne retournent pas dans l'économie. C'est sans doute que le but est ailleurs ? Je mets un point d'interrogation, sait-on jamais pour notre santé.
Ah les dividendes, une cerise sur le gâteau du profit, tant qu'on avale pas de travers.
La plupart ont voulu y goûter, l'ont avalé, et se sont empoissonnés.

*un autre ex. j'ai l'habitude de me soigner aux huiles essentielles, et bien croyez le si vous voulez, le petit flacon de 15 ml labellisé pour un standard de 5 € le flacon est passé (à l'unité) à 10ml pour 8 à 10 €, et celà sur 2 ans. Et c'est n'est pas du bio.
Rate :   1  0Rating :   1
EmailPermalink
Le plus gros actionnaire français et l"état français.
Quand on regarde les dividendes versés par les entreprises françaises on voit que le pourcentage du dividende par rapport au prix de l'action n'est pas excessif (environ 3%).
http://www.boursorama.com/bourse/actions/palmares/dividendes.phtml?page=1
et si on remarque que EDF distribue un dividende de 8.5% du montant de son action c'est que son action à fortement baissée depuis la decision de distribution du dividende;
Rate :   2  1Rating :   1
EmailPermalink
Dans un contexte de taux négatifs et d'activité stagnante, 3% de rendement c'est très confortable, non ?
Rate :   1  0Rating :   1
EmailPermalink
sachant que les dividendes sont imposés dans l'impot sur le revenu et que en plus on paie csg et consort à la fin il reste misère en sachant qu'on prend le risque de la baisse de l action
Rate :   1  1Rating :   0
EmailPermalink
On a vu ces dernières années que le risque et le rendement étaient déconnectés.
Existe-t-il encore un placement sans risques ?
Sans vouloir débattre sur le fond (à quoi servent les dividendes et sont-ils justes d'un point de vue "philosophique"), et aussi sans se pencher sur le côté "populiste et démago" que souligne avec justesse Fortuna pour cet l'article, on doit quand même reconnaître un mérite à cet article, qui met en évidence un certain paradoxe.
Peut-être le ton employé par Charles Sannat est-il trompeur.
Toujours est-il que dans un monde soi disant au bord de la crise financière majeure, on ne peut que constater que les entreprises (les plus grandes, bien sûr, c'est à dire celles qui composent les indices) réalisent toujours et encore plus de profits.

D'où la question : notre monde est-il en aussi mauvaise santé économique qu'il y parait ?

Peut-être était-ce le but de l'article, nous pousser à nous interroger sur la réalité de ce qu'on nous annonce de tous côtés.

En tous cas, ça fait au moins sourire, jaune pour certains, mais le côté ironique et habituel de Charles Sannat est bel et bien là. Après, chacun peut être en accord ou désaccord avec ce qu'il exprime !
Rate :   3  0Rating :   3
EmailPermalink
Le profit à court terme semble être les maitres mots de nos systèmes actuels avec son cortège de malheurs, délocalisations, appauvrissement des classes moyennes, asservissement des ouvriers ...
Pourquoi un actionnaire transitoire (Qui n'a donc pas la culture propre de l'entreprise dans laquelle il a investit) n'essaierait il pas d'obtenir un maximum de retour sur son investissement ?
Le moyen le plus indolore de lui donner satisfaction est de transférer une partie des sommes destinées à la recherche et à la modernisation vers les dividendes, obérant ainsi la pérennité de l'entreprise.
Est ce le problème de l'actionnaire qui demain pourra transférer ses fonds sur une cible plus juteuse ???
Rate :   1  0Rating :   1
EmailPermalink
M. Sannat cet article est grotesque, sans objet et populiste sans raison.

Le dividende est la rémunération de l'actionnaire, comme le salaire celui du salarié, comme le loyer celui du propriétaire, etc. Vous pourriez faire le meme article avec les loyers, les intérêts sur les emprunts d'états, les salaires, etc, tout et n'importe quoi, en fait.

S'ils augmentent ainsi, cela provient des politiques absurdes de taux d'intérêts à 0 des banques centrales, dont des politiques étatistes. Doit on vous rappeler que des profits absolument gigantesques sont générés par les établissements financiers quand les taux d'intérêts baissent ? Ces profits colossaux viennent de là.

Il me semble que vous seriez plus inspiré de calculer le montant des impots percus dans le monde pendant la meme période, je préférerais nettement que cet argent soit versé aux actionnaires plutôt qu'à des Etats qui ne sont que des puits sans fond..
Rate :   3  5Rating :   -2
EmailPermalink
On ne peut comparer le dividende à un salaire que dans un seul cas: celui où l'action à été acheté avec le fruit d'un travail personnel. Toute autre forme d'acquisition des fonds interdit la comparaison. À moins de se satisfaire du grotesque.
Rate :   4  1Rating :   3
EmailPermalink
Le dividende est parfaitement comparable à un salaire, en ce qu'il est la rémunération du capital, alors que le salaire est la rémunération du travail.
Rate :   1  4Rating :   -3
EmailPermalink
J'admire la profondeur de cette pensée, je la jalouserais presque. Restez avec nous et illuminez nous chaque jour du briant de vos réflexions. De vos comparaisons incomparables en particulier.

Le lait de noix de coco, le lait de vache et le lait de femme sont parfaitement comparables parce que tous trois sont des laits. Peu importe les moyens de les obtenir.
Rate :   3  1Rating :   2
EmailPermalink
On a bien compris que le revenu du Capital n'est pas un travail !

Je doute que votre façon de voir... les revenus des actionnaires, disons des dividendes, soit comprise par les gens du peuple au regard du chômage de la pauvreté.
Sannat au contraire a bien mis en évidence les 6% de de ces vrais actionnaires qui touchent de "malheureux salaires", pardon dividence, qui deviennent au regard des baisses drastiques des revenus, outre les bas salaires classiques mais aujourd'hui les salaires des cadres, une énormité et une injustice.
Nous allons connaître bientôt la valeur de cette injustice, je doute que celle-ci résiste aux épreuves de la crise que subit la plupart du menu peuple.
Le monde qui vient appréciera la justesse de vos arguments qui peuvent encore se concevoir dans une croissance économique fleurissante, celà je vous le concède, mais au vu de la situation économique actuelle, du chômage ( les Américains ne nous envieraient peut-être même pas), cela devient grotesque.
Delamarche dans ces arguments rejoint Sannat au sujet du chômage us et bien d'autre comme EV Greyerz.
L'argument du dividende de l'actionnaire en proportion de son gain devient vite incompréhensible, un gros mot ou plutôt une insulte à ceux qui ont des salaires de misère.
j'ai bien peur que cette notion de dividence tout à fait logique dans son contexte se mette à fondre sous le feu de la contestation, et bientôt de la colère populaire.
C'est bien connu, les gueux d'en bas, pardon les sans-dents(remise à jour depuis 1789) ne savent pas penser, c'est bien cela qui est dangereux. Mais allez demander de réfléchir sur le "revenu sans travail" à quelqu'un qui a faim, et qui a le mors aux dents, vous m'en direz des nouvelles.
Latest comment posted for this article
Mes souvenirs sont vieux et n'ont jamais été bien profonds. Il me semble que la terminaison 'endum signifie "devant être". Le dividende est le nombre qui doit être divisé par le diviseur pour donner le quotient. Read more
Pâris - 9/6/2016 at 5:18 AM GMT
Rating :  1  0
Top articles
World PM Newsflow
ALL
GOLD
SILVER
PGM & DIAMONDS
OIL & GAS
OTHER METALS