Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Économistes atterrés : Bienvenue en Keynésianie !

IMG Auteur
Publié le 18 janvier 2015
1340 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 7 votes, 4,7/5 ) , 6 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
6
commenter
Notre Newsletter...

On ne change pas une formule qui gagne : alors que leur précédent manifeste, déjà vieux de quatre années, commençait à sérieusement sentir la naphtaline, le collectif des Économistes Atterrés décide de remettre une pièce dans le bastringue et publie un nouveau texte. Si, entre temps, la majorité gouvernementale a changé, les critiques et les propositions, elles, restent étonnamment les mêmes…

En effet, en 2010, alors que la France baignait encore dans les paradigmes droitiers d’une Sarkozie aussi effervescente qu’impotente, une brochette de chercheurs, d’universitaires et de citoyens, économistes ou non, décidait de produire un pamphlet critique de la politique du moment, abondamment repris dans une presse toute entière acquise à leur cause, intitulé en toute modestie « Manifeste des économistes atterrés », qui détaillait les errements de l’équipe en place et en profitait pour proposer quelques mesures dont l’efficacité, évidente et décisive, ne manquerait pas de faire pencher favorablement l’économie du pays (et accessoirement, les votes à venir vers le candidat qui aurait l’idée lumineuse de les inclure dans son programme présidentiel).

françois hollande fait l'andouille

Nous sommes en 2015, le candidat d’une gauche dont se réclamait alors ces Économistes est maintenant au pouvoir depuis presque trois ans, mais, saprezut, les réalités refusent obstinément de se plier à ses injonctions. Il faudra plus que le seul manifeste initial pour faire plier le concret aux nécessité du collectivisme, indispensable à la sauvegarde de la Nation ! Un nouvel ouvrage s’impose donc, présentant les chantiers prioritaires à mener pour relancer la croissance, faire baisser le chômage, remplir les ventres et les cœurs et faire enfin chanter les matins.

Et dans les principales propositions, difficile de ne pas retenir les plus croustillantes. Je passe rapidement sur l’idée générale de modernisation de la statistique ; sa proximité avec des bricolages numériques éhontés afin de camoufler la situation économique du pays, comme on en retrouve le procédé dans les pays les plus proches de l’effondrement à l’instar du Venezuela ou de l’Argentine par exemple, n’est en rien fortuite : l’introduction forcenée de statistiques sociologiques pour quantifier le bonheur du peuple avec des indicateurs ad hoc fleure décidément bon le constructivisme le plus débridé, d’autant que des mesures de ce bonheur existent déjà, au travers de celles des libertés économiques, du pouvoir d’achat, ou de la mobilité sociale, qu’elles sont largement répandues, et d’autant plus décriées qu’elles ne vont jamais dans le sens des étatistes (comme c’est dommage !).

De la même façon, nos « économistes » proposent avec tact et doigté de modifier les buts officiels de la Banque centrale européenne, afin de substituer la lutte contre le chômage à celle contre l’inflation. Difficile de faire la part de sottise entre imaginer qu’une politique strictement monétaire pouvait avoir un effet durable positif sur l’emploi, et croire que mettre en veilleuse la lutte contre l’inflation pouvait mener à autre chose qu’une inflation record. On s’étonne encore, avec les douzaines d’expériences monétaires farfelues et couronnées d’échec douloureux qui ont déjà eu lieu au travers des banques centrales de douzaines de pays différents, que ces « économistes » persistent à proposer une énième version de planche à billets et de maquillages financiers pour créer de l’emploi. C’est parfaitement grotesque. Là encore, le Zimbabwe, l’Allemagne, la Hongrie ou d’autres pays souverains ont largement démontré que tripoter la monnaie aboutissait toujours à la catastrophe. En fait d’être atterrés, nos « économistes » sont plus certainement obstinés, voire butés.

24hGold - Économistes atterrés...

Quant au reste, c’est un florilège de contre-mesures consternantes qui feraient rire si l’on pouvait être sûr qu’elles ne seront jamais mises en pratique, certitude hardie avec le gouvernement de clowns actuel.

24hGold - Économistes atterrés...J’en veux pour preuve l’idée rocambolesque de revenir (encore, oui, encore ! une fois) à la retraite à 60 ans, à cette période où les gens vivent plus vieux, en meilleure santé, que le savoir-faire technologique prend toujours plus de temps à acquérir et coûte toujours plus cher à « transférer » d’un cerveau à l’autre, et ce alors que tous les autres pays comparables s’inscrivent dans une démarche exactement contraire. Si tout le monde fait l’inverse de ce qu’ils proposent, c’est forcément qu’ils proposent une excellente idée, non ? Et c’est avec la même consternation qu’on s’aperçoit que nos « économistes » proposent aussi, dans leur package playskool de mesures rigolotes pour enfants de 4 à 8 ans, d’accélérer la transition écologique, celle-là même qui, n’étant pas (heureusement !) imposée partout ailleurs, met irrémédiablement un boulet à la patte des entreprises françaises en concurrence mondiale, celle-là même qui repose sur des affirmations scientifiques péremptoires de plus en plus sujettes à caution (pour ne pas dire carrément mensongères), celle-là même qui a prouvé, partout où elle a été pratiquée, ne jamais parvenir à obtenir d’effets autres qu’indésirables, celle-là même que d’importants partenaires français (comme l’Allemagne ou l’Espagne, pour rester en Europe) renoncent à mettre en place tant le coût final est exorbitant.

Mais rassurez-vous, une chose au moins est sûre : question financement, tout est bordé. Là encore, nos « économistes » ont fait un travail remarquable en proposant — devinez quoi ! — … des hausses d’impôts, parce que c’est joyeux et festif (ils proposent même le slogan « Cotisons dans la bonne humeur »), une resucée de la taxe Tobin, exercice invraisemblable mais maintenant obligatoire dans ce genre de production à succès, et un tabassage des entreprises qui ont largement prouvé leur nocivité dans le paysage économique français en produisant toujours plus de chômeurs, à l’instar de la pluie qui produit de la sécheresse partout où elle ne tombe pas. Tout ceci se passera avec bien sûr l’indispensable zeste de traque contre la fraude fiscale et les paradis du même tonneau, parce que c’est facile, c’est pas cher, et que ça peut rapporter gros.

On pourrait croire futile l’exercice de décorticage de ces affolantes niaiseries. Il n’en est rien au vu de l’engouement irréfléchi des masses pour les propositions balancées sans complexe. Le premier manifeste, aussi atterrant que cette dernière production, avait réussi à se vendre à plus de 100.000 exemplaires. Ce succès n’est pas sans rappeler celui, mondial, des travaux de Piketty, où à des statistiques parfois hardiment extrapolées s’ajoutent des propositions très manifestement socialistes, ou, au moins, keynésiennes en diable.

24hGold - Économistes atterrés...

Ce n’est pas une coïncidence. Beaucoup des lecteurs avides de ces productions idéologiquement douteuses sont en réalité à la recherche d’une explication de la crise qui secoue le monde actuellement, et de ces propositions magiques qui permettent de revenir bien vite à l’état précédent, celui où, globalement, les choses étaient plus simples : un problème survient, on jette des quantités massives d’argent dans sa direction, on fait lourdement intervenir la force publique, ultima ratio des collectivistes convaincus, et on dira que le problème se résorbe ou se dilue dans d’autres, plus petits, plus répartis. Que ce soit par pur déni de la réalité, ou par une envie morbide de ne pas vouloir s’adapter — les pertes de confort (intellectuel ou autres) étant trop importantes — ces foules ont trouvé avec ces Attérés, Piketty et tous leurs coreligionnaires, les gourous qui offrent des avenirs radieux moyennant toujours plus de la même recette.

C’est évidemment complètement con : non seulement, le socialisme n’a jamais marché, nulle part, ni en rêve ni même sur un malentendu, mais le keynésianisme et ses pendants d’interventionnisme étatique non plus. Jamais aucun pays n’a sauvé sa situation en dévaluant sa monnaie, en multipliant ses déficits, en accroissant ses dépenses publiques, en augmentant ses impôts tant et plus. Jamais aucun pays n’a sauvé son avenir en ensevelissant ses enfants dans les dettes.

Mais voilà, il faut reconnaître un avantage capital aux thèses de ces gens : elles offrent un rêve facile et la sympathique conservation des principes qui ont offert un confort inégalable aux générations au pouvoir actuellement.

Et ça, ça vaut largement le sacrifice des générations futures, non ?

J'accepte les Bitcoins !

1Evvzo52Uji5mLzpeAjjVEMXkxvBWNA2cA

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Source : h16free.com
Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | Argentine | Espagne | France | Hongrie | Venezuela | Zimbabwe | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | Argentine | Espagne | France | Hongrie | Venezuela | Zimbabwe | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,7 (7 votes)
>> Article suivant
H Seize écrit sur http://h16free.com ses chroniques humouristiques d’un pays en lente décomposition, et apporte des solutions dans son livre, Egalité, Taxes, Bisous. Dans un monde toujours plus dur, et alors que la crise, la vilénie, les aigreurs et les misères allant de la maladie aux bières tièdes font rage, un pays fait courageusement face et propose toute une panoplie de mesures plaisamment abrasives qui permettront d'aplanir les aspérités, gommer les difficultés et arrondir les angles. Ce pays, rempli de gentils et d'aimables tous les jours mieux pensant, est devenu un véritable phare scintillant dans la nuit noire de l'obscurantisme des méchants et des vilains. Et pour mieux scintiller, il s'est doté d'une devise qui est parvenue à se hisser au rang de slogan, d'accroche et de modus vivendi : pour chacun et pour tous, il faudra de l'égalité, des taxes, et des bisous.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Ce ne sont pas les thèses des Keynésiens qui ont offert un confort inégalable aux générations au pouvoir actuellement, ce sont les magouilles politiciennes !
Permises, précisément, par les théories keynésiennes...
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Une thèse ne permet rien du tout.
Tout au plus sert-elle d'alibi ou de feuille de route.
Ce qui ne retire RIEN à la responsabilité des seuls acteurs.
'Jamais aucun pays n’a sauvé son avenir en ensevelissant ses enfants dans les dettes.'
tout à fait. mais au fait, mrSeize, que pensent justement de l'avenir, ces enfants ensevelis sous la dette ?
ont-ils un cours en classe les préparant à assumer cette charge ? ont-ils seulement accepté ce fardeau ? que pensent-ils du non emploi en sortie d'école ? et quand ils décrochent un job (dans le privé), savent-ils qu'ils vont se retrouver à bosser les 2 tiers du temps pour payer les dépenses publiques ? en ont-ils consciences ? est-ce que l'école n'est pas censée préparer aux mieux nos enfants ? ... ce système à ceci de particulier c'est qu'il repose sur l'hypocrisie, tiens nos enfants ignorants de la situation, mais n'hésite pas à reporter sur eux, sans qu'ils ne puissent protester, le paiement de notre lâcheté actuelle, dans l'indifférence de nos consciences digérantes du journal de 20h00... que leur dirons-nous, à nos chères têtes blondes ? que nous ne savions pas ? la question mérite d'être posée me semble t-il.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Il suffit de voir comment sont traités les profs (salaire minable, charge de travail, statut social ridicule) pour savoir ce que notre société attend des générations futures.

Et ce n'est pas nouveau... fin des années 90, notre vétérinaire expliquait sa déception quand sa fille - toujours première de classe, fierté de la famille, pas comme son fils raté - avait décidé d'étudier pour devenir institutrice de secondaire.
Il fut un temps où quand une fille déclarait sa volonté de devenir prof d'école, on la félicitait.

Dans certains pays (genre finlande), les enfants n'apprendront bientôt même plus à écrire, juste à utiliser des claviers et des tablettes. (Il a été prouvé scientifiquement qu'écrire à la main favorise l'apprentissage et la compréhension, mais bon, ces critères ne sont pas importants pour les futurs diplômés).
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Les enfants feront ce que ferait n'importe qui.
Ils enverront promener les créanciers et leurs aînés avec. Ne nous illusionnons pas, il n'y aura pas de soins de 4è âge envers ceux qui auront foutu les actifs dans une merde noire jusqu'au cou. Tout au plus une euthanasie légalisée si elle n'est pas encouragée.

Une partie du mépris des mahométants envers l'occident décadent tient au mauvais traitement qu'on réserve à nos vieux.

Si nos arrière grand-pères n'avaient pas payé cash le métro de Paris, on ne leur en voudrait pas trop car on en jouit encore.
Mais si on nous demandait de raquer encore pour les intérêt d'achat à crédit des obus de 1914, on se révolterait.

Quelle opinion aurait-on des Egyptiens s'il fallait encore payer pour leurs pyramides, ou s'ils nous avaient laissé des tonnes de déchets radioactifs ?
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Une thèse ne permet rien du tout. Tout au plus sert-elle d'alibi ou de feuille de route. Ce qui ne retire RIEN à la responsabilité des seuls acteurs. Lire la suite
Pâris - 23/01/2015 à 10:59 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX