Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

BPI France crame vos sous. Pas de panique, tout est sous contrôle.

IMG Auteur
Publié le 15 août 2014
1122 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 12 votes, 5/5 ) , 3 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
3
commenter
Notre Newsletter...

C’est en fanfare que la Banque Publique d’Investissement fut créée fin 2012. Le même orchestre tintinnabulant fut de sortie lorsqu’enfin, à la joie de tous, Ségolène Royale la rejoignit quelques mois plus tard comme vice-présidente. On avait pu profiter d’un maximum de raffut musical et joyeux lorsque la Dame du Poitou s’était fritée avec son président. Mais c’est sans flonflon qu’on apprend maintenant que l’institution publique de dispersion rapide d’argent gratuit n’a pas obtenu les résultats escomptés dans Altia qui échoue mollement sur le banc de sable du redressement judiciaire.

En effet, le premier août, le tribunal de commerce de Paris a placé presque tout le groupe Altia en redressement judiciaire, suite, notamment, au dépôt de bilan de sa plus célèbre filiale, Caddie, à la fin juin. On se souvient que sa Grande Frétillance, Arnaud Montebourg, avait pourtant fait de cette dernière le symbole à roulette de sa politique de « Redressement Productif », ce qui avait d’ailleurs entraîné de gros investissements de la part de BPIFrance dans Altia, la maison-mère. Et malgré cet investissement politique retentissant, qui aura provoqué un investissement financier aussi bruyant, c’est donc sur un constat d’échec cuisant que se referme le douloureux dossier Altia.

24hGold - BPI France crame vos...

Pourtant, la mission de BPIFrance était claire : cramer un maximum de pognon pour éviter ce genre de faillites retentissantes. Oh, certes, ce n’est pas dit comme ça, mais, comme l’indique la mission officielle, plutôt ainsi :

Bpifrance [...] agit en appui des politiques publiques conduites par l’État et les Régions, (…) finance également le développement de l’économie sociale et solidaire ainsi que l’innovation sociale.

Et quoi de mieux qu’appuyer des politiques publiques en finançant l’innovation sociale (quoi que cela puisse être) et l’économie sociale & solidaire (dont la définition restera habilement floue) ? Partant de là, BPIFrance, ne reculant devant aucune solidarité avec votre argent, s’est donc efforcé de soutenir Altia qui enquillait les déboires depuis 2005 et passait son temps à restructurer sa dette : cinq gentils millions d’euros dans l’histoire furent donc investis en 2011 par le FSI (l’ancêtre de BPI), afin de sortir l’entreprise de l’ornière. Le rachat de Caddie, pour cinq nouveau millions, mi-2012, devait là encore donner le petit coup de fouet nécessaire dont toute entreprise a besoin après une soirée arrosée. Ou deux. Ou dix.

Apparemment, ces petits investissements n’ont pas été très judicieux, ou, pour le dire gentiment, disons que les « due diligences » de la BPI furent probablement un peu légers : il apparaît vite que la modernisation de l’outil industriel de Caddie n’est pas possible, et que de son côté, Altia n’a pas les moyens de s’adapter au resserrement drastique de son carnet de commande. Il vend son pôle d’emboutissage à un fonds américain, ce qui déclenche évidemment la panique de toutes les parties prenantes, à commencer par Bercy, Montebourg en tête, et qui s’emploient donc à bloquer la cession (parce que si c’est bel et bien un merdier financier, c’est notre merdier financier, je suppose, ce qui impose qu’on ne le laisse pas tomber dans des mains étrangères). Les créances courant, l’argent venant, une fois de plus, à manquer, tout ce petit monde se retrouve devant le tribunal de commerce. Comme il faut payer les salaires, la BPI avance encore quelques millions. Un peu plus, un peu moins, on n’est plus à ça près, ne chipotons pas quand le contribuable régale.

24hGold - BPI France crame vos...

La suite, faisant intervenir directement la BPI dans le conseil d’administration de la société, et Montebourg, pour la partie media-entertainment, heurte moelleusement le grotesque de façon d’autant plus amusante que tout ça, c’est encore une fois avec l’argent des autres. Sauf que, petit à petit, apparaît l’opacité de la gestion interne d’Altia, dans laquelle les dettes se sont accumulées et qui n’ont manifestement pas fait l’objet de toute l’attention nécessaire lors de ses différentes recapitalisations et injections de fonds par BPIfrance. Le passif serait tout de même de plus de 500 millions d’euros, ce qui commence à faire, dont 20% serait à charge des créanciers publics. De toute façon, pour BPIFrance, sur les 18 millions déjà engagés, 10 millions semblent déjà perdus. L’intervention de l’État, dans la précipitation, les petits moulinets de bras et les grands mouvements de menton d’un Montebourg remonté comme un teckel cocaïnomane, n’auront donc pas suffi à sauver la belle entreprise. Zut alors.

Pourtant, il y avait des signes avant-coureurs, notamment du côté de la BPI.

En effet, les errements du fonds public ne sont pas nouveaux, au point que GénérationLibre s’est récemment fendue d’un rapport mettant justement en exergue les investissements régulièrement hasardeux qu’il a entrepris ces dernières années.

Ces investissements hardis ne sont pas nouveaux. Je notais, il y a quelques temps déjà, les performances médiocres des fonds publics d’investissement, et je ne peux m’empêcher de remarquer qu’une structure qui a dû se cogner Ségolène Royal comme vice-présidente pour des raisons strictement politique ne pouvait pas intervenir dans des dossiers à la fois sensibles et médiatiques sans se prendre, une fois de temps en temps, les pieds dans le tapis, au point de terminer par une fort jolie gamelle émaillée quenottes en avant.

24hGold - BPI France crame vos...Mais voilà : un organisme public, par définition, n’investit pas l’argent comme une banque. Son objectif n’est pas, contrairement au père de famille, de faire un profit ou d’investir sagement l’argent pour une future pension bien méritée. Là où l’investisseur familial regardera à deux fois avant de mettre ses billes dans une affaire, et épluchera autant que possible tous les documents qui lui seront fournis, l’investisseur public, lui, sait qu’il a le solide trampoline fiscal de l’État pour rebondir en cas de problème, ce qui lui donne une sacré marge de manœuvre. Et puis, pour la puissance publique et nos politiciens moyens, un fonds d’investissement richement doté, c’est un peu comme un lance-flamme fraîchement rechargé en essence, auquel il est extrêmement difficile de résister. Rien ne ressemble plus à une expérience pyrotechnique amusante que ce genre d’opérations qui aura le bon goût, ensuite, de fournir de nouveaux faits d’armes flamboyants dans une carrière politique, pardi !

Dès lors, l’échec retentissant n’est pas une possibilité. C’est une certitude qui sera d’autant plus rapide à advenir que la classe politique jacassante sera intervenue lourdement autour. Et de la même façon qu’Heuliez clabota misérablement par les bons soins de Royal, Altia prend la même direction sous les auspices de Montebourg. Le plus inquiétant dans cette histoire, c’est qu’en définitive, Montebourg dirige actuellement le plus gros fonds public du pays … Bercy.

Je n’aime pas très très beaucoup ça.

J'accepte les Bitcoins !

1Am3mcx674n59SBAraQ5Wh74S3PWQcCw9t

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Source : h16free.com
Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (12 votes)
>> Article suivant
H Seize écrit sur http://h16free.com ses chroniques humouristiques d’un pays en lente décomposition, et apporte des solutions dans son livre, Egalité, Taxes, Bisous. Dans un monde toujours plus dur, et alors que la crise, la vilénie, les aigreurs et les misères allant de la maladie aux bières tièdes font rage, un pays fait courageusement face et propose toute une panoplie de mesures plaisamment abrasives qui permettront d'aplanir les aspérités, gommer les difficultés et arrondir les angles. Ce pays, rempli de gentils et d'aimables tous les jours mieux pensant, est devenu un véritable phare scintillant dans la nuit noire de l'obscurantisme des méchants et des vilains. Et pour mieux scintiller, il s'est doté d'une devise qui est parvenue à se hisser au rang de slogan, d'accroche et de modus vivendi : pour chacun et pour tous, il faudra de l'égalité, des taxes, et des bisous.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
à partir du moment où les gens (pour rester poli)qui gèrent notre argent n'ont de compte à rendre à personne, et certainement pas à ceux-là mêmes qui se serrent la ceinture pour payer l'impôt,leurs salaires et avantages de toutes sortes, il est évident qu'ils continueront gaiement de s'amuser. au point où nous en sommes, le fait de chaque fois se répéter devient lassant, et usant. un referundum pourrait certainement mettre le hola sur ce que nous sommes prêt de financer ou pas, à nous de l'exiger.mais cela fait longtemps que même cela nous a été enlevé. y a plein de choses qui subiront un classement vertical... voulez vous continuer de financer l'etat à raison de 60% de la richesse produite ? voulez vous continuer de financer les retraites du public sans que vous, salariés,ne puissiez avoir ni les avantages ni leurs montants ? êtes vous d'accord de travailler pour l'état les 2 tiers du temps ? sommes nous d'accord à chaque fois que l'état vote un budget en déficit, de reporter l'effort que nous ne sommes pas prêt de consentir nous mêmes, sur les générations suivantes ? ce sont sur tous ces scandales sans nom que nous devrions nous positionner clairement.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
La BPI c'est pas la Banque Publique des Idiots ?, non parce qu'à 300 000 euros leur logo, j'aurai pu leur faire le même pour rien... J'imagine qu'il ne faut pas en attendre beaucoup de ces fonctionnaires bien gras qui jouent aux apprentis banquiers grâce à l'argent des autres.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Les Romains avaient la roche tarpéienne . . . à défaut le Trocadéro ?
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
à partir du moment où les gens (pour rester poli)qui gèrent notre argent n'ont de compte à rendre à personne, et certainement pas à ceux-là mêmes qui se serrent la ceinture pour payer l'impôt,leurs salaires et avantages de toutes sortes, il est évident q  Lire la suite
ferzi - 17/08/2014 à 03:10 GMT
Note :  1  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX