Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

De la civilisation à la vicilisation !

IMG Auteur
Publié le 11 juin 2014
2119 mots - Temps de lecture : 5 - 8 minutes
( 23 votes, 4/5 ) , 52 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
52
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux
24hGold - De la civilisation à...

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je viens de terminer un ouvrage dont je souhaitais vous parler et partager avec vous quelques réflexions.

Son titre ? Vicilisation, du latin « vicus », signifiant « le village », et nous reviendrons longuement sur cette partie-là.

Le résumé

«Vicilisation – La Chute est un roman d’aventures qui se déroule de nos jours.

La crise économique s’aggrave, les tensions sociales et les attentats se multiplient, le monde occidental vacille, puis s’effondre brusquement.

Les villes en proie aux pénuries et aux émeutes sont les premières touchées.

Jacques, un jeune architecte parisien jeté sur les routes de l’exode, tente de survivre à l’impensable. Son errance spectaculaire au travers d’un monde qui sombre dans l’anarchie lui révèle ce que beaucoup n’auront pas l’occasion de voir : le crépuscule d’une civilisation.

Pourtant, au milieu des doutes et de la violence, un fragile espoir semble renaître…

Jusqu’où ira-t-il pour le défendre ? Que sera-t-il capable d’accomplir pour émerger de ce chaos ? »

Voilà donc pour l’histoire qui, sans être un trésor littéraire (ce qui n’est en aucun cas un reproche), se lit bien et facilement (ce qui est un compliment), ce qui est évidemment fort agréable. On a tout simplement envie de lire la suite et de tourner chaque page ! J’ai passé un bon moment de lecture et cet ouvrage doit nous amener à nous poser quelques questions de fond, en tout cas il peut sans conteste servir de support à une réflexion beaucoup plus large sur notre modèle de civilisation.

La ville tentaculaire comme modèle de développement

Notre modèle actuel de développement est hérité de la révolution industrielle. L’exode rural est, avec le recul, un phénomène particulièrement logique dans la mesure où les usines qui avaient besoin d’une masse considérable de main-d’œuvre se sont installées à proximité des villes donc de leurs clients. Chemin faisant et temps passant, la population très majoritairement rurale dans notre pays à la sortie de la guerre à la fin des années 40 est devenue majoritairement urbaine puis péri-urbaine avec le développement pas franchement réussi de banlieues tentaculaires.

Il est donc essentiel de poser un constat particulièrement fondamental. Ce qui justifie l’existence des villes ce sont les usines et donc les bassins d’emplois liés à cette révolution industrielle.

Aujourd’hui, nous devons bien nous rendre compte, au-delà de la crise actuelle, que nous sommes rentrés dans une ère « post-industrielle », que les usines ferment et que celles qui ne ferment pas ont de moins en moins besoin de bras grâce aux progrès technologiques. La même chose est à l’œuvre dans le secteur des services et évidemment Internet, les réseaux informatiques et autres technologies jouent un rôle considérable dans la raréfaction des emplois disponibles. C’est par exemple cruellement le cas pour les agences bancaires condamnées rapidement à disparaître au profit de la banque en ligne nettement plus rémunératrice pour les banques et qui occupent tout de même environ 480 000 personnes rien que dans les agences de France et de Navarre.

Alors la question que l’on doit se poser est que la ville telle que nous la connaissons aujourd’hui est l’héritage de cette révolution industrielle d’il y a deux siècles, héritage balayé en l’espace de quelques décennies notamment par la mondialisation, les délocalisations et les progrès techniques, cette ville donc a-t-elle encore un sens économique, un sens social, est-elle un avenir possible ou au contraire un vestige de notre passé récent voué à la décadence et à la disparition comme peut nous le montrer de façon assez dramatique l’évolution de la ville de Détroit aux USA qui n’est même plus l’ombre d’elle-même mais un champs de ruines à ciel ouvert ?

Le cas particulier des écoquartiers !

Ma tendre épouse, avec qui je partageais ces réflexions, évoquait que ce que je pensais pouvait être relativisé, que la ville est capable de se transformer d’ailleurs, « regarde mon chéri, maintenant on construit en BBC et on bâtit des écoquartiers ». C’est vrai, et pourtant cela ne me semble pas être une solution mais justement bien une confirmation et une démonstration que les villes actuelles ne sont plus adaptées et le seront de moins en moins. Il s’agit là, en tout cas j’en ai la désagréable impression, de tentatives désespérées de « changer » la ville sans la remettre en cause ! En clair, c’est une réformette urbaine ou quelques esprits éclairés glosent doctement autour d’idées fumeuses du type écoquartier, potager participatif de 200 m² aussi vite abandonné que construit, ou encore toitures végétalisées. C’est très beau, c’est très bien, c’est très séduisant et alors ! Combien de millions de personnes habitent-elles dans un écoquartier ? Et qu’est-ce qu’un écoquartier ? Ce n’est rien en réalité, juste un ensemble immobilier perdu au milieu d’un océan de béton et censé avoir un impact plus léger sur l’environnement. Comprenez par là qu’il y a quelques panneaux solaires, une isolation que personne ou presque ne pourra plus se payer dans 5 ans si la crise et le chômage se poursuivent ainsi, et en cherchant bien sans doute quelques arbres tout petits et qui auront besoin de 20 ans avant de fournir de l’ombre… le tout en général assez loin des centres-villes (qui sont déjà construits depuis belle lurette) !

Bref, l’écoquartier est à l’avenir des villes ce que la ligne Maginot était à la protection de la France en 1940. Nous continuons à raisonner ville, à raisonner extension, emprise étalement urbain que les nouvelles constructions soient BBC ou pas ne changera rien ou presque à l’autonomie de leurs habitants.

Le retour du « rural » une tendance lourde et une nécessité économique

S’entasser dans les villes a donc une logique lorsqu’il s’agit avant tout d’une logique d’emploi et de travail. Vous travaillez en ville, vivez en banlieue (en général) et payez généralement très cher le fait d’y être. Même pour ceux qui travaillent, et je pense en particulier aux classes moyennes, désormais le coût économique de la vie en ville mérite d’être calculé, ce que les gens ne font pas encore assez. En gagnant moins à la campagne, on peut vivre mieux qu’en gagnant un peu plus en ville.

En revanche, pour ceux qui sont sans emploi et avec peu de chance d’en retrouver un convenablement payé, la ville est très clairement la plus mauvaise affaire financière. Pas d’argent = les quartiers les plus défavorisés, les problèmes scolaires ou de délinquance, ou encore un éloignement assez fort du centre-ville. Bref, un rmiste a-t-il intérêt à vivre en ville et à s’entasser dans des banlieues dortoirs toutes aussi déprimantes les unes que les autres. Économiquement, la réponse est évidemment non.

Vivre avec un RSA à la campagne c’est presque possible, en aucun cas en ville, encore moins à Paris. La ville, enfin, vous prive de toute autonomie ou presque, les solidarités n’y sont pas les mêmes et les possibilités d’échanges sont très différentes.

En Grèce, comme dans tous les pays du sud de l’Europe, on observe un mouvement très fort confinant à l’exode urbain où les gens par milliers quittent des villes devenues des pièges financiers pour se replier sur des zones rurales ou à défaut de « carrières » professionnelles, ils sont en mesure de subvenir à leurs besoins fondamentaux de se loger, de se nourrir et aussi de se chauffer avec quelques stères de bois au moment où les feux de cheminées sont désormais interdits dans toute l’Île-de-France.

Ces néoruraux représentent à mon sens une forme de solution de « survie » évidente face à la crise économique et au chômage endémique.

Il y a quelques mois j’avais eu l’outrecuidance d’écrire au sujet d’une dame qui dormait dans sa voiture (dans le 15e arrondissement de Paris) alors qu’elle avait une pension de 800 euros, était à la retraite et se plaignait de son sort que rien ne l’empêchait de faire rouler sa voiture jusqu’à Tulles, ville de Corrèze et accessoirement de notre président de la République, pour y dénicher un appartement en excellent état pour moins de 300 euros par mois, ce qui lui laisserait environ 500 euros pour finir le mois. Certes ce n’est pas Byzance, mais au moins on finit son mois et on n’est pas SDF.

J’ai reçu un abondant courrier de lecteurs m’accusant de vouloir « déplacer les gens de force ». Mais il ne s’agit pas de cela. Les gens finiront par se déplacer d’eux-mêmes tout simplement parce qu’ils n’auront aucun autre choix. Encore une fois, être en ville sans travail c’est un suicide financier et familial et l’assurance d’être malheureux. Après, il doit tout de même être possible de parler de ce genre de possibilité et d’inciter les gens à se redéployer sur le territoire sans pour passer tout de suite pour un horrible stalinien…

L’intérêt économique de la revitalisation rurale

Et c’est là que ce livre Vicilisation est très actuel et passionnant car effectivement l’intérêt du village et du redéveloppement rural est évident.

Humainement tout d’abord, nous avons besoin de ralentir le temps, d’alléger les pressions psychologiques, de redonner du sens et le sens provient aussi du rôle que chacun peut tenir dans sa communauté immédiate par et pour les autres.

Économiquement, remettre un café dans chaque village, un coiffeur, un épicier, un boucher ou encore un boulanger ce sera autant de travail créé en plus et donc une petite vie économique locale.

Mettre tous ces villages en réseaux, développer le télétravail, favoriser les échanges locaux de biens et services, de réparation comme de production dans le cadre de ce que certains appellent « l’économie circulaire » fera évidemment partie des solutions post-crise que nous devrons mettre en place.

Il ne faut pas s’imaginer que la croissance reviendra comme par magie. Elle baisse tendanciellement depuis 40 ans maintenant et chaque décennie voit sa croissance moyenne inférieure à celle de la décennie précédente. Désormais nous sommes à croissance zéro sans même vous parler de « croissance négative » et du tombereau de dettes que nous ne rembourseront jamais. Pour ceux qui ne l’ont pas lu, téléchargez si vous souhaiter en savoir plus mon ouvrage sur les « vraies raison de la crise » disponible gratuitement sur le site du Contrarien Matin colonne de droite sur votre écran d’ordinateur.

Vicilisation est une partie de la solution

Il nous faudra dans les prochaines années choisir entre ce que nous voudrons faire croître et ce qui devra décroître par la force des choses, il nous faudra passer de la production de masse et de la consommation de masse à l’économie circulaire où tout se répare car conçu pour cela et où tout se recycle. Nous devrons réinvestir nos espaces ruraux car nous disposons encore de place et de ressources. Nous avons même de vastes espaces sous-utilisés. Nous devrons prendre soin de nos sols et de nos environnements. Nous devrons changer nos méthodes agricoles en généralisant des techniques comme celle de la permaculture bio dont les rendements sont excellents et permettront quand même, quoi qu’en disent les Monsanto et consorts, de nous passer de toute cette chimie mortifère, nous devrons réapprendre à vivre ensemble dans des communautés à taille humaine.

Nos villes, nos grandes villes devront décroître par la force des choses, c’est ainsi. Elles sont en réalité totalement dépassées et ne survivront vraisemblablement pas dans leur taille actuelle à l’aggravation de la crise économique.

Le village redeviendra pour un temps l’unité de vie principale. Ce ne sera pas le village ou le hameau de nos grands-parents, loin de tout, enclavé. Non, ce sera, je l’espère, le village moderne et post-industriel, où nous saurons y investir de la technologie et des savoir-faire, des services de transports et de distribution qui rendront les échanges aisés.

Nous pourrions donc inventer un modèle de société totalement différent, beaucoup plus « doux », plus humain, plus efficient économiquement et environnementalement parlant. Nous ne devrons pas opposer technologie et ruralité mais bien faire coexister les deux pour mettre la technologie au service de l’homme et non plus subir l’inverse, à savoir l’asservissement de l’homme aussi bien par la technologie que par le système économique.

La véritable question est saurons-nous le faire avant ou après la chute, car dans ce roman de Chris Antone, la vicilisation ne peut naître que des cendres de la « civilisation » et j’ai bien peur qu’il ait parfaitement raison.

Je vous souhaite donc une excellente lecture de ce que peut être la chute de notre système et de notre pays, du chaos que nous pourrions devoir vivre mais aussi de nos capacités à rebondir comme l’être humain a toujours su le faire.
Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Grèce | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Grèce | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4 (23 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Je partage votre vision des choses et ces nouveaux villages pourront naitre dans les quartiers même des villes avec un regroupement de plusieurs familles pour partager les ressources locales. Dans notre rue nous avons pris un terrain appartenant au Conseil Régional d'Ile de France et nous avons fait un jardin partagé (sans convention mais accord tacite du propriétaire) et, sans aucune organisation, des nombreux échanges ont lieu et redonne vie à notre rue (et les rues voisines), on retrouve un caractère village dans une ville de 10 000 habitants. Cela dérange quand même nos élus qui ne peuvent plus contrôler nos échanges (nous sommes fachés avec la municipalité qui voulait récupérer le projet à des fin politiques.
Autre chose, votre roman me fait penser à deux autres sur la remise en cause de notre civilisation et un retour aux sources: Malevil de Robert Merle (après une guerre nucléaire) et le plus intérressant est Ravages de René Barjavel (écrit en 1943, avec un grand esprit visionaire).
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Cher Charles, Auriez vous lu " zones interdites" de hakim bey ?

Vous y trouveriez une autre lecture de ces éléments que vous soulignez, à juste titre.

Merci pour le post, du matin, avec un ptit café, en haut de ma montagne, ça fait du bien !
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Oui, Je pense aussi que nous assisterons bientôt à une migration des urbains vers les campagnes.
Mais je pense aussi que pour que cela se déroule, il faut un déclic. Et ce déclic ne pourra être qu'un gros bug économique. Et oui ! Il faudra que les citadins subissent bien des misères pour se rendre enfin compte, que la vie serait moins pénible au vert, plutôt qu'en plein centre de la fourmilière.

Mais l'Etat, par manque d'anticipation, est malheureusement (et décidément) trop bête, car plus personne ne peut construire en campagne ( sauf les agriculteurs à proximité de leurs exploitations ).
On nous explique qu'il n'est pas bon de rogner sur le domaine agricole... Mais on ne nous dit pas qu'il est destiné, avant tout, à enrichir les profiteurs, les banques et autres spéculateurs qui ont vendu le blé au moins 10 fois avant même qu'il a eu le temps de germer ...!
Les ruraux, qui veulent rester à la campagne, sont obligés de construire dans des lotissements à proximité des bourgs; ceci pour des raisons d'assainissement, d'approvisionnement en eau, électricité, haut -débit, cout des travaux de voirie moindres, etc...
L'optimisation et l'efficience sont à tout prix recherchées.
Car je crois aussi qu'on a été trop loin avec la grande distribution: les cafés, épiceries, pharmacies, boulangeries, boucheries désertent ( ou ont déjà désertés) les bourgs ruraux .
A force d'autorisation d'ouverture de centres commerciaux, les gens ont toujours voulus payés moins cher et tout avoir sous la main le plus facilement possible.
Résultat : ils en sont réduits a bouffer des produits transformés et retransformés au point qu'ils ne pourraient même plus dire à quoi ressemble le produit d'origine
( combien de p'ti parigo ne savent même pas à quoi ressemble une vache...). L'état est coupable de tout ça !

Coupable d'obliger les agriculteurs à faire abattre leurs animaux dans des abattoirs, les obligeant à faire des Km alors que pas plus tard qu'il y a 15 ans, il leur était encore possible de le faire à la ferme. Mais pensez vous... maintenant, il leur faut absolument les faire débourser pour acquérir un labo High tech, avec contrôle de certification et autres taxes en sus... pour en avoir "le droit".
impensable ...quand bien même la viande est destinée à leur consommation personnelle! n'imaginez même pas qu'ils puissent la revendre : ce serait illégal et en plus ça rognerait sur leur quota personnel de consommation.
Et oui, même les animaux sont fichés (numéro, vaccination, origine, ...)
Un petit H1N1 qui traîne en Asie et hop, tout ceux qui ont de la volaille ( même que 2 - 3 poules) sont obligés de faire une déclaration en Mairie. Quoi que vous fassiez, vous n'êtes aux yeux de l'état, qu'un délinquant potentiel ou un fraudeur.

Finalement, je pense que ce bug "salvateur" peut finalement être une opportunité, car alors ( une fois l'Etat disqualifié avec toutes ses lois abruties et déconnectées de la réalité) peut- être verra t on du porc local vendu par la boucherie en face de l'église du bourg, ou du pain fait grâce au blé qui pousse à quelques Km, des propriétaires heureux de retaper des ruines avec leurs lopins de terre, qui auparavant n'aurait pas obtenu de permis de (re)construire.

Pour moi, le vrai libéralisme, ce serait de couper le cordon avec lequel l'état nous étrangle, pour laisser enfin les gens reprendre leur destin en main, et les laisser agir, sans tomber dans les erreurs du passé qui nous ont amenés là où nous en sommes actuellement. Oublions le mondialisme, raisonnons local, cela ne peut que nous faire du bien.

Et merci Charles pour le conseil de lecture...
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
le mal n° 1 en France : notre si merveilleuse Sécu ( cette gigantesque machine à paupériser, instaurée par simple décret gouvernemental en 1945 et à laquelle les Français sont aussi "attachés" que le pendu à son gibet et qui ampute 50 % des revenus de tous ceux qui bossent et qui crée encore et toujours plus de pauvres et de "bénéficaires"... )

allez donc faire comprendre à un smicard ( gavé de propagande collectiviste depuis le plus jeune âge ) que la moitié de son revenu brut est immédiatement prélevé par l' Etat et que nous sommes les champions du monde des prélèvements étatiques obligatoires sur le travail...


Evaluer :   6  6Note :   0
EmailPermalink
Ca c'est bien vrai !!

Et si tous ces fainéants d'assistés pouvaient aussi se construire leurs routes et faire eux même l'école à leur gosse, on pourrait supprimer les patronales !!

Sérieusement, quel discours de mouton de m****

Les charges versées et prélevées sont le salaire du travailleur, versées sous forme non monétaires. Votre discours est valable quand on exploite les gens, et qu'on a les moyens financiers de son idiotie.

Croire qu'un smicard, avec 1623.66 €, pourrait assumer santé, école, assurance chômage, et aurait de plus une hausse de son niveau de vie, c'est prendre les gens pour des cons. Avec 6000 euros de plus par an, on paye même pas l'appendicite de son gosse.

Evaluer :   2  7Note :   -5
EmailPermalink
"Croire qu'un smicard, avec 1623.66 €, pourrait assumer santé, école, assurance chômage, et aurait de plus une hausse de son niveau de vie, c'est prendre les gens pour des cons. Avec 6000 euros de plus par an, on paye même pas l'appendicite de son gosse."

Alors on va faire des chiffres ronds, à la hache et des grosses moyennes.
On nous dit que la France produit 30.000€ de Pib par habitant.
Un habitant sur 10 produit de la richesse marchande, les neuf autres étant trop jeunes, trop vieux, au chômage ou consommateurs de budgets.
Chaque producteur du secteur marchand vaut donc en moyenne 300.000€/an ou "à la louche", 1000€ par jour travaillé.
Ces 1000€/jour ne sont pas farfelus, ils s'apparentent à ce qu'un artisan arrive à facturer TTC à des clients solvables.

A 1000€ par jour, tous ceux qui ne sont ni sous tutelle ni accros au casino peuvent vivre et payer l'appendicite de leur gamin, et même le dentier de la mémé.
Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
quelques brèves explications destinées au neu-neu de m**** de service :
- primo : le financement de la construction des routes et des écoles est assuré par les impôts et non par les cotisations de Sécurité Sociale.
- deuzio : une grande proportion de "fainéants d' assistés" sont le plus souvent dans cette situation car on est dans une panade économique généralisée qui est notamment et justement due à la monstrueuse proportion de prélèvements sociaux étatiques ( qui est sans doute la toute première cause du chômage et de la ruine de notre pays )
- troizio : la tirade "Les charges versées... de son idiotie" est tellement inepte qu' elle n' appelle pas de commentaire de ma part.
- quant à la dernière tirade "croire qu' un smicard... pour des cons" tu es d' une telle stupidité que je n' ai pas envie de perdre du temps à polémiquer
- quarto : concernant le père de famille dont le fils doit être opéré d' appendicite toutes les 3 semaines, libre à lui, de rester adhérent de la Sécu si il le souhaite... en ce qui me concerne, j' exige de l' état qu' il me foute la paix, qu' il arrête de me spolier et qu'il me laisse assurer ma "protection sociale" selon ma propre responsabilité et auprès des organismes d' assurance de mon choix.

sur ce, "à jamais", car je n' ai pas plus de temps à te consacrer, pauvre taré.
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
"le financement de la construction des routes et des écoles est assuré par les impôts"

-Dans un pays dans lequel on peut avoir 42ans et ne jamais avoir vu un budget à l'équilibre, on ne peut pas dire que les dépenses de l'état soient assurées par les seuls impôts. Par les impôts et par la dette. (Dette éternelle de préférence).

-Dire que les impôts servent aux dépenses régaliennes est une vieille propagande élimée. Les impôts servent tout d'abord au premier poste de dépenses, à savoir le service de la dette ou autrement dit la rente de servage, puisque la baisse de la dette n'est pas voulue.

-Il y a bien longtemps que l'état n'ouvre plus d'écoles, il ferme les classes. Il n'ouvre plus de nouvelles routes non plus. Quand il y a une exception, c'est une route à péage.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
je suis bien d' accord avec vous, et si j' avais notamment employé le terme impôts à titre générique, c' était pour faire simple ( et sans préciser que j'incluais évidemment dans le terme "impôts", cette furieuse fuite en avant gouvernementale qu' on appelle la "Dette" )
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
@ Stephanie-Bouillotte
Vous me permettrez une petite rectif', vous exprimez une erreur commise communément en parlant des prélèvements de l'état. L'état ne prélève rien, c'est la sécu qui procède aux prélèvements, c'est bien elle le problème. Et les gouvernants peuvent changer tant et plus, nous raconter n'importe quoi, sortir tous les plans anti-chômdu qu'ils veulent, les allègements (temporaires) de tout et de rien, c'est tout notre système social qui est une gigantesque escroquerie pour le monde du travail, patrons comme salariés sont dans le même panier.
Voir mon commentaire du jour sur le sujet un peu plus bas.
Merisier.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
Bonjour Merisier

j' assimile en effet la Sécu à l' état ; c' est de toutes façons un organisme publique organisé, géré, défendu et promu par l' Etat

je prétends que la "Sécu" est notre plus grande catastrophe collective à nous Français, depuis la Libération

merci pour tous vos intéressants commentaires



Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
@ Stephanie Bouillote
Bonjour,
"je prétends que la "Sécu" est notre plus grande catastrophe collective à nous Français, depuis la Libération." Je suis tout à fait d'accord avec vous. La sécu est gérée paritairement par les syndicats : cgt cfdt... D'ailleurs la cour des comptes se casse les dents à partir de certains paliers de vérifications.... Je ne vous fais pas de dessin !
Avant d'être investi par un parti "classique" (!) le futur député, s'il est élu, s'engage à voter un certain nombre de choses, dont le budget de la sécu. On en est pas sorti.
On dit que les français sont attachés à la sécu, oui....sauf ceux à qui on a un peu démonté le mécanisme et qui commencent à se poser les bonnes questions...

Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
6 milliards d' humains il y a seulement encore 10 ans ; plus de 7 milliards actuellement ; politiques collectivistes diffuses pour rationaliser et gérer toutes les ressources ( espace, eau, énergies, matières premières, biens et services, denrées alimentaires,... ).

monde et économie globalisés + peak all...

face aux milliards de travailleurs du "tiers monde" dont beaucoup aspirent aux minima de nos standards d' existence, les magnifiques systèmes de protection sociale débilitants de nos états-maman-poule-providence désindustrialisés ( qui ont transformé tant d' occidentaux en sous-larves ), déjà en faillites généralisées, ne tiendront plus bien longtemps ( et ce ne sont évidemment pas nos gigantesques gisements d' emplois à la personne qui nous sauveront ).

...ça me gêne de rappeler une pareille évidence, mais Malthus avait tellement raison.

Evaluer :   8  8Note :   0
EmailPermalink
Une bouche c'est deux bras (Mao)
Evaluer :   6  3Note :   3
EmailPermalink
En vous lisant, je me dis qu'il y a quelques similitudes avec mon commentaires ci dessus...
Il y a le savoir-vivre en collectivités et ... le collectivisme !
A chacun de se débrouiller sans gêner les autres, et sans en faire profitez tous les parasites (Etat compris) qui eux, ne se débrouillent qu'au détriment des autres.
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
"Économiquement, remettre un café dans chaque village, un coiffeur, un épicier, un boucher ou encore un boulanger ce sera autant de travail créé en plus et donc une petite vie économique locale."
Dans l'absolu oui, dans la réalité c'est quasiment impossible. Je vous rappelle que lorsque l'on s'inscrit pour exercer une activité indépendante, le trimestre en cours est dû et ça tombe tous les 3 mois. La première année c'est forfaitaire, ensuite vous régularisez et en plus vous payez un prévisionnel pour l'année à venir. En clair vous produisez une richesse et vous faite de l'avance de trésorerie aux improductifs des caisses de la sécu dont le monopole est abrogé depuis 1999 (environ...) mais qui continue à se comporter sans honte aucune en organisme maffieux. Personne n'a signé quoique ce soit avec la sécu pour l'autoriser à gérer votre santé ou votre retraite et pourtant elle continue à se servir ! Si les petits coiffeurs, épiciers et autre bouchers ont disparu par exemple de nos campagnes, la gourmandise du système y est aussi pour beaucoup.
"la vicilisation ne peut naître que des cendres de la « civilisation »". Symboliquement le feu est purificateur car s'il libère les énergies emmagasinées, il détruit les programmations. Les inquisiteurs de l'église catholique le savaient bien en brûlant par exemple les codex des mayas ou en envoyant au bûcher les "sorcières" ou autres Cathares etc. Les communistes ne sont pas non plus en reste en ayant fait incinérer entre autre des opposants tchèques exécutés. De tous côtés les exemples ne manquent pas.
Si on bâtit du neuf, on le fait soit sur qqch de vierge, soit sur des cendres.
Evaluer :   9  1Note :   8
EmailPermalink
"le trimestre en cours est dû et ça tombe tous les 3 mois... " Bravo, dommage que personne ne semble s’intéresser à votre très pertinente remarque, quelque chose me dit que le jour venu il y aura sur les routes plus de théoriciens que de "coiffeurs, épiciers et autre bouchers" Voilà une flèche verte.
Evaluer :   7  1Note :   6
EmailPermalink
S'agissant de primes d'assurances pour un risque présent (maladie), ce n'est pas choquant en soi de payer en début de période, même si le très très gros pourrait faire crédit au tout petit nouveau né.
S'agissant d'un Ponzi colossal pour des prestations qui ne viendront jamais (retraite) c'est une égale escroquerie, qu'il faille payer en avance ou en retard.
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
et les structures coopératives loi 47 alors ?

Ok, on peut pas vendre sa société, et devenir millionnaire ...
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Citation:
"Je vous rappelle que lorsque l'on s'inscrit pour exercer une activité indépendante, le trimestre en cours est dû et ça tombe tous les 3 mois. La première année c'est forfaitaire, ensuite vous régularisez et en plus vous payez un prévisionnel pour l'année à venir"
.
Dans l'espoir que tout se passe bien...
Dans le cas contraire, ...inutile d'épiloguer...
.
C'est pour cette raison qu'il y a autant d'étudiants en "ressources humaines", "marketing" et autre "communication"
C'est moins risqué, et ça donne plus de chances de profiter du système....Pour le moment ! lol !
.
Allez, un p'tit coup de vert, pour la route !
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Rien de plus simple que d'ouvrir la fenêtre de mon appartement pour comprendre que je suis loin de la vie idéale.

J'y vois des immeubles, des immeubles partout, des immeubles jusqu'à l'horizon, l'air y est étouffant, pas un arbre, pas une fleur, rien !!! si des grues en guise de forêt.

Une vie d'horreur sans réelle liberté !!!

Depuis trois ans, je cherche à muter à la campagne. Les places sont chères et la carotte n'est plus assez grosse pour être attractive. On m'a dit que si je revenais sur ma décision, mon patron pourrait faire un effort de 200 euros par mois. Je me suis immédiatement mis à rire. 200 euros de plus à Paris vous vous moquez de moi, non??? Vous pensez qu'avec cette somme supplémentaire je vais pouvoir louer un appartement avec vue sur le Parc Monceau. Je ne suis pas quelqu'un de très intelligent mais il ne faut qu'en même pas me prendre pour un con.

J'ai encore l'option amis pour m'héberger à Paris, mais cela n'est pas fiable à 100%.

Ma famille à la campagne, je suis prêt à faire les trajets de façon régulière. Ce sacrifice aura du bon pour mes enfants.

Je suis d'accord avec toi Charles rien ne se passera calmement. Il faut connaître les courses du samedi matin pour comprendre que si les rayons sont vides, il risque d'y avoir quelques débordements.

J'aime cette vie à la campagne car au final j'y retrouve mes racines. Du côté de ma mère, ils ont toujours travaillé la terre, c'est une suite logique que de vouloir vivre comme mes ancêtres, au calme...

Comme moi, dans nos régions rurales, vous avez remarqué que peu à peu il y a une prise de conscience. L'entraide revient à grand pas. Personnellement, j'ai tous les 15 jours 24 oeufs frais qui m'attendent. Je n'arrive pas à digérer les oeufs industriels. La fermière me dit que c'est un cadeau pour ma fille, gratuit !!!

Mon père qui apprécie les échanges respectueux n'a pas hésité à offrir en retour de bâton du saucisson sec et du pâté de lapin, les deux fabriqués maison.

Si les gens comprennent ce mode de vie alors il y a un espoir pour l'humanité...
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
"Mon père qui apprécie les échanges respectueux "

;-)
Ca me rappelle une histoire d'épareuse, et de capot façon écumoire !!
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
@ Pâris

Ce n'est pas beau de me rappeler des souvenirs douloureux, surtout pour mon porte-monnaie.

Je suis sûr que mon père pourrait très bien recommencer. C'est comme ça je n'y peux rien. Difficile de faire changer la vieille génération.
Les vieux (avec mon respect) nous ont permis d'avoir des droits. Demain, nous les jeunes, on verra tous ces droits disparaître.

Vous me rappelez Rüss65 ??? attention j'ai parfois une aide divine...

Bien cordialement et merci pour vos commentaires.

Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Aide-toi, le Ciel t'aidera.
Les bonnes intuitions sont des dons de l'Esprit, elles sont parfois réservées à ceux qui lisent in-extenso.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
"Difficile de faire changer la vieille génération. "

La valeur n'attend pas le nombre des années? les bonnes valeurs sont inaltérables. L'âge est un état d'esprit.

Certes, il y a des vieux cons. Comme dans 10%de tout groupe humain.
Mais il existe aussi quelques vieux qui valent plusieurs gringalets. Il y a certains... j'en prends volontiers trois dans ma section !


Pour la première fois je suis allé rendre visite à une Amicale de la Légion. Des dizaines de vétérans. Les plus anciens sont volontairement partis à 16-17ans pour l'Indochine. Certains ont enchaîné 16ans de baroud comme des perles jusqu'au Petit-Clamart. Ceux qui ont aujourd'hui passé les 80ans et qui se tiennent comme des I, au physique comme au moral... Respekt!

Ils ne feront plus grenadier-voltigeur dans une équipe-choc. Mais en équipe-feu, du moment qu'ils n'ont pas à porter bêtement un trépied de mitrailleuse, en appui, à viser ou même simplement à grailler... il ne fera pas bon se trouver du mauvais côté du canon!
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
J' aime ce genre de commentaires !
Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
@ Pâris

"Les bonnes valeurs sont inaltérables"... et elles s'affirment de plus en plus en avançant en âge; tout comme l'inverse est aussi vrai.

"L'âge est un état d'esprit."

TOUT est un état d'esprit ! La manière dont nous voyons la vie est un état d'esprit et plus on améliore son état d'esprit en le focalisant sur les belles et bonnes choses, plus on se fait du bien, moins on donne prise à nos peurs, nos croyances et nos doutes; et moins on est pris dans les filets du négativisme ambiant et des déceptions; plus on dégage des ondes positives communicatives. "Aide-toi, le Ciel t'aidera".

Vieillir en restant jeune et curieux est un "don" de l'esprit, tout comme les bonnes intuitions d'ailleurs...

Il existe des personnes âgées qui ont un esprit d'une jeunesse à faire pâlir d'envie certains jeunes de 20 ans qui sont vieux bien avant l'âge. Et même si leur corps ne suit plus toujours, ils sont tellement lumineux qu'ils servent de bel exemple sur la façon dont on aimerait tous vieillir.

"Ce sont ceux qui pensent par eux mêmes qui parviendront à l'unité, véritable but de toute l'évolution, ceux qui NE SONT PAS régis par des forces collectives, des égrégores, des esprits de groupes, des consciences collectives formatées et inféodées à une pensée commune. Nous sommes chacun unique dans l'univers c'est ainsi que nous pouvons vivre ensemble et chacun avec les autres, libre et en toute conscience, dans l'échange, le partage, le respect et la différence. C'est une vigilance de tous les instants." extrait de "L'eau-delà de l'eau" de Jacques Collin (à lire à tout prix !).

Tourner le dos aux mauvaises nouvelles et constatations décevantes; s'intéresser aux nouvelles énergies (Aquafuel, par exemple - voir les sites Quanthomme.info et les vidéos de Jean-Louis Naudin - père des drônes ? -) pour se rendre compte/se convaincre que la possibilité d'un autre monde existe; se tourner vers ceux qui donnent des pistes nouvelles et bienveillantes; ne transmettre que des choses positives et utiles; et revoir ce magnifique conte qu'est "The neverending story" pour se rappeler que malgré la destruction en cours, la construction d'un autre monde est possible, du moment qu'il reste une seule personne pour y croire et le créer ! Retrouver patiemment un monde enchanté qui avance à son rythme au détriment de ce monde désenchanté qui veut toujours aller de plus en plus vite.

Et se poser la question suivante : "Est-ce que participer à dénoncer énergiquement tout ce qui ne va pas dans le monde n'est-il pas une façon de faire partie d'un "groupe de pensée" régi par une force collective, même si elle est minuscule ? Ne serait-ce pas une façon de rester dans ce monde qui nous rend triste et de l'entretenir en lui donnant notre attention ?

Passer des heures sur le Net et regarder des vidéos qui dénoncent, puis dénoncer à son tour sur un site (donc le Net toujours), ne serait-ce pas une fuite en avant et une façon de croire ILLUSOIREMENT que nous avons les moyens de changer le monde/les gens, rien qu'en dénonçant leurs erreurs, sans vouloir s'avouer que chacun détient les clefs de son bonheur et a donc une responsabilité individuelle dans ce qui lui arrive - certains se complaisent dans leur rôle de victime/esclave - et que rien ni personne au monde ne pourra le faire changer de cap si ce n'est lui-même le jour où il le décidera ? Il faut bien comprendre qu'être victime des autres et bourreau de soi-même, est finalement bien confortable car le bénéfice secondaire est de pouvoir se plaindre et de n'être responsable de rien. Il n'y a aucune remise en question douloureuse.

La solution ne viendrait-elle pas en ne se mêlant plus de la marche du monde, en lâchant prise, et en cessant de perdre du temps à vouloir changer ce vaste monde tout en s'oubliant soi-même ? La solution ne viendrait-elle pas en cessant de culpabiliser et en décidant que s'occuper de soi-même n'est pas une chose égoïste et mauvaise mais une BONNE chose (en réalisant que ce sont ceux qui affirment le contraire qui sont de grands égoïstes qui désirent aliéner l'autre en utilisant la culpabilité, car ceux qui aiment vraiment leur prochain veulent qu'il se sente bien et qu'il se fasse du bien) ? La solution ne viendrait-elle pas d'oser se regarder en face et de décider consciemment de se faire du bien (charité bien ordonnée commence par soi-même) afin de rayonner et, par ce rayonnement, toucher les autres positivement pour qu'à leur tour ils se mettent à rayonner ?"

Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink

BRAVO !
Magnifique état d'esprit, qui mérite d'être souligné
(car trop rare par ici)

MERCI
(bien écrit, de surcroit)

Merci aussi, quoique étonnant venant de votre part...

Etonnant que vous approuviez cette phrase : "Passer des heures sur le Net et regarder des vidéos qui dénoncent, puis dénoncer à son tour sur un site (donc le Net toujours), ne serait-ce pas une fuite en avant et une façon de croire ILLUSOIREMENT que nous avons les moyens de changer le monde/les gens, rien qu'en dénonçant leurs erreurs, sans vouloir s'avouer que chacun détient les clefs de son bonheur et a donc une responsabilité individuelle dans ce qui lui arrive - certains se complaisent dans leur rôle de victime/esclave - et que rien ni personne au monde ne pourra le faire changer de cap si ce n'est lui-même le jour où il le décidera ?", alors qu'il y a quelque temps d'ici, vous disiez à Calefactor, si je ne m'abuse, que c'était juste de l'égoïsme ou de l'égocentrisme.

Après avoir longuement réfléchi à cette question, je pense que c'est surtout une forme de SOLITUDE qui pousse à vouloir ouvrir les yeux des aveugles moutons. Une solitude qui n'a rien à voir avec l'entourage, mais qui est existentielle et que l'on ressent au plus profond de soi et qui est de nature à avoir l'impression qu'on est seul au monde à être si lucide.

Les personnes hypersensibles ressentent le monde actuel comme une agression permanente et une injustice d'une violence telle qu'ils éprouvent le besoin de donner toute leur énergie pour tenter d'inverser cette horrible marche du monde. Les moutons zombies, moins sensibles et résignés, ne le ressentent pas aussi violemment et le supportent bien plus facilement. Ils peuvent s'en plaindre en toute impunité et ne veulent surtout rien faire ni se mouiller pour changer la situation car ça ne les intéresse pas, ils ne veulent pas changer le monde car ils ne veulent pas se remettre en question.

Alors les personnes hypersensibles deviennent des sortes de "guerriers de la lumière" car ça donne un sens à leur vie, quand ils ne deviennent pas de détestables cyniques autodestructeurs. Ils ressentent profondément que sans tenter quelque chose pour "sauver le monde", la vie est trop absurde, inutile et insupportable. C'est tout faire pour "sauver le monde", ceux qu'ils aiment et donner un sens à leur existence ou... l'autodestruction/suicide.

Seulement, à force de voir que toute cette énergie dépensée n'apporte pas tant les effets désirés, au bout du compte c'est le désespoir qui finit par les gagner... jusqu'au jour où ils comprennent que si une recette ne fonctionne pas, il faut en changer en commençant par soi-même.

C'est marrant. Ici, sur ce site, on comprend bien que l'usage de la même recette en matière d'économie ne fonctionne pas et qu'il faut donc en changer; mais on fait bien moins la relation lorsqu'il s'agit de transposer cette formule à soi-même. Problème de "domaine" comme dirait Taleb.

Bref, arriver à ce déclic prend du temps car c'est l'aboutissement d'un chemin, d'un processus plus ou moins long selon chaque individu. Les lectures et les interactions avec les autres permettent parfois aussi d'arriver à un tel déclic. Aussi dois-je vous remercier car sur ce plan là vous y avez participé en ce qui me concerne.

Se mettre en concurrence avec les merdias en informant les autres avec des moyens alternatifs comme le Net, c'est bien, mais cela reste une démarche guerrière avec des moyens plus que réduits par rapport à ceux qui ont les moyens de façonner/marteler le monde à leur guise. On se retrouve dans la logique de la loi de la dynamique et au bout du compte, il n'y aura aucun véritable gagnant, mais que des perdants.

Dans les arts martiaux, on apprend à se laisser traverser par la force de l'adversaire en continuant son mouvement pour lui renvoyer sa propre énergie qui le rétamera. C'est la loi du moindre effort, mais elle est bien plus efficace.

Aussi, se faire du bien consciemment, ce n'est pas se défouler sur les autres en les traitant de tous les noms d'oiseaux dès lors qu'ils pensent autrement; ça, ce n'est pas se faire du bien car ce n'est pas oeuvrer à l'harmonie du monde. Quand on agresse quelqu'un, au bout du compte, on s'agresse soi-même car c'est distribuer de l'énergie négative qui vient s'ajouter à la négativité ambiante en lui donnant plus de puissance encore.

Pensez-y lorsque vous vous adresserez dorénavant à Lightshow ou à Louis L. voire à d'autres. Axez votre attention sur leurs qualités plutôt que sur ce que vous considérez comme des défauts. Vous verrez que vous y gagnerez aussi. On récolte ce que l'on sème...

Se faire du bien, c'est faire ce que l'on aime faire ou refaire ce qu'on aimait faire lorsqu'on était petit; c'est éviter les personnes qui nous sont toxiques; c'est passer des bons moments avec des gens qui nous font du bien et que l'on aime; c'est leur dire qu'ils sont beaux quand on le pense vraiment (ne pas être hypocrite); c'est s'entre-aider en se donnant des infos utiles; c'est apprendre des nouvelles choses utiles et partager ses connaissances/expériences. Enfin, c'est surtout fuir toutes les mauvaises nouvelles et pensées négatives, Y COMPRIS ses propres pensées négatives vis-à-vis des autres et soi-même.

Se faire du bien c'est, une fois en possession des informations essentielles, être capable de tourner le dos à ces répétitions d'infos toxiques que l'on connaît par coeur, et devenir créatif en oeuvrant à son futur par les moyens exposés ci-dessus. "Soyons le changement que l'on veut voir advenir dans le monde".

Quant à l'Apocalypse, il ne faut peut-être pas y penser tous les jours, mais le fait est que nous la vivons déjà. Apocalypse = Révélation et jamais auparavant, l'action des responsables de la misère du monde n'a été révélée comme elle l'est aujourd'hui. Jamais le monde n'a été aussi mal ni autant pollué qu'aujourd'hui. On ne peut donc pas la nier cette Apocalypse. Et c'est parce que nous la vivons que nous nous devons de prendre soin de nous-mêmes pour retrouver un bien-être et pouvoir contaminer autrui par ce bien-être. L'harmonie future est à ce prix.

Je vous conseille, à vous aussi, le livre "l'eau-delà de l'eau" car il est plein d'espoir et de belles pensées. Sans entrer dans les dogmes, il y est fait référence à certaines paroles de Jésus par rapport aux découvertes scientifiques récentes et au Créateur de toutes choses, ce qui vous heurtera peut-être... Pourtant, ce serait une erreur de ne pas le lire.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink

Merci de vos conseils fort avisés et fort éclairés.
... Mais je suis encore en cours de perfectionnement.
Vous m'auriez vu il y a 20 ans !

J'ai été un "guerrier de la lumière".
... Et comment !

Ensuite j'ai eu évidemment ma phase "cynique autodestructeur".

Actuellement je suis en phase de rédemption.

Exactement dans l'optique par vous définie,
et que je me permets de citer intégralement,
car elle ne perdra rien à être relue intégralement,
aucun mot n'étant à retirer :

"Se faire du bien, c'est faire ce que l'on aime faire ou refaire ce qu'on aimait faire lorsqu'on était petit; c'est éviter les personnes qui nous sont toxiques; c'est passer des bons moments avec des gens qui nous font du bien et que l'on aime; c'est leur dire qu'ils sont beaux quand on le pense vraiment (ne pas être hypocrite); c'est s'entre-aider en se donnant des infos utiles; c'est apprendre des nouvelles choses utiles et partager ses connaissances/expériences. Enfin, c'est surtout fuir toutes les mauvaises nouvelles et pensées négatives, Y COMPRIS ses propres pensées négatives vis-à-vis des autres et soi-même.

Se faire du bien c'est, une fois en possession des informations essentielles, être capable de tourner le dos à ces répétitions d'infos toxiques que l'on connaît par coeur, et devenir créatif en oeuvrant à son futur par les moyens exposés ci-dessus. "Soyons le changement que l'on veut voir advenir dans le monde".


Malgré cette "rédemption", j'ai (et j'aurai encore, je pense)
un peu de mal avec certaines catégories d'individus :
les homophobes, les racistes, les antisémites et les négationnistes
(généralement ce sont les mêmes : ils ont souvent la compil' intégrale).
Je leur pardonne, évidemment
(ça, c'est le truc nouveau, par rapport à... il y a 20 ans),
voire même je les plains.
Mais il y a toujours un truc qui "accroche",
même désamorcé à la bonhommie joyeuse
que j'essaie toujours dans un premier temps
face aux horreurs lues
(ou plutôt devinées derrière les mots tentant - en vain -
d'en dissimuler l'acuité - don d'ex "hyper-sensible").

Oui (ceci dit sans prétention), j'ai le don de
détecter les antisémites, homophobes, etc
sans même qu'ils soient franchement explicites,
ce qui me donne toujours une longueur d'avance
pour me prémunir de leur "toxicité" (sic).

Dans ce cas, effectivement, je peux me révéler,
à l'occasion, sans pitié.
Mais, par je ne sais quel cheminement de l'esprit
(que j'ai travaillé à l'insu de mon plein gré, il faut croire)
je ne tombe plus, DANS CE CAS PARTICULIER,
dans l'équation que vous mettez en relief par la formule
"Quand on agresse quelqu'un, au bout du compte, on s'agresse soi-même".
Que nenni !
Agresser un mec qui laisse entendre
que les chambres à gaz n'ont jamais existé
ne me pose strictement aucun problème de conscience.

********************

Bon, allez, on fait la paix, Lolo ?

... Faut dire que t'as cogné fort, ma vache,
quand tu m'as jeté l'opprobre en essayant de me faire passer
pour un agent infiltré chargé de vous surveiller
(ce qui est l'actuel délire de Lightshow, à n'en point douter).
Hé ! Ho !
Comment voulais-tu que je reste zen, sans réagir,
face à de si iniques accusations publiques ?!

Avoue qu'à un moment tu as quand-même bien dérapé,
à en perdre les pédales...
Tu te chopais de ces putains de délires paranoïaques,
c'était effrayant !

Je veux bien faire la paix avec toi
mais j'avoue que je te crains un peu
par ton côté bipolaire
(je sais de quoi je parle : je suis soigné pour ça
- d'ailleurs ça se soigne parfaitement, au Dépak...
je n'ai pas dit la marque !).

Oui, là tu es toute zen, tranquille,
limite bouddhiste dans tes propos,
et puis dans un mois ou deux tu peux avoir "viré",
être repartie à nouveau en vrilles,
et alors là le premier qui te contredira
aura tes foudres comme je les ai subies,
et là ce n'est pas du gâteau pour celui qui tente de raisonner
(j'en sais quelque chose !).

D'ailleurs, quand je t'aie vue partir en cagasse la dernière fois,
j'ai sincèrement eu de la peine
... Pour toi, mais aussi pour ta famille,
qui a sacrément dû morfler à ce moment-là
(quand je te dis que j'ai un don !).

Bref, je ne suis pas un agent infiltré comme dans ton délire d'alors,
je suis juste un gus qui s'est fait viré 20 fois de ce site
et qui à chaque fois est revenu,
renaissant de ses cendres tel le... Phoenix !

Actuellement je suis toléré par les modérateurs,
et j'avoue que je ne sais pas très bien pourquoi.
C'est chaque jour un miracle renouvelé
de constater que j'ai encore droit de parole ici.

Les réactions belliqueuses et virulentes de Lightshow
me poussent parfois à écrire des mots-clefs
qui pourraient induire mon expulsion.
Mais c'est en toute connaissance de cause que j'écris ces mots-clefs.
Je prends le risque.
Car merde à la fin !
Il faut appeler un chat un chat,
appeler un négationniste un négationniste :
ce n'est pas la peine de tourner autour du pot !

C'est lui qui devrait être sur la sellette, pas moi.

Moi je repère (toujours ce don, je n'y peux rien)
les brebis galeuses, celles dont le bêlement
fait fausse note par rapport au reste du troupeau.

En quelque sorte, alors, oui,
je suis un "modérateur" de connerie.

Par exemple, le Fred, je le laisse filer en roue libre
quand il débloque avec son islamophobie déclarée,
car lui a au moins l'honnêteté de dire haut et fort ce qu'il pense
(donc, si problème il doit avoir,
ce sera avec les VRAIS modérateurs).

Par contre, ce que je ne supporte pas,
ce sont les gus qui ont des idées miasmatiques
mais qui ne les assument pas et qui, faux-culs,
les glissent en douce dans des propos ambigus,
pas francs du collier.

Le pire, c'est qu'avec ce fameux don,
je suis le seul à sembler voir ces idées cloaqueuses
derrière les allusions perfides
et les sous-entendus gros comme le Mont-Blanc vu de Megève,
car personne, par ailleurs, ne moufte.
Ce consensus parfois bienveillant m'inquiète.

Bon, enfin, voilà...

Je veux bien faire la paix avec toi, Lolo,
mais à condition que tu ne retournes pas ta veste,
un jour "d'humeurs" (pluriel) où tu repartiras à battre berlue.

Au fait, je crois que Rüss traine aussi dans les parages
(depuis déjà un bon moment, lui).
N'ayant pas voulu être désobligeant,
je n'ai pas cru bon de lui tomber le masque,
poussant même jusqu'à lui répondre
comme si de rien n'était.
Il a dû penser que je ne m'étais aperçu de rien
et me prendre pour un con.
... La preuve que non !

Tu vois, Lolo, je n'étais pas le doublon de Hye Lo
(je ne me rappelle même plus de l'orthographe exacte du nom,
c'est pour te dire - d'ailleurs, où est-il ce luron ?),
j'étais juste MOI, sans le coup de Trafalgar, par toi pratiqué,
des multi-comptes à foison.

Je n'ai jamais voulu jouer à ce jeu-là
pour la bonne raison qu'il est stupide
(tu es bien placée pour le savoir, maintenant)
et d'un narcissisme incommensurable.

J'ai des défauts, mais pas celui du narcissisme
(tu verrais ma gueule, tu comprendrais :
les miroirs ne sont pas mes amis,
donc pas davantage la quête du reflet dans l'eau
- même trouble - à la Narcisse).

Les flèches rouges, les flèches vertes
(auxquelles certains attachent tant d'importance),
moi je n'en ai rien à cirer.
Pour avoir des flèches vertes, c'est facile :
il suffit de bêler avec le troupeau.
C'est à la portée du premier clampin venu.

A contrario, en ce qui me concerne,
je m'amuse parfois à faire des pronostics
sur le nombre de flèches rouges que je vais me prendre,
sachant que ledit propos choquera.

L'éveil des consciences par le choc...
Ca a bien marché avec toi,
alors pourquoi pas avec d'autres ?

Ce site est en effet un cocotier qui a parfois besoin d'être secoué.
Souvent on y voit rabâchée la même chose, jusqu'à saturation de l'intellect.
Cette putain d'apocalypse annoncée depuis des années (ici même),
elle commence à me courir sur le haricot.
Elle devient ânonnée comme une incantation,
à en être ridicule dans son itération et sa réitération.

La vie est ailleurs que dans le ressassement stérile.

Lolo, mes hommages.



@ Pépin/Code barre

Etes-vous bien certain d'être dans la rédemption comme signalé au-dessus des étoiles ?

En effet, il me semble assez paradoxal de désirer la paix en repartant avec des paroles méprisantes comme la prose se situant sous les étoiles...

1. Les "réactions belliqueuses et virulentes de Lightshow" ne sont qu'une tentative de vous faire sortir de sous-entendus que vous avez émis à son encontre. Jamais, à aucun moment, il n'a dit que les chambres à gaz n'existaient pas; jamais il n'a dit être anti-sémite, bien au contraire. Il est juste anti-sioniste et cette insistance de vouloir faire un amalgame entre ces deux choses est pour le moins usant. Il est dans une logique guerrière parce que vous l'avez sciemment heurté. Il ne supporte pas l'injustice ni l'irrespect et ça lui plairait beaucoup d'arriver à vous ridiculiser une bonne fois pour toutes. Il désire juste vous rendre la monnaie de votre pièce. Voilà quelqu'un qui a opté pour la lumière et veut sauver le monde en ruant dans les brancards comme je l'ai fait aussi... un jour il comprendra qu'il vaut mieux changer de tactique et qu'il doit commencer par se faire du bien autrement s'il ne veut pas s'épuiser.

2. "L'éveil des consciences par le choc... Ca a bien marché avec toi, alors pourquoi pas avec d'autres ?"

"Par le choc", hum, n'exagérons rien non plus hein ! Peut-être que ça a bien marché avec moi, parce que j'étais "mûre" pour ça. Parce que j'ai été capable et prête d'encaisser nombre de manque de respect (le tutoiement e.a.), d'insultes et d'humiliations de votre part, précisément pour avancer dans mon cheminement. N'oubliez pas que toute victime consent à l'être quelque part. Et depuis que j'ai lu la Bhagavad gita il y a une dizaine d'années, je savais déjà que chaque personne qui nous met des bâtons dans les roues nous sert à quelque chose.

D'autres ne le sont pas forcément et vos propos peuvent les blesser bien plus que vous n'imaginez, ravivant d'autant plus leur colère. De toute façon, en agissant de la sorte, vous ne contribuez pas à l'harmonie du monde - encore moins à la vôtre - et vous venez encore de démontrer par vos propos que, sur ce site, vous avez juste changé de tactique.

On peut changer de tactique, de recette, la personnalité de base reste la même : une fois qu'on a fait le choix de la lumière (sauver le monde) ou des ténèbres (autodestruction/cynisme/suicide), on continue sa route avec ces mêmes valeurs inaltérables. Question de programmation... C'est pourquoi ça ne sert à rien de contrer les esprits chagrins, mieux vaut les ignorer et ne pas leur donner l'importance qu'ils souhaitent. Souvent, dans la vie, ils finissent d'ailleurs totalement seuls. C'est triste et ce sont ces esprits chagrins qui sont à plaindre.

3. "Au fait, je crois que Rüss traine aussi dans les parages (depuis déjà un bon moment, lui). N'ayant pas voulu être désobligeant, je n'ai pas cru bon de lui tomber le masque, poussant même jusqu'à lui répondre comme si de rien n'était. Il a dû penser que je ne m'étais aperçu de rien
et me prendre pour un con... La preuve que non !"

Et à part ça vous n'êtes pas narcissique ? Lol !

Pauvre Rüss, qu'est-ce qu'il a bien pu vous faire ou dire pour que vous le détestiez à ce point ?

4. "Je veux bien faire la paix avec toi mais j'avoue que je te crains un peu par ton côté bipolaire (...) Oui, là tu es toute zen, tranquille,
limite bouddhiste dans tes propos, et puis dans un mois ou deux tu peux avoir "viré", être repartie à nouveau en vrilles, mais à condition que tu ne retournes pas ta veste, un jour "d'humeurs" (pluriel) où tu repartiras à battre berlue."

Rassurez-vous, vous n'avez absolument plus rien à craindre car je ne compte pas revenir faire des interventions à tout va pour dénoncer ce qui ne va pas dans le monde, ça ne m'intéresse plus.

Je n'avais pas l'intention de revenir, mais si je suis revenue ponctuellement, c'est juste parce que j'avais envie de partager des choses qui me semblaient essentielles avec des personnes bien précises avec qui je ne peux, hélas, pas communiquer en dehors de 24hGold puisqu'il n'y a pas de fonction "communication off". Et comme, évidemment, il a fallu que vous interveniez, j'en ai profité pour vous "éclairer" sur une question bien précise.

Enfin, juste pour vous stopper dans vos délires psychiatriques préférés dignes d'agents de l'ex URSS, cessez d'insinuer que je suis dérangée, vous vous rendez ridicule et personne n'est dupe. Quant à tout ce que j'ai dit avant, ici, sur ce site, je le maintiens, je ne retire rien. Je vous l'ai dit, je n'ai pas changé, mon âme est la même; j'ai juste compris qu'il fallait changer de recette, c'est-à-dire oeuvrer dans le monde autrement et cesser de dépenser une énergie folle à vouloir convaincre des gens qui ne veulent rien changer. Ceux qui veulent avancer ont depuis longtemps pris/cherché/trouvé les informations dont ils avaient besoin pour ce faire.

Et oui, la vie est ailleurs que dans le ressassement stérile, c'est pourquoi je m'en retourne vers elle en quittant, une fois de plus, ce site sur lequel VOUS allez devoir rester car c'est votre job. ^^

Adios Pépin/Code barre

P.S. : Sachez quand même qu'en énonçant cette petite phrase : "Malgré cette "rédemption", j'ai (et j'aurai encore, je pense) un peu de mal avec certaines catégories d'individus : les homophobes, les racistes, les antisémites et les négationnistes", vous êtes tout sauf un libre penseur. Ces thèmes sont la panoplie préférée des adeptes de la pensée unique... qui désirent culpabiliser celui qui pense autrement.

Etre un libre penseur véritable, c'est arriver à être capable de ne plus juger... et pour cela, l'Humanité entière a encore une longue route devant elle.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink

Ouais, effectivement, tu n'as pas changé...

Je me suis juste laissé bluffer par tes belles paroles,
qui n'étaient qu'un vernis indéniablement.

L'âme noire est toujours là :
il suffit de gratter un peu
- comme je l'ai fait.

Je suis immensément déçu.



PS : Rüss, je ne le déteste pas.
Pourquoi cette grotesque assertion ?




Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
N'oublions pas tout de même que cette migration de la ruralité vers les banlieues industrielles a été voulue et programmée: , par le plan Rueff-Armand élaboré à la demande de De Gaulle et qui fut la bible de la 5ème. Je cite: " dans le secteur agricole, le mécanisme des prix devra , presque en permanence, repousser vers les activités industrielles les éléments de la main d'oeuvre en excédent. Son action à sens unique tendra à définir les revenus agricoles pour les maintenir au dessous des revenus industriels. Ainsi le mécanisme des prix ne remplira son office dans le secteur agricole qu'en infligeant aux agriculteurs presque en permanence un niveau de vie sensiblement inférieur à celui des autres catégories de travailleurs ".
Pour faire entrer le monde rural dans les clous de la misère et du productivisme, il fallut 2 textes: la Loi d'Orientation agricole de 1960 et la Loi Complémentaire de 1962. Lisez à ce sujet, "l'Agriculture assassinée de Jean Clair Davesnes" ( Vous y verrez le rôle d'E. Pisani et celui de J. Chirac plus tard !)...
A noter aussi à la fin du règne de De Gaulle , la loi mise en œuvre par Pompidou qui permit le développement exponentiel des super marchés, le producteur payant les intérêts des sommes colossales immobilisées jusqu'à 3 mois et le faisant passer sous les fourches caudines du distributeur.
Il n'y avait rien d'inéluctable ni de visionnaire dans cette évolution.
Evaluer :   9  0Note :   9
EmailPermalink
"Il n'y avait rien d'inéluctable ni de visionnaire "
En politique rien n'arrive par hasard.
L'inconvénient d'avoir un vieux comme chef, c'est qu'il est assez facile à un finaud de lui faire croire que telle ou telle évolution relève de la modernité, qu'il peine forcément! à comprendre.
"La vieillesse est un naufrage" est aussi une conséquence des actions répétées des conseillers insinuant chaque jour que le vieux n'est plus à la page.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Pâris,
" La vieillesse est un naufrage " . Pas pour tous, Dieu merci. Un proverbe Juif dit : " La vieillesse c'est l'hiver pour les ignorants et le temps de la moisson pour les Sages. "
En fait, à l'avant veille de la mort de mon corps, je ne me suis jamais senti aussi serein, ce qu'explique ainsi Ayn Rand :
" Le bonheur est la conséquence d'une Vie réussie, il est l'état de conscience engendré par l'accomplissement de ses valeurs."
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
@ Louis L.

Vous êtes une belle âme ! C'est beau et ça fait du bien.

Ca m'aurait bien fait plaisir de vous rencontrer dans la vraie vie, histoire de parler de la pluie et du beau temps, du futur crée par la pensée...

On se retrouvera dans une autre vie ou dimension peut-être...
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Phoenix1,

.......bien volontiers mais en attendant je vous invite à vous intéresser aux lectures que je viens de conseiller à LéopoldII,(dans l'ordre indiqué, de préférence). Vous aussi me semblez mûr pour cela.
Merci beaucoup pour ces lectures. Je vais me les procurer de ce pas. ;-)

"Vous aussi me semblez mûr pour cela."

J'aime bien le "mûr" (masculin).
... Même pas qu'il a reconnu sa Lolo d'amour, le Louis !

Evaluer :   0  2Note :   -2
EmailPermalink
Oui. Mais la vieillesse est un naufrage est une citation de de Gaulle. Il répétait sans doute là, en l'ayant pris à son compte, ce que ses conseillers rothchildiens ne cessaient de lui dire malicieusement.
Concernant les emplois, en Belgique la chaîne de super-marchés Delhaize va en supprimer 2500 tout en fermant plus d'une dizaine de magasins. (d'où grèves aujourd'hui).

Sur le site express.be ils publient un graphique du nombre d'emplois au USA qui serait retourné à son niveau avant-crise (mais la population a augmenté).
Il propose de comparer la courbe avec celles des autres récessions (petites et grandes) depuis WWII.
Je constate surtout que les récessions ont eu lieu tous les 4 - 10 ans (avec une forte tendance vers les 5-6).
Or la dernière date de 2007.
Donc la prochaine est pour bientôt.

Justement dans les journaux le système crie victoire en montrant fièrement que les jeunes sont majoritairement optimistes pour l'avenir.
Ils vont tomber de haut.
Evaluer :   9  0Note :   9
EmailPermalink
Pom pom pom

Je passe ici et comme dh'ab le monde va mal :). On cite toutes les nouvelles négatives qu'on trouve dans la presse et on attend patiemment que le monde s'écroule.

Il fait beau les gars, sortez, aller prendre un verre en terrasse et profiter un peu de la chance que vous avez de faire partie de la 5eme nation la plus riche de la planète et d'être de vrais petits privilégiés mondiaux...

Si on était vraiment au bord de la révolution, vous seriez dans la rue entrain de braquer un sueprmarché pour chercher un truc à bouffer. Et pas derrière votre écran sur votre siège de bureau bien confortable dans votre bureau climatisé à vous lamenter de l'état déplorable de l'économie francaise/européenne/mondiale (selon votre humeur du jour)...

Enfin, je dis ca, je dis rien

BOn sur ce, je vais réserver le resto pour ce soir.

Bonne fin de journée

Evaluer :   5  9Note :   -4
EmailPermalink
Le restau:
"encore un repas que les Ricains n'auront pas"

Claquer n'est pas le meilleur choix mais c'est "moins pire" que de garder ses sous en banque.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Skoot, j'ai vu 1940, j'ai vu aussi l'Algérie en 1962... ça va très vite ! En 40 il a fallu une ou 2 semaines pour que les rayons soient vides, et en 61, les amis à qui j'ai dit que nous étions trahis et foutus ( revenant des OP dans le Sud Constantinois et en Kabylie, où j'avais compris) me riaient au nez: " Mais non, tu es fatigué !". Quelques mois plus tard , ils étaient sur des quais de Port Vendres ou d'un aéroport anonyme avec 2 valises. Jusqu'au bout, les gens espèrent, même quand l'inévitable est là. Vous avez le même problème en ce moment au Vénézuéla où il n'y a plus rien, même pas de lait pour les enfants, et où, pour essayer de se barrer, les gens passent par Bogota- Atlanta et arrivent en Europe dans la dèche la plus totale.
Les jeunes ne peuvent pas imaginer ce qu'est un monde sans essence, sans eau chaude, sans moyens de transport fiables, où l'eau courante est coupée 18 h par jour et la moindre casserole remplie par un filet d'eau, et l'électricité flageole sans raison apparente,où il faut faire des queues interminables pour trouver des mixtures inqualifiables, se remettre au vélo pour ramener 2 oeufs et un demi litre de lait, où même un cercueil pose problème !
Evaluer :   10  0Note :   10
EmailPermalink
ATtention, je n'ai jamais dis qu'il n'y aurait pas cet effondrement, je dis juste que personne n'est capable de le prévoir.

Ca fait des siècles(et surement des millénaires) que des cassandres annoncent la fin du monde/d'un peuple/d'une civilisation. Et en effet ca finit tjs par arriver.

Reste que plutot que de venir pleurer tous les jours sur ce forum vous feriez mieux de profiter de la chance que nous avons d'être des privilégiés.

Bien à vous
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
"personne n'est capable de le prévoir."

Personne? Non, presque personne!
Ne pas oublier les quelques rares qui ont l'initiative et sont à la manoeuvre.
heureusement que des gens comme vous existent, sinon la catastrophe annoncée n'aurait pas lieu
Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
Au moins avec les forcenés de la consommation, jusqu'au dernier soir ILS continueront de nous sucer la TVA.

@Ralph
A contrario, en quoi le fait d'annoncer une catastrophe matin, midi et soir
est-il est susceptible de l'empêcher d'advenir ?

Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
Et vous, vous servez à quoi ici, au juste ?
Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
Oui RalphZ le forum ici est un film au pitch simple: "Les banques pas gentilles, Vladimir non plus, les Z'américains non plus, pas bien du tout, tout le monde pas content mais tout le monde sans bat les cojones et donc tout le monde il va soufrirrrrrrrr mais heureusement le Christ, Saint Le Pen ou les essstrasterresss' vont nous sauver! A oui, on mettra un anneau en OR au héros à la fin !
Evaluer :   3  3Note :   0
EmailPermalink

@Ralph

Je te renvoie la question.

Un conseil : chauffe-moi pas.

Dans mon précédent propos, il n'y avait pas d'attaque personnelle,
mais une réflexion tout ce qu'il y a de plus pertinente,
alors mollo sur ta susceptibilité déplacée !
OK ?



Evaluer :   1  2Note :   -1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Je partage votre vision des choses et ces nouveaux villages pourront naitre dans les quartiers même des villes avec un regroupement de plusieurs familles pour partager les ressources locales. Dans notre rue nous avons pris un terrain appartenant au Conse  Lire la suite
buchla - 13/06/2014 à 12:00 GMT
Note :  3  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX