Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Dossier Spécial : la fin de la civilisation

IMG Auteur
Publié le 25 mars 2014
4228 mots - Temps de lecture : 10 - 16 minutes
( 41 votes, 4,7/5 ) , 77 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
77
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 



Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Vous avez certainement dû entendre parler de la dernière étude de la NASA sur la chute de nos civilisations. Selon cette étude, nous en avons au mieux pour quelques décennies avant de disparaître de la surface de la Terre. Au-delà de l’alarmisme affiché aussi bien dans cette étude que dans ses conclusions, l’humanité tout entière fait face à des défis d’ampleur historique. Il me semblait intéressant d’essayer de revenir sur cette étude qui a déchaîné de très nombreux commentaires sur les réseaux sociaux et dans ma messagerie électronique !! Essayons donc d’y voir plus clair, et d’analyser ce sujet loin de toute panique et en prenant du recul.

Quel est le point de vue défendu par l’étude de la Nasa ?

Petite précision, vous trouverez en annexe le lien vous permettant d’avoir accès à l’original, c’est-à-dire au document complet, en anglais et en 27 pages !

On peut résumer cette étude en disant qu’elle pointe du doigt la menace d’épuisement des ressources naturelles et la répartition des ressources.

Les chercheurs ont utilisé un modèle mathématique baptisé Handy (Human and Nature Dynamical) et ont répertorié les raisons qui ont provoqué la chute d’autres civilisations : les Mayas, l’empire Mésopotamien, l’Empire romain, la dynastie Han, etc. En étudiant la dynamique homme-nature, l’étude montre qu’il y a un cycle récurrent constaté tout au long de l’histoire et qui provoque un « effondrement brutal » des civilisations.

Parmi les causes récurrentes d’effondrement, on retrouve :
- le climat ;
- la démographie ;
- l’eau, l’agriculture ;
- l’énergie.

Lorsqu’elle se produit, la convergence de ces facteurs aboutit à un effondrement civilisationnel.

« Pour les auteurs, il serait faux de croire que les progrès technologiques permettront de résoudre ces problèmes avant qu’il ne soit trop tard, car ils entraînent une consommation plus importante. Seule solution envisagée par cette étude : la mise en place de politiques adaptées qui viseraient à réduire les inégalités et la consommation des ressources. »

En clair, cette étude de la NASA prône en réalité la mise en place de politiques systématiques de « décroissance » pour sauver l’humanité.

L’effondrement des sociétés complexes du Professeur Tainter

C’est un excellent ouvrage dont j’avais fait un long édito il y a quelques mois afin de partager avec vous l’intérêt de cette lecture. Je vous joins en annexe là encore le lien vous permettant de le lire ou le relire dans son intégralité. Pour résumer là encore, pour ce professeur américain qui a étudié avec minutie les effondrements de sociétés dans notre histoire les facteurs qui conduisent au drame sont les suivants :

1/ Les sociétés humaines sont des organisations faites pour résoudre les problèmes.

2/ Les systèmes sociopolitiques ont besoin d’énergie pour se maintenir.

3/ La complexité accrue porte en elle des coûts accrus par habitants.

4/ L’investissement dans la complexité sociopolitique, en tant que réponse à la résolution des problèmes, atteint souvent un point de rendements marginaux décroissants.

5/ À mesure que le rendement marginal de l’investissement dans la complexité décline, la société investit toujours plus lourdement dans une stratégie proportionnellement moins rentable. Il faut alors faire face aux poussées de tensions en dehors du budget de fonctionnement courant.

6/ Les rendements marginaux décroissants font de la complexité une stratégie d’ensemble de moins en moins séduisante, si bien que des parties d’une société perçoivent un avantage croissant à une politique de séparation ou de désintégration. Logiquement, divers segments de la population accroissent leur résistance active ou passive, ou tentent ouvertement de faire sécession.

Par rapport à cette grille de lecture, force est de constater qu’un pays comme la France obtient à peu près un sans-faute aux critères de l’effondrement. Comme quoi, nous pouvons être premier quelque part et avec facilité. Les exilés fiscaux, ou nos compatriotes qui font tout simplement le choix et ils sont de plus en plus nombreux à aller tenter leur chance à l’étranger, ne sont rien d’autre que des « segments de la population qui accroissent leur résistance active ».

Nous finançons notre complexité par toujours plus d’impôts sur toujours plus de choses comme la cigarette électronique, les boissons, et la créativité de nos élites est sur ce sujet sans limite.
Le « choc de simplification » lancé par notre président est un vieux serpent de mer. Tout le monde veut simplifier la complexité, or la complexité s’est emballée, elle nous échappe, nous courons derrière elle. Nous la subissons. Aussitôt lancé, le choc de simplification fut bien vite oublié, et soyons francs, parmi vous… qui se souvient encore de ce sujet alors qu’il faisait la « une » de nos médias il y a moins d’un an ?

Le Club de Rome et Dennis Meadows

Dennis Meadows est l’un des auteurs de l’étude visionnaire sur « Les limites à la croissance” qui, dès 1972, alertait sur le risque d’une crise d’effondrement dans la première moitié du 21e siècle provoquée par l’épuisement des ressources de la planète. Cela fait donc 40 ans que certains ont déjà tiré la sonnette d’alarme sur l’insoutenabilité de notre modèle économique basé sur l’idée suivante : « croissance infinie de la consommation de masse dans un monde fini ».

Or il n’est nul besoin d’aucun modèle mathématique pour comprendre ce que le simple bon sens d’un enfant permet de comprendre. La croissance infinie dans un monde fini est une aberration intellectuelle en soi. Or notre système repose pour le moment sur ce postulat aberrant. Pour le dépasser, il faudrait que nous puissions par exemple accéder à d’autres planètes et que nous puissions évidemment les exploiter de façon massive. C’est là encore illusoire tant les coûts et les technologies pour y arriver nous manquent.

Soyons réalistes. Il ne s’agit pas d’envoyer un équipage de courageux aventuriers modernes vers Mars pour quelques mois et de 4 personnes ! Il s’agirait de coloniser, d’habiter, d’exploiter et de rapatrier des ressources sur Terre. Nous devrions bâtir des cargos spatiaux au lieu de nos porte-conteneurs. Nous n’y sommes évidemment pas et nous risquons, car là est le problème, de ne jamais atteindre le moment où nous serons techniquement capables d’aller exploiter facilement une autre planète et de connaître notre effondrement bien avant.

Dennis Meadows n’est pas n’importe qui puisqu’il était le directeur du MIT, une très célèbre université, et son étude de 1972 a décrit plusieurs scénarios d’évolution possible de l’économie, de la population et des ressources mondiales, chaque scénario correspondant à des choix différents que l’humanité pouvait collectivement faire à partir de 1972. Leur scénario « On continue comme avant », qui correspond grosso modo à ce qui s’est passé par la suite, prédisait que l’approche des limites de la planète commencerait à exercer un fort impact sur la croissance à partir des environs de l’année 2010, impact qui irait ensuite croissant, finissant par déboucher d’ici 2050 au plus tard sur un effondrement, c’est-à-dire une baisse précipitée du niveau de vie et peut-être de la population mondiale, dans une situation d’épuisement des ressources et de l’environnement naturel.

Pour ceux qui voudront approfondir ce sujet (et je le leur conseille), vous trouverez le lien vers la dernière interview donné par Monsieur Meadows et en français dans le texte !

Maintenant que nous avons vu à travers les travaux de 3 personnes ou groupes différents que l’idée d’un effondrement était loin d’être aussi improbable, posons la question qui fâche vraiment !

La civilisation occidentale est-elle aujourd’hui menacée sérieusement de disparition ?

Je parlerais plutôt d’une possible disparition de la civilisation telle que nous la connaissons dans le sens où le délitement des structures occidentales ne signifie pas qu’elles seront remplacées par un nouvel « âge sombre ». L’actuelle crise économique peut à ce titre être considérée de deux façons : elle pourrait être un élément directement déclencheur de notre potentielle chute ou bien un élément précurseur à travers les tensions qu’elle pourra générer dans les prochaines années, dans ce cas cela signifierait qu’en réalité, l’effondrement a déjà commencé.

Ce rapport de la NASA fait par ailleurs écho, comme nous l’avons vu à d’autres travaux, notamment ceux du Club de Rome qui avait analysé sous un angle environnementaliste les cycles d’exploitations des matières premières. Il avait ainsi été conclu que la croissance économique finirait par connaître une fin logique face à la limite des ressources naturelles disponibles dans un système de consommation de masse, l’idée de base pouvant être résumée par « la croissance infinie dans un monde fini est par définition impossible ». L’autre texte de référence en la matière est celui de l’américain Joseph Tainter (L’effondrement des sociétés complexes) qui relève d’une analyse plus politique et historique sur la fin des grandes civilisations.

Cela nous amène effectivement à se demander si le système que nous connaissons, basé sur la consommation et la production de masse, peut tenir éternellement en reposant sur l’abondance complète des matières premières et de l’énergie, le tout devant être disponible à un coût très bas !

À l’instar de la NASA et du Club de Rome, je suis de ceux qui pensent que de telles structures ne peuvent durer, en particulier dans un contexte mondialisé comme le nôtre. Une fois que cela est dit, il ne faudrait pas dire que notre situation est pour autant désespérée : ce n’est pas parce que notre système ne peut plus faire de la consommation de masse sa pierre angulaire que la civilisation en tant que telle est condamnée à l’effondrement. Il ne faudrait pas confondre à ce titre le système économique pur (ainsi que son corollaire le monde politique) d’une civilisation dans son ensemble : la chute récente du système soviétique est là pour rappeler l’importance de telles nuances. La fin d’un système économique n’est pas la fin d’une culture et encore moins la fin d’une civilisation, en revanche cela peut aussi le devenir !

La complexité fragilise une société la rendant sensible au moindre changement

Il est clair que la compréhension et la prédiction de notre environnement est de plus en plus difficile. Tainter évoque l’idée, de manière assez pragmatique du reste, qu’une société se fragilise au fur et à mesure qu’elle devient plus performante, et donc plus complexe.

Par exemple, il n’y a pas 20 ans de cela, il était possible pour à peu près n’importe qui de réparer le phare de sa voiture, un simple changement d’ampoule étant nécessaire pour y arriver. Aujourd’hui, un tel problème demande de se rendre à la concession, d’utiliser des outils spéciaux, de démonter la moitié du pare-chocs, et d’acheter une ampoule spéciale dont le prix est 10 fois plus important.

Dans la même logique, la multiplication des équipements électroniques de nos automobiles multiplie les sources de pannes, et ces pannes sont aujourd’hui impossibles, ou presque, à réparer pour l’individu moyen. De moins en moins autonomes, nous finissons par dépendre de ce que l’on appelle les « services-support » (fourniture d’eau, d’énergie, de nourriture, de vêtements par des services extérieurs…). Plus ces services se popularisent plus ils fragilisent par définition un équilibre d’ensemble en généralisant l’interdépendance.

Ainsi, lors des tempêtes de neige du début de l’année 2013, le gouvernement avait été obligé d’immobiliser les semi-remorques à l’entrée de l’Île-de-France, ce qui avait fini par créer des pénuries dans plusieurs secteurs au bout de quelques jours. Dans un registre similaire, l’impact du tsunami qui a frappé le Japon en mars 2011 sur les entreprises japonaises avait fini par créer des problèmes d’approvisionnement aux quatre coins de la planète. Autrement dit, plus nous développons des systèmes spécifiques, moins nous sommes capables de nous adapter à des événements imprévus.

Cette question de la complexité est d’ailleurs d’autant plus préoccupante qu’elle n’est plus tellement limitée dans l’espace à l’ère de la globalisation. Le problème est qu’il est impossible ou presque de « simplifier » un système trop complexe, et l’exemple du « choc de simplification » souhaité par le gouvernement Hollande est ici assez révélateur puisqu’il a en vérité généré de nouvelles lois qui ont encore ajouté à la complexité de l’État français. Enfin, dans une société complexe, les individus sont ultra-spécialisés et ne maîtrisent plus par définition les savoir-faire nécessaires à une survie dans un monde plus « naturel ». Une société complexe rend donc les gens moins résilients car dépendants des autres qui détiennent d’autres compétences. La complexité rend donc chacun de nous plus sensible et plus fragile aux aléas du monde.

Un facteur ne peut conduire à un effondrement !… Quoique!

Nos sociétés sont à la fois complexes donc fragiles mais jusqu’à un certain stade cette complexité et cette « technicité » permettent de trouver des solutions et des palliatifs. Une société complexe est aussi d’une certaine façon adaptable. C’est la raison pour laquelle, hormis un aléas totalement extrême, l’effondrement d’une civilisation est toujours plurifactoriel et il s’agit de la convergence de facteurs économiques, sociaux, politiques, énergétiques ou encore culturels.

Certains pensent donc qu’une crise énergétique majeure ne serait pas en mesure de mener nos sociétés industrielles à un effondrement. Si cela peut sembler logique si l’on admet que les chutes des civilisations sont multifactorielles, c’est néanmoins oublier un peu vite à quel point l’ensemble de notre vie dépend aujourd’hui du pétrole et de ses dérivés. Nous sommes à la fin de l’âge du pétrole abondant et peu coûteux et le problème n’est d’ailleurs pas tant de savoir quand coulera la dernière de goutte de pétrole du dernier puits que de savoir combien coûteront les barils lorsqu’ils seront véritablement plus rares. Nos médicaments, notre médecine, nos vêtements, notre alimentation, nos engrais, notre mobilier, tout, absolument tout dépend aujourd’hui de l’accessibilité aux énergie fossiles. Aucune civilisation dans notre histoire n’a jamais été aussi dépendante de la fée énergie et l’essentiel de l’énergie aujourd’hui c’est le pétrole. Nous sommes incapables pour le moment de mener ce que l’on appelle la transition énergétique vers les énergies propres ou renouvelables.

Je pense donc que pour la première fois dans notre histoire, un seul facteur, et nous regrouperons tout sous le vocable « matière premières » peut aboutir à un effondrement des sociétés telles que nous les connaissons si ce sang indispensable à notre système économique venait à manquer. Or, et tous les chiffres le montrent sans ambiguïté, ils sont en train de manquer.

Pour aller un peu plus loin dans le raisonnement, l’Empire romain ne disposait d’aucune source d’énergie sauf celle des bras des esclaves. Son effondrement était donc effectivement multifactoriel. Les mêmes phénomènes se sont peu ou prou répétés jusqu’à l’émergence de notre civilisation que nous pouvons qualifier « d’industrielle ». Sans énergie nous sommes condamnés à très brève échéance et c’est également ce qui explique, ne soyons pas naïfs, la nécessité d’intervenir en Irak, en Libye, en Syrie, ou encore en Ukraine. Tous les pays du monde sont lancés dans une « guerre douce » aux matières premières. Lorsqu’elles manqueront vraiment ces « guerres douces » pourraient devenir autrement plus dangereuses.

Alors évidemment, on a envie tout de même d’espérer et se dire qu’il y a forcément des solutions.

Ces mécanismes d’effondrements sont-ils irréversibles et peut-on avoir un peu d’espoir ?

Le plus bel exemple historique est selon moi l’Histoire de l’humanité, cette dernière étant ponctuée de grands chocs et de réadaptations souvent surprenantes.

Contrairement à une idée reçue, la chute de l’Empire romain n’a pas signifié la fin de toute civilisation et de toute technique, bien que cela ait évidemment représenté une « régression ». Néanmoins, les civilisations qui suivent arrivent toujours à dépasser le seuil technologique et économique de celles qui les ont précédés. Du moins est-ce le cas dans l’histoire de l’Occident.

Le problème est de se demander ce qui pourrait remplacer la société globalisée à une époque où aucun contre-modèle n’existe pour s’y substituer, ce qui est en soi quelque chose de totalement inédit sur le plan historique.

Un effondrement de ce système où chacun est interdépendant se fera en toute logique à l’échelle mondiale et rien ne pourra venir se placer en alternative.

Lorsqu’un système s’effondrait autrefois, il avait toujours la possibilité d’être absorbé par un voisin plus puissant (c’était le cas de Rome avec la puissance militaire des tribus germaniques et la matrice intellectuelle du christianisme), ce qui est effectivement impensable en l’état actuel des choses.

Vers quoi pourrait mener un effondrement de nos modèles de société ? Faut-il aller jusqu’à craindre un nouveau Moyen Âge ?

Comme je le disais plus haut, on peut dissocier la fin d’un système politico-économique de la fin d’une civilisation, ce à quoi on peut ajouter un troisième scénario, autrement plus apocalyptique, à savoir la fin de l’humanité.

Le plus inquiétant est que ce schéma, aussi spectaculaire soit-il, n’est pas à exclure entièrement.

Au-delà de l’aspect globalisé de notre système, une fragilité supplémentaire est à prendre en compte aujourd’hui : notre incroyable potentiel de destruction technologique.

Lorsque l’Empire romain s’est effondré, il n’existait pas de laboratoires P4 concentrant des masses de virus mortels, ni de centrales nucléaires, et encore moins d’arsenaux nucléaires capables de vitrifier cent fois la planète entière.

Or on peut légitimement s’interroger sur ce qu’il se passerait si jamais ces structures n’étaient plus gérées par un personnel compétent. D’ailleurs, cette problématique du potentiel de destruction technologique fut une véritable problématique lors de l’effondrement de l’Union Soviétique avec la hantise qu’une ogive nucléaire se retrouve revendue au marché noir par des militaires dont les soldes n’étaient plus payées depuis… plusieurs années !!

Si l’on peut toujours espérer que le système capitaliste, dans son acceptation la plus resserrée (respect de la propriété privée dans les moyens de production), puisse s’appuyer sur son incroyable capacité d’adaptation pour trouver un nouveau souffle et de nouveaux postulats de fonctionnement (comme l’économie circulaire par exemple), des scénarios noirs ne sont donc clairement pas à exclure. Cela nous renvoie à l’ouvrage phare de Nassim Taleb, Les Cygnes Noirs, pour qui ce qui façonne l’histoire de l’humanité n’est pas la « moyenne normale des événements »… mais les événements extrêmes et hautement improbables.

L’effondrement est-il donc inéluctable ?

La réponse ne vous plaira pas, car on n’aime pas les mauvaises nouvelles, mais oui, l’effondrement de la civilisation telle que nous la connaissons n’est qu’une question du temps et même si ces sujets parce qu’ils sont particulièrement anxiogènes ne sont pas publiquement détaillés, tous ceux qui y réfléchissent un peu sérieusement aboutissent à la même conclusion.

La croissance de la population mondiale est exponentielle mais nos ressources ne le sont pas. Le problème peut donc se résumer de façon assez simple. Soit nous trouvons plus de ressources et je peux vous garantir que ce n’est pas sur Terre que nous les trouverons, soit nous réduisons notre consommation de ressources, soit nous réduisons notre population donc la demande.

Il y a donc trois paramètres et pas un de plus sur lesquels vous pouvez jouer. Il n’y a dans ce problème que 3 variables et elles sont parfaitement connues de tous.

Plus de ressources.
Moins de consommation de ressources
Moins de consommateurs de ressources.

Pour le plus de ressources, il faudrait comme lors de la découverte de l’Amérique, et ce fut un apport considérable en nouvelles richesses et ressources pour la vieille Europe, que nous quittions cette fois non pas notre continent pour en découvrir un nouveau, mais que nous allions exploiter une autre planète. Il faut que nous le fassions avant de nous effondrer ce qui évidemment semble très mal parti.

Nous pouvons aussi réduire de façon drastique notre consommation et c’est d’ailleurs ce qui se passe avec nos chômeurs et nos « pauvres » qui sont des millions à être décroissants par nécessité et non par choix. Nous pouvons revenir à un mode de vie beaucoup plus simple, quitter les villes et se rapprocher de la terre. Les villes sont une aberration en termes de ressources puisqu’un citadin par définition doit tout se faire apporter et dépend de l’ensemble des services de supports. Il n’a aucune autonomie possible. Il ne peut ni cultiver, ni élever des poules ni de lapin lui-même logeant dans un clapier hors de prix. J’espère que nous saurons nous adapter de cette façon-là car si nous ne le faisons pas alors il ne restera que la dernière variable.

Réduire la population humaine… cela peut se faire par la maladie, les guerres ou la famine. Choisissez votre fin ou votre faim mais dans tous les cas cette option est fort désagréable.

Comment se préparer ?

Là encore je vous indique en lien un article que j’avais écrit à ce sujet récemment et intitulé « Comment vous préparer à l’effondrement économique ».

Sachez que les problèmes d’accès aux matières premières, auxquels nous sommes déjà confrontés, sont avant tout des problèmes économiques. Souvenez-vous qu’avant la crise des subprimes en 2007, nous avions tous les yeux rivés sur le prix du baril de pétrole qui avait dépassé les 150 dollars le baril !! Pourquoi à votre avis ? Tout simplement parce qu’il n’y avait plus assez de pétrole pour fournir en énergie un monde en croissance économique forte.

Cela veut dire que la croissance ne PEUT pas revenir contrairement à tout ce que nous expliquent nos crétins de dirigeants pour la simple et bonne raison que si nous avions demain une croissance économique mondiale forte alors le prix des matières premières flamberait et qu’en flambant, le prix très élevés des matières premières viendrait « casser » la croissance économique et la reprise qui serait forte. Il est indispensable de comprendre ce mécanisme. Tout le monde l’a oublié ou occulté, mais de 2005 à 2007 nous l’avons pourtant tous vécu et nous avons pu mesurer l’effet de la raréfaction des ressources. Alors que l’économie se porte mal partout dans le monde, le prix du pétrole est aujourd’hui 10 fois plus élevé que lors de la première guerre du Golfe !!!

Soyez donc conscient que quoi que l’on vous raconte, il n’y aura pas de retour possible à une croissance économique forte et durable. Nous sommes déjà rentrés dans l’ère de la rareté et elle précède le moment de l’effondrement.

Alors stockez ce qui vous sera utile, ayez des outils et pas « made in china », ayez de quoi tenir en attendant votre première récolte, apprenez à cultiver, à coudre, à réparer, à faire du cheval, à chasser, à piéger, apprenez à vous débrouiller et à devenir le plus autonome possible, mais surtout si vous le pouvez quitter les villes car en cas d’effondrement de la civilisation les villes n’offriront aucune chance de survie à long terme et c’est exactement ce qu’il se passe en Grèce. En Grèce, c’est un véritable exode urbain qui a lieu. 60 % des Grecs des villes veulent rejoindre les campagnes, dernières planches de salut pour affronter la misère urbaine.

Alors certains me diront mais c’est beaucoup trop pessimiste comme analyse ou comme approche ! Sauf que mes chers amis, la crise a commencé à l’été 2007 ! Il y a presque 7 ans !! Nous sommes en train d’attendre depuis 7 années entières le retour de la croissance que l’on nous promet à chaque vœux présidentiels de fin d’année !!! 7 années d’attente pour ne rien voir venir si ce n’est plus de misère et plus de pauvreté, plus de dégradations dans notre mode de vie, plus d’impôts et moins de richesses… Ce mouvement ne concerne pas que notre pays. Il est mondial.

Alors au bout de 7 années d’attente, ne croyez-vous pas que la bonne question ne serait pas plutôt de se demander et si l’effondrement avait déjà commencé ? Et si l’effondrement n’était pas « brutal » comme l’indique la NASA mais justement relativement lent ? Et à votre avis, comment l’Empire romain s’est-il effondré ? Le 16 avril 376 à 15h23 ? En réalité, et la NASA nous induit tous en erreur dans ce cas, l’effondrement d’une civilisation, parce qu’elle a des structures, des règles, des lois, des corps constitués, une culture, une technique, etc., parce qu’elle possède forcément une forme de force et de résilience qui ont expliqué son succès et son développement ne s’effondre jamais brutalement. Au début, c’est une lente déliquescence, presque impalpable ou l’on confond crise passagère avec crise terminale, puis les événements s’accélèrent progressivement, et enfin, au dernier stade, lorsque l’on atteint certains « effets de seuil », c’est-à-dire une accumulation suffisante de problèmes, alors la fin de la chute est brutale.

L’effondrement a déjà commencé. Il est économique, technologique, environnemental, social, politique et évidemment moral. Il ne s’agit pas de la fin du monde mais de la fin d’un système, celui dans lequel et par lequel nous visons tous actuellement.

Restez à l’écoute

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement www.lecontrarien.com.

L’effondrement des sociétés complexes du Professeur Tainter

Article concernant l’étude de la Nasa

La dernière intervention de Dennis Meadows ici et en français, à lire!

L’étude complète de la Nasa dont on parle tant en intégralité. 27 pages en anglais.

Le mode d’emploi pour se préparer à l’effondrement économique en cours, c’est ici

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Grèce | Irak | Japon | Syrie | Ukraine | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Grèce | Irak | Japon | Syrie | Ukraine | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,7 (41 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Il y a une grosse faiblesse dans cet article, c'est qu'il n'y a pas une ligne sur toutes les solutions mises au panier depuis parfois un siècle comme la fameuse énergie libre de Tesla. Et il faudrait des centaines de lignes pour énumérer toutes ces innovations que l'on connaît depuis des décennies, et qui ont été mises sous le boisseau par le pouvoir financier, pour les raisons que l'on sait.
Il y a dans l'agrobiologie des choses hallucinantes et d'une simplicité extrême, qui passent inaperçues. Pour moi un des meilleurs exemples est la riziculture biologique intensive qui permet d'obtenir 6 fois plus de riz avec 100 fois moins d'eau ! Je reposte le lien :

https://www.youtube.com/watch?v=P0UYXNuhpuM

Cette riziculture a conquis le monde, on la voit en Thailande, aux Philippines, à Madagascar (son pays d'origine) et quantité d'autres pays. C'est une révolution silencieuse qui a la capacité de nourrir des populations autrement mieux que la "pétroagriculture". C'est un signe noir positif et non un oiseau de mauvais augure.
La grosse surprise que peu perçoivent, c'est que la dégradation de l'environnement économique pourrait justement favoriser l'émergence de ces solutions.
MAIS QU'EST-CE QU'ON VA DEVENIR ? :-)

@Isis

Bonjour Isis. Je crois que tu es dans le vrai. Va donc voir le dernier échange musclé entre code et calefactor. Très instructif.
Evaluer :   3  3Note :   0
EmailPermalink

Retourne-y faire un tour :
tu vas voir, c'est encore plus instructif.

Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Le point sur l'or, l'argent, et l'immobilier, par un analyste québecois :

https://www.youtube.com/watch?v=6UbKXgzA3Fc

En 2007, on nous annonçait une crise pire que celle de 1929, or sept ans après on a rien vu de semblable à 1929. Après 1929, l'effondrement est arrivé bien avant l'arrivée d'Hitler au pouvoir (1933). Il y a donc fallu au maximum 3 ou 4 ans avant que çà barde vraiment. Bien sûr, l'Etat à sauvé les banques, pour éviter l'amère expérience de 1929. Ce qui nous a donné du répit. Mais ce sera de ce fait même, sans doute pas un effondrement, mais une descente progressive. Donc, pas grand chose à voir avec 1929.
Le plus redoutable c'est la fin du pétrole. Le peak oil n'est plus la thèse des pétroliers. Total pense que à partir de 2025, on aura une évolution en tôle ondulée de la production, avec des chutes de plus en plus profondes, suivies de rebonds de plus en plus faibles. Donc, là aussi pas d'effondrement, mais plutôt des goulots d'étranglement de plus en plus violents.
De toute façon on va dans le trou, mais il y a une capacité de résilience certaine.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Finissez la phrase:

Reconstruire...à crédit !

reconstruire sans crédit ne les intéresse guère.
Le plus axiogène reste la FIN des HARICOTS !
Ceux qui ont financé l'étude ont un intérêt à faire croire que "c'est comme ça", toutes les civilisations ont une fin, que c'est la nature des choses.
Ainsi quand la nôtre tombera ça pourrait éviter à quelques uns de rechercher des auteurs/coupables.

Certains franchissent alors le pas en pensant que les auteurs ou du moins les profiteurs de la chute sont les commanditaires de l'étude (ou vice-versa).
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Maintenant, quelle est la validité de cette prédiction ? Qui l'a faite ? Sur quelle base ?

D'après le club de Rome, dans les années 70, on prévoyait qu'on serait en pénurie de pétrole dès les années 90, les réserves extractibles prouvées étant à l'époque de 700Mds de barils. Actuellement, les réserves sont de 1300Mds, la technologie pour l'extraire s'est améliorée, la technologie d'exploitation aussi…

On ne vit pas dans un monde linéaire et immuable, mais chaotique, changeant, polycyclique. Les paradigmes changent ; le plus gros problème insoluble au début du siècle passé étant le crottin de cheval et s'est résolu de lui-même car on a abandonné le cheval. Et les sciences prédictives sont la plupart du temps bien moins fiables qu'on ne le prétend.(Cf Cygne noir)
Peut-on dire que nous sommes au summum de la connaissance qui compose notre prisme d'interprétation du réel ? Au summum technologique ?
On ne peut pas le savoir.

Maintenant, nous vivons dans une époque où les prédicateurs de fin du monde se multiplient (la peur est un business comme un autre) une nouvelle grande théorie tous les 10 ans à peu près qui remplace l'ancienne, toujours dans quelques décennies, soit pas trop loin pour impressionner suffisamment afin de faire valoir ses revendications politiques, pas trop proches pour qu'on les ait oublié si elles n'arrivent pas. Bien sur, l'homme est toujours coupable, car il a commis le péché d'exister… Pire, il a commis le péché de capitalisme…

Marx avait annoncé l'effondrement du capitalisme pour la fin du XIXe et le remplacement par le socialisme… Depuis, il y a eu plein de prédicateurs annonçant cet effondrement qui n'est jamais arrivé, ce qui s'est effondré étant le socialisme… Staline avait même fait fusiller Kondratiev pour avoir prédit que le capitalisme américain se relèverait…
Depuis, d'autres prédicateurs annoncent l'effondrement des sociétés capitalistes pour raisons environnementales, avec bien sur comme solution: le socialisme…

Méfions nous des idéologues marchands de crédulité et de peur.
Evaluer :   5  1Note :   4
EmailPermalink
Il n'est pas écrit dans le rapport du Club de Rome qu'une pénurie de pétrole interviendrait dans les années 90.
Je l'ai dans ma bibliothèque. Jean-Marc Jancovici a d'ailleurs publié un article : "qu'y avait-il au juste dans le rapport du Club de Rome ?"

Il ne s'agit pas d'une interprétations marxiste. Ce n'est pas la société capitaliste qui va s'effondrer mais la société productiviste.
Ce n'est pas l'homme qui est responsable, mais une partie de l'humanité. Le rapport de la NASA insiste d'ailleurs sur le fait que des élites aveugles sont une cause de l'effondrement.

Comme disait François Partant, les catastrophistes sont ceux qui laissent survenir les catastrophes, pas ceux qui les annoncent.

Et puis du pétrole, il y en a, mais quelle est l'énergie nette que l'on pourra en tirer, le plus facile ayant été consommé ?
Vous pouvez avoir tout le pétrole possible, mais s'il faut plus d'un litre pour extraire un autre litre, c'est comme s'il n'existait pas.
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Oh, j'ai vexé un apôtre du décroissantisme…

« Il ne s'agit pas d'une interprétations marxiste. Ce n'est pas la société capitaliste qui va s'effondrer mais la société productiviste.
Ce n'est pas l'homme qui est responsable, mais une partie de l'humanité. »

Vous jouez sur les mots… Mais le discours et son sens sont exactement les mêmes…

« Le rapport de la NASA »

Ah ?

http://www.nasa.gov/press/2014/march/nasa-statement-on-sustainability-study/#.Uy75w1evl8G

Il y a eu un abus d'utilisation du nom de la NASA. Bien sur, pour faire triompher la Vérité, mentir est un moyen valable…

« les catastrophistes sont ceux qui laissent survenir les catastrophes, pas ceux qui les annoncent. »

Ouille ouille ouille… Quand on viole le français dans tous les sens on peut vraiment dire de sacrées âneries, des slogans qui ne veulent rien dire…

« s'il faut plus d'un litre pour extraire un autre litre, c'est comme s'il n'existait pas. »

Encore un slogan…

Vous commettez une erreur de linéarité dans vos prédictions. L'utilisation des ressources et d'énergie s'optimise, les méthodes s'améliorent avec le temps. De plus, utilise-t-on encore du pétrole pour extraire du pétrole ?
Evaluer :   1  3Note :   -2
EmailPermalink
Je ne suis pas vexé car il ne s'agit pas d'une affaire personnelle. Je ne suis pas décroissant par idéologie ou passion comme c'est le cas de certains, et ils en ont le droit, mais parce que je me fonde autant que je peux sur la raison.

J'ai vu depuis que ce rapport n'émanait pas de la NASA. Tous ceux qui ont repris cette mauvaise information sont des menteurs ?

Il nous faut quand même reconnaître que ce n'est pas l'humanité dans son ensemble qui est responsable, mais la partie la plus développée,
celle dont l'empreinte écologique quand on la généralise est supérieure à 1 planète.

Le problème de l'énergie nette n'est pas un slogan mais une réalité. Il ne s'agit pas là de prédiction mais de faits déjà constatés.
On trouve ici : http://www.institutmomentum.org/wp-content/uploads/2014/01/La-diminution-de-l%E2%80%99%C3%A9nergie-nette.pdf
un dossier sur le sujet.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
« J'ai vu depuis que ce rapport n'émanait pas de la NASA. Tous ceux qui ont repris cette mauvaise information sont des menteurs ? »

les Cathos sont ils des menteurs ?

« celle dont l'empreinte écologique quand on la généralise est supérieure à 1 planète. »

A l'époque de la monarchie Romaine, on disait déjà la même chose.

« Il ne s'agit pas là de prédiction mais de faits déjà constatés.»

Vous savez, il est très facile de confondre le fait et la conviction… Tellement de personnes ne savent pas en faire la différence…

L'énergie sur Terre est quasi infinie. Ce qui nous limite est simplement la capacité de l'exploiter, et cela ne m'inquiète pas trop.
Cela ne sert pas à grand chose de faire des prédictions à partir des connaissances actuelles, à partir d'une vision limitée et contextuelle de la réalité.

L'homme est comme une créature en 2D qui cherche à analyser une réalité en 4D…
Evaluer :   0  3Note :   -3
EmailPermalink
c est une contrevérité, l énergie n est pas infinie et notre petite terre non plus!!
Je trouve presque que votre diatribe est dangereuse tellement vous allez l air d y croire; un peu comme ces aristocrates qui voyant le Titanic couler disait au personnel de bord qu il était hors de question de quitter ce navire insubmersible car bien évidemment il n'allait pas couler!

"Vous savez, il est très facile de confondre le fait et la conviction… Tellement de personnes ne savent pas en faire la différence…"
Je peux te retourner la pareille!!

Eclaire nous alors donc sur ta vision illimitée et non contextuelle de ta réalité!!??

J aime bien comme tu essaies d intellectualiser le discours!! au moins tu me fais rire avec ton histoire de 2d et ta 4d; je crois que toi même tu ne comprends pas non plus ce qui se passe vraiment!

c'est un problème complexe et tu penses détenir une vérité; je serais toi je ne glisserai pas vers ce terrain de la prétention!

Il faut rester un peu humble


Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Où ais-je donc prétendu détenir une vérité ? Nulle part.
Lorsqu'on ne sait pas, on suit le principe de charge de la preuve.
Evaluer :   0  2Note :   -2
EmailPermalink
MERCI DE LE REPETER DEEP............ LES GENS DE "SCIENCE" OMETTENT SOUVENT DE PARLER DE CE RATIO 1 POUR 1 ET SE CON CENTRE NT SUR LES PETITES RESERVES ALORS QUE L IMPORTANT COMME VOUS L ECRIVEZ SI BIEN EST BEL ET BIEN CE RATIO!!!!!

si un jour ON ARRIVE A un baril utilisé pour en extraire un autre .................même si ce dernier baril vaut 800 millions de dollars; ca n a plus d intérêt!!

ph11 il n y a pas de slogan ici................... juste du bon sens!

JE NE VAIS PAS RENTRER DANS LE DETAILS DES CHIFFRES CAR IL Y A DES DIVERGENCES MAIS...........Dans les années 60 70; il fallait 1 baril pour en extraire beaucoup, aujourd'hui en moyenne on est autour de 1 pour beaucoup moins et dans quelques années on arrivera a ce ratio 1 pour 1 et bien avant cette fameuse date de 2050!

http://fr.wikipedia.org/wiki/Taux_de_retour_%C3%A9nerg%C3%A9tique
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
« il n y a pas de slogan ici................... juste du bon sens! »

Quel slogan… :)
Evaluer :   0  2Note :   -2
EmailPermalink
MERCI DE LE REPETER DEEP............ LES GENS DE "SCIENCE" OMETTENT SOUVENT DE PARLER DE CE RATIO 1 POUR 1 ET SE CON CENTRE NT SUR LES PETITES RESERVES ALORS QUE L IMPORTANT COMME VOUS L ECRIVEZ SI BIEN EST BEL ET BIEN CE RATIO!!!!!

si un jour ON ARRIVE A un baril utilisé pour en extraire un autre .................même si ce dernier baril vaut 800 millions de dollars; ca n a plus d intérêt!!

ph11 il n y a pas de slogan ici................... juste du bon sens!

JE NE VAIS PAS RENTRER DANS LE DETAILS DES CHIFFRES CAR IL Y A DES DIVERGENCES MAIS...........Dans les années 60 70; il fallait 1 baril pour en extraire beaucoup, aujourd'hui en moyenne on est autour de 1 pour beaucoup moins et dans quelques années on arrivera a ce ratio 1 pour 1 et bien avant cette fameuse date de 2050!

http://fr.wikipedia.org/wiki/Taux_de_retour_%C3%A9nerg%C3%A9tique
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
"Et les sciences prédictives sont la plupart du temps bien moins fiables qu'on ne le prétend.(Cf Cygne noir)"

Si vous vous référez à Nassim Taleb pour signaler que les sciences prédictives sont la plupart du temps bien moins fiables qu'on ne le prétend; alors il est aussi bon de se fier à lui lorsqu'il insiste dans son livre "Antifragile" sur le fait que nous vivons dans un monde où la charge de la preuve a été inversée.

A savoir que c'est celui qui fait quelque chose d'a priori "non naturel" qui doit apporter la preuve que ce qu'il fait ne pollue pas ou n'est pas néfaste pour l'environnement et non l'inverse comme ont tendance à l'exiger aujourd'hui tous les pollueurs et/ou multinationales qui se fichent pas mal des conséquences de leurs actes du moment que ça rapporte. Et ceci, pour la simple et bonne raison que la nature a démontré au fil des siècles et de ses créations qu'elle faisait bien les choses. En outre, elle a une expérience bien plus longue que celle de l'Homme.

"Marx avait annoncé l'effondrement du capitalisme pour la fin du XIXe et le remplacement par le socialisme… Depuis, il y a eu plein de prédicateurs annonçant cet effondrement qui n'est jamais arrivé, ce qui s'est effondré étant le socialisme… (...) Depuis, d'autres prédicateurs annoncent l'effondrement des sociétés capitalistes pour raisons environnementales"

Ici, il me semble que cette assertion est un problème de "Dinde" comme le dirait N. Taleb dans son livre Antifragile. Et il insiste bien sur ce problème de la Dinde dont il fait aussi mention dans le Cygne Noir d'ailleurs et qui est un problème récurrent dans notre société.

A savoir qu'il ne faut pas confondre l'absence de preuve avec la preuve de l'absence. Autrement dit, ce n'est pas parce que quelque chose existe et est évident depuis une longue période (le fermier donne à manger à la dinde et la soigne bien pendant longtemps donc il n'y a aucune preuve qu'il veuille du mal à cette dernière) que pour autant il n'y aura pas une issue fatale après un certain temps pour elle (le jour où le fermier pourtant "bien intentionné aux yeux de la dinde finit quand même par la tuer, à sa grande surprise, pour la manger à Noël --> preuve qu'il avait bien l'intention de la tuer même si rien ne permettait à la dinde de le penser).

Si, de fait, nous ne pouvons pas prédire l'issue exacte des choses, ni le temps qu'elles mettront à surgir subitement; nous ne pouvons pas non plus assurer l'inverse, à savoir qu'un potentiel effondrement de civilisation n'aura pas lieu de notre vivant et que nos enfants en subiront aussi les conséquences.

Cela étant dit, il est vrai que pour certains cerveaux "fermés", il est très inconfortable d'accepter l'incertitude et ceux-là préfèrent s'accrocher à leurs certitudes que tout va bien dans le meilleur des mondes plutôt que de vivre dans l'incertitude constante.

Enfin, je dirais qu'AVOIR PEUR N'EST certes PAS la solution car elle peut paralyser. Néanmoins, elle est une émotion NECESSAIRE à la SURVIE.

Mais NE PAS AVOIR PEUR du tout N'EST PAS, non plus, la solution car cela pèche par excès de confiance et tout excès nuit en tout, confiance y compris.

Comme pour tout, il s'agit de trouver le juste milieu, se préparer au pire en espérant que ça n'arrive pas et profiter de la vie au mieux.

CQFD.

Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
« A savoir que c'est celui qui fait quelque chose d'a priori "non naturel" qui doit apporter la preuve que ce qu'il fait ne pollue pas ou n'est pas néfaste pour l'environnement et non l'inverse comme ont tendance à l'exiger aujourd'hui tous les pollueurs et/ou multinationales qui se fichent pas mal des conséquences de leurs actes du moment que ça rapporte. »

Certes, cependant, une politique de principe de précaution et de politiques écolos impliquent induisent aussi quelque chose de non-naturel qui ont dès lors une telle charge de la preuve, et à une échelle bien plus grande que celle d'une entreprise ou d'un individu, centralisée et donc fragiles. De plus, Taleb n'est pas contre l'expérimentation, mais pour un certain cadre d'expérimentation, décentralisé et petit, afin d'éviter les conséquences systémiques.
Il est certain que les gens sous-estiment les risques, là je suis d'accord avec lui, mais je décroche lorsqu'il commence à vanter le code Hammurabi.

« A savoir qu'il ne faut pas confondre l'absence de preuve avec la preuve de l'absence. Autrement dit, ce n'est pas parce que quelque chose existe et est évident depuis une longue période (le fermier donne à manger à la dinde et la soigne bien pendant longtemps donc il n'y a aucune preuve qu'il veuille du mal à cette dernière) que pour autant il n'y aura pas une issue fatale après un certain temps pour elle (le jour où le fermier pourtant "bien intentionné aux yeux de la dinde finit quand même par la tuer, à sa grande surprise, pour la manger à Noël --> preuve qu'il avait bien l'intention de la tuer même si rien ne permettait à la dinde de le penser).

Si, de fait, nous ne pouvons pas prédire l'issue exacte des choses, ni le temps qu'elles mettront à surgir subitement; nous ne pouvons pas non plus assurer l'inverse, à savoir qu'un potentiel effondrement de civilisation n'aura pas lieu de notre vivant et que nos enfants en subiront aussi les conséquences. »

Certes, cependant, si je peux prouver l'existence des chevaux, je ne pourrai pas prouver l'inexistence des licornes. Faut-il instaurer un régime chrétien parce qu'on ne peut pas prouver que Dieu n'existe pas ?

De plus, il faut tenir compte de la nature humaine et de comportements qui se répètent, les obsessions, la mystification, l'illusion collective, la capacité de prendre ses convictions pour des faits.
La prédiction de l'effondrement capitaliste n'a absolument rien de scientifique et la similarité du discours alarmiste vert me laisse penser qu'il n'a rien de scientifique non plus.

On ne pourra jamais savoir.
Il est question de coûts, de possible et de jugement personnel et de réalité. Une inondation dans le désert pourrait toujours arriver, une météorite peut vous tomber sur la gueule, pourtant personne sur terre ne s'assurera contre cela. Il est toujours possible que quelqu'un dans le métro vous pousse lorsque la rame arrive, pourtant on ne met pas de barrières pour empêcher cela; quand vous prenez la voiture, un accident mortel peut toujours arriver, faut-il interdire la voiture ?

De plus, la vie n'est pas faite de principe de précaution mais de prises de risques individuels.
Pour apprendre à nager, il faut aller dans l'eau avant. Pour se nourrir, l'homme a du sortir de sa grotte pour aller chasser.

«Enfin, je dirais qu'AVOIR PEUR N'EST certes PAS la solution car elle peut paralyser. Néanmoins, elle est une émotion NECESSAIRE à la SURVIE.
»

Vous oubliez aux individus. Il ne faut pas faire l'erreur de porter ce qui est valable à l'individu à la collectivité, à l'État.
L'expérience tend à démontrer qu'en politique, la peur est mauvaise conseillère.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
"De plus, Taleb n'est pas contre l'expérimentation, mais pour un certain cadre d'expérimentation, décentralisé et petit, afin d'éviter les conséquences systémiques."

En cela je le rejoins et c'est du pur bon sens. Il me semble d'ailleurs que Paracelse, déjà, le faisait de son temps. Hélas, ce n'est pas ce que l'on peut observer aujourd'hui avec l'explosion de laboratoires gigantesques dû à l'existence de l'Extrêmistan.

"mais je décroche lorsqu'il commence à vanter le code Hammurabi."

"bien qu'il soit souvent présenté comme un code de lois dont les dispositions sont destinées à être appliquées dans le royaume de Hammurabi, les assyriologues qui l'ont étudié plus précisément insistent sur sa fonction politique de glorification du roi et y voient plutôt une sorte de TRAITE JURIDIQUE visant à CONSERVER LE SOUVENIR DU SENS DE LA JUSTICE ET DE L'EQUITE de Hammurabi" (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Code_d%27Hammurabi)

Je ne suis donc pas d'accord avec vous, mais bien avec Taleb car le code d'Hammurabi me semble essentiel lorsqu'on veut vivre dans une société qui a du SENS. Le code d'Hammurabi est essentiellement basé sur des principes de justice et d'équité. Sans justice ni équité, il n'y a aucune véritable évolution possible de l'être humain, tout progrès technologique qu'il fasse. Sans sagesse, la technologie peut devenir un véritable danger pour soi-même, pour les autres et pour ses descendants.

Et j'ai presqu'envie d'ajouter que si tout le monde appliquait cette simple loi : "Ne fait pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'il te fasse", nous n'aurions besoin d'aucune loi supplémentaire ! Et certainement pas d'une législation comprenant plus de onze mille lois que plus personne ne peut retenir (cf. http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-le-silence-de-la-loi--contre-le-mal-francais-de-l-hypertrophie-legislative.aspx?article=5341629710H11690&redirect=false&contributor=Damien+Theillier).

"Faut-il instaurer un régime chrétien parce qu'on ne peut pas prouver que Dieu n'existe pas ?"

A mon sens, ce n'est pas une nécessité, non. Y viennent ceux qui le désirent et le "sentent". Mais est-ce pour autant une raison, pour que ceux qui sont convaincus que Dieu n'existe pas, d'instaurer un système société cynique, inique, immoral ou amoral, uniquement basée sur la rentabilité et le fric qui profitera à une minorité et qui fera souffrir la majorité sans état d'âme ?

Ceux qui ne croient pas en Dieu peuvent très bien s'inspirer d'Anciens comme Socrate, Sénèque, Epictète, Lao Tseu et bien d'autres qui n'ont pas vécu dans un régime chrétien mais avaient des règles de sagesse qu'ils mettaient en application. Or cette sagesse me semble indispensable lorsqu'on veut vivre en bonne harmonie avec les autres et son environnement.

Avec quelques règles de sagesse seulement, il est fort probable que nos sociétés seraient moins chaotiques. Or, même si aujourd'hui nous sommes essentiellement abreuvés dans nos livres d'histoire par les sociétés chaotiques de ces derniers siècles, ce qui laisse à penser (croyance !) que des sociétés harmonieuses n'ont jamais existé; il n'en est pas moins vrai que des sociétés stables et harmonieuses ont existé (on les trouve quand on fait l'effort de sortir du cadre de ce que l'E.N. a bien voulu enseigner aux futurs citoyens).

"La prédiction de l'effondrement capitaliste n'a absolument rien de scientifique et la similarité du discours alarmiste vert me laisse penser qu'il n'a rien de scientifique non plus." Ca, c'est votre point de vue. C'est ce que Taleb appelle le "problème de confirmation" si je ne m'abuse. Quelqu'un d'autre pourrait penser l'exacte contraire que vous en se basant sur d'autres informations que les vôtres, informations qui confirmeront ses convictions à lui.

"Il est toujours possible que quelqu'un dans le métro vous pousse lorsque la rame arrive, pourtant on ne met pas de barrières pour empêcher cela; quand vous prenez la voiture, un accident mortel peut toujours arriver, faut-il interdire la voiture ?"

Totalement d'accord avec le fait que VIVRE tout simplement comporte un grand risque de MORTALITE qui, de toute façon, sera l'issue.

Personne n'a demandé à venir au monde; aussi ce n'est pas une raison pour devenir cynique en se disant que de toute façon, puisqu'on va tous mourir, faisons n'importe quoi, foutons-nous de ceux qui souffriront des conséquences de nos actions et faisons mourir l'humanité plus rapidement.

Même Ayn Rand qui prônait la valeur de l'égoïsme fustigeait méchamment les profiteurs et intrigants ! Et ce qu'elle recherchait, elle aussi, était une société JUSTE et EQUITABLE.

Au contraire, il faudrait penser dans le sens "puisque nous sommes sur terre, faisons tout pour nous rendre la vie plus douce". Et celle-ci est plus douce si celle de nos semblables l'est aussi, d'où la nécessité d'apprendre l'entraide et le partage en payant de sa personne et pas forcément à l'aide de "deniers". J'entends par là, pas au sens "socialiste" du terme du style "je prends à l'un pour donner à l'autre". Non ! Dans le sens que chacun doit apprendre à apporter sa petite pierre à l'édifice et doit comprendre que cet engagement "moral" c'est un investissement qui portera ses fruits pour une vie harmonieuse future.

Quand on interroge les gens, une grande majorité désire l'harmonie et ont besoin de trouver du sens à la vie.

Après, c'est l'enseignement sur la façon d'y arriver qui change tout. De nos jours, l'enseignement n'est pas basé sur des valeurs d'entraide et d'harmonie, mais sur des valeurs de concurrence et de lutte (le sport n'est plus plaisir, mais performance et gros sous; le boulot n'est plus plaisir, mais toujours plus de rentabilité quitte à se rendre malade, etc.).

L'environnement a été rendu hostile par la diffusion d'une pensée cynique. Or, cet environnement n'était pas forcément si hostile à la base, même si pas dénué de risques (animaux sauvages, tremblement de terre, etc.) --> voir le Médiocristan. C'est là que le bât blesse à mon sens.

Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Certes, il est certain que le code actuel est corrompu par le trop de lois. Les institutions souveraines ne respectent plus la loi, elle est devenue un jouet qu'on modifie selon le désir du législateur, là où les rois et les empereurs devaient les suivre. ; la loi était au dessus de tout. Je pense qu'il s'agit d'une déviance relativiste de la démocratie où on a cru que le fait d'être élu donnait la légitimité populaire et donc le pouvoir d'agir comme ça avec la loi.

Cependant, le code d'hammurabi recherchait la justice et l'équité, qui sont indispensable dans une société, mais avec les technos juridiques primitives de l'époque. Avec nos connaissances, l'information, les avancées philosophiques, politiques, un tel code serait inapplicable aujourd'hui.

Quant au reste de votre post, je dois dire qu'il s'agit d'une utopie et basé sur une certaine vision imparfaite et idéologique de ce qu'est la société, l'économie. Vous n'êtes pas le premier à théoriser et vouloir mettre en place la société parfaite par un tabula rasa, cependant, je rappelle que la perfection n'existe que dans le monde des idées.
Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
"je rappelle que la perfection n'existe que dans le monde des idées."

Ce n'est pas pour autant qu'il ne faut pas essayer de tendre vers la perfection/beauté/vérité plutôt que de tendre vers la médiocrité/vénalité et le mercantilisme à outrance, ce que fait notre société actuelle.

Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
C-a-d engager toute la population dans une prise de risque systémique… Super…

Le problème des utopies vient du fait qu'il faille mobiliser les ressources, le peuple du pays pour réaliser ce qui est impossible.
Le cout est certain (et la plupart du temps sous-estimé), les avantages, non. Et les conséquences, les externalités négatives sont massives…

Maintenant, si la nature médiocre de l'homme - la votre - vous dégoute à ce point, vous savez ce qu'il vous reste à faire… :)

Moi, j'en ai raz la quéquette des gens qui prétendent savoir ce qui est bon pour l'humanité, veulent l'éduquer, changer les mentalités, se placent au dessus d'elle pour la formater, veulent mener une humanité qu'ils méprisent à la lumière… Enfin, la leur… C'est un sacré complexe de divinité, une présomption que le reste de l'humanité est inférieure à elle, incapable de savoir ce qui est bon ou bien, une présomption de connaitre la mécanique sociale, sa causalité abstraite… et surtout le chemin le plus court vers le totalitarisme…

Ce qui fait de la société un enfer, c'est de vouloir en faire un paradis.

L'Etat, on sait tous ce qu'on veut de lui : on veut qu'il nous enrichisse, nous rende égaux, éduque nos enfants, nous débarrasse de la charge de nos vieux, assure notre santé, sauve le climat, resolve la question des ressources, mette des entraves à nos concurrents…
On sait ce qu'on veut de lui, mais personne ne se demande si c'est sa vocation de faire cela, s'il en est capable…
Evaluer :   2  3Note :   -1
EmailPermalink
"Maintenant, si la nature médiocre de l'homme - la vôtre - vous dégoute à ce point, vous savez ce qu'il vous reste à faire… :)"

Décidément, vous ne voulez pas comprendre. Tant pis pour vous !

Personnellement, les "Hommes" (entendez humains) qui m'entourent ne me dégoûtent nullement car, comme vous le savez, "qui se ressemble s'assemble" et il s'avère que mes proches, amis, etc. sont des gens adorables qui ont le même genre de regard sur le monde.

Et, franchement, même si je suis parfaitement consciente que le paradis n'existera jamais sur terre, je préfère avoir une vision positive du monde et penser qu'il est possible de tendre vers de belles valeurs plutôt que de viser le médiocre et l'atteindre.

Mais, chacun son truc, hein. ^^
Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink

Fouteuse de merde !

Elle n'a pas changé, la Lolo...

Et après elle va faire l'étonnée d'être virée du site, crier au complot des services secrets américains contre sa petite personne belge fomentatrice de troubles majeurs à l'ordre public mondial, gueuler en parano' totale contre le monde entier liguée contre elle (sur écoute, etc) et couiner pour se faire plaindre des bobets genre gros Louis.

Tu nous fais chier, Lolo.
Ca fait des années que tu fais chier beaucoup de monde sur ce site alors casse-toi - comme dirait l'autre.
Je ne suis pas modérateur.
Je ne suis pas Hye Loe.
Je dis juste que tu me fais chier, moi et beaucoup d'autres, parce que tu ne fais que semer la merde avec tes délires de ménopausée paranoïaque.
Occupe-toi de ton mari (le pauvre !), de tes ado' (qui te prennent pour une toquée, et pour cause !) et fous-nous la paix.
Merde à la fin !
De l'air !!!










Evaluer :   2  6Note :   -4
EmailPermalink
Bonsoir Code.

Je viens de rentrer de ma "base arrière", après une fin de semaine difficile
à guerroyer de façon parfois surréaliste, avec une "P...IN" d'acheteuse d'un
grand groupe, qui après avoir été éjectée du secteur automobile (ce que je trouve être
un juste retour des choses, pour avoir F..tu dans la M..de un bon nombre de petits fournisseurs),
est maintenant venu F..tre la même M..DE dans un autre domaine d'activité...
Preuve que pour certains et certaines, les expériences vécues ne seront jamais sources
d'apprentissage jusqu'à ce qu'enfin on sonne la fin du spectacle...

Je passe donc sur le site lire les derniers commentaires et re-belote...

Pourquoi perdez-vous votre temps à essayer d'expliquer à une personne malade
que nous ne sommes pas une seule et même personne ?
Les intervenants ayant pris le temps de lire vos commentaires
et les miens, ont compris depuis longtemps ce simple fait.
Cela étant dit et bien que son ancien pseudo n'apparaissait plus.
Elle n'a jamais cessé de lire les commentaires en "chiant" systématiquement
ses petites flèches rouges. Elle a d'ailleurs repris quelques uns de mes mots,
en les sortant de leurs contexts, dans une longue diatribe sous ce pseudo
arrogant de reine et déesse égyptienne. Elle aurait vraiment fait la paire
avec le sphinx, lui qui avait pour travers ou devrais-je dire obsession de mettre
sous écoute jusqu'aux actrices de cinéma qu'il voulait "honorer"...

Bref. Je vous conseille de procéder comme moi, et de la laisser faire son
numéro sans réagir. Sans intervention de votre part, elle ne pourra s'empêcher
de chercher des noises à d'autres. Certaine qu'elle est de détenir la connaissance
et d'être la seule à connaitre la vérité absolue découverte sur le saint internet.

Sur ce sujet, mon seul conseil est d'ignorer.

Bonne soirée
Evaluer :   1  5Note :   -4
EmailPermalink
- Les injures personnelles sont superflues.
- Si "ça fait des années" il n'était pas nécessaire d'ouvrir un nouveau compte pour pouvoir cracher.
-Qu'est-ce qui vous empêche de ne PAS lire les messages de ceux qui vous horripilent?
Evaluer :   5  1Note :   4
EmailPermalink
« Décidément, vous ne voulez pas comprendre. Tant pis pour vous ! »

Qu'est-ce que je ne veux pas comprendre ? Peut-être exprimez-vous mal vos idées ?

L'humanité n'a pas attendu les utopistes pour progresser et s'améliorer. Mieux encore, je dirais qu'en dépit des utopistes qui ont raté le train, cela s'est réalisé.

Quant à vouloir organiser le perfectionnement de l'humain - vision des lumières continentaux - d'autres y ont pensé avant vous, ont même tenté la chose et échoué.

Sinon, qu'est-ce qu'un homme amélioré, déjà ? Sur quoi se base-t-on pour établir les améliorations ? Mmh ? On le décide par vote ? Selon la vision du Prince ? Selon la dernière idéologie à la mode ? Selon les fantasmes agrégés de chacun, sachant qu'on risque fort d'aboutir à quelque chose d'incohérent ? Si la finalité est déjà aussi abstraite à la base, comment fait-on pour savoir où aller et comment s'y prendre ? Et quels moyens pour y arriver ? Les avez-vous seulement prévus et êtes vous prêt à en faire usage ?
Evaluer :   1  2Note :   -1
EmailPermalink
@ ph11

"Quant à vouloir ORGANISER le perfectionnement de l'humain - vision des lumières continentaux - d'autres y ont pensé avant vous, ont même tenté la chose et échoué."

C'est toute la différence entre VOUS et moi...

Vous voulez ORGANISER donc IMPOSER; moi je dis que c'est une AFFAIRE PERSONNELLE, une AFFAIRE DE BON SENS et d'ouverture d'esprit... de REVEIL si vous préférez.

Chacun doit faire son examen de conscience, réfléchir à ce qui est mieux pour lui et sa descendance. Tirer la couverture à soi quitte à ce que ça débouche sur des guerres et des famines chroniques ? Ou être moins gourmand, réapprendre l'entre-aide, faire l'effort de se réapproprier des "savoir-faire" et retrouver des valeurs dignes de ce nom et viser l'harmonie ?

Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
"Moi, j'en ai raz la quéquette des gens qui prétendent savoir ce qui est bon pour l'humanité, veulent l'éduquer, changer les mentalités, se placent au dessus d'elle pour la formater, veulent mener une humanité qu'ils méprisent à la lumière… Enfin, la leur… C'est un sacré complexe de divinité, une présomption que le reste de l'humanité est inférieure à elle, incapable de savoir ce qui est bon ou bien, une présomption de connaitre la mécanique sociale, sa causalité abstraite… et surtout le chemin le plus court vers le totalitarisme…"


Connaissaz-vous un seul politicien ou un seul haut-fonctionnaire en Europe qui ne corresponde pas à cette description?
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink

ph11 s'adressait à Lolo, alias Isis, la madame "je-sais-tout" du site qui gave tout le monde de sa prose pédante de bobo belge paranoïaque et psychorigide, qui passe son temps à se masturber le cervelet par narcissisme pathologique.
Qu'elle gicle !
Elle souille le site de ses délirades psychotiques.
Le pire, c'est comme elle est est têtue.
Putain que je n'aimerais pas avoir la même à la maison !
(la mienne est déjà pas mal, mais pas au stade clinique)
De l'air !!!
C'est le printemps, bordel !
De l'air !!!
Sortez-nous cette oiseuse de là !


Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
Il y en a. Mais ils sont rares et peu visibles.
@fragment

Je crois que l'homme a la solution pour se passer des carburants fossiles. Cela me semble plus difficile pour les minerais et terres rares.
Mais, la ressource qui va manquer le plus c'est l'intelligence. C'est l'intelligence pour passer à l'agrobiologie, aux algo-carburants, à l'énergie libre, à la permaculture et toutes ces technologies merveilleuses, qui redistribueraient le pouvoir entre les hommes pour plus de démocratie réelle.
Mais les oligarchies, sont-elles prêtes à renoncer à leur emprise ? Elles sont gavées de biens, et leur seul soucis est d'augmenter leur pouvoir sur les peuples. Il y a de fortes chances, que le désir de dominer soit le plus fort et au final ce sera la défaite de tous.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Tout ce que je retiens, c'est que l'essence est taxée à 400%. Ce qui casse la croissance, ce n'est pas une hypothétique pénurie, c'est la politique des gouvernements.
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
En effet, j'ai juste parcouru la liste sans vérifier que c'était un copié/collé, mes excuses.

Donc la liste oublie les métaux rares que j'ai cité.

L'issue est la même, mais je crois qu'elle sera plus immédiate avec ce que j'ai cité. Le neodymium est un composant essentiel des générateurs nucléaires...

Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson.
Alors ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas.
Tatanka Yotanka – Sitting Bull, guerrier sioux
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
On sait avec Günther Anders que l'humanité est condamnée, et on le sait depuis 1945 et Hiroshima. Depuis, c'est tic-tac-tic-tac...
Il suffit d'ailleurs de jouer à des jeux tout simples comme Age of Empires pour savoir que tout va se finir en un gros champignon atomique.
Du reste, il se pourrait que ça soit déjà arrivé dans l'Histoire...
L'Histoire de l'Humanité serait-elle à l'image du scarabée essayant de sortir du bocal, grimpant quelques centimètres, pour irrémédiablement retomber au fond à chaque fois ?
Evaluer :   6  1Note :   5
EmailPermalink
"L'Histoire de l'Humanité serait-elle à l'image du scarabée essayant de sortir du bocal, grimpant quelques centimètres, pour irrémédiablement retomber au fond à chaque fois ?"

Le mythe de Sisyphe...
Vous avez oublié la fin du Dysprosium vers 2015
Et puis la fin du Neodymium quelques années plus tard.

Le dysprosium est un composant essentiel des générateurs d'électricité écologiques (éoliennes, voitures électriques/hybrides) car il permet aux aimants de fonctionner à température élevée.

Sans dysprosium, fini les bobo-écolos...
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
En France, il y a une chose qui mérite le triple AAA -----Kokopelli-semences.fr-----

Après la connaissance de ce site via les commentaires du contrarien matin, j'ai acheté par curiosité quelques graines chez Kokopelli-semences.fr.

Le résultat a été assez édifiant.

Avec mon père, comme tous les ans nous avons préparé les semis pour éviter d'acheter des plants trop chers et trop fragiles.
Quelle surprise de voir germer les graines au bout de trois jours pour les concombres et les courgettes, et 10 jours pour les tomates.

Les graines F1, achetées l'année dernière en jardinerie, ne sont toujours pas sorties pourtant elles ont été plantées dans les mêmes conditions.

On va voir à la récolte mais pour l'instant ça démarre plutôt bien, à suivre...

Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
La fin de notre civilisation???

Il me semble bien qu'actuellement les mots "fin du monde" n'ont plus la côte. J'ai moi même pu subir les foudres de mes collègues à ce sujet.

:" Regarde!!! l'Espagne repart, le Portugal aussi, tu rêves si tu crois que l'immobilier va s'écrouler. Il faut acheter maintenant penses à ta famille. "

J'ai bien l'impression mon bon Charles que le message passe mal. J'aimerai pourtant par mon action ouvrir les yeux au plus grand nombre.

Mes amis n'hésitent plus à vendre leur or. Avec la somme récupérée ils partent au ski ou ils achètent le dernier gadget à la mode.

Étant d'un naturel méfiant, je reste sceptique face à autant d'enthousiasme. Je me dis qu'avec une dette abyssale on ne peut que plonger. Il semble ici que ma douloureuse expérience des crédits revolving ait joué un rôle formateur et que la prudence s'impose.

Dernièrement, j'ai voulu obtenir un rdv avec ma conseillère de la banque écureuil.
J'ai une petite assurance vie à risque basée sur les performances du CAC40. J'ai laissé plusieurs messages expliquant ma volonté de réorienter mon argent sur autre chose. J'attend toujours qu'on me rappelle....????
Ma femme, très intelligente de surcroît, m'a dit de changer la version de mon message et de demander la possibilité de contracter un crédit.
:" Tu vas voir elle va te rappeler dans la journée!!! "

À suivre...
Evaluer :   7  0Note :   7
EmailPermalink
Quelques nouvelles concernant les émissaires de la démocratie occidentale, on peut être rassurer, les choses se calment en Ukraine :P

http://metatv.org/conversation-de-ioulia-timochenko-il-faut-prendre-les-armes-et-tuer-ces-maudits-russes
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Je vais faire court : Apocalypse de Jean II partie 6- $12.
Le sixième sceau. Et oui, certains ont du retard, mais ils peuvent le rattraper facilement !
Moquez-vous, mais je vous respecte car bientôt vous ne rigolerez plus !
Le futur ne sera pas, ou sera religieux! N'en déplaise...
Cependant je partage en tout point l'article de Sannat. Mais l'Homme est fait d'esprit.. en plus du ventre !

De grands combats arrivent, et ceux qui nous exploitent tenteront de nous imposer leur puissance, mais cela sera anéanti!
Quant aux autres au Levant qui attendent, l'heure est venu pour eux de profiter de notre faiblesse!
Deux monstres ensuite arrivent, (je suis obligé de faire dans l'allégorie, vu les répercutions), qui viennent de l'est.
Et de notre pays plein d'abondance, il ne restera plus rien étant donné que notre situation à tout point de vue est déjà périlleuse!
L' économie, c'est le vide de nos âmes, un sursaut salvateur serait le bienvenu.
Pour faire plus prosaïque, les conserves de Sannat et la planque, au niveau ventre, c'est la seule chose viable.
Quand à l Esprit je laisse à tout un chacun le soin d'apprécier sa valeur et de faire vite quand il sera éprouvé au sceau de l'épreuve.
Aujourd'hui, le ciel est clément, demain en sera tout autrement !
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
signalons que cette "étude" était attribuée à la NASA qui a démenti avoir quelque implication dans cette histoire .... peu de médias ont fait mention de ce rectificatif
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Sur le fond je suis d'accord, je remarque que toutes ces études qui se suivent apportent de l'eau au moulin du Dr Holdren, le chef des conseillers scientifiques d'Obama. Ce personnage est le grand théoricien de l'eugénisme et de la réduction drastique de la population mondiale, ses thèses font froid dans le dos. Et force de constater que les USA étudient ouvertement la géo ingénierie, très pratique ?!, les armes biologiques à cibles ethniques ?! Et envisagent froidement des attaques nucléaires préventives notamment contre la Chine ... Sans oublier les OGM de Monsanto qui peuvent se transformer en ADM à l'aide de leur gène breveté de la stérilité chez l'homme et la femme ...ça c'est la méthode douce et humanitaire !
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
"Aucun niveau de technologie, ni aucun niveau d'ingéniosité humaine ne peut s'affranchir des lois de la physique. Les lois qui gouvernent cette planète sont inaltérables, immuables, réelles et la science n'a jamais pu faire changer ça. La grande arrogance de l'Homme, dont il paye actuellement le prix est de croire que l'Humanité peut devenir Dieu et même renverser et révoquer les lois de l'Univers." Michael Ruppert
Evaluer :   7  0Note :   7
EmailPermalink
Un point c'est tout !
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Pas toute l'Humanité !! Loin de là .
Juste quelques malades mal-intentionnés miniatures par le nombre et colossaux par la fortune et le pouvoir de nuisance.
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Ah en voilà un qui a plus de jugeotte que H16.

La crise de 2007/8 est arrivée alors que le pétrole atteignait des niveaux records. Est-ce un hasard ?

Depuis lors, le pétrole n'a plus atteint ces niveaux... tout comme les embouteillages.

Il y a quelque semaines, un journaliste abruti du "Soir" expliquait que les embouteillages sont en recrudescence et que c'est une bonne nouvelle car cela signifie une reprise économique.

Ah bon ? Donc quand le transport est ralenti, que les esclaves passent encore plus de temps en route au lieu d'être chez eux à s'occuper de leurs enfants et de leur santé, cela est signe d'une amélioration de notre monde ??

En effet, les deux phénomènes sont corrélés, et là réside bien le problème : reprise économique = + de consommation énergétique et de transport = + d'embouteillages et pétrole + cher = moins de mobilité et de rentabilité = crise économique

Il est tout simple, et insoluble à moins d'amener un nouveau facteur majeur.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
Comme aux USA: la consommation privée et industrielle stagne mais la croissance serait de retour !

Ne pas les écouter, ne pas les croire, ne rien attendre d'eux !
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Stupéfait de voir ce matin une gigantesque affiche "EUROPE : CAP SUR LA CROISSANCE !" en passant devant les bâtiments de la CEE à Bruxelles.

Quel bourrage de crâne. Quand vont-ils cesser de nous enfumer avec leur propagande...
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Réduire la population humaine peut aussi se faire par un contrôle des naissances.
Si nous sommes trop nombreux, pourquoi continuer à procréer ? Cela serait moins douloureux qu'une guerre mondiale. Bien que cela aille à l'encontre de notre cerveau reptilien et de son instinct de conservation.
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
Oui, pourquoi pas...

Mais d'un point de vue relance et démocrassie, réduire la population = moins d'électeurs = moins de consommateurs.

Donc c'est pas pour tout de suite. A moins d'une bonne guerre ou d'une belle épidémie. (je plaisante, quoique l'Ukraine et le virus Ebola fasse parler d'eux)

;-)
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
@ Itrentedeux
Il y a plus de 20 ans, Robert Mc Namara, ex-ministre de la guerre (Vietnam) du président US Lyndon Johnson expliquait dans je ne sais plus quelle intervieuw que suite aux échecs répétés des politiques de régulation des naissances dans le monde (Inde, Afrique...), il fallait avoir recours aux fléaux naturels que sont les épidémies et la famine. C'est vrai qu'après avoir fait balancer des tonnes de napalm sur les viets il préconisait quelque chose de plus "discret" ce "brave" homme.
Je pense qu'avec le développement des produits de Monsanto et quelques virus bien choisis on va y arriver.
Personnellement je ne me sens pas spécialement copain avec l'un ou l'autre des 4 cavaliers de l'Apocalypse (la mort, la famine, la maladie, la guerre), mais ils doivent fasciner certains humains au point de vouloir en faire profiter tout le monde.
Je le dis et le répète, pauvre humanité !
Evaluer :   7  0Note :   7
EmailPermalink
Merci pour les réponses.
Je me suis mal exprimé.
Effectivement certaines politiques ont dû échouer. Quoique en Chine, cela a dû donner des résultats pour éviter la famine, avec beaucoup d'effets pervers. (plus d'hommes que de femmes). souvent, les religions, les pays ont tendance à favoriser les politiques natalistes car elles assoient ainsi leur pouvoir ou puissance. Cela va à l'encontre d'une vision plus "humanitaire", dans le sens où nous sommes tous des hommes et qu'on est tous sur le même bateau.
La méthode est trop lente !
Surtout si les vieux vieillissent en bonne santé !
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
7 ans ce n'est rien, après 29, il y a eu presque 20 ans de crise avant que çà ne redémarre en 48/50
Evaluer :   0  2Note :   -2
EmailPermalink
Oui, mais entre temps, il y a eu la deuxième guerre mondiale.
La période dite "des trente glorieuses" est en soit déjà une anomalie, car cette période de forte croissance a directement été provoquée par les monceaux de ruines que cette guerre nous a laissé. La reconstruction a généré la croissance.

A mon avis il faut situer à la révolution industrielle, c'est à dire vers le milieu de XIXème siècle, le moment à partir duquel la civilisation dans son ensemble à commencé à dévier d'un cours pérenne.
A partir de 1850, le cours des choses s'est emballé, avec ses cotés (très) positifs au niveau scientique, technologique et médical; mais hélas aussi avec ses cotés négatifs comme l'a parfaitement bien démontré Charles Sannat dans l'article ci-dessus.
Evaluer :   4  2Note :   2
EmailPermalink
Il y a 15-20 ans je me demandais: "Comment une civilisation peut-elle s'effondrer ?". Nous avons pourtant là sous les yeux le déclin de notre propre civilisation. Et nous ne pouvons rien y faire. Pourquoi ? Parce que le pouvoir n'est pas entre nos mains. Même si nous arrivions à prendre plus de pouvoir, nous le perdrions vite étant donné que la majorité d'entre nous sont foncièrement bons et honnêtes.

Les "maîtres du monde", peu importe qu'ils soient américains, russes, chinois, juifs, rois du pétrole ou pas, vivent dans une réalité différente de la nôtre. Leur quotidien égoiste consiste à étendre leur influence, à écarter leurs concurrents, à augmenter leurs profits et leurs richesses. Par tous les moyens dont ils disposent, et ces moyens sont à présent colossaux. Tout le système, toute l'économie, toute la planète, n'est plus qu'un grand jeu Monopoly, ou Diplomacy. S'ils ont pu arriver là tout en haut, c'est parce que la tromperie, la force et la guerre font partie des règles de leur jeu. La partie va effectivement se terminer, un jour, faute de ressources ou de participants, mais peu importe, cette partie est en ce moment tellement grisante pour eux.

Tout le problème vient de l'ego et de l'aberration humaine qui consiste, pour une minorité de fous dont certains sont hélàs très intelligents, à n'avoir aucune éthique, aucune morale, et à désirer compulsivement dominer les autres. Quelle que soit l'issue de la crise que nous vivons, catastrophe, début d'une nouvelle civilisation... il y aura toujours une poignée de pourris pour exploiter les autres.
Evaluer :   8  0Note :   8
EmailPermalink
Bonjour yoyo bobo,

Les "maîtres du monde" sont certes les cellules les plus agressives du "cancer" de la terre... mais chacun d'entre nous a une responsabilité quant au choix de vie qu'il pose et là, il y a d'autres cellules agressives (adeptes de la facilité), des cellules un peu moins agressives (faisant certains choix "réfléchis") et des cellules commensales (fonctionnant en harmonie avec l'environnement) actuellement trop peu nombreuses. Mais où sont donc passés les globules blancs ?

De fait, cultiver ses propres légumes plutôt que de les acheter dans les supermarchés est plus naturel et donc moins néfaste pour l'espèce humaine et la planète entière; fabriquer soi-même ses vêtements plutôt que d'acheter ceux qui nous viennent de Chine, idem. Pourtant, il suffit d'avoir du simple tissu blanc et de se baser sur des vieux vêtements qu'on aimait bien mais trop usés pour les réaliser et la nature dans nos jardins nous fournit même ce qu'il faut pour les teindre (dahlia, feuilles de bouleau, garance, etc.). Fabriquer sa tarte aux pommes avec des ingrédients connus et choisis par soi-même, plutôt que d'en acheter des toutes faites (ça ne prend pas tant de temps que ça : 10 minutes pour une pâte brisée, 1h de repos de la pâte où on ne s'en occupe pas, 15 minutes pour étaler la pâte et la garnir et 45 minutes de cuisson où on ne fait rien non plus --> total 25 minutes de boulot effectif. Prendre la voiture jusqu'à une boulangerie, se garer, faire la file, payer, reprendre sa voiture pour rentrer prend parfois même plus de temps et ça coûte plus cher); etc.

Le problème, c'est lorsqu'on tient ce genre de propos à nos semblables, ils nous regardent avec des yeux ronds l'air de dire : "Mais ça ne va pas la tête ? Je n'ai pas le temps !" (pourtant, ils ont le temps de passer des heures devant la télé). Or, créer soi-même ce dont on a besoin procure une belle satisfaction et un épanouissement personnel grâce au plaisir d'avoir réussi à le faire et d'avoir obtenu un résultat sympa. Chose que la télé ne peut pas faire !

;-)
Evaluer :   9  1Note :   8
EmailPermalink
Bonjour AilesdeSamothrace,

oui, il y a moyen d'échapper en partie au système, grâce à un retour à la nature et aux millions de possibilités qu'elle nous offre... Je suis en train de me renseigner pour trouver un petit lopin pour y cultiver mes légumes ;-)
Et j'essaye de conscientiser mes proches, mais ce n'est pas évident. C'est tellement mieux de faire confiance au gouvernement, tout en continuant à jouer sur son i-Machin dernière version !

Espérons que la chute ne sera pas trop dure !
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Je n'ai pas encore fait ma première moisson de céréales (pour la pête de la tarte !)... il faut chnger l'échelle du temps... c'est long une année !
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
@ Pâris,

Certes c'est long une année, mais la farine ça se conserve 3 ans au sec et le blé (avant d'être concassé pour en faire de la farine - et il suffit d'avoir deux pierres irrégulières pour ce faire; j'en ai vu à Djerba où ils les utilisent) peut se conserver pendant 30 ans dans de bonnes conditions...

Donc, l'échelle du temps, ça peut aussi se prévoir. ^^
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
L'épautre rustique (variété médiévale non croisée) que j'ai semée en Octobre doit faire 10cm de haut.
J'espère que les gibiers ne moissonneront pas avant moi.
C'est plus long que d'aller s'approvisionner à la boutique biolo.


"Tout le problème vient de l'ego et de l'aberration humaine qui consiste...."
Bravo yoyo bobo, mais là, vous diluez malencontreusement la responsabilité de l'ego.
Je dirai donc : " Tout le problème vient de l'ego, y compris et surtout l'aberration humaine qui consiste ...."
Excellent article ou l'essenteil est dit, il ne reste pls qu'à méditer dessus. (si ce n'est déjà fait)
Autre cas de figure : le disparition physique de certains continents, ou du moins un remodelage conséquent.
Toutes les traditions parlent de déluge(s) ou de continents engloutis. Tout le monde pense à l'Atlantide par exemple. Platon imposteur ?????!!!!!!!
Ah oui, il n'y a pas de "preuve scientifique" ou ce n'est pas passé à la télé !!!
A l'échelle géologique c'est plus que plausible. Mais vu la durée de vie d'un être humain par rapport à cette échelle, nous ne sommes strictement rien et surtout bien trop imbus de notre supériorité, eh, on été sur la lune !
Alors, en bon gaulois et en regardant avec un sourire compatissant le porcelet-queutard et grassouillet de l'Elysée en train de bouffonner, moi je dis :"CARPE DIEM" !
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Bon pas besoin de commentaire... tout est dit!

A la rigueur, pour pinailler, 2 points de désaccord:
* puisqu'il n'est pas et ne sera pas possible avant l'effondrement fatal de changer quoique ce soit, pourquoi ne pas profiter pleinement des dernieres heures ( jour/mois...)... Bref, pourquoi le fumeur qui a un cancer au stade terminal et qui sait qu'il va mourir dans 2 mois se priverait de ses dernieres clopes?
* la "préparation" ( chasse , or, culture du jardin, stockage etc ) sera au final assez dérisoire dans le worst case scenario. Au mieux ça permettra de passer un cap ( en cas d'effondrement brutal) de quelques jours/mois, et encore en étant bien planqué, mais j'ai un doute sur la pérennité /viabilité du truc à moyen terme. En cas d'effondrement un peu moins marqué temporellement ( ie sur une période de 1-10 ans), évidemment, autant partir sur des bases un peu plus solides que les autres.

Dans les 2 cas, l'or physique sera certes préférable aux billets et autres moyens de paiement virtuel ( cb etc), mais en aucun cas une assurance tout risque.


Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
"j'ai un doute sur la pérennité /viabilité du truc à moyen terme."

Comment a fait l'humanité pour arriver jusqu'à l'époque de l'industrialisation si ce n'est en chassant, en cultivant, en fabriquant soi-même ce dont elle avait besoin, etc. ?

Je me suis toujours interrogée sur les raisons pour lesquelles le Moyen-Âge avait tellement mauvaise presse dans l'inconscient collectif alors que lorsqu'on s'y intéresse de plus près, on se rend compte qu'à part les problèmes "dentaires" et les exactions de quelques "mauvais" seigneurs/évêques sans foi ni loi, les gens y vivaient plutôt bien. Ils étaient proches de la nature et fabriquaient tout ce dont ils avaient besoin; vendaient les surplus sur des marchés artisanaux nouant de la sorte des liens sociaux que nous avons perdu avec l'apogée des supermarchés.

Les jardins potagers comprenaient aussi des simples qui permettaient de soigner (voir les documents anciens sur les jardins des cures, etc.).

Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Jusqu'en 1750, l'espérance de vie n'a pas dépassé ...25 ans. Avec certes une mortalité infantile élevée, ce qui fait baisser la moyenne.
Les gens vivaient plutot bien au moyen Age... c'est sur qu'ils n'avaient pas de pb de surconsommation d'alcool, de pollution et d'huile de palme.
D'ici a dire qu'ils vivaient bien en moyenne...On peut considérer que sans le clergé, l'espérance de vie aurait été un peu plus élevée aussi.

Nonobstant, j'ai du mal a croire qu'aujourd'hui, après une catastrophe éradiquant 80% de la population, les 20% restant puissent survivre juste en chassant dans la foret de Fontainebleau ou en cultivant des tomates en douce.


Evaluer :   1  3Note :   -2
EmailPermalink
@ saidker
Vous avez tout à fait raison. Si après un cataclysme ou une catastrophe, comme vous voulez, il ne restait que 20% de la population mondiale, à part les indigènes au fond de leur forêt, les gens "civilisés" seraient incapables de survivre. Si toutes les infrastructures sont détruites, se posera également le problème de l'instruction des descendants des survivants. En qqs années, le language et l'écriture seront perdus. bref, remise des compteurs à zéro !
c'est certain, les populations amazoniennes un peu planquées ont une chance de survie ( sauf vitrification totale... ) clairement 500 a 1000 fois supérieure à celle du plus clairvoyant des findumondistes ( dont je fait partie, du moins pour le coté fin du monde "civilisé", pas forcément clairvoyant). C'est clair qu'éteindre l'électricité en France ( ou équivalent civilisé ) 7 jours d'affilés, y'a déja 80% de la population qui meurt:
* 0 approvisionnement en eau potable pour 90% au bas mot des francais, les stocks d'Evian seront vite épuisés, et sans moyen de transport, ben 3 jours sans flotte déja c'est limite survie. On peut toujours tenter la Seine, mais c'est pas sain. Ou la Drôme, mais c'est pas drôle. Le Rhin ( gare a tes reins), etc...
* 0 bouffe sauf stocks, au bout de 3jours, survie 10 maxi
* 0 moyen de paiement ( de toute façon plus d'économie= pas besoin de billets...ni d'or d'ailleurs)
etcetc.
Je présume que les réserves de balles sont aussi limitées, donc une fois les hordes barbares repoussées au shot gun, d'autres viendront...
Bon bref, déja dans Koh Lanta avec de la flotte et assistance médicale ils perdent 15 kg en 1 mois, on peut imaginer le cirque.

Le langage, l'éducation/instruction etc...hum.. victimes collatérales non?
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Saidker et Merisier,

Vous êtes décidément trop pessimistes à mon sens.

Premièrement, le fait que les gens ne vivaient que jusqu'à l'âge de 25 ans au Moyen-Âge, c'est un mythe. Il y a avait beaucoup de morts en bas âge, mais après les gens vivaient facilement jusqu'à 60 ans si pas plus. 25 ans, c'est une moyenne qui inclus les décès en bas âge. On ne nous enseigne pas cela dans les cours d'histoire à l'école, mais quand on fait l'effort de s'informer par soi-même, on trouve les infos qu'on tente de nous dissimuler.

J'ai vu un documentaire concernant la Sardaigne où il y a encore un village qui fonctionne exactement comme dans l'ancien temps. Les vieux y travaillent leur terre jusqu'à passé 80 ans et ils se portent bien et même bien mieux que nos "vieux" européens.

Quant à l'eau potable, du moment que l'on a de l'eau de pluie (citernes ou autres moyens de la contenir), il existe des systèmes peu chers et même mécaniques je pense pour la rendre potable...

En outre, si vous apprenez dès maintenant les vertus des plantes comestibles sauvages, vous aurez toujours de quoi manger. Il est connu que pendant les dernières guerres, des gens ont survécu grâce aux plantes comestibles sauvages. A Chypre, aujourd'hui, des gens survivent en mangeant ce type de plantes.

Vous savez, quand le besoin se fait jour, l'être humain trouve toujours la capacité de rebondir.

Le plus dur, ce sera pour les gens qui habitent la ville car là, il est vrai que sans jardin, la débrouille est plus difficile. Mais dans ces cas là, comme lors de la WWII, les parcs et jardins publics sont transformés en méga potagers. Ca aussi, c'est attesté par des documents historiques.

Enfin, je ne vois pas pourquoi on voit toujours le côté agressif des choses. C'est du pur fantasme médiatique et aussi diffusé par des films catastrophe ! Le but étant de faire croire aux gens que ce sera comme ça pour leur faire peur.

Je ne dis pas qu'il n'y aura jamais d'agression, mais en cas de disette ou de chaos, souvent, les gens redeviennent solidaires car la solidarité est alors une nécessité. Je vois déjà bien ici, dans le village, lorsqu'il y a un peu trop de vol, des voisins se proposent spontanément de faire des tours de garde la nuit.

Vous pensez alors peut-être à ce qu'il se passe en Afrique ? Mais là, c'est encore différent dans la mesure où nos super pays riches arment les rebelles pour entretenir le chaos car ils y ont intérêt.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Ce n'est pas une question de pessimisme où pas : nous vivons une époque où il existe maintenant des fermes pédagogiques. Donc des enfants viennent voir ce que c'est qu'une poule, une chèvre ou un cochon. Grave ! Encore plus grave les gamins qui croient que les poulets prêts à cuire se cueillent comme les pommes, sur des arbres. Si, si ! Le comparatif avec les décennies précédentes ne tient pas car pendant WWII la France était encore agricole à 90%, maintenant c'est le contraire. Ici, dans le 43, par année, pour une entreprise agricole créée ou surtout reprise, il y en a 2 qui ferment. Et encore, la pression urbaine n'est pas forte. Voyez dans certaines régions qui se sont industrialisées ou urbanisées...
Ce n'est pas que l'on manque de terres agricoles, c'est que l'on a de moins en moins de paysans au sens propre car beaucoup sont devenus des industriels sur un tracteur, très peu ont un potager !
Si une catastrophe d'envergure se produisait, les grandes surfaces seraient pillées en un rien de temps...et après ??? Car le problème est bien là, et après ! Combien de citadins pourront envoyer leurs enfants à la campagne ??? Combien d'individus actuellement ont au moins un grand parent dans le monde agricole ??? Presque plus !
Quant à la connaissance des plantes et des moyens naturels pour se soigner, les gens dans le coup se comptent sur les doigts de la main et pourtant, il ne manque pas de stages pour s'initier à la cueillette des simples et à la phyto.
Non, si ça pète, d'une manière ou d'une autre, on sera mal, très mal, d'autant plus mal qu'on a été très loin dans la dépendance.
Comme le disait HL Mencken, "les gens préfèrent la sécurité à leur liberté". Cette sécurité poussée actuellement à l'extrême pourrait bien en définitive coûter très cher.

Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
"L’esprit n’use de sa faculté créatrice que quand l’expérience lui en impose la nécessité.", citation de Henri Poincaré.

Autrement dit, devant la nécessité, beaucoup rebondiront ou, tout au moins, tenteront tout pour rebondir.

Il ne faut jamais désespérer des capacités imaginatives de l'être humain... dans le mal comme dans le meilleur.

;-)
Priez pour que le personnel qualifié de maintenance des centrales nucléaires ne fasse pas partie des 80%.
Les 20% restants ne vont pas redécouvrir cette technologie à partir de zéro en l'espace de quelques jours!
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
@ ph11 "Quant à vouloir ORGANISER le perfectionnement de l'humain - vision des lumières continentaux - d'autres y ont pensé avant vous, ont même tenté la chose et échoué." C'est toute la différence entre VOUS et moi... Vous voulez ORGANISER donc IMPOS  Lire la suite
Isis - 15/04/2014 à 08:40 GMT
Note :  1  1
Top articles
Derniers Commentaires
Le terrible drame espagnol… Partagez, informez, faites suivre.
12:57Librio
Bonne blague ! Pour pouvoir le remettre , mon masque, encore faudrait-il qu'il y en ait suffisamment des masques.... Pour info: 2 masques chirurgic...
Le terrible drame espagnol… Partagez, informez, faites suivre.
12:08Louis L.
De grâce, remettez votre masque !
Les 25 choses à avoir en permanence avec soi en cas de crise
05 avr.Clepsidre
...en cas de crise. Laquelle ? Majeure ? Si oui, au su et au vu des imbrications économiques mondiales, alors c'est d'une crise planéta...
Le terrible drame espagnol… Partagez, informez, faites suivre.
05 avr.Librio
Lol : Y en a ici qui s'écoute parler (ou plutôt écrire) et qui prennent les autres pour des cons. Pendant que vous phrasez, d'autres se bougent...
Le terrible drame espagnol… Partagez, informez, faites suivre.
05 avr.Louis L.
Il me paraissait évident que mon propos impliquait, de facto, les lourdes fautes de dispatching qu'inconsciemment, vous dénoncez. Toute armé...
Le terrible drame espagnol… Partagez, informez, faites suivre.
04 avr.Librio
Ben pour l'instant c'est la "pléthorique fonction publique" hospitalière qui essaie de sauver le cul des français avec du système D. Espérons qu'un...
Nos politiciens sont des criminels
03 avr.Louis L.
"Incompétence" ? Voire ! Se développe de plus en plus ouvertement, avant censure, une thèse selon laquelle ce fléau est délibéré. C'est fou...
Le terrible drame espagnol… Partagez, informez, faites suivre.
01 avr.Louis L.
20 ans de rigueur,.............. pas pour la pléthorique fonction publique, sans oublier ses retraités avec 75% du dernier salaire c'est à dire , ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX