Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Il n’y a plus de croissance et il va falloir vivre avec… !

IMG Auteur
Publié le 06 octobre 2014
977 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 21 votes, 4,4/5 ) , 17 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
17
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux
24hGold - Il n’y a plus de cro...

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Voici le podcast de ma première intervention chez BFM Business pour le Face à face dans « Intégrale Placements ». Je vous souhaite un excellent visionnage et j’en profite pour remercier tous nos camarades lecteurs qui ont écrit à BFM Business pour les remercier et pour vos encouragements.

Le thème du jour était la réaction des marchés suite aux derniers propos de Mario Draghi qui s’est montré plus que réservé sur l’avenir et ses capacités à aller encore plus loin dans sa politique monétaire.

Entre-temps, les derniers chiffres du chômage aux États-Unis sont tombés. Comme d’habitude, ils sont excellents, la reprise est là, la croissance des USA absolument énorme puisqu’elle dépasse les 4 % au deuxième trimestre, tout le monde oubliant vite de vous rappeler qu’elle avait baissé (la croissance) de presque 3 % au premier trimestre (à cause du froid). Et évidemment, nous allons y revenir.

Je vous propose d’abord d’écouter ce que j’ai essayé d’expliquer à l’antenne de BFM en quelques minutes, à savoir l’attitude de Mario Draghi et surtout les limites de la politique monétaire qui ne peut pas tout. Puis nous allons confronter cela à un autre point de vue également en vidéo.

Il n’y a plus de croissance mondiale… en tout cas plus en Occident

C’est presque par ces mots que Jacques Attali commence cette intervention dont je vous propose aujourd’hui de visionner les propos car ils sont passionnants. Je fais globalement les mêmes constats économiques catastrophiques que Jacques Attali. En revanche, sur les solutions à apporter, je suis en totale opposition avec ses propositions. Attali pense qu’il faut plus d’Europe, plus de mondialisation et plus de « gouvernance mondiale ». Je pense l’inverse. Ce n’est pas en faisant encore plus de ce qui ne fonctionne pas que cela fonctionnera mieux, et c’était d’ailleurs l’argument central du Politburo soviétique qui expliquait que si le communisme ne fonctionnait pas, c’était parce qu’ils n’étaient pas allés suffisamment loin… dans le communisme. On sait où tout cela nous mena.

La crise que nous vivons est aussi la matérialisation d’un immense réajustement économique des coûts de production vers le bas. Et c’est d’une logique évidente. En ayant des pays à faible coût de main-d’œuvre dans un monde ouvert et sans barrière douanière, c’est une évidence que les pays occidentaux avec leurs salaires minimum, leurs protections sociales et autres avantages sont… désavantagés dans la grande compétition mondiale. Logiquement, les salaires baissent pour que nous retrouvions de la compétitivité. Logiquement, des salaires qui baissent… cela porte le nom de déflation !

À cet élément déflationniste fondamental qu’est ce grand processus de réajustement mondial vers le bas, évidemment je rajoute d’autres éléments qui expliquent pourquoi le retour à la croissance, telle que nous l’avons connue, est tout simplement impossible. C’est FI-NI ! Personne ne veut l’admettre mais c’est terminé. Problème d’accessibilité aux ressources, mythe de la croissance infinie dans un monde fini (posé comme cela, je vous assure qu’il y a comme un problème dans l’énoncé), recours aux progrès technologiques au sens large comme la robotisation, l’informatisation, les nanotechnologies, etc. qui suppriment de l’emploi, ce qui explique que depuis 40 ans le chômage monte inexorablement en France comme partout ailleurs dans le monde.

Attali a dit plusieurs choses passionnantes dans cette vidéo.

Tout d’abord que le chômage américain (et on y revient) est nettement plus proche des 17 % que des 6 % officiellement annoncés et d’ailleurs la FED le dit puisque dans son dernier communiqué, la Banque centrale américaine elle-même a écrit que « malgré cette remarquable amélioration, la Réserve fédérale reste prudente pour ce qui est de relever les taux d’intérêts car elle perçoit un vrai manque de dynamisme dans le marché de l’emploi… » Vous pouvez traduire cela par une remarquable amélioration purement bidon avec des chiffres qui ne sont pas tant truqués que ne donnant plus une image fidèle de la réalité pour la simple et bonne raison qu’aux USA, être inscrit au chômage ne rapporte rien… donc tous les découragés disparaissent tout simplement de la liste officielle des demandeurs d’emplois.

Attali nous explique également la grande erreur commise par Hollande et son équipe qui, comme je l’ai toujours dit, attendaient tout simplement le retour de la sainte croissance qui nous sauvera tous… mais elle ne viendra pas.

Enfin, Attali explique également très bien que le problème n’est pas que français, loin de là ! Il est mondial et c’est exactement ce que je pense. N’imaginez pas que la solution se trouve dans le fait de copier nos grands zamis les Zallemands, eux aussi condamnés à terme puisqu’ils sont dépendants de la solvabilité de leurs propres clients tous en train de faire faillite.

Nous vivons la fin d’un monde

Le budget de la France 2015 sera sans doute retoqué par Bruxelles, la tutelle arrive et c’est Lagarde au FMI et Moscovici, aussi nul soit-il, qui veilleront à la mise sous coupes réglées de notre pays qui ne supportera tout simplement pas le démantèlement de ses structures de fonctionnement (peu importe que ce soit bien ou mal, nécessaire ou pas, cela se fera dans la plus grande des douleurs).

Nous nous orientons donc vers une crise économique, budgétaire, sociale et politique sans précédent. Les dangers à affronter seront innombrables et le chemin de crête particulièrement étroit.

Mais nous ne sommes pas les seuls à devoir affronter ces changements, c’est un mouvement mondial, global et pourtant des solutions et des alternatives existent, mais nous ne les mettrons jamais en place car il faudrait nous-mêmes décider de changer totalement de cadre et une société figée ne peut plus se réformer et changer sans être forcée à le faire.

Ce moment-là approche.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,4 (21 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
"Mythe de la croissance infinie dans un monde fini"

Tout est dit.
Ceux qui veulent nous persuader du contraire sont des criminels.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
De la corrélation de l'USD/JPY avec le SPDR GOLD SHARES

L'USD/JPY est en phase de retournement, quand celui-ci commencera à baisser, l'or remontera, nous dit l'analyse technique :


http://www.investing.com/analysis/when-will-gold-rally-watch-the-yen-228109
A quoi sert la croissance ? Les 2% qui possèdent 50% de la planète, absorbait toute cette croissance, je ne pense que les autres en voyaient beaucoup la couleur, malgré qu'on ai voulu nous le faire croire.
Il est clair que les dettes , vu leur niveau , ne pourront jamais ètre remboursées .
Les créditeurs vont donc faire la gueule, mais QUI SONT ILS ? ? ?
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Oui qui sont-ils ???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????
rsvp !

Le pire c'est que ce n'est personne au final sans doute puisque cet argent a été crée à partir de rien, chaque nouvelle dette créant du nouvel argent par un simple jeu d'écriture, chaque remboursement devant diminuer la dette et donc aussi l'argent en circulation. Si les dettes n'étaient pas remboursées la seule différence ne serait-elle pas que notre monnaie ne serait plus de l'argent dette mais de l'argent avoir, de l'argent libre en circulation et dont la quantité ne varierait dès lors plus ni lors de la création d'une dette, ni lors de son remboursement...
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Les Etats ne remboursent jamais leurs dettes.
Ils s'en libèrent par la dévaluation, l'inflation ou le défaut.
Les créanciers avec licence bancaire se moquent du capital, seuls les intérêts les obsèdent.
Les créanciers privés, les épargnants, l'Etat s'en moque souvent. Surtout s'ils sont électoralement peu nombreux et faciles à désigner comme "méchants riches".
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
"notre pays qui ne supportera tout simplement pas le démantèlement de ses structures de fonctionnement (peu importe que ce soit bien ou mal, nécessaire ou pas, cela se fera dans la plus grande des douleurs)."

Les douleurs seront même plus aigües que ce qu'elles seraient ailleurs car la France, à la différence de nombre d'autre pays n'est pas une ethnie ni un territoire, mais une idée politique.
Et si on bouscule les structures, il y a un risque vital. Et face à un risque vital, il y a parfois des réactions et des ressources "étonnantes" ou "imprévues".
Tant pis pour eux.
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
Il n'y a pas beaucoup de pays ethniques, la plupart sont des artefacts politiques

Bon, venant de Belgique, j'ai facile à parler, mais voyons les autres pays avec des régions "identitaires" :

Espagne : catalogne
Allemagne : Bavière (en plus l'allemagne est une fédération)
Italie : Tyrol du Sud (et le Nord tout entier n'aime pas le Sud)
Grande Bretagne : Ecosse (partie remise ?)
Pays-Bas : Frise et Limbourg
Ukraine : no comment
Portugal : Alentejo

Et ainsi de suite...

Les risques dont vous parlez sont les mêmes pour tous les pays. Peut-être la France fera-t-elle partie des pionniers de par son penchant habituel aux manifestations et révolutions historiques ?
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
"une société figée ne peut plus se réformer et changer sans être forcée à le faire."
Moralité, il n'y a rien à attendre de la classe politique puisqu'elle est reponsable d'une situation qui perdure depuis 40 ans au moins. Mais ça, tout le monde ne l'a pas compris !
La réforme de la société se fera parce qu'il n'y aura plus d'autres choix. Emergence d'une nouvelle société, émergence de nouvelles personnalité.
Le souci, c'est que cela se passera dans la douleur et pas en 5 minutes...
Evaluer :   6  1Note :   5
EmailPermalink
@merisier:
"La réforme de la société se fera parce qu'il n'y aura plus d'autres choix"
.
Pour moi, il reste une question:
"Avec, ou sans, sa mise sous tutelle par la troïka ? "
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
@ Père Plexe
Parce que le pays en faillite, on connait déjà. Mais alors là, la France sous tutelle, on touchera le fond.
"Aux armes citoyens..."
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Les élus de mauvaise qualité, on connait. Mais tant qu'on croit (encore) aux élections, on se fait une raison.
Les troïkistes sont des parachutés. Or le Gaulois laisse facilement le chef décider seul, mais à condition de l'avoir d'abord "agréé".
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
@merisier
En fait, le pays sera en faillite lorsque plus personne n'acceptera plus de lui prêter le moindre Kopek (je n'ose même plus employer "€")
je pense que c'est juste avant celà que nous serons placés, sous tutelle. Sniff...
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
@ Père Plexe, Merisier & co,

Voilà pourquoi je pense que ça ne sert vraiment plus à rien de s'énerver sur le sujet, tout est déjà bien prévu puisque même Attali semble être convaincu qu'en 2020, nous serons TOUS ruinés. ^^

http://www.youtube.com/watch?v=ki7Vstq0KQM

Toujours Attali qui annonce que : Le marché va s'émanciper de plus en plus des Etats, qu'il y aura le chaos, une menace contre la démocratie, aggravation des inégalités, etc. : http://www.youtube.com/watch?v=ouZ977yFRDU

Comme tout est prévu, mieux vaut donc mettre son énergie ailleurs... dans des choses utiles, positives et porteuses. La fin d'un monde n'étant pas la fin du monde, tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.

;-)
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
PerePlexe, dès le moment où l'on accepte seulement l'idée de devoir dépendre d'un autre pour une quelconque décision alors que l'on sait les réformes à appliquer mais que l'on ose pas car 'les cris de la rue',
on ne mérite simplement pas d'exercer le pouvoir. des gens responsables font ce qu'il y a à faire parce qu'il faut le faire. attendre que d'autres imposent les réformes revient à s'avouer son incapacité à faire quoi que ce soit.
...puis diront ensuite : c'est pas nous, c'est eux. le problème est le manque de responsabilité dont sont affligés ces 'fiers représentants du peuple' qui ne doivent rendre comptes à personne,ne songeant qu'à leurs avantages privilèges réelections.veillent juste ne pas déplaire à leur électorat.quant à ceux qui paient ... ils ont été oublié.

à chaque post, je me permettrai de coller ceci :
"de nombreux indépendants continuent à travailler après 65 ans pour des raisons financières, la pension moyenne étant de 840 euros par mois, contre 1.180 euros pour un travailleur du secteur privé ou 2.480 pour un fonctionnaire" : lalibre.be
et j'ajoute : pour le privé : à 65ans, pour le fonctionnaire : dans lapetite cinquantaine.payé de nos deniers.bien entendu.
je laisserai ceci tant que durera pareille injustice.ça risque de durer.mais je suis têtu.

et évidemment la recommandation du maître :
THÉVENOUD est toujours député. Pensons à lui. Ne l’oublions pas ».
(Pour protester pacifiquement et avec humour)
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
@ferzi
"de nombreux indépendants continuent à travailler après 65 ans pour des raisons financières, la pension moyenne étant de 840 euros par mois, contre 1.180 euros pour un travailleur du secteur privé ou 2.480 pour un fonctionnaire" : lalibre.be
et j'ajoute : pour le privé : à 65ans, pour le fonctionnaire : dans lapetite cinquantaine.payé de nos deniers.bien entendu."
.
La raison en est fort simple à comprendre :
Dans le public, on peut multiplier les grèves à l'infini (ou presque). La boutique ne disparaîtra pas, et on retrouve son boulot lorsque la grève est finie.
Avec un peu de chance, on peut enchaîner une autre grève pour se faire payer les jours...de grève.
Dans le privé; pas de boulot, pas de pesos.
Si le client trouve porte close, il file chez le concurrent (souvent pour longtemps)
Si on insiste, la boîte disparaît et bonjour Paupaul Emploi

Voilà toute la différence.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Lundi 29 septembre 2014 :

L’International Center for Monetary Banking (ICMB) a additionné trois dettes :
dette publique + dette des ménages + dette des entreprises.

Voici quelques-uns de ses résultats :

1- Médaille d'or : Irlande.
Dette publique + dette des ménages + dette des entreprises = 442 % du PIB.

2- Médaille d'argent : Portugal.
Dette publique + dette des ménages + dette des entreprises = 379 % du PIB.

3- Médaille de bronze : Belgique : 350 % du PIB.

4- Grèce : 304 % du PIB.

5- Espagne : 300 % du PIB.

6- Pays-Bas : 294 % du PIB.

7- Italie : 258 % du PIB.

8- France : 254 % du PIB.

9- Etats-Unis : 250 % du PIB.

10- Finlande : 242 % du PIB.

11- Autriche : 235 % du PIB.

12- Chine : 218 % du PIB.

13- Allemagne : 193 % du PIB.

http://cimb.ch/ICMB/Publications_files/Geneva16_2.pdf

Une autre crise menacerait l'économie mondiale, selon un rapport d'experts.

L'économie mondiale est confrontée à une "combinaison toxique" de dette élevée et de faible croissance qui jette les bases d'un processus de désendettement douloureux, voire d'une autre crise, dont l'épicentre pourrait se trouver cette fois dans les pays émergents, selon un rapport d'experts publié lundi.

Contrairement à une idée répandue, l'économie mondiale est loin d'avoir pris le chemin du désendettement, a pointé le rapport de l'ICMB (International Center for Monetary and Banking Studies) sur l'économie mondiale.

Depuis la crise financière, le ratio de dette global rapporté au PIB, en excluant le secteur financier, a continué de grimper pour atteindre de nouveaux sommets, ont pointé les auteurs de ce rapport. Selon leurs estimations, ce ratio a grimpé de 38% depuis le début de la crise financière, pour atteindre 212%.

Les auteurs de l'étude, qui incluent notamment Luigi Buttiglione, directeur de la stratégie au sein de la société de fonds alternatifs Brevan Howard, et Philip Lane, professeur d'économie politique à Trinity College à Dublin, ont mis en garde contre le cercle vicieux de la dette dans un contexte de croissance nominale modeste et de faible inflation.

La faible croissance économique rend en effet le processus de réduction de la dette plus difficile tandis que la dette, elle-même, exacerbe le ralentissement économique.

Dans ce contexte, le taux d'intérêt d'équilibre est appelé à se maintenir à des niveaux historiquement bas alors même que la capacité à contracter des emprunts sera sous pression si le taux d'intérêt réel devait se stabiliser au dessus de ce niveau d'équilibre.

Le niveau d'endettement est actuellement plus élevé dans les pays développés, où le ratio de dette par rapport au PIB a atteint 272%, que dans les économies émergentes, où il se situe à 151%.

http://www.bilan.ch/economie/une-crise-menacerait-leconomie-mondiale-selon-un-rapport-dexperts
Evaluer :   8  0Note :   8
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
"Mythe de la croissance infinie dans un monde fini" Tout est dit. Ceux qui veulent nous persuader du contraire sont des criminels. Lire la suite
Teubass - 07/10/2014 à 23:52 GMT
Note :  1  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX