Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Imaginez un choc d’imagination !

IMG Auteur
Publié le 10 mai 2013
2212 mots - Temps de lecture : 5 - 8 minutes
( 41 votes, 4,4/5 ) , 42 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
42
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Billets d'Humeur
24hGold - Imaginez un choc d’i...

Mes chères contrariées, mes chers contrariens !

J’ai eu une conversation animée (mot pudique pour dire qu’on débat de façon virile) avec l’un de mes lecteurs contrariens contrarié par ma position ambiguë sur les « privatisations » à venir de notre ministre du Redressement productif.
Son principal argument étant de m’expliquer que l’État est un très mauvais gestionnaire, donc c’est une très bonne chose de « privatiser ».

Je souhaitais donc revenir sur ce sujet quelque peu épineux car où que l’on regarde et quel que soit le camp politique auquel on appartient, le problème avec le concept « nationalisation versus privatisation » c’est qu’il relève au mieux de l’idéologie et au pire de la « croyance ». La religion cryptomarxiste d’un côté affronte le dogme néolibéral de l’autre.

Au milieu de cet affrontement, une réalité infiniment plus complexe et surtout un changement majeur dans la structure des économies nationales qui se profile. En élevant le débat au-delà de nos préjugés respectifs, aussi respectables soient-ils, voici ce que nous pourrions imaginer. Cela va sans doute en dérouter plus d’un parmi vous, mais pour ce sujet comme pour tous les autres, un contrarien doit faire l’effort de voir les choses autrement.

Un chiffre, qui est dans l’édition de Challenges de cette semaine

En fait 3 chiffres, et je cite la phrase complète :
« Poids des entreprises publiques dans l’économie nationale : 96 % en Chine, 17 % en France et 11 % en Allemagne. »

Cette simple phrase résume parfaitement la complexité du débat autour des privatisations.
Il ne viendrait à l’idée de personne de nier l’efficacité économique de la Chine ces 20 dernières années, or ce développement extraordinaire de l’empire du Milieu repose essentiellement (96 %) sur des entreprises publiques avec plan quinquennal de production… Mélenchon devrait aller visiter Pékin.

D’un autre côté, personne ne conteste la force de l’industrie allemande (pour son modèle social, c’est différent car la réussite n’est pas aussi exceptionnelle qu’on veut bien le dire). Dans le cas de l’Allemagne, cette réussite repose essentiellement sur le privé puisque cela représente 89 %…
Finalement, la France se situe très proche de l’Allemagne puisque seuls 6 points nous séparent, alors que nous sommes très éloignés de la Chine.

L’État est-il condamné à être un mauvais gestionnaire ?

Pour le moment, disons-le : oui ! Oui en France, car en Chine ce n’est pas vrai. Pourquoi ? Un exemple récent pour illustrer la bêtise des « zélites » françaises.

Le gouverne-ment a décidé de regrouper plein de machins qui nous coûtent très cher et ne servent pas à grand-chose dans un nouveau bidule tentaculaire qui fonctionnera encore moins bien appelé BPI ou Banque publique d’investissement.
Le problème, c’est qu’à peine le bidule en question créé, on nomme Royal Canin, pardon Ségolène Royal, ex-épouse de notre mamamouchi en chef et mère de ses enfants, à la vice-présidence du bidule susmentionné.

La seule expérience de la dame en question des investissements étant les pertes cumulées sous forme de « subventions » qui ne seront jamais remboursées, octroyées dans le cadre de sa politique de « développement » économique de sa région Poitou-Charentes.

Rassurez-vous, je parle de la Dame du Poitou parce que tout le monde la connaît, mais c’est pareil dans toutes les régions de France et de Navarre.

La première déclaration publique de la nouvelle vice-présidente étant une déclaration de « guerre » au directeur général de la BPI en disant, en gros, que le gros gâteau on va s’en servir pour faire un peu ce qu’on veut, sauver des entreprises qui de toute façon vont crever, et sauver des emplois condamnés à disparaître… avec votre pognon, le tout pour assurer ma réélection (fonctionnement identique dans toutes les autres régions et communes de notre pays) !

Mais ce qui se passe en France n’est pas une fatalité. Au contraire ! L’État peut être un bon gestionnaire à partir du moment où il laisse la gestion aux gestionnaires et se contente de son rôle d’actionnaire idéalement minoritaire (et il ne faut pas reprocher à l’État une forme de détachement dans son rôle d’actionnaire).

Imaginez une France où l’État serait actionnaire de Total !

Je prends cet exemple volontairement d’abord parce que l’État a vendu Total 9 milliards d’euros alors que les bénéfices annuels de cette entreprise sont d’environ 12 milliards d’euros par an, soit un retour sur investissement en 1 an, ce qui, je vous l’assure, est un excellent investissement mais alors vraiment excellent… Bref, si l’État laissait à Total le soin de se gérer et se contentait de prendre 49 % des bénéfices chaque année, c’est environ 6 milliards d’euros qui rentreraient dans nos caisses sans avoir à augmenter les impôts pour tous !!

Moins d’impôts mais plus de dividendes !

Alors l’une des façons non conventionnelles, non idéologues, et très paradoxales par rapport aux politiques économiques actuellement menées et qui ne recèlent ni vision de long terme, ni grandes stratégies intellectuelles, ni intelligence, c’est qu’au moment même où l’on parle de privatisations il faudrait avoir une grande stratégie non pas de nationalisation mais de prises de participations !

Pour information, le bénéfice des 40 entreprises françaises du CAC 40 est de plus de 80 milliards d’euros par an. Voilà qui serait parfait pour réduire notre endettement !

À ce moment de la lecture, ceux qui sont « honnêtement » convaincus que l’État est un mauvais gestionnaire commencent à pousser des hurlements… mais ne possèdent aucun argument pour contrer ce raisonnement qui n’est pas terminé d’ailleurs !

Les fonds souverains, c’est quoi à votre avis ?

Nous sommes les seuls crétins à n’avoir toujours rien compris ! Nous nous plaignons de voir un pays minuscule comme le Qatar racheter le Printemps, le tout mâtiné d’une petite arrière-pensée un poil xénophobe, le Printemps Arabe, vous n’y pensez pas… pourtant tout le monde trouvait ça très bien le « Printemps arabe » quand Ben Ali en Tunisie s’est fait « dégager ».

Au-delà de la plaisanterie, nous attendons désespérément de l’argent des fonds souverains étrangers, qui ne sont rien d’autres que des holdings d’État qui nationalisent des entreprises étrangères pour capter leurs bénéfices au profit de leur État et de leur population.

Il ne vient à l’idée de personne de dire que les fonds souverains norvégien, suédois ou encore qatari sont de mauvais gestionnaires.

Ils sont même d’excellents gestionnaires. Actionnaires de long terme et souhaitant avant tout que leurs participations leur « rapportent » un maximum. Ces États, à travers leurs fonds souverains, sont devenus des actionnaires presque comme les autres.

Cela va même plus loin : ces États ont besoin de cet argent ! Car sans cet argent c’est leur avenir et leur stabilité sociale qui seront remis en cause. Les États deviennent des entreprises comme les autres ou presque.

Quelles conclusions ?

Pour les pays nordiques, les bénéfices obtenus grâce à leur participation servent à financer en partie les coûts de l’État-providence. Pour un pays comme le Qatar, cela permet d’avoir une influence politique mondiale plus importante que sa réalité géographique et démographique tout en préparant l’après pétrole ! Il se passe la même chose pour l’ensemble des pétromonarchies comme l’Arabie Saoudite.

Ce que font avec succès d’autres pays nous nous l’interdisons par bêtise et par idéologie.

On peut même défendre l’idée qu’il n’y a pas plus libéral qu’un État moderne souhaitant faire de l’argent en plaçant en Bourse !! Tout cela étant bien loin des nationalisations à la 1981, avec sécurité de l’emploi et transformation des salariés en fonctionnaires à vie ayant la garantie éternelle de l’emploi.

Imaginez un « choc » d’imagination !

Imaginez un instant une politique très volontariste de prises actives de participations. Nous pourrions stabiliser l’actionnariat de nos grands groupes, capter une partie importante des bénéfices, ne pas avoir à augmenter les impôts sur les entreprises et étouffer ainsi le peu de croissance que nous ayons.

Imaginez que ces gains soient réinvestis dans une grande politique industrielle, imaginez que dans le même temps nous recrutions 50 000 « douaniers » pour contrôler le respect des normes CE de toutes les « chinoiseries » qui rentrent en France (je rappelle que le protectionnisme est interdit mais que les normes CE ne sont pas faites pour les chiens).

Imaginez qu’un container sur deux soit retourné à l’expéditeur (par exemple 60 % des jouets ne sont pas conformes), imaginez que les industriels se rendent compte que le Made in France, ça peut aussi être bien.

Imaginez que malgré l’interdiction du protectionnisme Bruxelles nous montre qu’en réalité c’est possible ! Cela tombe bien car c’est justement le cas. Car oui, Bruxelles a donné son feu vert mercredi à l’imposition à titre provisoire de lourds droits de douane sur les panneaux solaires importés de Chine. Ils atteindront 47 % du prix des produits et entreront en vigueur une fois que la Commission européenne aura publié la décision dans son Journal officiel… Ce n’est qu’une question de jour.

Il faut dire que ce sont nos « zamis » allemands, grands exportateurs devant l’éternel, qui bloquent tout protectionnisme puisque cela n’arrangerait pas leurs affaires. Que les autres pays européens se fassent laminer leur industrie ne leur pose guère de problème (c’est normal, ce sont nos « zamis).

Hélas pour eux, les Chinois n’étant pas des culs-terreux pour toujours, figurez-vous qu’après être montés en gamme ces 20 dernières années… ils sont désormais capables de réduire à néant l’industrie allemande, et c’est exactement ce qu’il s’est passé avec les panneaux solaires Made in Germany… puisque toutes les entreprises allemandes de ce secteur sont en faillite.

Du coup, nos toujours grands « zamis » germains trouvent le libre-échange nettement moins drôle (ce que les Français pensent depuis longtemps mais n’ont pas le droit de dire car la police de la pensée veille) lorsqu’ils sont perdants ! J’en rigole encore. Résultat : pour sauver l’industrie allemande, on met des droits de douane sur les produits photovoltaïques chinois.

Imaginez qu’un jour, un peu moins crétins que d’habitude, nos « zélites » économiques en arrivent à se dire que ce qui est possible sur le solaire pourrait l’être pour tous les autres secteurs – on ne sait jamais, personne n’étant à l’abris d’une illumination.

Imaginez que l’on sorte de l’euro ou qu’en restant dans l’euro, car tout ça n’est qu’une question de choix politique à faire « ensemble » ou « seuls », la ou les banques centrales nous donnent des marges de manœuvre pour refinancer notre dette à 0 % ?

Imaginez que les États puissent investir vraiment (pas dépenser dans du social) en prenant des participations avec de l’argent fraîchement imprimé à 0 % que l’on remboursera grâce aux bénéfices obtenus par nos participations (bel effet de levier n’est-ce pas) ?

Imaginez tout cela, imaginez une fiscalité environnementale ; imaginez une véritable loi sur l’obsolescence programmée et sur la qualité, imaginez encore une véritable politique d’aménagement du territoire où nous arrêterions d’entasser des miséreux dans des HLM pourris dans des villes déprimantes sans aucune perspective d’emploi pour les envoyer dans les campagnes avec un potager et une maison, puisqu’il en existe des millions de vides… Imaginez une économie locale qui se redévelopperait ?

Imaginez qu’une collectivité locale n’est pas droit « d’emprunter » ! Imaginez qu’il n’y est plus de régimes spéciaux !

Vous pouvez imaginer tout cela, et plein d’autres choses car cette liste n’est pas exhaustive, et voir qu’il existe de très très nombreuses solutions simples et de bon sens pour sortir de la crise en sortant de nos carcans intellectuels.

Et maintenant, regardez Ségolène Royal, regardez son ex-mari, regardez la vacuité de nos « zélites » et l’absence d’imagination et de courage de nos mamamouchis, et vous comprendrez que tout ce que vous venez d’imaginer ne restera qu’un rêve et vos souffrances de plus en plus réelles.

Mais surtout n’imaginez pas Ségolène Royal à la tête de l’Agence nationale des participations d’État (l’ANPE, on peut réutiliser le terme vu que maintenant pour les chômeurs c’est Paul Emploi, et ressortir quelques anciennes enseignes à des fins de bonne gestion) car effectivement elle serait capable de nationaliser toute sa région et de ruiner à elle toute seule notre nouvelle ANPE ! Et c’est bien le problème de notre pays. Ce qui marche chez les autres ne fonctionne jamais chez nous avec les élites que nous avons.

Alors imaginez tout cela, réfléchissez-y en dehors de toute idéologie dans lesquelles nous avons été tous bercés.

Notre ennemi c’est autant l’idéologie cryptomarxiste qu’un jusqu’au-boutisme néolibéral tout aussi stupide.

Je ne suis donc ni pour les nationalisations ni pour les privatisations mais pour que nous choisissions collectivement comment l’État peut gagner de l’argent et avec quelles participations, des participations et des investissements qui doivent être gérés, changés, arbitrés, avec des prises de bénéfices et des ventes et des rachats, en d’autres termes  : une véritable gestion de portefeuille.

Bon sang, soyons inventifs et entreprenants !

Charles SANNAT

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement www.lecontrarien.com
Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | Chine | France | Tunisie | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | Chine | France | Tunisie | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,4 (41 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Un inculpé, interpellé au début de l’année dans le département du Rhône, manque à l’appel, et pour cause: ce Lyonnais, connu des services de police, a été libéré par la justice française deux jours après son audition.

Bravo !
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
j'ajoute que une entreprise à capitaux publics bénéficie d'un avantage indu car théoriquement elle peut faire des pertes infinies sans faire faillite,en tous cas elle est lâchée plus tard qu'une entreprise privée par ses actionnaires lorsqu'elle accumule les pertes et le mal est fait ....

les entreprise déficitaires doivent être éliminées pour permettre aux bonnes de travailler normalement voir la SNCF ....
Evaluer :   7  0Note :   7
EmailPermalink
les participations de l'Etat ne marchent pas en France car les hauts fonctionnaires ne rêvent que de les diriger et le plus souvent ça finit mal . En outre les grandes entreprises adorent recruter des hauts fonctionnaires car elles espèrent faciliter l’obtention directe ( c'est en principe interdit) mais surtout indirectes (via des PPP ou des réglementations favorables).

Il faudrait mieux commencer par supprimer l'ENA et interdire les parachutages public => privé .... mais c'est utopique dans la France d'aujourd'hui
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Tiens, le voilà le choc..attentats en Turquie, et hop on accuse la Syrie. Genre, les syriens sont tellement bêtes que, alors qu'ils sont enlisés dans une guerre civile, ils ne trouvent rien de mieux à faire que de provoquer un pays de l'Otan ?

Et la photo de la BBC, très révélatrice : une pleureuse professionnelle dans une position complètement exagérée, debout dans le cratère...

Enfin bon, on aura une chouette petite guerre encore
Evaluer :   10  1Note :   9
EmailPermalink
Bah tant qu'ils se flinguent entre eux ...
Evaluer :   4  6Note :   -2
EmailPermalink
Bonjour
Que vous le vouliez ou non, la Turquie c'est "Nous" et la Syrie c'est "Eux" et ils ont "Eux" au moins les roubignoles pour ne pas se laisser marcher sur les pieds et défendre leur frontière, dans le même cas les bons français seraient tous, comment dit-on ? sur les routes de l'exode...
Evaluer :   5  2Note :   3
EmailPermalink
Faudrait les renvoyer là-bas pour donner un coup de mains .
Ils y vont déjà tout seul...mais dans le mauvais camp, juste une petite formation avant l'examen final dont les épreuves se disputerons chez nous, ils vont bien se marrer les syriens devant leur TV à ce moment là.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Mais qu'on est bien ici en démocratie !
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Je suis content pour vous, dans mon pays la démocratie n'est plus qu'un verni.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Bien triste , alors que c'était un pays rayonnant ...avant !
un vernis qui ne couvre pas toute la surface de l'objet.

Combien de Français considèrent que la politique menée avec les radars automatiques, par exemple, est exactement celle qu'ils ont toujours souhaitée, que tout est merveilleux, que rien ne peut être amélioré?
Même raisonnement avec les choix et actions de chaque ministère, de chaque administration.
Quel citoyen lambda a le sentiment de diriger le pays dans la direction de son choix ???

Réponse: l'un des 601.000 élus à qui il semble que tout est parfait...
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
L'avant dernière élection s'est jouée sur le thème de l'insécurité, réponse des politiques: des radars sur les routes ! et toujours autant d'insécurité dans les rues ! de quoi tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de demander quoi que ce soit à cette engeance. Pour vivre heureux vivons cachés.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Le code de la route est le SEUL moyen d'infliger des amendes à des gens normaux, travailleurs, solvables, honnêtes et surtout qui les paieront !

Dans quelle autre situations pourrait-on amender ces citoyens là ? tapage nocturne, déneigement de trottoir, vol à l'étalage, délit d'initié? Rien !

Alors que les VRAIS bandits, ça coûte de la police pour les trouver, de la justice pour les juger ou les détenir et si on leur donne une amende... ils sont insolvables !! Que des charges, aucun profit !


Pour en revenir au sujet de la démocratie: qui a demandé cette situation, qui l'approuve, qui en profite ?
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Très juste, il y avait la TVA et maintenant les radars mais le peuple est souverain c'est ça le piège,
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Le plus fou avec les limitations de vitesse n'est même pas que les conditions de circulation imposées aux conducteurs d'aujourd'hui, en tout lieu et en toutes circonstances, soit régies par un rond-de-cuir des années 60...

C'est qu'on déclare comme infraction, voire comme délit, les CONDITIONS (vitesse) d'un acte honorable (circuler) qui peuvent FAVORISER la survenance d'un évènement (l'accident) qui n'est même pas LUI MÊME une infraction !!

Je n'ai aucun autre exemple.
C'est normal, puisqu'il s'agit d'un prétexte et non d'une politique.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
La définition du Larousse concernant le mot accident: Événement fortuit qui a des effets plus ou moins dommageables pour les personnes ou pour les choses : Accident de la route.
Ils sanctionnent donc des comportements pouvant entraîner des événements fortuits, 5500 morts en 2005, 3970 en 2011... par rapport au nombre d'amendes dressées et au CA réalisé... contre la mauvaise foi il n'y a pas d'argument.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Je ne suis pas sûr de comprendre.
Fortuit ou pas, l'accident n'est pas un crime, ni un délit, ni même une infraction. Mise à part les conséquences civiles avec mon assurance, je peux en causer trois par jour sans être inquiété au pénal.
C'est compréhensible, puisqu'étant fortuit, il ne peut y avoir d'intention.

Par ailleurs, il n'y a pas de lien direct entre les modalités du déplacement (la vitesse) et l'évènement fortuit. Juste une probabilité accrue. Combiné avec d'autres modalités, on change encore la probabilité, donc il n'y a pas de lien direct.
(Par exemple, ce n'est pas parcequ'un ambulancier ou un pompier roule plus vite que le reste du traffic, qu'il devient automatiquement un délinquant ou un criminel...)

Je suis preneur d'un autre exemple dans lequel favoriser la survenance d'un évènement involontaire et non-pénalisé soit en soi tout seul une infraction ou un délit.






Vous citez des chiffres de décès par unité de temps.
Pour passer mon temps des deux côtés du Fleuve, je trouve assez intéressant que la France et l'Allemagne, AVEC DES METHODES PARTICULIEREMENT DIFFERENTES, ont de 1970 à nos jours EXACTEMENT la même courbe décroissante des décès par unité de temps.
Et que nos deux pays soit champions du monde ex-aequo du FAIBLE nombre de décès par kilomètre parcouru.

S'il vous plaît, n'attribuez pas une amélioration en France ces toutes dernières années à des comportements quand une bonne part de l'amélioration est simplement à attribuer à la baisse des distances parcourues.
Eh oui, les Français n'ayant plus de fric, ils n'iront simplement pas à la mer pour le dimanche de Pentecôte!

S'il vous plaît aussi, n'ayez pas la candeur de donner trop de crédit aux chiffres du "ministère de la statistique", ce serait un peu comme croire aux 0,5% d'inflation annuel... ! Les sommes en jeu sont bien trop importantes pour diffuser des chiffres bruts non-retravaillés.
"Je ne suis pas sûr de comprendre."
Bien sur que fortuit ou pas l'accident n'est pas un crime. Ce que je veux dire c'est que le nombre de décès et la régression de ce nombre est insignifiante par rapport au nombres démesuré de procès-verbaux dressé et au CA engrangé par l'état sur la même année. Je n'attribue rien du tout à qui que ce soit, je ne prend jamais les transport en commun...beurck, je suis donc parfaitement au courant des difficultés rencontrés par les automobiliste, concernant la candeur que je pourrai avoir à vous servir des chiffres tronqué et par la même la soupe du gouvernement, laissez moi rire, ils n'ont servi qu'à illustrer la démesure des rapports voilà tout, en aucun cas la montagne ne doit accoucher d'une souris à ce sujet.
Je préfère.
J'apprécie d'habitude vos messages et j'étais déçu de comprendre l'inverse.

Tiens, je suis tombé aujourd'hui sur des chiffres frais:

Les autoroutes allemandes ont vu l'année dernière 11% des décès routiers, alors qu'elles supportent plus du tiers des km parcourus et que 60% des tronçons sont libres 24/24 (sur les 40% limités une partie est adaptée en temps réel de libre jusqu'à 60Km/h).
On peut dire que ce n'est limité que là où c'est nécessaire.

En comparaison, les Espagnols n'ont plus de fric et boycottent les péages: 83 décès l'an dernier sur autoroutes.

Et en France, 248 victimes, soient moins de 10%, donc un grand nombre sont... des piétons.
Là encore, les riches roulent sereinement et les pauvres vont se faire tuer sur départementale...

Certains diront encore que moins de 10% sont mieux que 11%. Il ne faut pas oublier qu'en Allemagne, à part le sautoroutes, il n'y a rien d'utilisable. Les départementales ont peu évolué depuis les années 1925, le traffic local entre et sort à tout bout de champ sur les autoroutes fédérales, les convois exceptionnels n'ont pas d'autre passage, les camions de chantier partagent l'espace avec les Japonais spécialement venus tester leur Supra de 800ch à 350Km/h, l'éclairage est rare, les hivers sont longs, leur état général est souvent bien bien moche! etc etc

En gros qu'une autoroute soit libre ou limitée, ça change guère le nombre de victimes. Ce qui compte c'est que l'autoroute "prenne des parts de marché" aux autres routes plus dangereuses.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Votre analyse est très bonne et souligne bien qu'en France depuis bien longtemps déjà et sur beaucoup de sujet l'on masque une carence crée de toute pièce par une taxation directement issue du problème volontairement crée...
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Les considérations budgétaires ont toute leur place aujourd'hui:
On paye bien plus de taxes à 18L/100Km sur une route libre, qu'à 9L/100Km sur une route à péage.

Et en plus et pourtant, on paye plus volontiers !!
Protectionnisme ? Fonds souverain ? L'Europe veut imposer 47% de droit de douane aux panneaux solaires fabriqués en Chine; Voulez-vous payer vos panneaux solaires 47 % plus chers ? C'est aux acheteurs de décider s'ils veulent des panneaux venant de Chine ou d'ailleurs, point. L'état n'est pas une entreprise, il ne spécule pas, il n'investi pas dans une affaire. L'état ne fait pas de business, point. Les fonction régaliennes légitimes de l'état sont la défense, la police d'état, la haute cour de justice et la diplomatie, rien d'autre. Les serviteurs d'un état limité mais entier n'ont pas besoin de beaucoup d'imagination pour bien faire leur job, l'honnêteté suffit.
Evaluer :   3  3Note :   0
EmailPermalink
En Belgique on fait preuve d'imagination aussi. Le ministre des finances envisage de taxer le précompte mobilier de tous les comptes d'épargne (et pas juste à partir de 1880 euros d'intérêts).
Déjà que les taux d'intérêt ne rapportent plus rien (moins que l'inflation)
Qu'il faut payer des frais de gestion
Maintenant il faudra encore payer des taxes sur ces intérêts

Comment détruire la classe moyenne....
(et le gouvernement peut compter sur la jalousie des pauvres - de plus en plus nombreux - pour appuyer démocratiquement cette nouvelle mesure)
Evaluer :   8  1Note :   7
EmailPermalink
Jalousie des pauvres , mais c'est surtout eux qui mettent leur petite épargne sur ce genre de placement absurde !
Evaluer :   1  3Note :   -2
EmailPermalink
Ce ne sont pas les plus forts ou le plus intelligents d'une espèce qui survivent, mais ceux qui s'adaptent le mieux au changement !!!
Charles Darwin
Le changement , c'est l'imagination au pouvoir !
Evaluer :   5  2Note :   3
EmailPermalink
Il paraît que "le changement c'est maintenant"...... Effectivement si l'on se réfère à la citation de Darwin, maintenant on sait pourquoi on ne survivra pas.
Parce que niveau imagination, nos politiques, passés présents et certainement à venir sont de gros balèzes par valeur négative.
Evaluer :   10  3Note :   7
EmailPermalink
Comment ne pas être d'accord avec toi ? Je pense que vos élus frisent le zéro absolu .
Evaluer :   6  4Note :   2
EmailPermalink
«À ce moment de la lecture, ceux qui sont « honnêtement » convaincus que l’État est un mauvais gestionnaire commencent à pousser des hurlements… mais ne possèdent aucun argument pour contrer ce raisonnement qui n’est pas terminé d’ailleurs !»

Ben si, il y a des arguments : il y a ce qui se voit et ce qui ne se voit pas : ce qui se voit, ce sont les dividendes qui vont à l'État, ce qui ne se voit pas, c'est qu'ils ne sont plus distribués aux actionnaires. L'État gérera-t-il mieux ces revenus ?

De plus, il y a aussi le conflit d'intérêt du fait que l'État soit un acteur économique. L'État devient alors une entreprise qui possède une armée, fait des lois pour que le peuple consomme ses produits, peut mettre des bâtons dans les roues de ses concurrents et même les interdire.
De plus, l'État se finance avec l'argent des autres, n'est donc pas capable de distinguer la valeur ajoutée, sans compter qu'une entreprise publique en faillite, l'État la soutien avec l'argent du contribuable.

M Sannat trouve-t-il donc que le Crédit lyonnais était bien géré lorsqu'il finançait les copains du PS, investissait dans des terrains de golf pour la nomenklatura ?
Evaluer :   8  3Note :   5
EmailPermalink
« L’État est-il condamné à être un mauvais gestionnaire ?
Pour le moment, disons-le : oui ! Oui en France, car en Chine ce n’est pas vrai. »

C'est sur que la corruption à tous les niveaux en Chine, les villes fantômes, les industries qui ne produisent rien, les routes qui ne mènent nul part, le truquage de chiffres, la Chine gère bien…

Misère, comment l'État socialisant a-t-il pu prendre la place à ce point de Dieu et de l'Église ?
Evaluer :   6  4Note :   2
EmailPermalink
Sans oublier qu'en Chine l'état-entreprise peut déplacer des populations à sa guise, mater les troubles sociaux engendrés par ses activités..

En France, l'état peut servir d'intermédiaire entre les entreprises et la population, essayer de défendre les intérêts des uns et des autres afin d'arriver à une vie harmonieuse. (bon, c'est la théorie ça, la pratique n'est pas aussi rose bonbon)

A une époque, genre années 70-80, le monde entier écrivait des bouquins pour expliquer en détails pourquoi le système japonais était supérieur, plus évolué, plus parfait, et allait dominer le monde..... en fait quand la mode des livres-banzaï atteignait son apogée, envahissant les rayons "management" des librairies, le Japon était déjà en train de chuter, mais sauvait encore les apparences.
Ensuite il a chuté, et s'est enlisé dans une sorte de stagnation bizarre.... il a tenté de se relancer par la politique des grands travaux, mais elle a engendré beaucoup de dépenses inutiles
Les récents événements ont montré les failles du système, incapable de gérer ses centrales nucléaires. Fukushima fuit, et le pays le plus parfait du monde n'a que ses yeux pour pleurer, car personne ne sait comment réparer ça..

Bientôt ce sera au tour de la Chine de montrer ses failles...
Elle construit des tours en quelques semaines, des lignes de TGV en un clin d'oeil....
Alors on s'amuse à casser du sucre sur l'obsession sécuritaire des travaux publics français, ralentis par le syndicalisme oppressant, les 35 heures et tout ça.... on démontre que la Chine est plus parfaite que le reste du monde...
Mais même aux USA ils ne parviennent pas à construire des TGV rapidement... le projet de TGV californien est en cours de construction, la mise en service n'est pas prévue avant 2029.
Une ligne équivalente en Chine serait construite pour 2015 au plus tard.
Donc si même les américains "traînent", c'est plutôt qu'il y a une faille dans le système chinois. Mais tout le monde préfère rester aveugle et ne considérer que les performances époustouflantes..... (tout comme l'Islande était aveugle devant sa bulle parfaite et des docteurs universitaires préparaient des thèses selon lesquelles les Islandais étaient génétiquement supérieurs dans le domaine de la finance)
Evaluer :   5  4Note :   1
EmailPermalink
On peut chercher toutes les causes de la terre...
Le Japon est fini à terme d'abord à cause de sa démographie.
Un pays ne peut pas avoir d'avenir radieux avec une natalité lamentable. Peu importe la structure politique ou les choix économiques.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
"Soyons inventifs et entreprenants".... ce n'est pas ça le problème, le problème c'est qu'il n'est pas possible de passer à l'acte ! Nos élites étant globalement bêtes, bornées et lobotomisées par leurs idéologies rétrogrades, elles sont debout sur le frein pour empêcher toute évolution qui pourrait leur nuire.
Evaluer :   14  3Note :   11
EmailPermalink
Je suis bien d'accord il faudrait être inconscient pour entreprendre quoi que ce soit dans ce pays, celui qui a une idée géniale à tout intérêt à la garder pour lui, l’intelligentsia française ne mérite plus que nous fassions aucun effort, même quand ils nous mettent la carotte devant le nez, nous finissons toujours en final par la sentir derrière. Qu'ils se débrouillent avec leurs créations, je reste spectateur.
Evaluer :   9  5Note :   4
EmailPermalink
A propos de l'Italie :

Toujours selon la banque centrale, les banques du pays ont renforcé leurs avoirs en obligations souveraines italiennes, à 363 milliards d'euros au total, contre 351,6 milliards en février. Ce montant est le plus élevé depuis 15 ans que la Banque d'Italie en compile la statistique et il représente une augmentation de près de 25% depuis mars 2012.

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/reuters-00520264-italie-banques-les-creances-douteuses-en-forte-hausse-en-mars-565185.php

Les banques italiennes préparent l'avenir : les banques italiennes se chargent en obligations de l'Etat italien.

Quand la prochaine crise bancaire arrivera, les banques italiennes diront à l'Etat italien :

"Maintenant, tu vas lever des impôts supplémentaires pour nous renflouer. Si tu le fais, tout ira bien. Si tu ne le fais pas, nous faisons faillite, mais nous t'entraînons dans notre chute. Il n'y aura plus personne au monde pour te prêter de l'argent. Quant aux milliers de milliards d'euros que vont perdre les épargnants italiens, tu t'expliqueras avec eux."

En clair : les banques italiennes tiennent l'Etat italien par les c... , et elles le tiennent très fort.

Pronostic :

- Les banques italiennes vont faire faillite ET AUSSI l’Etat italien va se déclarer en défaut de paiement.

- Les banques grecques vont faire faillite ET AUSSI l’Etat grec va se déclarer en défaut de paiement.

- Les banques irlandaises vont faire faillite ET AUSSI l’Etat irlandais va se déclarer en défaut de paiement.

- Les banques portugaises vont faire faillite ET AUSSI l’Etat portugais va se déclarer en défaut de paiement.

- Les banques espagnoles vont faire faillite ET AUSSI l’Etat espagnol va se déclarer en défaut de paiement.

- Les banques chypriotes vont faire faillite ET AUSSI l’Etat chypriote va se déclarer en défaut de paiement.

- Les banques slovènes vont faire faillite ET AUSSI l’Etat slovène va se déclarer en défaut de paiement.

- Les banques belges vont faire faillite ET AUSSI l’Etat belge va se déclarer en défaut de paiement.

(Liste non exhaustive)
Evaluer :   11  2Note :   9
EmailPermalink
Je suis exactement de votre avis sur la question et j'avoue que je croyais être le seul. Dupont-Aignan, lors de sa candidature à la présidentielle, défendait les différents points de vue de votre article : voir son score... Nos zélites sont nulles, certes, mais que dire de nos votes...
Evaluer :   11  3Note :   8
EmailPermalink
10 Choses à connaitre

1 : On ne peut pas se laver les yeux avec du savon
2 : Vous ne pouvez pas compter vos cheveux
3 : Vous ne pouvez pas respirer avec votre nez la langue sortie
4 : Vous venez d'essayer la n°3
6 : Lors de l'essai n°3 vous avez réalisé que c'etait possible mais
que vous ressembliez à un chien.
7 : Vous souriez maintenant car vous vous êtes fait avoir.
8 : Vous avez négligez le numéro 5.
9 : Vous venez de vérifier s'il y a un numéro 5.
10 : Vous allez noter négativement ce commentaire car vous vous dites
qu'il n'a rien à faire ici.

Il n'avait pour bût que de vous faire comprendre comme
il est facile de manipuler les gens, et aussi de répondre à votre question sur
le votes des Francais.

La manipulation, les médias y arrivent très bien (reportage sur les grandes fortunes,
sur les affaires...), même les pubs (ex: la pub pour le Leerdammer
https://www.youtube.com/watch?v=5kBFp2yCRzQ matraquée pendant toute la
campagne de hollande ... le changement)

J'espère avoir répondu à votre question !
Evaluer :   17  3Note :   14
EmailPermalink
Merci pour votre réponse, c'était ce genre de réflexion, entre autres, que je souhaitais faire germer par ma question. Toutefois, sachez qu'hormis le fait de ne pas avoir vu qu'il manquait le point 5, je n'ai pas fait le reste (je suis désolé, je ne note pas les commentaires). Comme quoi, quand on sait qu'on peut se faire manipuler, on devient beaucoup moins manipulable (ou pour reprendre un terme de notre chroniqueur, "contrarien"). Exemple : je n'ai pas la TV... A défaut d'être en démocratie (au sens littéral), nous sommes encore libres d'être libre (ou non).
Evaluer :   6  4Note :   2
EmailPermalink
bravo , je me suis fait avoir comme un bleu, pourtant je suis un adepte fervent de la question" quelle est la seule partie du corps que l'on ne peut pas toucher avec sa langue?"
merci ca fait réfléchir et ca réapprend la notion primordiale de nécessité du "recul"
PS: c'est le coude, au cas ou
PS 2 : vous venez d'essayer :-))
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
En attendant je fais mon potager et mon verger :-)
Evaluer :   9  2Note :   7
EmailPermalink
J'ai beaucoup de mal à imaginer.
Evaluer :   2  7Note :   -5
EmailPermalink
'''Nous sommes les seuls crétins à n’avoir toujours rien compris !'''

La fin donne un peu d'espoir mais avec les crabes du sommet, je n'y crois guère .
Evaluer :   9  5Note :   4
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Les considérations budgétaires ont toute leur place aujourd'hui: On paye bien plus de taxes à 18L/100Km sur une route libre, qu'à 9L/100Km sur une route à péage. Et en plus et pourtant, on paye plus volontiers !! Lire la suite
Rüss65 - 22/05/2013 à 10:53 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX