Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

L’inquiétante situation espagnole

IMG Auteur
Publié le 10 mai 2012
548 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 5 votes, 4,8/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or et Argent

 

 

 

 

Les mauvaises nouvelles économiques en provenance de l’Espagne s’accumulent. Le pays revient sur le devant de la scène de la crise de la zone euro qui se poursuit inexorablement.


Ainsi, selon les prévisions de Citigroup, l’économie se contracterait de 2,7% cette année, l’objectif d’un déficit public – à 5,3% du PIB – sera difficile à atteindre en dépit des dernières mesures d’austérité. La dette pourrait atteindre 80% du PIB (contre 68,5% l’an dernier), soit un record depuis plus de deux décennies. Le chômage a continué d’augmenter au mois de mars alors qu’en la matière l’Espagne est en tête de l’UE avec un taux de 23,6%. Le coût de la dette espagnole a également repris le chemin de la hausse – dépassant de nouveau la barre des 6% à la mi-avril – et le pays a dû laisser les taux monter lors de ses dernières adjudications. Par exemple, le 4 avrille coût desobligations à trois ans a été de 2,89% pour contre 2,44% le 15 mars ; 4,319% pour les bons à 4 ans contre 3,376% le 1er mars et 5,338% pour les obligations à huit ans contre 5,156% le 15 septembre 2011.


Mais un risque sans doute moins connu et pourtant plus important vient de la situation des banques espagnoles.


Car elles cachent dans leurs bilans des pertes considérables, notamment liées à la déconfiture du secteur de la construction et du marché immobilier. Comme le souligne une étude, des prêts pour près de 400 milliards d’euros destinés à ces secteurs seraient ainsi « logés » dans leurs livres comptables. Or, les créances « douteuses » (ayant un risque de défaut significatif) – liés à la baisse des prix de l’immobilier et des difficultés de les rembourser – représenteraient 20%, soit 80 milliards d’euros. Les montants provisionnés pour faire face à ces pertes potentielles ne seraient que de 50 milliards seulement. Alors que les prix de l’immobilier continuent de baisser, le volume de ces créances « douteuses » pourrait augmenter, aggravant ainsi les pertes que devront essuyer les banques.


La situation est d’autant plus préoccupante que par les opérations exceptionnelles de refinancement à 3 ans bon marché de la BCE (à 1%), les soi-disant LTRO, elles peuvent encore s’offrir le luxe de reporter à plus tard les restructurations nécessaires, au risque d’aggraver encore leur situation.


Par exemple, pour éviter la faillite de certaines entreprises de tauromachie qui leur doivent de l’argent et donc d’enregistrer les pertes que cela occasionnerait, certains banques accordent des crédits aux spectateurs de corrida afin de financer leur abonnement saisonnier (coûtant plusieurs centaines d’euros). Les crédits sont à rembourser un an plus tard, avec les intérêts. En attendant, il n’y a peut-être pas de pertes à inscrire dans les comptes des banques, mais qu’en sera-t-il, quand l’économie se sera davantage contractée et qu’il sera encore plus difficile pour les spectateurs de consacrer une partie plus importante de leur budget à leur loisir favori ? Drôle de façon de reporter les pertes en finançant par le crédit facile la clientèle de vos propres clients qui ne peuvent plus vous rembourser!


L’effet « anesthésiant » du trillion d’euros, déversé récemment par la BCE, est en train de s’estomper et les inquiétudes à propos de la situation en Espagne – comme dans d’autres pays – reviennent au galop.


 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Espagne | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Espagne | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,8 (5 votes)
>> Article suivant
Valentin Petkantchin détient un doctorat ès sciences économiques et est diplômé du Magistère média et formation économique de l’Université d’Aix-Marseille III. Il a été chercheur au Centre d’analyse économique et enseignant d’économie au sein de cette même université. Entre 2004 et 2006, il a été le directeur de la recherche de l’Institut économique de Montréal. Il est l’auteur d’un livre sur l’histoire de la pensée économique et l’œuvre d’Adam Smith, intitulé Les sentiments moraux font la richesse des nations. Il est actuellement chercheur à l’Institut économique Molinari et analyste à la société de gestion Overlord France Finance.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
La dette en France atteint bientot les 90% du PIB ! Et ce ne sont pas les mesures à venir de M. Hollande qui vont attirer les entrepreneurs pour créer des emplois, peut-être même le contraire ! A quand notre tour ?
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
La dette en France atteint bientot les 90% du PIB ! Et ce ne sont pas les mesures à venir de M. Hollande qui vont attirer les entrepreneurs pour créer des emplois, peut-être même le contraire ! A quand notre tour ? Lire la suite
Tophe28410 - 10/05/2012 à 14:26 GMT
Note :  4  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX