Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

La tragédie grecque, Acte III

IMG Auteur
Jean de Selzac
Publié le 26 septembre 2013
656 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 12 votes, 4,9/5 ) , 12 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
12
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Alors que l’Irlande mettra probablement fin à son programme de renflouement d’ici la fin de l’année, la Grèce est très loin de pouvoir le faire. Environ 10 à 11 milliards d’euros lui sont encore nécessaires pour réussir son renflouement, repoussant ainsi son retour à la normale à 2015. Ce sera le troisième acte de cette tragédie économique. Jeroen Dijsselbloem, le ministre des finances néerlandais, a confirmé au Parlement européen, le 5 septembre 2013, qu’en « ce qui concerne le besoin probable d’un troisième programme pour la Grèce, il est évident que malgré de récents progrès, les problèmes de la Grèce ne seront pas complètement résolus d’ici 2014. »

 

Les deux derniers renflouements grecs se sont chiffrés à 240 milliards d’euros, mais cela ne suffira pas. « Il est réaliste de penser qu’une aide supplémentaire sera nécessaire au-delà du programme. Dans ce contexte, l’Eurogroupe a clairement indiqué qu’il s’est engagé à fournir le soutien adéquat à la Grèce pendant le programme en cours et au-delà jusqu’à ce qu’elle puisse revenir sur les marchés », a ajouté Jeroen Dijsselbloem.


Mais la décision est loin de faire l’unanimité. Wolfgang Schäuble, ministre des finances allemand, n’y est pas vraiment favorable tandis que la chancelière allemande Angela Merkel temporise l’avis de son ministre en rappelant qu’ « au sein de la zone Euro, nous avons toujours dit que nous évaluerions la situation grecque à la fin de 2014 ou au début de 2015, » laissant ainsi une porte ouverte à une possible rallonge financière.


Mais c’est la Troïka – l’UE, la BCE et le FMI – qui prendra la décision et l’imposera aux gouvernements de la zone euro. Et à entendre Jeroen Dijsselbloem, un troisième renflouement est d’ores et déjà dans les tuyaux. Le Néerlandais en profite pour mettre les choses au point, le 5 septembre, au Parlement européen : « L’Eurogroupe a accepté l’année dernière d’envisager des mesures complémentaires si nécessaire, telle qu’une réduction des taux d’intérêts sur les facilités de crédits grecs. »


Mais cela ne changera rien au fait que les contribuables de la plupart des pays de la zone euro, à l’instar des Allemands, en ont assez de renflouer les autres pays. Depuis trois ans, les renflouements se succèdent sans qu’on puisse en voir la fin et sans que les peuples qui font l’effort  financier le plus important puissent dire un mot. Or c’est exactement ici que se trouve la faille démocratique dans laquelle l’Europe pourrait bien tomber.


Le problème qu’aucun des responsables européens, ni même nationaux, ne veulent voir abordé est le suivant. L’argent des renflouements vient des caisses de la BCE. Cela impacte donc l’ensemble des utilisateurs de l’euro car la valeur à terme pourrait être diminuée. . L’argent de la BCE n’est pas autre chose que l’argent qu’utilisent les individus et, en particulier les contribuables européens. Cet argent est dépensé par la Troïka composée d’entités supranationales qui n’ont pas de légitimité démocratique, c’est-à-dire qui ne détiennent aucun mandat du peuple qui autorise l’utilisation de l’argent public. En effet le FMI, la BCE, la Commission européenne ou tout autre organe européen ne sont responsables devant aucuns peuples.


Dans cette optique la Troïka ne détient aucune légitimité pour dépenser notre argent. Et au nom de quelle légitimité les gouvernements de la zone Euro laissent-ils utiliser l’argent des individus à des fins non-nationales ? Il semblerait qu’on veuille nous faire passer pour une évidence ce qui est en réalité un déni de démocratie doublé d’un abus de pouvoir.


Avant de décider de nouveaux renflouements ou du prolongement de programmes, les gouvernements de la zone Euro, la BCE et le FMI feraient mieux de sortir de cette « zone grise » dans laquelle ils utilisent l’argent des européens sans être responsables devant eux. Sinon, la méfiance envers les gouvernements et la division entre les peuples d’Europe ne cesseront d’augmenter. Ignorer plus longtemps cette faille démocratique pourrait bien transformer l’acte III de cette tragédie grecque en une tragédie européenne.

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Grèce | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Grèce | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,9 (12 votes)
>> Article suivant
Esprit libertarien, entrepreneur, grand voyageur parcourant des continents aussi divers que l’Afrique et l’Amérique, Jean de Selzac met sa plume au service de la liberté économique et de l’esprit d’entreprise. Il a souvent écrit dans les différentes publications de Contribuables Associés.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
à partir du moment où l'état confisque le pouvoir,ainsi que son argent,aupeuple qui l'a élu, et ce,sans effusion de sang, cela s'apparente à un coup d'éclat... la même chose, en nettement moins soft et la liberté en moins, faite par la gent armée,on parlera d'un coup d'état... l'article de h16 sur les pensions prend tout son sens et devrait nous alerter : quelque part,nous achetons notre lberté...mais ce n'est que mon avis.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Alors si le peuple n'a plus son mot à dire, c'est une oligarchie ou une dictature ?
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Une dictature oligarchique ? ou le contraire.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Après les derniers événements en Grèce d'hier, comme j'avais déjà écrit dans un de mes précédent commentaire quand les militaires (je dois préciser les militaires aux gradés) ne reçois plus leur solde, devenant révolutionnaires "à côté du peuple" bien sûr pour conquérir le pouvoir et l'argent comme toutes les dictatures.

A part les cons aveugles bureaucrates qui vive dans leur bulle a Bruxelles, je me demande si cela est bien calculé du tout début, parce que poussé des millions des gens dans le désespoir en Europe, à qui profite le crime ?????

Si cela serait le cas alors préparons nous à la nouvelle dictature européenne.

PS. J'espère me tromper, mais cela pue très fort de plus en plus.
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Le jour où l'Europe demandera la constitution d'une armée et de services secrets, ils se dévoileront. Ce sera le moment soit de faire la révolution, soit de quitter le continent.

Un autre indice sera de voir comment ils se comporteront lorsque un pays voudra faire sécession et quitter l'Europe. Si ca se passe pacifiquement tout ira bien, si ça se passe à l'Américaine c'est à dire une guerre d'agression contre l'état voulant partir pour bien marquer qu'il est interdit de quitter l'union, il vaudra mieux ne pas etre présent et, également, quitter ce continent en déclin.
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
C'est sur qu'ils n'ont pas encore dévoilé toute l'étendu de leur moyens qui seront de plus en plus rudes au fur et à mesure de l'urgence de la situation, mais personnellement, je ne vois pas sur quel continent j'irai jouer les Boat People, car le phénomène est mondial, et si il ne rencontre pas de résistance ici, pourquoi en rencontrerai t'il ailleurs. Si c'est ici que cela doit se passer, c'est ici qu'il faudra être, nul part ailleurs, il faudra bien arrêter cette gangrène à un endroit ou à un autre.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Depuis la crise de 2008 c'est évident que les USA sont en train de devenir une dictature malgré les dénonciations de quelques personnes au courant des secrets d'État et par la voie naturelle de choses traité de traitre et jeté en prison a vie. L'Europe est la prochaine sur la liste, mais qui c'est un peu plus compliquer parce que ce n'est pas encore un État Unis d'Europe malgré l'euro il y a plus d'histoire et de rivalités, vous avez raison Erwin, le destin du monde est en train de se jouer en Europe, si l'Europe deviendra la deuxième dictature mondiale avec la Chine, il n'y a plus rien qui arrêtera ce train en marche vers la dictature mondiale, la force économique de ce bloc fera le reste sur les autres pays encore libres.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
L'Europe qui est en train de tester où elle peut y aller, à déjà créer la force militaire européenne d'intervention rapide la Eurofor qui serait envoyé la ou les troubles apparaîtrons naturellement avec l'approbation du peuple européen pour sauver la "démocratie" comme maintenant en Grèce si par malheur leur dirigent nouveaux voudrais sortir de l'Europe. Comme pour Hitler c'est bien le peuple allemand qui l'a mis au pouvoir avec des élections libres et l'histoire ce répète comme toujours, il est évident que ce sera la même chose avec la prochaine élection européenne et les autres qui suivront peut-être.

Ce n'est pas une révolution où vous saurer indiquer comme un terroriste, mais bien voter avec son cerveau sans regarder la télé et les médias et surtout pas les sondages truqués.

Il n'y a pas d'autre solution miracle.
La plupart de intervenants sont des gens à la solde de l'état, tant que les brigades anti-émeutes touchent leur solde ça ira même si leur boulot sera tjrs plus risqué, c'est en maintenant une pression quasi quotidienne sur eux par tous les moyens possible, jusqu'au jour ou la solde n'arrive plus que les grecs pourrons retrouver espoir, mais ce n'est qu'ensuite que les choses sérieuses commencent seulement...
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Le peuple n'a jamais rien eu à dire, bien qu'on veuille lui faire croire le contraire.

Il est soit soumis, soit instrumentalisé.

Comme le disait Mark Twain, si les élections pouvaient changer quelquechose, il y a longtemps qu'elles seraient interdites.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
On peut tourner le problème de tous les côtés, il est évident que la Troïka n'a aucune légitimité démocratique et n'est reponsable devant personne, ce qui est un comble. Tous les citoyens de l'UE savent très bien que leur argent part financer des plans fumeux pendant qu'ils doivent par force se serrer le ceinture. Où est en définitive cette belle Europe qui devait être le paradis du monde occidental ???? En réalité, c'est en train de tourner à l'enfer. Critiques, défiance, comment tout cela pourrait-il finir bien ?????
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
C'est une nébuleuse de type démocratique mutante de troisième génération anciennement appelée " responsable mais pas coupable" Sont but: Porter l'enfer en Paradis.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
à partir du moment où l'état confisque le pouvoir,ainsi que son argent,aupeuple qui l'a élu, et ce,sans effusion de sang, cela s'apparente à un coup d'éclat... la même chose, en nettement moins soft et la liberté en moins, faite par la gent armée,on parl  Lire la suite
ferzi - 28/09/2013 à 08:59 GMT
Note :  2  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX