Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Les taux d’intérêt nominaux sont-ils haussiers ou baissiers pour l’or ?

IMG Auteur
Publié le 04 mai 2017
622 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 2 votes, 4,5/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editorial du Jour

La réponse courte à la question posée ci-dessus est qu’ils ne lui sont ni haussiers ni baissiers. Lisez ce qui suit pour une réponse plus élaborée.

Voyez ce qui est arrivé aux taux d’intérêt nominaux au cours des marchés haussiers de ces quelques cent dernières années. Les taux d’intérêt ont généralement progressé à la baisse au fil du marché haussier de l’or des années 1930, à la hausse au fil du marché haussier de l’or des années 1960 et 70, et à la baisse au cours du marché haussier de l’or de 2001-11. Le message que nous transmet ici l’Histoire veut donc que la tendance des intérêts nominaux n’influence pas fortement la tendance de long terme du prix de l’or.

L’Histoire nous apprend que les marchés haussiers de l’or peuvent se développer en parallèle à une hausse comme à une baisse des taux d’intérêt nominaux. Mais cela ne doit pas être interprété comme une preuve que les taux d’intérêt n’affectent pas la tendance haussière ou baissière du prix de l’or. La tendance de long terme des taux d’intérêt nominaux n’est pas critique. Mais ce qui est d’une grande importance, pour ce qui concerne le marché de l’or, sont les taux d’intérêt réels. Des taux d’intérêt réels bas/en déclin sont haussiers pour l’or, alors que des taux d’intérêt réels élevés/en hausse lui sont baissiers. Par exemple, quand l’or était en hausse dans les années 1970 en parallèle à la hausse des taux d’intérêt nominaux, les taux d’intérêt réels étaient généralement bas. La raison en est que les attentes d’inflation étaient égales ou supérieures aux taux d’intérêt nominaux (les taux d’intérêt réels sont les taux d’intérêt nominaux moins les ATTENTES de dévaluation de la devise).

Les taux d’intérêt réels très bas sont les artéfacts des banques centrales, parce qu’au sein d’un marché libre de toute intervention, les prêteurs insistent sur des retours réels en échange de l’abandon temporaire du contrôle de leur monnaie. En d’autres termes, des taux d’intérêt très bas signifient essentiellement des politiques monétaires très laxistes.

La différence entre les taux d’intérêt de long et de court terme affecte également la tendance du prix de l’or. Il s’agit de l’écart, ou de la courbe, des rendements. Un écart des rendements en hausse est haussier pour l’or, alors qu’un écart des rendements en baisse lui est baissier. La raison en est qu’une tendance haussière des intérêts de long terme par rapport aux taux d’intérêt de court terme indique généralement un déclin de la liquidité du marché (associé à une aversion accrue au risque) ou une hausse des attentes d’inflation, qui sont tous deux haussiers pour l’or.

Comme c’est le cas pour les taux d’intérêt réels, sous le système monétaire actuel, l’écart des rendements tend à être un symptôme des actions des banques centrales. Si la monnaie était libérée des manipulations des banques centrales, alors l’écart des rendements serait bien souvent proche de zéro (et la courbe des rendements serait presque horizontale) et n’enregistrerait que des fluctuations mineures. Les fluctuations visibles sur le graphique ci-dessous ne sont que le fruit des tentatives des banques centrales de « stabiliser » le monde financier.

24hGold - Les taux d’intérêt n...

Enfin et surtout, l’or est influencé par les tendances générales des écarts de crédit (les différences entre les taux d’intérêt des titres de créance de bonne et de mauvaise qualité). L’or, qui est un refuge traditionnel en temps de troubles, tend à enregistrer de bonnes performances quand les écarts de crédit s’élargissent, et de moins bonnes lorsqu’ils se contractent.

En clair, l’or tire des avantages de taux d’intérêt réels faibles, d’une hausse de l’écart des rendements, et d’un élargissement des écarts de crédit, qui sont tous susceptibles de survenir que les taux d’intérêt nominaux soient à la hausse ou à la baisse.

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (2 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX