Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Matthew Lynn: La prochaine crise de la zone euro a commencé et entraînera plus de création monétaire

IMG Auteur
Publié le 14 janvier 2019
991 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 1 vote, 5/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Par Matthew Lynn
The Telegraph, Londres
Vendredi 11 janvier 2019

https: //www.telegraph.co.uk/business/2019/01/11/next-eurozone-crisis-has ...

La production industrielle est en train de s'effondrer. Les ventes au détail ont stagné. La confiance des entreprises a chuté et les investissements se dirigent vers le sud. On aurait pu s'attendre à un net ralentissement de la sortie de l'Union européenne de la Grande-Bretagne, de l'Amérique où le président déchire activement un demi-siècle d'accords commerciaux soigneusement élaborés, ou de la Chine, qui connaît depuis une décennie une croissance sauvage et alimentée par le crédit . Mais le véritable ralentissement se produit à un endroit où peu d’économistes s’y attendaient. Il est maintenant douloureusement évident que la zone euro se dirige vers une récession sévère.


Les chiffres provenant de toutes ses principales économies, de l'Allemagne à la France, l'Italie et l'Espagne, sont impitoyablement mauvais. Qu'est-ce que ça veut dire? Loin de mettre fin aux mesures d'assouplissement quantitatif, la Banque centrale européenne sera contrainte de prendre des mesures d'urgence pour sauver une économie en difficulté - mais cela risque de s'avérer trop peu et trop tard.

L'année 2018 devait être l'année où la zone euro consolidait sa reprise soutenue, s'accordait sur des réformes pour corriger les failles de la monnaie unique, poursuivait ses réformes pour renforcer sa compétitivité et donnait au reste du monde une leçon de croissance équilibrée et durable . Au cours de l’année écoulée, une tonne d’argent des investisseurs a été intégrée à l’essor de l’euro-boom. Une reprise soutenue éloignerait les électeurs des partis populistes, encouragerait les réformes et créerait un cercle vertueux d'expansion et de renouvellement.

Le script n'a pas tout à fait fonctionné comme prévu, cependant. Aujourd'hui, nous avons eu une autre vague de chiffres décevants. La production industrielle italienne a diminué de 2,6% sur un an. En Espagne, la production industrielle a également reculé de 2,6%, le taux de contraction le plus rapide enregistré depuis mai 2013. La veille, nous avions appris que la production industrielle française avait diminué de 1,3% en novembre, et l’Allemagne, qui était censée être le principal moteur de la croissance économique. le continent a enregistré une baisse de 1,9% pour le mois, et a recalculé les données d'octobre pour montrer une baisse plus prononcée que celle annoncée précédemment.

La zone euro connaît à présent un ralentissement synchronisé dans toutes ses grandes économies. L'Allemagne devrait être en récession technique, définie comme deux mois consécutifs de contraction de la production, et la France et l'Italie ne seront pas loin derrière. L'Espagne, qui avait connu une croissance plus rapide que la plupart des pays du continent, ralentit, de même que les petites économies. En additionnant tout cela, il est clair que tout le continent se dirige vers un nouveau ralentissement, même si l'emploi et la production n'ont pas encore retrouvé leurs niveaux de 2008.

Bien sûr, il y a des facteurs spéciaux pour expliquer cela. L'industrie allemande a été touchée par le ralentissement de son industrie automobile massive, notamment par le réaménagement des usines pour répondre aux nouvelles normes en matière de diesel et de réglementation. En France, les manifestants de Gilets Jaunes n’ont pas vraiment aidé: les émeutes et les boutiques dans des magasins fermés n’encouragent pas les gens à dépenser de l’argent, même dans un pays habitué à manifester. L'Italie est aux prises avec un conflit politique avec Bruxelles au sujet de sa politique budgétaire et souffre d'une nouvelle série de problèmes bancaires. On peut soutenir que, une fois ceux-ci surmontés, la croissance reviendra à la normale.

Peut-être. Le problème, c’est que ceux-ci ressemblent étrangement à des excuses. En fait, chaque économie est toujours confrontée à quelques défis et la zone euro n'est pas pire que celle des autres. En effet, ils ont l’air relativement doux comparé à beaucoup de ses concurrents. Le Royaume-Uni doit faire face au chaos du Brexit et les États-Unis à la hausse des taux d'intérêt et du protectionnisme. Malgré cela, les deux croissent maintenant plus vite.

En fait, il y a deux grandes faiblesses. Premièrement, sous la conduite de l’Allemagne, l’ensemble de l’Europe s’est permis de devenir dangereusement dépendante des exportations. L'excédent commercial allemand, qui représente plus de 8% du PIB, expose brutalement ce pays aux aléas du commerce mondial.

Mais pas seulement en Allemagne. En 2017, l’excédent de la zone dans son ensemble s’est élevé à 345 milliards d’euros, contre 207 milliards cinq ans plus tôt. Tout le continent est accroché aux exportations. Les discussions sur les guerres commerciales, le ralentissement en Chine et les marchés émergents signifient que l’économie européenne souffre au premier chef de tout ralentissement (le Brexit ne l’aide guère non plus, le surplus de l’Allemagne, le Royaume-Uni se resserrant et étant susceptible de chuter davantage). Un modèle axé sur les exportations est formidable lorsque l’économie mondiale se développe, mais peut se retourner contre vous très rapidement.

Ensuite, l'euro reste une monnaie déflationniste implacable qui a arraché la demande à des économies entières. Avec des systèmes bancaires affaiblis, des déséquilibres considérables entre le centre et la périphérie, une faible croissance des salaires, une austérité implacable et un chômage de masse, il s’est révélé incapable en deux décennies de générer une demande interne significative. La plupart des pays peuvent relancer leurs économies avec des dépenses de consommation, un crédit plus facile et une monnaie moins chère. La zone euro ne peut rien y faire.

La reprise éphémère de 2017 et du début de 2018 semble avoir été uniquement alimentée par les 2 000 milliards d'euros d'euros que la BCE a récemment lancés contre l'économie. Il s'est révélé incapable de créer une reprise autonome. La BCE devait commencer à normaliser sa politique cette année en mettant fin au QE et en relevant les taux d’intérêt. Face aux dernières données, une hausse des taux peut maintenant être exclue. La banque centrale est beaucoup plus susceptible de devoir recommencer à imprimer de l’argent d’ici au printemps - mais il est peut-être déjà trop tard pour sortir la zone de la crise.

* * *

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | Chine | Espagne | France | Italie | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | Chine | Espagne | France | Italie | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (1 vote)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Il semble donc qu'on va revenir au fameux concept de l'hélicoptére money, pour redonner de l'oxygène aux économies exsangues

La métaphore de l'hélicoptère nous vient de Milton Friedman, dans son livre « The optimum quantity of money ». Il l'emploie notamment au début du chapitre 1 lorsqu'il tente d'expliquer par un exemple simple pourquoi la monnaie est neutre sur le long terme. Il utilise alors l'image d'un hélicoptère qui passerait au dessus d'un pays pour distribuer de la monnaie aux agents, qui subitement verraient leurs avoirs monétaires doublés. La métaphore employée par Friedman décrit donc un fait où les agents économiques d'un pays se retrouveraient avec de l'argent nouvellement créée sans qu'aucune autre variable n'ait fondamentalement changé.

Est ce que l'erreur du quantitative easing n'a-t-elle pas été de donner de l'argent aux banques qui l'ont donné aux consommateurs en prélevant leurs dimes, au lieu de donner cet argent directement aux consommateurs non pas sous forme d'allégements d'impôts ou autre avantages fiscaux mais sous forme liquide directement utilisable ce que veut faire soudain Macron avec ses 100 euros aux plus pauvres ?
Nous voila revenus au temps de l'Empire soviétique où " on faisait semblant de payer des gens qui faisaient semblant de travailler"
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Il semble donc qu'on va revenir au fameux concept de l'hélicoptére money, pour redonner de l'oxygène aux économies exsangues La métaphore de l'hélicoptère nous vient de Milton Friedman, dans son livre « The optimum quantity of money ». Il l'emploie nota  Lire la suite
Monrose - 14/01/2019 à 09:27 GMT
Note :  3  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX