Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Toutes les banques centrales rêvent d’un dollar affaibli

IMG Auteur
Publié le 28 décembre 2016
632 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 1 vote, 5/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Toutes les banques centrales du monde, Réserve fédérale incluse, souhaitent voir s’affaiblir le dollar. Voilà qui prouve que les banques centrales peuvent se trouver accablées par le marché, même lorsqu’elles sont unies par des objectifs communs.

En-dehors des Etats-Unis, les banques centrales voudraient voir s’affaiblir le dollar en raison des conséquences de long terme des décisions qu’elles ont-elles-mêmes prises de nombreuses années durant en vue d’en renforcer la valeur. Pour dire les choses autrement, elles souhaitent désormais voir se renforcer la valeur de leurs propres devises contre le dollar, parce que leurs économies souffrent des conséquences des politiques de dévaluation monétaire adoptées par le passé. Comme nous l’avons déjà vu, une dévaluation ou déprécation monétaire est toujours contre-productive, parce qu’elle « engage toutes les forces économiques du côté de la destruction, et ce d’une manière que pas un homme parmi des millions n’est en mesure de reconnaître ». Cette politique reste cependant très populaire aujourd’hui, parce que d’un point de vue superficiel – sur lequel se basent nos économistes et banquiers centraux – elle peut parfois sembler pratique.

Malheureusement pour les banques centrales qui tentent désormais de renforcer leurs devises contre le dollar, la capacité d’une banque centrale à affaiblir sa devise est bien plus importante que sa capacité à la renforcer. La raison en est que l’affaiblissement d’une devise peut habituellement être obtenu par une simple hausse de la masse monétaire, et que s’il y a un domaine sur lequel les banques centrales excellent, c’est bien celui de la création de monnaie à partir de rien. Nous pourrions même dire que générer de la monnaie à partir de rien et déchaîner les forces économiques du côté de la destruction sont les deux seules choses dont elles soient capables.

Le problème auquel elles font face aujourd’hui est qu’une fois que la confiance en leurs devises a été perdue, apporter un semblant de stabilité nécessite généralement une longue période de prudence monétaire très impopulaire ou une dépression déflationniste. Il n’y a aucun moyen de parvenir rapidement au résultat souhaité.

Au cœur du problème se trouve le fait qu’il n’y a rien que les banques centrales puissent faire, en-dehors des Etats-Unis, pour empêcher le dollar de grimper sur le court terme. Le mieux qu’elles puissent faire est de ne pas gonfler leur masse monétaire. Elles ne peuvent que se contenter de résister à la tentation de faire quelque chose et d’attendre de voir les tendances actuelles s’épuiser d’elles-mêmes.

La banque centrale américaine souhaite aussi voir s’affaiblir le dollar. Pourquoi ? Parce que les responsables de la Fed opèrent sur le même niveau superficiel que leurs homologues du reste du monde. Ils perçoivent les conséquences positives directes et de court terme d’une devise affaiblie, mais sont incapables de percevoir ses conséquences négatives indirectes et de plus long terme.

La différence, c’est que la Fed a le pouvoir de générer une faiblesse de court terme de sa devise. Elle pourrait, par exemple, surprendre le reste du monde en ne faisant plus grimper ses taux d’intérêt. L’indice du dollar s’en trouverait affaibli de quelques points. Pour accentuer ce déclin, elle pourrait ensuite se concentrer sur le ralentissement de la production industrielle aux Etats-Unis et laisser supposer l’arrivée d’un nouveau programme d’assouplissement quantitatif.

Mais une telle action serait, même du point de vue keynésien, perçue comme imprudente. La tendance haussière du dollar prendrait fin, pour voir également s’effondrer la crédibilité de la Fed et se développer une instabilité stupéfiante sur les marchés financiers.

Une fois qu’elle perd la confiance du public, il est très difficile pour une banque centrale de la regagner. La Fed est donc prise au piège. Pour préserver les apparences, elle devra continuer de rehausser lentement ses taux d’intérêt et d’avancer vers des politiques monétaires plus strictes, malgré son désir de voir s’affaiblir le dollar.

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (1 vote)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX