Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Vers de meilleurs systèmes monétaires

IMG Auteur
New World Economics
Publié le 06 août 2014
1364 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 2 votes, 5/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux






Nous coulons aujourd’hui les fondations des systèmes monétaires du futur – chose que l’ancien directeur de la Fed, Paul Volcker, a récemment appelée le besoin de développer un système monétaire international adapté à notre temps.

Ce développement consiste principalement en des idées – idées qui seront plus tard intégrées aux systèmes monétaires du monde réel. Sans ces idées, il ne peut y avoir de système. C’est aussi simple que cela.

Je pense que nous sommes encore aujourd’hui traumatisés par notre plus récent système monétaire, l’arrangement de Bretton Woods de 1944-1971. Il s’agissait d’une époque prospère à l'échelle du monde – la meilleure, je dirais, du siècle dernier depuis 1914. Ce n’est pas quelque chose que quiconque aurait voulu voir se terminer.

Il est facile de comprendre pourquoi cette fin abrupte et prématurée a pu être traumatisante. Je propose que nous nous y penchions aujourd’hui, et puis que nous en fassions le deuil.

Bretton Woods s’est effondré en période de paix et de prospérité pour deux raisons de base : la première, parce que les gouvernements ont voulu adopter des notions mercantilistes de manipulation monétaire, et deuxièmement, parce qu’ils n’avaient pas idée de comment gérer le système existant, et de ce pourquoi il avait été créé.

La cause principale de l’échec de Bretton Woods a été la nomination par Richard Nixon de son bon ami Arthur Burns en tant que directeur de la Réserve fédérale en février 1970. Burns, comme les autres sympathisants de Nixon, a expliqué à ce dernier que la récession mineure de l’époque pouvait être contrée grâce à une certaine dose d’impression monétaire. Leur objectif était une hausse du PIB nominal de 9% en 1972, qui aurait pu mettre tout le monde de bonne humeur juste à temps pour les élections. C’était leur stratégie.

Il se trouve qu’il soit impossible d’imprimer de la monnaie tout en maintenant la parité du dollar avec l’or, qui était à l’époque de 35 dollars par once. Pour y parvenir, il est nécessaire d’adopter des techniques liées à un panier de devises, comme les économistes de l’établissement l’ont finalement réalisé après des décennies de dégâts. Ces techniques requièrent l’abandon d’une politique monétaire domestique et discrétionnaire en faveur d’une gestion économique mercantiliste.

Vous pourriez penser que les sympathisants de Nixon se soient un jour réunis pour discuter d’une éventuelle renonciation à l’arrangement de Bretton Woods, ou pour s’amuser avec la presse à imprimer au service de l’opportunité politique, et que les devises flottantes en ont été la conséquence inévitable.

Mais ce n’est pas ainsi que les choses se sont passées. Comme John Butler l’explique dans son récent livre intitulé The Golden Revolution, les sympathisants de Nixon se sont réunis quelques jours avant que Nixon mette publiquement fin à la politique de parité entre le dollar et l’or le 15 août 1971. Paul Volcker, qui était alors Sous-secrétaire des affaires internationales du Trésor, était présent. Et Arthur Burns, directeur de la Fed, l’était également.

Et semble-t-il que le plus gros défenseur du maintien de Bretton Woods  et de la parité dollar/or de 35 dollars par once lors de la réunion se soit avéré être Arthur Burns !

Le directeur de la Fed et économiste monétaire n’avait pas idée que sa stratégie d’impression monétaire entrait en collision avec la politique d’étalon or existante.

Aucune. Un tel degré d’ignorance impliqué, chez les experts du monde, est encore aujourd’hui difficile à imaginer.

J’ai appelé cela l'impressionnante ignorance des années Bretton Woods. J’ai encore du mal à y croire aujourd’hui.

Etrangement, ce que je viens de vous dire est assez différent que ce que vous pourriez entendre de la bouche des économistes grand public d’aujourd’hui, qui ne font que répéter les idées qui étaient conventionnelles pendant les années 1960.

Ils expliquent les choses comme ça :

« Le statut de devise de référence conféré au dollar par le système de Bretton Woods a entraîné un déficit constant de compte courant aux Etats-Unis. Ce déficit de compte courant a été exacerbé par les dépenses déficitaires du gouvernement des Etats-Unis qui visaient à financer le programme de Grande société du président Johnson et la guerre au Vietnam. Les déséquilibres de la balance de paiement ont finalement mené le système à sa fin ».


Voici une version de cette histoire, tirée tout droit du site internet du FMI. Une autre peut être trouvée sur Wikipédia, qui ressemble de près à ce que nous trouverions dans les manuels scolaires.

J’aimerai souligner ici qu’il ne s’agissait pas de la vision idiosyncratique d’une seule personne, mais de l’opinion du grand public, et il en est encore ainsi aujourd’hui.

Mais je ne me lancerai pas dans trop de détails. Tentons toutefois de déterminer si cette vision des choses a une relation quelconque avec la réalité.

Premièrement : les Etats-Unis ont enregistré un déficit constant de compte courant qui a pris des proportions telles que le système monétaire du monde s’est effondré. Est-ce vraiment le cas ?



Non. Les Etats-Unis ont enregistré un surplus chaque année tout au long des années 1960, avec en moyenne 0,5% du PIB.

Un surplus. Pas un déficit.

Deuxièmement : Le gouvernement fédéral des Etats-Unis a enregistré un déficit, lié au privilège exorbitant de vente d’obligations à des banques centrales en tant qu’actifs bancaires.



C’est faux. Pendant les années 1960, le déficit fédéral moyen s’élevait à -0,7% du PIB. Moins d’1%. Voilà qui ne me semble pas catastrophique. Le plus gros déficit a été enregistré en 1968 et s’élevait à -2,7% du PIB.

Les déficits étaient limités et le PIB augmentait. Les ratios dette/PIB atteignaient donc des niveaux largement supportables.



Rien de bien désastreux ici non plus. A la fin du système de Bretton Woods en 1971, le ratio dette fédérale/PIB était de 35%.

Qu’en est-il des rendements des obligations sur dix ans ? Peut-on vraiment parler de privilège exorbitant dont ont pu profiter les Etats-Unis, tels que des taux d’intérêts extrêmement bas ?



Les rendements des obligations étaient assez élevés pendant les années 1960, parmi les plus élevés de l’Histoire des Etats-Unis.

Mais observons la période dans son ensemble. Peut-on y voir des déséquilibres de balances de paiements à l’échelle du monde qui suggèrent une catastrophe imminente ?



 A dire vrai, la période de Bretton Woods a enregistré les plus faibles déséquilibres de balances de paiements de ces 150 dernières années (ce qui a été dû en partie aux contrôles de capital qui étaient répandus à l’époque). En plus de cela, les déséquilibres de balances de paiements d’avant 1914 n’étaient pas des problèmes. L’étalon or classique a pris fin en raison du financement de la première guerre mondiale par l’impression monétaire, et non pas en raison des flux de capital à l’international.

En clair, la vision commune est un conte de fées. Ce qui aurait dû se passer est très simple, et Adam Smith l’a très bien expliqué en 1776 :

« Si le papier en circulation venait à excéder les quantités appropriées au système de parité, il devrait être immédiatement renvoyé vers les banques pour être échangé contre de l’or et de l’argent ».


Ou, pour résumer cela en trois mots : Trop de dollars.


Tout simplement.


Imaginez maintenant les grands experts monétaires de notre monde se rendre d’un hôtel cinq étoiles à une autre pour discuter des implications d’un conte de fées qui ne s’est en réalité jamais produit.


Et pendant plus de dix ans, de 1960 à 1971.


C’est assez drôle, dans un sens étrangement écœurant.


Voilà pourquoi nous n’avons pas d’étalon or aujourd’hui.


Si nous voulons pouvoir établir de nouveaux systèmes monétaires dans le futur, il nous faut diagnostiquer correctement nos erreurs passées – notamment lorsque ces erreurs peuvent être résumées par trois mots. Comment pourrions-nous autrement éviter de commettre les mêmes erreurs à nouveau ? Je me demande parfois si la race humaine en est capable, et pourtant, une telle chose est déjà arrivée. Adam Smith s’en est rendu compte. Il en va de même pour David Ricardo, John Stuart Mill et d’autres.


Estimons-nous heureux que le processus de détérioration des arrangements monétaires actuels se soit récemment avéré modéré. Nous avons encore beaucoup de fondations à couler avant d’être capables de créer de nouvelles institutions capables de durer des siècles.

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (2 votes)
>> Article suivant
Nathan Lewis est l'auteur de Gold: the Once and Future Money, publié par Agora Publishing et J Wiley. Il est le directeur de Kiku Capital Management.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
j ai perdu le sourire mais
Dernier commentaire publié pour cet article
j ai perdu le sourire mais  Lire la suite
D. - 06/08/2014 à 09:34 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX