Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Cette rentrée, préparez-vous pour un peu de résistance active

IMG Auteur
Publié le 16 juillet 2022
1250 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 1 vote, 5/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

À la faveur de la fermeture des écoles, des résultats du bac et des premiers départs massifs en vacance, la période estivale s’est ouverte depuis quelques jours, repoussant les idées moroses de vagues épidémiques, de prix endiablés à la pompe et de canicules mortifères au rang de préoccupations vagues et de sujets d’apéro de bord de plage. Pas de doute, le Français est sinon heureux, au moins serein pour les prochaines semaines : même les nuisibles du gouvernement semblent suffisamment empotés pour ne pas se lancer dans des projets imbéciles avant quelques semaines. Heureux répit ?

Cependant, un billet précédent mentionnait que, selon toute vraisemblance, la prochaine rentrée promettait d’être quelque peu bousculée : une inflation élevée, des turbulences en zone euro, des chaînes logistiques toujours sous tension, des politiciens manifestement à la ramasse et une saison qu’on imagine sans mal froide alors même que l’énergie pourrait venir à manquer, voilà une recette bien épicée pour des moments délicats. Ce constat posé, que peut-on faire pour s’y préparer ?

Avant tout et pour bien préciser le propos, il ne s’agit pas ici d’expliquer que la civilisation actuelle va s’effondrer en septembre prochain (le 13 à 14:12 exactement) – si effondrement il y a, il a déjà lentement débuté – mais plutôt de s’inscrire dans une réflexion de bon sens où l’homme un tant soit peu conséquent aura la présence d’esprit de ne pas entièrement se reposer sur les capacités de l’État, notamment français, à lui venir en aide si jamais quelques péripéties désagréables devaient survenir.

Ce n’est finalement pas un pari osé : les années passées ont assez bien démontré qu’une catastrophe n’était jamais complète sans l’intervention musclée de l’État comme sauveteur de dernier recours. Et si les choses devaient tourner au vinaigre cet hiver, on peut parier sur les gesticulations athlétiques d’un Bruno Le Maire pour les empirer avec application.

Il s’agit donc plutôt de présenter quelques éléments de bon sens pour la période qui va s’ouvrir : après tout, se préparer sinon au pire au moins à des périodes difficiles est aussi une forme de résistance à l’insouciance et la naïveté dangereuses qui semblent de mise actuellement dans la société européenne en général et française en particulier.

Ces colonnes évoquaient, il y a quelques années, différentes formes de résistance active à l’Occupant intérieur : depuis la guérilla administrative en passant par les astuces pour s’extraire progressivement d’un système oscillant entre (au mieux) le capitalisme de connivence et (au pire) le socialisme appauvrissant, il y était question de s’affranchir des services de l’État, d’en aider la chute, ou de récupérer autant que possible son indépendance.

Se préparer aux périodes difficiles semble l’étape logique suivante.

Sans tomber immédiatement dans l’idée survivaliste, dans laquelle on doit se préparer à une autonomie totale en tout ce qui représente une expérience douloureuse et un but quasi-impossible à atteindre pour le citadin moyen du XXIème siècle, les événements actuels imposent de se prévoir quelques pépins spécifiques.

D’une façon générale, on peut d’ores et déjà s’attendre à des pénuries de différents biens et services. Il n’y aura probablement pas d’effondrement complet de toutes les chaînes logistiques, ce qui veut dire que non, tous les rayons des supermarchés ne vont pas tous se vider en quelque jours pour plusieurs mois. En revanche, la disparition de certaines denrées, par intermittence, semble plus réaliste : si, une semaine, on n’aura pas de mal à trouver du dentifrice et du savon, il pourrait en aller différemment la semaine suivante. On ne peut pas tout miser sur le PQ ou l’absence de moutarde, mais avoir quelques rouleaux de l’un et quelques pots d’avance de l’autre peut aider, si vous comprenez l’idée…

Bref, on peut pour commencer disposer de quelques réserves de conserves habilement choisies, pour tenir quelques jours (disons deux semaines pour fixer les idées, mais chacun appréciera ici son degré de confort), incluant bien sûr les habituelles matières sèches comme les pâtes, le riz, la farine, le sucre et la confiture de framboise sans laquelle l’existence vaut-elle vraiment d’être vécu ? Certains fromages, certaines salaisons se conservent fort bien dans le temps. C’est le moment d’en faire provision.

Dans les pénuries et autres rebondissements imprévus dans les chaînes logistiques, abordons rapidement celles de l’énergie : essence, électricité, gaz… La période qui s’ouvre promet quelques moments (on l’espère passagers) d’improvisation. Si l’on peut raisonnablement exclure des black-outs complets de plusieurs jours sur tout le pays, un rationnement temporaire de l’une ou l’autre énergie n’est pas impossible. Concrètement, il n’est pas idiot de disposer d’un peu d’autonomie pour faire chauffer ses repas. Un poêle ou une cheminée peuvent constituer des petits bonus pour certaines soirées d’hiver et, de façon général, quelques éléments de camping peuvent toujours aider, nonobstant la situation particulière évoquée ici.

Et tant qu’à parler de pénuries inopinées d’électricité, rien n’interdit d’imaginer quelques périodes délicates où l’informatique, très consommatrice, pourrait être mise en difficulté. Si certains imaginent, les larmes aux yeux, des heures sans internet, la réalité pratique touchera bien avant d’autres domaines, à commencer par les paiements quotidiens par exemple.

Dans cette optique, toujours disposer d’un peu d’argent liquide n’est pas un archaïsme dans ces temps modernes où les Banques centrales et les étatistes rabiques qui veulent nous diriger imaginent un monde utilisant exclusivement leurs monnaies numériques : sans électricité ou avec une informatique défaillante, pas de paiement en cartes bancaires. Tenir à jour un petit montant de liquide en cas de pépin est une bonne solution. Et comme d’habitude, avoir un peu d’argent (métallique) et d’or reste un conseil d’ordre général toujours sensé.

À ce sujet et puisqu’on évoque des petits moments délicats pour l’État français, rien n’interdit d’imaginer des périodes de mains très moites à Bercy qui pousseraient nos « élites » à confisquer pardon préempter certains comptes, certains fonds ou livrets pour financer leur train de vie. Peut-être est-il malin de réfléchir à mobiliser sa trésorerie excédentaire dans des titres de propriété solides (immobilier bien situé, actions de sociétés compétentes bien gérées sans État actionnaire) ou, quand c’est possible, à la sortir de la zone euro (Swissquote, peut-être ?)…

De façon générale, si des tensions devaient s’installer prochainement dans la société, il faudrait aussi composer et prévoir des grèves et des mouvements sociaux, ce qui pourrait singulièrement compliquer notre vie de tous les jours. S’y préparer psychologiquement n’est pas idiot, d’autant que ces difficultés, aussi passagères soient-elles, n’amélioreront pas les tendances déjà observées actuellement d’une augmentation de la violence en général : une société de pénuries, d’imprévus permanents et de difficultés sur des choses du quotidien qui, il n’y a pas si longtemps, coulaient de source est une société prompte à verser dans la violence au moins inter-individuelle…

D’autre part, à ces pénuries, ces difficultés quotidiennes pourraient aussi s’ajouter des problèmes de maintenance provoqués par une déliquescence généralisée des services publics : à mesure que la France s’enfonce dans un socialisme autoritaire qui ne dit pas son nom, les mêmes causes provoquant les mêmes effets, il n’est pas interdit de penser que la corruption et la détérioration générale s’étendra comme ce fut jadis le cas en Union soviétique.

Oui, à l’évidence, ce pays est foutu. Mais pour celui qui s’y prépare, ce ne sera qu’une péripétie.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Source : h16free.com
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (1 vote)
>> Article suivant
H Seize écrit sur http://h16free.com ses chroniques humouristiques d’un pays en lente décomposition, et apporte des solutions dans son livre, Egalité, Taxes, Bisous. Dans un monde toujours plus dur, et alors que la crise, la vilénie, les aigreurs et les misères allant de la maladie aux bières tièdes font rage, un pays fait courageusement face et propose toute une panoplie de mesures plaisamment abrasives qui permettront d'aplanir les aspérités, gommer les difficultés et arrondir les angles. Ce pays, rempli de gentils et d'aimables tous les jours mieux pensant, est devenu un véritable phare scintillant dans la nuit noire de l'obscurantisme des méchants et des vilains. Et pour mieux scintiller, il s'est doté d'une devise qui est parvenue à se hisser au rang de slogan, d'accroche et de modus vivendi : pour chacun et pour tous, il faudra de l'égalité, des taxes, et des bisous.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX