Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Recevez notre Marketbriefing
Lolo27
Membre depuis mai 2012
862 commentaires - suivi par 19 personnes
Suit 27 membres
19 abonnées
A laissé un commentaire sur l'article :
>Joseph Stiglitz : un prix Nobel au service de l’idéologie keynésienne (1/2)  - Yann Henry - 
"J'ai juste dit qu'il était illusoire de créer un cadre dans lequel elle n'existerait pas."

Je reste toujours pantoise de constater la conviction de la majorité que la fraude et les mauvais comportements auront toujours le dessus par rapport à l'honnêteté et les bons comportements. Le lavage de cerveaux à travers les siècles a décidément très bien fonctionné.

Si les mauvais comportements et le cynisme a pu se répandre comme un virus à travers le monde; l'inverse me semble pourtant tout aussi possible.

Pourquoi les bons comportements ne pourraient-ils pas se répandre comme un virus ? "Trop d'enjeux" me répond-on. Mais quels enjeux ? Des enjeux financiers et le pouvoir. Ok, ça, c'est parce que jusqu'à présent c'est à cela qu'on a donné la priorité.

Mais quand, demain, l'effondrement aura bien eu lieu et que les gens qui restent à "éveiller" le seront par la force des choses et comprendront que ces choix là n'étaient pas les plus efficaces pour la survie de l'Humanité; ils feront le choix d'une autre priorité, à savoir celui de la paix et du bien-être individuel. Et ils travailleront tous à cet accomplissement parce que c'est la seule chose qui pourra redonner du sens à leur vie. Or pour faire le choix de la vie, il faut lui donner du sens, sinon on est un mort vivant ou zombie si vous préférez.

Pour ma part, depuis que je suis toute petite, on me dit "oh, mais tu es une idéaliste", eh bien, je pense que si tout le monde avait eu le courage de garder en lui sa part d'enfance, ses rêves d'enfant, il y aurait beaucoup "d'idéalistes" qui travailleraient tous à un monde meilleur. Heureusement, je ne suis pas la seule à avoir de telles pensées.

"Quant à votre opinion sur la justice, la question qu'il faudrait se poser c'est surtout : "pourquoi suis-je obligé d'y d'adhérer?""

De fait, ça c'est la grande question, mais cela a été pensé comme cela il y a quelques siècles comme on le constate dans le point 5. A vrai dire, la vraie question c'est : "Pourquoi tout le monde y adhère encore ?".

Pour ma part, je n'y adhère plus ! En cas de litige, je préfère encore prendre le risque de perdre en tentant de faire un "bon compromis" plutôt que de risquer de perdre le double en engraissants des avocats du diable et des juges en qui on ne peut plus accorder sa confiance. Dans combien de procès, des gens qui auraient dû gagner ont perdu pour une simple question de "forme" ou de "prescription" parce que l'affaire a pu être tirée en longueur par le véritable coupable qui avait les moyens de faire traîner les choses. Qu'est-ce qui est plus important ? Le fond de l'histoire (qui est lésé) ou les "prévenances" ?

"Or, je n'ai pas ce droit fondamental pour les plus importants d'entre eux : justice, police, éducation, retraite..."

On revient donc bien au DROIT. On est obligé d'y adhérer parce que ce DROIT REPOSE SUR LA FORCE. Et cette force là est basée sur des punitions/rétorsions financières donc... sur vos moyens de survie (la société étant organisée de manière telle que sans argent, pas de nourriture, pas de toit, etc.). C'est ainsi que depuis l'époque où les idées de Rothschild ont été mises en oeuvre que les institutions ont été reconstruites sur ces nouvelles bases perverses. La Justice étant l'une de ces institutions existantes qui a généreusement légué ses droits issus de ses anciens pouvoirs en acceptant cette perversion de faire primer la forme sur le fond en ne cherchant plus l'équité.

En ce qui concerne l'éducation, on a encore un choix : celui d'éduquer son enfant soi-même et de lui enseigner les matières soi-même. On a aussi le choix de ne plus toucher les allocations familiales si on ne le met pas à l'école.


Commenté
il y a 3359 jours
-
envoyer
Début de l'article :Friedrich Hayek a obtenu le prix Nobel d’économie en 1974. Lors du discours au banquet de remise des prix Nobel, le 10 décembre de cette même année, il se montra prudent : « je dois confesser que si on m’avait consulté sur la question d’établir un prix Nobel d’économie, je me serais exprimé fermement contre »... Lire la suite
Répondre à ce commentaire
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Top articles