Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Abolissons l’argent liquide et taxons les dépôts

IMG Auteur
Publié le 22 avril 2015
799 mots - Temps de lecture : 1 - 3 minutes
( 2 votes, 5/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or et Argent

L’économiste en chef de Citibank, Willem Buiter, vient d’ajouter son nom à la liste d’idiots (je m’en excuse, mais je ne parviens pas à trouver de terme plus approprié) qui ont osé appeler à l’abandon de l’argent liquide et à la taxation des dépôts.

Lorca Roche Kelly, qui est éditeur chez Bloomberg, a mordu à l’hameçon de Buiter et publié l’article Citi Economist Says It Might Be Time to Abolish Cash.

Il y précise que les taux d’intérêt auraient dû être de -6% au sommet de la crise. Kelly est suffisamment ignorant pour décréter qu’il « semblerait que Buiter ait raison ».

Le 28 mai 2014, l’économiste Kenneth Rogoff proclamait dans un article écrit pour le Financial Times que la monnaie papier n'est pas faite pour un monde de crimes et de faible inflation.

Bien que je tombe d’accord avec la notion que la monnaie fiduciaire soit inapte, et que je soutienne le retour d’un étalon or, ce n’est pas exactement là ce que Rogoff avait en tête.

Buiter voudrait lâcher des sacs de billets depuis des hélicoptères

Buiter a développé l’idée plus loin encore que Rogoff.

Le 9 mai 2012, Buiter a décrété que les banques centrales devraient lâcher des sacs de billets depuis des hélicoptères, voire abandonner complètement l'usage de liquide.

Taux d’intérêt négatifs

J’ai déjà abordé à maintes reprises l’absurdité des taux d’intérêt négatifs. Un taux d’intérêt naturel ne peut jamais être négatif.

Voyez par exemple cet article : Stupidity of Negative Interest Rates Expands to Spain; Deflation Shock Thesis.

Ou encore celui-ci : Thrown Under the Bus, qui offre un regard nouveau sur le lancement du blog de Ben Bernanke et du rôle joué par le Brookings Institute.

L’article de Pater Tenebrarum intitulé Ben Bernanke’s Apologia for the Fed offre une autre discussion intéressante sur le sujet.

Des idées idiotes pour des solutions idiotes

Pour mieux comprendre la solution offerte par Buiter, il suffit d’observer ses notions économiques illettrées selon lesquelles la déflation des prix serait une mauvaise chose qu’il nous est nécessaire de combattre.

J’ai déjà demandé aux Keynésiens de me prouver qu’une hausse des prix puisse présenter des bénéfices économiques.

La déflation des prix à la consommation n’est pas malfaisante

La BRI elle-même en a conclu que la déflation des prix à la consommation ne représentait pas de menace. Pour plus de détails, je vous conseille de lire ceci : Historical Perspective on CPI Deflations: How Damaging are They?

Sous le premier lien, Buiter énonce les raisons pour lesquelles nous devrions nous débarrasser de l’argent liquide, avant de se contredire lui-même. Comme c’est souvent le cas dans le milieu de la folie économique, un chien de compagnie de Bloomberg avale des idioties come si elles étaient des sucreries.

Pourquoi nous en sommes arrivés là

Si nous en sommes arrivés là, c’est parce que la Fed a fait presque tout ce dont ces idiots avaient rêvé. Les conséquences en ont été l’éclatement de la bulle sur la dotcom, puis la création d’une bulle si grande sur les actifs que n’importe qui est susceptible de la voir si ce n’est les économistes les plus idiots.

Les mauvaises idées ne disparaissent jamais

Il est temps de récapituler ma loi des mauvaises idées :

  • Loi des mauvaises idées : les mauvaises idées ne disparaissent pas avant d’avoir été mises en place et tentées à plusieurs reprises. Certaines ne disparaissent jamais.
  • Corollaire numéro un : si on ne s’y oppose pas, elles s’aggravent au fil du temps.
  • Corollaire numéro deux : le désir de mettre en place des mauvaises idées mène à des compromis qui ne peuvent qu’aggraver la situation.
  • Corollaire numéro trois : ceux qui sont au pouvoir ont non seulement les pires idées qui soit, ils ont aussi les moyens de les faire devenir réalité.
  • Corollaire numéro quatre : pire est l’idée, plus elle a de chances d’être embrassée par les intellectuels et les opportunistes politiques.
  • Corollaire numéro cinq : aussi mauvaises qu’elles soient, toutes les idées politiquement acceptables ont la capacité de devenir pires encore.
  • Corollaire numéro six : les mauvaises idées entraînent d’autres mauvaises idées pour régler les problèmes générés par les premières.

Les corollaires trois à six sont tirés de Democrat Sponsored "Income Inequality"; Law of Bad Ideas, Yet Again.

En parlant d’inégalité des revenus, ceux qui vivent au jour le jour grâce à l’argent liquide (les plus pauvres) seront les plus affectés par l’idée de Buiter.

J’ai été surpris d’apprendre que personne n’avait encore formulé de loi des mauvaises idées, c’est pourquoi j’ai établi la mienne le 14 février 2014.

Ne vous attendez pas à voir disparaître l’idée de Buiter. Attendez-vous plutôt à ce qu’elle soit adoptée par les intellectuels, bien que de telles idées soient exactement ce qui se trouve derrière les inégalités de revenus qu’eux-mêmes et la Fed déplorent tant.

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (2 votes)
>> Article suivant
IMG Auteur
Mish 13 abonnés
Réflexions sur de débat de l’inflation /déflation/stagnation et autres remarques sur l’or, l’argent, les monnaies, les taux d’intérêts et les politiques monétaires affectant les marchés mondiaux.
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX