Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

BNS: la meilleure amie du Casino américain

IMG Auteur
Publié le 03 mai 2016
942 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 1 vote, 4/5 ) , 2 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
2
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

24hGold - BNS: la meilleure am...

La politique expansionniste de la BNS se poursuit au profit du casino américain bien évidemment. Communication digne des spin doctors et opacité entourent ce qui fut autrefois une noble institution. Mais ça c’était avant la restructuration de 2003 et les crises successives menées de main de maître par le casino américain.

Chiffres du premier trimestre 2016

Sous le couvert d’une surévaluation face à l’euro, le bilan de la BNS continue de croître mais surtout sous la rubrique du dollar américain. Voici les chiffres à fin mars 2016.

  • Le Bilan:

Le bilan de la BNS est passé de 640 à 646 milliards de francs en un trimestre (rouge).

24hGold - BNS: la meilleure am...

Passif de la BNS au premier trimestre 2016

  • Les investissements en devises:

La politique de la BNS est résolument pro américaine. Elle continue d’investir massivement en dollar américain alors même qu’elle prétend réduire la surévaluation du franc suisse face à l’euro.

En un trimestre, les investissements en dollar US sont passés de 193 à 198 milliards de francs (rouge), soit une progression de 12 milliards de dollar US (orange).

En parallèle, les investissements en euros ont chuté de près de 3 à 4 milliards (Mauve et jaune).24hGold - BNS: la meilleure am...

Nous pouvons alors confirmer sans prendre le moindre risque que la communication de la BNS passe sous silence d’autres intentions que celles qui sont affichées!

  • La source de  financement de ce bilan

Ce financement massif et inquiétant se fait principalement par le comptes de virement des banques en Suisse qui affiche 421 milliards de francs!(en vert sur le tableau ci-dessus du passif)

A cela s’ajoute d’autres engagements vis-à-vis de l’étranger.

Cette politique expansionniste apporte de l’argent frais massif au marché financier qu’il ne manque pas d’enrichir.

Mais la question sous-jacente et brûlante est double:

  1. La source de financement est-elle une simple écriture sortie de nulle part et posée dans les ordinateurs devant un compte?
  2. Ou sont-ce les liquidités du trafic de paiement, des dépôts des citoyens auprès des banques, des grandes entreprises et des caisses de pension?

Nous optons depuis bientôt 5 ans pour la variante 2 sans conteste.

Regardez bien le tableau des passifs. Il affiche 3 colonnes qui sont de vraies dettes qui n’ont plus jamais été utilisées:

  • Engagements en francs suisses résultant de pensions de titres
  • Propres titres de créances ou SNB bills (obligations au nom de la BNS)
  • Autres engagements à terme

Ces colonnes ont énormément servi dans le sauvetage de UBS. L’été 2011 a vu le début de leur décroissance au profit du fameux compte de virement des banques en Suisse qui correspond au trafic de paiement interbancaire en Suisse (cf le casino américain est le grand gagnant de la crise de 2011).

Par ailleurs, si le législateur avait autorisé la BNS à faire usage d’une simple monnaie scripturale, pourquoi aurait-il prévu des colonnes d’endettement dont celle des émissions d’obligations de la BNS?

Pourquoi jusqu’en 2011, la BNS avait-elle émis des obligations pour les supprimer ensuite?

24hGold - BNS: la meilleure am...

On peut constater facilement que le compte de virement des banques en Suisse était plus « light » tant que les autres obligations/dettes apparaissaient en clair dans les colonnes prévues par le législateur

Il faut rappeler ici que les Obligations de la BNS sont une émission de titres en échange desquels la BNS reçoit du CASH! Elle devrait être une source de financement-clé!

Il en va de même pour les pensions de titres! Cette colonne avait largement été sollicitée pour le sauvetage de UBS.

La comptabilisation des dettes a changé à partir de la crise des banques européennes.

Bref, la réalité est que nous avons grâce au mécanisme du sauvetage de UBS, la preuve que la BNS ne crée pas de liquidités ex nihilo mais doit s’endetter comme n’importe quelle entreprise privée.

Elle ne détient pas de droit régalien de création monétaire scripturale ex nihilo. Celle-ci est réservée aux banques commerciales privées. Sa consistance vient des actifs de leurs clients endettés.

Achats et endettement de la BNS passent principalement par ce compte de virement des banques en Suisse. L’argent local est aspiré à cette hauteur pour être déversé par la suite dans le casino.

Ce faisant, cet argent utilisé à financer sa politique d’investissement n’est plus disponible pour l’économie locale et réelle. Toute sorte de restrictions de retraits (LPP, compte courant, compte épargne,…) frappent le citoyen.

La politique monétaire de la BNS participe clairement à la destruction de l’économie du pays. Déflation et récession sont là pour sanctionner cette politique inique. La prospérité suisse tant vantée repose en fait sur une demande intérieure galvanisée par l’arrivée de 1 millions de personnes en 10 ans, par la progression dans le recrutement de personnel soignant (+900 par mois) et des fonctionnaires (+200 par mois)! Rien de très prometteur pour l’avenir…

Quant à la place financière suisse qui a connu une hémorragie d’envergure, elle n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Une communication anesthésiante

Alors quid de cette communication sur le franc fort? Elle rappelle en tout point le livre de Judith Barben sur les Spin doctors de la Berne fédérale. Pourtant, il reste un point clé que les marchés financiers visent à travers la BNS: Continuer à siphonner les avoirs des caisses de pension et de l’épargne. Pour ce faire, il faut alléger toujours plus les contraintes imposées à ces caisses. Ca a déjà été fait, mais manifestement pas encore assez… Un président du comité de placements des Fondations de prévoyance d’un établissement suisse  déplorait récemment  que l’OPP2 n’autorise de placer que 15% en alternatifs. «Les possibilités de placements en alternatifs sont nombreuses et souvent attrayantes».

Décidément, les marchés n’en ont pas fini avec la Suisse. Il reste encore de beaux morceaux à consommer et la BNS semble une excellente alliée…

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Suisse | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Suisse | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4 (1 vote)
>> Article suivant
"A force de tout voir on finit par tout supporter… A force de tout supporter on finit par tout tolérer… A force de tout tolérer on finit par tout accepter… A force de tout accepter on finit par tout approuver !" Saint Augustin (354-430)/
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
http://www.radio-silence.org et http://www.serviteurdubienpublic.blogspot.com

Très bien vu ! Et la citation de St-Augustin sonne comme le glas des faibles et des lâches...

Une BCN (Banque Centrale Nationale) ne peut émettre de la monnaie que contre réception de monnaie de règlement international, pouvoir d'achat réel hors la zone monétaire dont elle a la charge et contre des créances sur l'économie directement comme l'a fait la BDF en 1968 en réescomptant l'escompte commercial de lettres de changes d'entreprises préalablement escompté par les banques commerciales.

S'il n'y a pas demande de l'économie, la BCN (chez vous la BNS) doit inscrire en réserves de réévaluations les liquidités non transformées en monnaies locale (ici le CHF), comme le fit la BDF dans les années 70...

La BCN n'a effectivement pas le droit de pratiquer cette escroquerie pure qu'est le procédé dit : "Loans make deposits" dont l'initiative frauduleuse est devenu le fait délictueux des banques commerciales.

Tout le système est vérolé et le retour à la rigueur est une URGENCE absolue !
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
http://www.radio-silence.org et http://www.serviteurdubienpublic.blogspot.com

Très bien vu ! Et la citation de St-Augustin sonne comme le glas des faibles et des lâches...

Une BCN (Banque Centrale Nationale) ne peut émettre de la monnaie que contre réception de monnaie de règlement international, pouvoir d'achat réel hors la zone monétaire dont elle a la charge et contre des créances sur l'économie directement comme l'a fait la BDF en 1968 en réescomptant l'escompte commercial de lettres de changes d'entreprises préalablement escompté par les banques commerciales.

S'il n'y a pas demande de l'économie, la BCN (chez vous la BNS) doit inscrire en réserves de réévaluations les liquidités non transformées en monnaies locale (ici le CHF), comme le fit la BDF dans les années 70...

La BCN n'a effectivement pas le droit de pratiquer cette escroquerie pure qu'est le procédé dit : "Loans make deposits" dont l'initiative frauduleuse est devenu le fait délictueux des banques commerciales.

Tout le système est vérolé et le retour à la rigueur est une URGENCE absolue !
Dernier commentaire publié pour cet article
http://www.radio-silence.org et http://www.serviteurdubienpublic.blogspot.com Très bien vu ! Et la citation de St-Augustin sonne comme le glas des faibles et des lâches... Une BCN (Banque Centrale Nationale) ne peut émettre de la monnaie que contre r  Lire la suite
LMDM - 05/05/2016 à 15:07 GMT
Note :  2  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX