Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

L’étrange projet des banques suisses pour contrer les taux négatifs

IMG Auteur
Publié le 26 août 2016
672 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 4 votes, 4/5 ) , 5 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
5
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

À situation exceptionnelle (pour ne pas dire absurde), réactions parfois pour le moins surprenantes. Et la réponse des banquiers suisses (mais aussi ailleurs en Europe) à la problématique des taux d’intérêt négatifs semble aller dans ce sens car certains envisagent tout simplement de stocker un maximum de billets de banque pour lutter contre l’érosion frappant désormais les dépôts de liquidités.

C’est la Tribune de Genève qui l’a révélé la semaine dernière : certains établissements financiers helvétiques envisagent d’entreposer des piles de billets dans des chambres fortes afin d’éviter d’être ponctionnés par les banques centrales. La tentation est en effet grandissante de ne plus confier de liquidités aux organismes de régulation centrale, lesquels appliquent désormais des taux d’intérêt négatifs sur les dépôts, ce qui revient à faire perdre de l’argent à ceux qui en épargnent.

Stocker l’argent pour ne plus en perdre

Pour aussi curieuse qu’elle puisse être (entreposer physiquement des devises a toujours été considéré comme contre-productif), l’idée n’en fait pas moins son chemin ailleurs en Europe, et notamment en Allemagne où, au printemps dernier, la deuxième banque du pays s’imaginait déjà tester le concept sur une petite dizaine de millions d’euros. Pour rappel, et selon le Financial Times, les taux négatifs ont déjà coûté 2,6 milliards d’euros aux banques de la zone euro. Autant dire que l’heure n’est plus à la finasserie pour contrer cette hémorragie et que même les stratégies les moins orthodoxes ont dorénavant le vent en poupe.

Déjà en 2015, d’autres voix s’étaient élevées pour suggérer le stockage de billets de banque comme solution aux dérives du système financier. Dérives dont les taux négatifs ne sont que l’un des nombreux symptômes. Ainsi Ian Spreadbury, gérant plus de 2000 milliards de dollars de fonds obligataires, expliquait alors que les risques systémiques qui frappaient de plus en plus régulièrement les marchés financiers justifiaient de prendre des mesures inédites car aucune des solutions traditionnelles que sont les actions, les obligations, les fonds ou l’immobilier ne suffisait plus à protéger efficacement l’épargnant contre un nouveau choc financier. Même l’or et les autres métaux précieux ne lui semblaient plus à même de garantir la sécurité financière des particuliers, des entreprises ou encore des institutions. Seul le stockage de cash physique (en clair la détention massive de billets de banque) permettait, toujours selon lui, de faire face à tout arrêt brusque du système financier tout en diversifiant astucieusement ses avoirs. La limite de cette appréciation n’aura bien évidemment échappé à personne : en cas de défaillance du système financier, quelle pourrait bien être la valeur de billets de banque sinon celle du papier sur lequel ils auront été imprimés ?

Une solution qui reste peu rentable

Quoi qu’il en soit, le concept semble séduire de plus en plus d’acteurs économiques majeurs, et pas simplement des banques puisque certains fonds de pensions en Suisse, mais aussi dans reste de l’Europe, ont inscrit cette option dans la liste des possibilités ultimes visant à préserver un maximum des fonds dont ils ont la charge. Car si le stockage de billets reste une ineptie en temps normal, c’est-à-dire lorsque l’épargne est rémunérée (même un minimum), il devient un système alternatif crédible dès lors que le rendement des dépôt est nul, voire (comme c’est le cas actuellement) négatif.

Toutefois, en pratique, une telle solution ne pourrait pas être envisagée sans prendre un certain nombre de dispositions visant à protéger physiquement les billets stockés. Outre la place qu’il faudrait réserver à ces piles de billets de banque, il deviendrait surtout indispensable de les préserver le plus efficacement possible de risque aussi variés que l’incendie, l’inondation, la moisissure, les rongeurs, les insectes… sans oublier les voleurs. Autant de préoccupations qui peuvent faire sourire mais qui constituent pourtant de véritables dangers pour ce qui ne reste, somme toute, que des tas de papier. Et forcément, cette sécurité aura un coût, lequel viendra nécessairement amputer la valeur-même du capital entreposé. Nul doute qu’on ne sera pas très loin alors de la ponction effectuée par les banques centrales au titre des taux d’intérêt négatifs.

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | Suisse | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | Suisse | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4 (4 votes)
>> Article suivant
Entrepreneur depuis vingt ans dans le domaine de la communication et l'information stratégique, il a été amené à travailler plusieurs fois en partenariat avec des banques et des assurances, dont la principale matière d'œuvre était constituée de l'argent des épargnants. Peu complaisant à l'égard de leurs pratiques dont il a entrevu les coulisses, il délivre aujourd'hui régulièrement son analyse sans concession (et souvent piquante) non seulement sur les agissements des professionnels de la finance, mais aussi de tous ceux qui, de près ou de loin, se font les auteurs ou les complices des manipulations qui spolient chaque jour un peu plus les honnêtes citoyens. Il publie régulièrement des chroniques sur le site L'or et L'Argent
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Stocker des billets peut être une réponse logique contre les taux négatifs. Là où ça devient intéressant c'est de connaître le coût de ce stockage par rapport au coût des taux négatifs. Dans les deux cas de figure, cela risque de se révéler un mauvais plan pour le détenteur d'un compte ou pour l'épargnant. Moralité, il vaut mieux "gagner peu" et quasiment tout retirer au fur et à mesure. En principe le particulier ne se facture pas ce qu'il détient!!! Et/ou convertir en biens tangibles ou en Mpx... Quelque soit le cas de figure, ce n'est pas bon pour l'économie d'un pays et donc pour les sans-dents.
Une fois de plus nos dirigeants nous mettent la tête sous l'eau. Incompétence ou volonté???!
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
L'argent métal a tout juste doublé son cours en 10 ans.
Et pourtant, on nous avait annoncé la lune sur ce précieux métal.
Bon, le meilleur est à venir nous dit-on.
Mais on lit tout et son contraire sur les mp, même chez Delamarche qui pense que l'or pourrait aller à 50 $.
Delamarche, qui ne croit pas à la loi de 1973. Drôle de type en tous cas.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Stocker des billets de banque à court terme peut-être pour éviter les déconvenues.
Les strocker à long terme est une ineptie tout juste bons pour certaines banques avides de de comptes clients, car la situation économique est des plus périlleuses sur les Devises qui vont connaître un crash monumental; Et que feront les clients les banques classiques de tout ces billets sans plus aucune valeur, rien !
Voir l'article D'Egon V. greyerz, https://www.goldbroker.fr/actualites/catastrophe-finale-du-systeme-monetaire-999 pour ceux qui auraient des difficulté à appréhenser la faillite qui nous menace.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
"Stocker des billets de banque à court terme..."

@blitzel

C'est dans une optique de court ou moyen(?) terme que le stockage de billets est une solution à clairement envisager. Cela dit, la notion de court terme est imprécise et varie d'un individu à l'autre: Est-ce 3 mois,6 mois un an, deux ans,...?

Se pose la question du montant à entreposer en billets. Est-ce 2000, 5000,10 000 euros ou davantage à "stocker"? Faut-il envisager d'avoir des billets en Francs suisse par exemple ou d'autres devises encore, (couronnes norvégiennes, couronnes tchèques, etc...) ?

A titre perso, je pense qu'il ne fut s'interdire aucune option à partir du moment ou a arrêté le montant que l'on envisage de "stocker" en billets! Ensuite, il ne faut pas négliger les petites coupures, quelles que soient la ou les devises choisies...

Voilà quelques réflexions à mener en vue de se prémunir (en partie) des conséquences d'un crash!
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
À pourtant 3-400km de la frontière, des artisans acceptent les FS. Pour en quoi faire, je ne sais pas, mais ils estiment que c'est un paiement acceptable. Essayez !
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
À pourtant 3-400km de la frontière, des artisans acceptent les FS. Pour en quoi faire, je ne sais pas, mais ils estiment que c'est un paiement acceptable. Essayez ! Lire la suite
Pâris - 30/08/2016 à 19:13 GMT
Note :  2  0
Top articles
Derniers Commentaires
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
24 févr.MERLOU
à bas le communisme, qu'il soit chinois ou français !
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
12 févr.LB64401
ET gnagnagna les nazis, et gnagnagna shoah 6 milions, p***n même ici il faut qu'on nous empoisonne avec ces salades !! A ce charabia imbitable pond...
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
02 marsglanduron2
Video intéressante ! Je commence à voir des français s'exprimer de la sorte. Et je les comprends car il y a bien peu de différence entre la dictatu...
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
23 févr.Saphir3
Rien de tout ça dans mon petit écran, un type qui se tire sur la nouille sur le net, c'est nettement plus important selon nos chers médias.
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.Y.Jullien
Et dans le même ordre d'idées entrer sur Google: "Marschieren". Un avant gout de ce qui se prépare ? Cette fois ci les victimes ne seront p...
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.Y.Jullien2
Lire la LTI ( la langue du III° Reich ) de Victor Klemperer les analogies du parcours de Macron avec l'ascension d'Adolph Hitler sont hallucina...
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
13 févr.Pâris1
Criant d'actualité, malheureusement.
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.hyoe lo7
Hi Charleston The human nature is probably what less changed on this planet. For our biggest misfortune. Thank you for the text.
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX