Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

La banque publique d’investissement est-elle une bonne idée ?

IMG Auteur
 
Publié le 14 décembre 2012
629 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 6 votes, 4,3/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or et Argent

 

 

 

 

La création d'une Banque publique d'investissement (BPI) est censée répondre aux difficultés que rencontrent les entreprises françaises pour trouver des financements. Le souci est légitime, mais l’ironie de la situation, est que ces difficultés sont essentiellement créées et amplifiées par… l’État.


Le dernier exemple nous est donné par le projet de loi de finances 2013, qui va durablement dissuader les investisseurs d'investir leur argent en France en alourdissant la fiscalité sur les revenus du capital. Les entreprises ont effectivement besoin de capitaux pour se développer, et il s’agit avec cette loi de taxer précisément le carburant de l'activité économique.


La mécanique de la taxe est pourtant simple. Quand on taxe les cigarettes, c'est pour que les gens fument moins. Quand on taxe l'investissement, même si l’objectif déclaré n’est pas de réduire l’investissement, le résultat est implacable : les gens investissent moins. Et il faut ensuite déployer des trésors de créativité législative pour essayer d’enrayer les effets néfastes de la créativité précédente.


Ainsi est née la BPI.


Pour commencer, pourquoi publique ? Si c'est pour faire le travail que font les banques privées, pourquoi alourdir les dépenses de l’État ? Et s'il s'agit de financer les « canards boiteux », c'est alors confondre investissement et charité.


De plus, l’État a malheureusement presque toujours démontré son inaptitude stratégique et gestionnaire. Les exemples les plus éloquents étant l’affaire du Crédit Lyonnais et de ses 130 milliards de Francs de pertes, et les 31 milliards d'Euros de pertes de Dexia, dont la moitié furent à la charge des contribuables, et que trois interventions successives de l’État n'ont pas suffi à sauver. Les chiffres plus récents ne sont guère plus encourageants : Si l'on se réfère au dernier bilan de l’État actionnaire, entre l'été 2011 et l'été 2012, la valeur des sociétés cotées détenues par l’État a reculé de près de 13%. Durant la même période, les entreprises du CAC 40 progressaient de + 5%. Soit un différentiel de près de 18%. Quant aux participations supérieures à 1% que l’État détient dans une cinquantaine de groupes non cotés, les dividendes sont en recul de 2 milliards d'Euros, passant de 7,9 à 5,8 milliards d'Euros.


Politique et investissement


Il est par ailleurs douteux d'imaginer les Présidents de régions intervenir dans 90% des choix des entreprises à soutenir, tel que le prévoient les statuts de la BPI.


Le métier de banquier, c'est l'appréciation du risque, pas l'appréciation politique inspirée par le clientélisme local.

De plus, il est prévu que la BPI puisse être à la fois actionnaire et prêteuse, et l'histoire financière récente a démontré combien ce mélange des genres était dangereux pour une banque.


Les entreprises n'attendent d'ailleurs pas de voir l’État intégrer leur capital. Elles estiment pour la plupart que le Gouvernement ne les aide pas de la bonne manière. Nombre d’entre elles souhaiteraient en réalité renforcer leurs fonds propres par elles-mêmes, ce qui passe par une amélioration de leurs marges, rendue impossible par le poids de la fiscalité française.


Enfin, il est bien sûr à souhaiter que les initiatives entrepreneuriales se multiplient. Mais il faut accepter que les ressources ne sont pas illimitées et qu’il est nécessaire de choisir entre de très nombreux projets pas tous aussi prometteurs. C'est là tout le métier du banquier que d'évaluer la pertinence de telle ou telle idée sur le marché. Les bonnes intentions d'une banque publique ne suffisent pas à déclencher des succès économiques et risquent au contraire de se solder par de cuisants échecs qui alourdiront la dépense publique, pèseront inévitablement sur l'activité, donc sur la compétitivité.


Le retour à une croissance forte passera par une fiscalité qui incite l’investissement au lieu de le dissuader, par l’acceptation des choix stratégiques des agents économiques, et par la transparence et la sobriété de l’utilisation de l’argent public.

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,3 (6 votes)
>> Article suivant
Renaud DOZOUL est architecte de formation. Il crée une agence à Paris en 2004 après avoir exercé pendant deux ans à Mexico. Il se consacre désormais à la recherche et à l’écriture. Il publie notamment en 2011 « 10 bonnes raisons de restaurer la Monarchie » aux éditions Muller et travaille actuellement sur un ouvrage consacré aux fondements de la liberté en occident.
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Pétrole : alerte rouge pour la France et nos approvisionnements
16 sept.Josey Wales2
Avant on n'avait deja pas de petrole mais on avait des idees. Maintenant qu'on a plus d'idees...
Clownerie ministérielle : Bruno Le Maire veut une blockchain publique
14 sept.Fortuna
This country is fucked up
La BCE en mode Père Noël avec 1000 euros pour à Noël !!
10 sept.ramin974
Bonjour, Tout ça me rappelle les parties de monopoly que je faisais quand j'étais petit. Normalement quand un joueur n'a plus de sous, il ...
Martin Armstrong : de nouvelles découvertes compromettent le dogme ...
10 sept.Alain J.
Bonjour Venez habiter entre 1800 et 2200 m d'altitude Mr Flamel. L'expérience en science vaut mieux que toute théorie avec des idées préconçues...
France : une couverture (et une fraude) sociale légendaire ?
10 sept.Red Pill1
Mais, mais, mais, je pensais que nous avions le meilleur systeme de secu du monde, que le monde entier nous l'enviait, et que nos enarques, la fine...
France : une couverture (et une fraude) sociale légendaire ?
10 sept.Go4Gold
Il y a trois sortes de comptables : ceux qui savent compter et ceux qui ne savent pas compter
L’avenir inquiétant des banques… et de vos frais !!
07 sept.jymesnil2
Bon la blague qui consiste à prétendre que les banquiers prêtent l'épargne des clients est une blague....les depots sont ridiculement insuffisants ...
Grâce au glyphosate, la SNCF va nous coûter encore plus cher !
06 sept.Fortuna
En France on n'a pas de petrole, on n'a pas de bonnes idees mais au moins on n'aura plus de desherbants
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX