Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

LA PROMESSE DE LA DÉCENNIE

IMG Auteur
 
Publié le 26 avril 2013
869 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 13 votes, 3,3/5 ) , 5 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
5
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Ils s’y mettent tous ou presque, y compris José Manuel Barroso (qui ensuite recule), mais le gouvernement allemand tient bon dans l’adversité : il réaffirme sa stratégie de désendettement et d’amélioration de la compétitivité en dépit de son absence de résultats. Cela lui est d’autant plus aisé qu’aucune stratégie alternative ne lui est opposée. L’assouplissement qui est demandé est déjà pratiquement acquis et se traduit au cas par cas par un allongement du rythme de réduction du déficit ou du remboursement des prêts. Sans autre effet que de gagner du temps pour un résultat très incertain, à enregistrer les annonces de nouvelles mesures de rigueur budgétaires à venir. L’essentiel est de rester inscrit dans le cadre prescrit.

Les effets pervers de cette stratégie sont connus, la rigueur budgétaire ayant précipité l’Union européenne (pas seulement la zone euro) dans la récession. Il paraît donc de bon sens d’en demander la révision. Mais l’ampleur du désendettement n’a toujours pas été prise en compte, car cela serait dérangeant, impliquant un changement stratégique radical. Après l’avoir longtemps nié, il est désormais reconnu que le système bancaire a également un sérieux problème dans ce domaine, qui n’est donc pas réservé aux seuls États. Il est donc désormais prévu qu’une décennie sera nécessaire pour globalement le résorber, et qu’il faut en attendant tenir sur le même registre.

Les analystes s’en tiennent généralement à la vision d’un déséquilibre au sein de la zone euro, auquel il faudrait remédier : un peu moins d’austérité pour le Sud, un peu plus de relance pour le Nord, mais pour l’instant ils doivent constater que celui-ci s’accentue sans savoir comment l’en empêcher. Cette vision qui ne veut voir dans la crise que ses spécificités européennes et ses défauts de construction induit qu’il suffirait de les corriger. Mais elle évacue un autre trait européen tardivement identifié : l’étroite dépendance financière réciproque du système bancaire européen et des États, qui n’est toujours pas dénouée. Et rares sont les analyses qui se situent au niveau global, incluant les États-Unis et le Japon dans la même appréciation.

Avec le pacte fiscal, l’union bancaire est le second pilier de la politique poursuivie au sein de la zone euro. L’idée nouvelle était que les banques doivent se renflouer par leurs propres moyens. Or ce projet n’avance pas, et le gouvernement allemand, satisfait d’avoir obtenu gain de cause sur le premier pilier, multiplie les obstacles à la concrétisation du mécanisme de renflouement financier. Le dernier en date a été la nécessité de réviser préalablement les traités européens. Le modèle chypriote serait-il clairement adopté, le compte n’y serait toujours pas, renvoyant le reste de l’addition aux États, à l’opposé de la déconnexion recherchée.

Le désendettement des banques pèse sur une économie déjà atteinte par la récession, en raison du choix qu’elles ont fait de réduire la taille de leur bilan plutôt que d’accroître leurs fonds propres, dans le but de limiter la baisse de leur rendement. On voit fleurir des analyses sur la nécessité de réduite le poids de l’intermédiation bancaire dans le financement des PME – les grande entreprises ayant accès au marché obligataire – sans grands résultats pratiques. Mettre sur pied de nouveaux financements alternatifs ne s’improvise pas et aurait comme fâcheuse conséquence de faire supporter le risque par les structures non bancaires et non contrôlées s’y impliquant…

La relance reste du domaine de l’invocation. Non pas que des projets et des études ne dorment pas dans les tiroirs, notamment à Bruxelles où cela ne manque pas, mais parce qu’ils éludent tous la même question : quels peuvent être les domaines de compétitivité internationale de l’Europe dans ce monde qui continue de basculer ? Dissocier la réflexion à ce sujet de celle portant sur la réforme du système monétaire international et de ses dysfonctionnements structurels – qui ne se limitent pas aux conséquences immédiates de la guerre des monnaies – ne mène pas loin. S’il doit être remédié à un déséquilibre, celui-ci est mondial. Cela passe par l’adoption d’une monnaie type bancor ainsi que par la mise en œuvre de stratégies de développement reposant sur la satisfaction des besoins, et non pas sur l’optimisation financière.

Une nouveauté est brusquement survenue. La lutte contre l’évasion fiscale est revenue en force sur le devant de la scène. En raison des besoins financiers des États, mais également pour une raison plus politique, bon terrain s’il en est vis-à-vis de citoyens auxquels il est demandé des sacrifices. Jusqu’où iront les velléités actuelles ? L’adoption des échanges automatiques d’information mobilise toutes les attentions, mais l’on sait que deux domaines font l’objet d’évaluations dans des groupes de travail moins exposés aux projecteurs : l’optimisation fiscale des entreprises et les sociétés écrans type trusts et fiducies qui font obstacle à la transparence proclamée. C’est sur ces deux questions qu’il pourra être jugé de la portée des intentions !

Dans l’immédiat, méditons sur la vision que vient de présenter Angela Merkel : l’Europe représente 8 % de la population mondiale, 25 % du PIB et 50 % des prestations sociales, a-t-elle souligné, pour en conclure : « Si nous voulons garder les prestations sociales, nous devons devenir plus créatifs, plus innovants ». On ne pourra pas dire que nous n’avons pas été prévenus !

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Japon | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Japon | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :3,3 (13 votes)
>> Article suivant
Paul Jorion, sociologue et anthropologue, a travaillé durant les dix dernières années dans le milieu bancaire américain en tant que spécialiste de la formation des prix. Il a publié récemment L’implosion. La finance contre l’économie (Fayard : 2008 )et Vers la crise du capitalisme américain ? (La Découverte : 2007).
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Concernant les prestations sociales, avant toute chose, on devrait s'intéresser aux coûts de fonctionnement du système.
Les cotisations sociales et patronales sont versées aux groupes de protection sociales. Il y en a des centaines en France qui disposent de monopoles sur les différents salariés de telle ou telle branche. Les employés y sont plus que grassement payé, 10 semaines de vacances, une productivité extrêmement mauvaise, des syndicats qui n'ont toujours pas compris que l'URSS n'existait plus et qui sont en opposition systématique avec les managers qui ne peuvent rien réformer etc...

Ces groupements de protection sociales ne publient pas leur compte et représente un coût exorbitant pour le système.

Mais personne n'en parle jamais...
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
La seule façon de lutter contre l'évasion fiscale en France est de faire de la France un paradis fiscal !
Et ce serait certainement infiniment bien plus rentable que la pression fiscale qui pousse les entreprises à partir et n'incite personne à s'installer chez nous.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
"Faire de la France un paradis fiscal ! "

C'est une idée à première vue simpliste (pour reprendre une vulgate chère aux anti-populistes!).Mais qualifier le France d'enfer fiscal n'est en rien éxagéré...

Avant de rejeter purement et simplement votre idée,celle-ci mérite d'être examinée et la piste qu'elle suggère,transformer le France en "paradis" (le signe " est voulu),est une idée à creuser.Elle passe nécessairement par une baisse substancielle de l'ensemble des taxes et des cotisations.Ce chemin est incontournable...

En tant que salarié,j'ai découvert avec effarement après m'être penché sur ma feuille de paie,l'importance du décalage entre ce l'entreprise paie pour moi et ce que je touche au final.Sur ce montant résiduel,je paie les taxes locales,la TVA sur tous mes achats et l'impôt sur le revenu...

Comment se fait-il que les syndicalistes ne se battent pas sur le front des ponctions que subissent les salariés,mais pour des hausses symboliques de salaire;lesquelles sont asséchées et neutralisées par les hausses multiples que nous subissons?
Evaluer :   7  0Note :   7
EmailPermalink
Goldy, la réponse de Zoppas est tout à fait explicite.
Toute augmentation de salaire équivaut à une augmentation des charges.
Sachant bien sûr que toutes ces cotisations salariales ou patronales en fin de compte se retrouvent dans les caisses de la sécurité sociale (je simplifie) et que ladite sécu (dont nous sommes si fiers !) est gérée par les syndicats, cgt/cfdt. En schématisant, les cotisations, c'est leur gagne-pain..... Quant à la transparence de la gestion de la sécu, quoiqu'on en dise..... Il y aurait à redire.
Personne n'a encore jamais osé s'attaquer au financement des syndicats et encore moins à leur patrimoine, idem pour un certain nombre de CE.
Il y a là une gabegie de personnel et d'argent phénoménale.
Changer la droite pour la gauche et réciproquement n'a jamais réduit le chomage et ne le réduira jamais malgré tous les plans fumeux proposés. Le problème de fond c'est la mainmise de la bureaucratie et du syndicalisme sur notre monde du travail. La première passe son temps à mettre les bâtons dans les roues des petites entreprises qui n'ont pas les moyens de se défendre devant des législations partiales et ubuesques. Le second rackette financièrement de façon éhontée le monde du travail au prétexte de gérer la santé des gens , de leur assurer la meilleure retraite possible et via l'urssaf distribue une partie de ce que vous avez gagné pour "aider" les pauvres. Lesquels et dans quelles conditions, c'est une autre histoire ! En gros, "on" ne vous demande pas votre avis, "on" s'occupe de vous à votre place !!!!!
Pour rappel, la "vraie" révolution de 89 ne fut pas le 14 juillet, mais bien l'abolition des privilèges de la noblesse et du clergé votée par la Constituante la nuit du 04 août 89.
Pour faire un VRAI pas en avant, nous devrons abroger les privilèges de la classe politique, des syndicats (confisquer leurs biens comme le furent ceux du clergé) et celui de la sécu. Pour sûr, cela fera des vagues, mais il faut savoir ce que l'on veut !
Alors oui, au vu de l'hémorragie économique de la France, des gens qui partent etc, nous sommes un exemple d'enfer fiscal en comparaison de beaucoup d'autres pays.
A défaut de devenir un paradis fiscal, on pourrait au moins être un doux purgatoire à tendance paradisiaque...!













Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
8 % de la population mondiale, 25 % du PIB et 50 % des prestations sociales !

Et il en veut plus encore !!!
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Goldy, la réponse de Zoppas est tout à fait explicite. Toute augmentation de salaire équivaut à une augmentation des charges. Sachant bien sûr que toutes ces cotisations salariales ou patronales en fin de compte se retrouvent dans les caisses de la sécu  Lire la suite
merisier - 26/04/2013 à 15:35 GMT
Note :  4  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX