Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Les débuts historiques de l'École économique autrichienne

IMG Auteur
 
Extrait des Archives : publié le 20 avril 2013
3049 mots - Temps de lecture : 7 - 12 minutes
( 1 vote, 5/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...

 

 

 

 

Ce texte a été publié pour la première fois en 1962 dans sa traduction espagnole – El Establecimiento Histórico de la Escuela Austriaca de Economía. La version anglaise ne fut publiée qu'en 1969 sous le titre The Historical Setting of the Austrian School of Economics par Arlington House. Et il existe une traduction italienne datant de 1992 – La Collocazione Storica della Scuola Austriaca di Economia. Nous publions ici la première partie du texte dont la traduction française a été réalisée par Hervé de Quengo.

 

I. Carl Menger et l'École autrichienne

 

1.      Les origines

          Ce qu'on appelle, en économie, l'« École autrichienne » commence en 1871, lorsque Carl Menger publia un mince volume sous le titre Grundsätze der Volkswirtschaftslehre [Principes d'économie politique].

          Il est habituel de dépister l'influence que le milieu a exercé sur les réalisations du génie. Les gens aiment attribuer les exploits d'un homme de génie, au moins dans une certaine mesure, à l'effet de l'environnement et aux courants de l'opinion de son époque et de son pays. Quels que soient les résultats de cette méthode dans certains cas, il n'y a pas de doute qu'elle est inapplicable en ce qui concerne les Autrichiens dont les réflexions, les idées et les doctrines comptent pour l'humanité. Bernard Bolzano, Gregor Mendel et Sigmund Freud ne furent pas stimulés par leurs parents, professeurs, collègues ou amis. Leurs efforts ne rencontrèrent aucune sympathie, ni de la part des compatriotes de leur temps, ni de celle du gouvernement de leur pays. Bolzano et Mendel poursuivirent leur principaux travaux dans des endroits qui, dans leurs domaines particuliers, pouvaient être considérés comme un désert intellectuel. Et ils moururent bien avant que les gens ne commencèrent à pressentir la valeur de leurs contributions. On se moqua de Freud quand il rendit publiques ses doctrines au sein de l'Association médicale de Vienne.

          On pourrait dire que la théorie du subjectivisme et du marginalisme développée par Menger était dans l'air. Plusieurs précurseurs la laissaient prévoir. De plus, à peu près en même temps que Menger écrivait et publiait son livre, William Stanley Jevons et Léon Walras écrivirent et publièrent eux aussi des livres dans lesquels ils présentaient le concept d'utilité marginale. Malgré cela, il est certain qu'aucun des professeurs, amis ou collègues de Menger n'éprouvait le moindre intérêt pour les problèmes qui le passionnaient. Quelque temps avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale, alors que je lui parlais des réunions informelles mais régulières aux cours desquelles les jeunes économistes viennois avaient l'habitude de discuter des questions de théorie économique, il remarqua d'un air songeur: « Quand j'avais votre âge, personne ne se souciait de ces choses à Vienne ». Jusqu'à la fin des années 1870, il n'y avait pas d'« École autrichienne »: il n'y avait que Carl Menger.

          Eugen von Böhm-Bawerk et Friedrich Wieser n'eurent jamais Menger comme professeur. Ils terminèrent leurs études à l'Université de Vienne avant que Menger ne commença ses cours comme Privatdozent. Ce qu'ils apprirent de lui, ils le trouvèrent en étudiant les Grundsätze. Quand ils revinrent en Autriche après avoir passé quelque temps dans les universités allemandes, en particulier au séminaire de Karl Kniess à Heidelberg, et qu'ils publièrent leurs premiers livres, ils étaient payés pour enseigner l'économie dans les universités d'Innsbruck et de Prague respectivement. Très vite, certains jeunes gens ayant participé au séminaire de Menger et ayant subi son influence personnelle, augmentèrent le nombre des auteurs contribuant à la recherche économique. Des étrangers commencèrent à parler de ces auteurs en disant « les Autrichiens ». Mais l'appellation « École autrichienne d'économie » ne fut utilisée que plus tard, quand leur opposition à l'École historique allemande occupa le devant de la scène après la publication, en 1883, du deuxième livre de Menger, Untersuchungen über die Methode der Sozialwissenschaften und der Politischen Ökonomie insbesondere.
 

2.     L'École économique autrichienne et les universités autrichiennes


          Le cabinet autrichien dans lequel Menger travaillait (au service de presse) au début des années 1870 – avant d'être nommé maître assistant à l'Université de Vienne – était composé de membres du Parti libéral défendant les libertés civiques, le gouvernement représentatif, l'égalité de tous les citoyens devant la loi, une monnaie stable et la liberté du commerce. À la fin des années 1870, le Parti libéral fut écarté par une alliance de l'Église, des princes et comtes de l'aristocratie tchèque et polonaise et des partis nationalistes des diverses nationalités slaves. Cette coalition s'opposait à tous les idéaux que les libéraux avaient soutenus. Cependant, et jusqu'à la désintégration de l'Empire des Habsbourg en 1918, la Constitution que les libéraux avait conduit l'Empereur à accepter en 1867, et les lois fondamentales qui la complétaient, restaient très largement en vigueur. 

          Dans le climat de liberté que ces lois garantissaient, Vienne devint un centre pour les pionniers des nouvelles façons de penser. Depuis le milieu du seizième siècle jusqu'à la fin du dix-huitième siècle, l'Autriche était restée étrangère à l'effort intellectuel de l'Europe. Personne à Vienne – et encore moins dans les autres territoires autrichiens – ne se souciait de la philosophie, de la littérature et des sciences de l'Europe occidentale. Quand Leibniz et plus tard David Hume visitèrent Vienne, il ne s'y trouvait aucun autochtone qui aurait pu être intéressé par leurs travaux[1]. À l'exception de Bolzano, aucun Autrichien ne contribua de manière importante avant la seconde moitié du dix-neuvième siècle aux sciences philosophiques ou historiques.

          Mais quand les libéraux eurent éliminé les chaînes qui avaient empêché tout effort intellectuel, quand ils eurent fini d'abolir la censure et de dénoncer le concordat, d'éminents esprits commencèrent à converger vers Vienne. Certains venaient d'Allemagne – comme les philosophes Lorenz von Stein et Rudolf von Jhering –, mais la plupart venaient des provinces autrichiennes; un petit nombre étaient nés à Vienne. Il n'y avait aucune conformité de pensée entre ces leaders, ni au sein de leurs successeurs. Brentano, l'ex-dominicain, inaugura un courant de pensée qui aboutit finalement à la phénoménologie de Husserl. Mach fut le chef de file d'une philosophie qui conduisit au positivisme logique de Schlick, Carnap et de leur « Cercle de Vienne ». Breuer, Freud et Adler interprétèrent les phénomènes névrotiques d'une façon radicalement différente de celle des méthodes de Krafft-Ebing et Wagner-Jauregg.

          Le « ministère de l'Instruction et des Cultes » autrichien voyait d'un mauvais oeil toutes ces tentatives. Depuis le début des années 1880, le cabinet ministériel et le personnel de ce département avait été choisi parmi les plus sûrs des conservateurs et des ennemis de toutes les idées et institutions politiques modernes. Ils n'avaient que mépris pour ce qui n'était, à leurs yeux, que des « folies exotiques ». Ils auraient aimé interdire l'accès aux universités à toutes ces nouveautés.

          Mais le pouvoir de l'administration était sérieusement restreint par trois « privilèges » que les universités avaient acquis sous l'influence des idées libérales. Les professeurs étaient des fonctionnaires et, comme tous les autres fonctionnaires, devaient obéir aux ordres de leurs supérieurs, c'est-à-dire celles du cabinet ministériel et de ses aides. Toutefois, ces supérieurs n'avaient pas le droit de se mêler du contenu des doctrines enseignées dans les classes et les séminaires. À cet égard, les professeurs jouissaient de cette « liberté de l'enseignement » dont on parle tant. De plus, le ministère était obligé – bien que cette obligation n'ait jamais été énoncée de façon claire – d'accepter de nommer les professeurs, ou, pour être plus précis, de suggérer à l'Empereur la nomination de professeurs, d'après les suggestions faites par la faculté concernée. Enfin, il existait une institution appeléePrivatdozent. Un docteur ayant publié un livre savant pouvait demander à la faculté de l'admettre comme enseignant libre et privé dans sa discipline. Si la faculté tranchait en faveur du candidat, le consentement du ministère était encore requis. En pratique ce consentement était, avant le régime de Schuschnigg, toujours accordé.

          Le Privatdozent dûment admis n'était pas, dans cette fonction, un fonctionnaire. Même si le titre de professeur lui était accordé, il ne recevait aucune rémunération de la part du gouvernement. Quelques Privatdozentspouvaient vivre de leurs propres fonds. La plupart travaillaient pour gagner leur vie. Leur droit de toucher les frais d'inscription payés par les étudiants suivant leurs cours était dans la plupart des cas sans valeur.

          L'effet de cet aménagement de la vie universitaire fut que les conseils de professeurs jouissaient d'une autonomie presque illimitée dans la direction de leurs écoles. L'économie était enseignée dans les Facultés de Droit et de Sciences sociales (Rechts und staatswissenschafltiche Fakultäten) des universités. Dans la plupart de ces universités, il y avait deux chaires d'économie. Quand l'une d'elle devenait vacante, un corps de spécialistes du droit devait – avec le concours d'au plus un économiste – choisir le futur titulaire. La décision appartenait ainsi à des non-économistes. On peut raisonnablement supposer que ces professeurs de droit étaient animés des meilleures intentions. Mais ils n'étaient pas économistes. Ils devaient choisir entre deux écoles des pensée rivales: l'École autrichienne d'une part, et l'École historique, prétendument moderne, de l'autre. Même si aucun préjugé politique et nationaliste ne troublait leur jugement, ils ne pouvaient s'empêcher d'être un peu méfiants à l'égard d'un courant de pensée que les professeurs des universités de l'Empire allemand qualifiaient de spécifiquement autrichien. Jamais auparavant le moindre nouveau mode de pensée n'était né en Autriche. Les universités autrichiennes étaient restées stériles jusqu'à ce qu'elles furent – après la révolution de 1848 – réorganisées selon le modèle des universités allemandes. Pour des personnes peu familières des sujets économiques, l'attribut « autrichien » appliqué à une doctrine portait en lui de forts relents des jours sombres de la contre-réforme et de Metternich. Pour un intellectuel autrichien, rien ne pouvait sembler plus désastreux qu'un retour de son pays à l'inanité spirituelle du bon vieux temps.

 

Carl Menger, Wieser et Böhm-Bawerk avaient obtenu leurs chaires à Vienne, Prague et Innsbruck avant que la « Querelle des méthodes » [Methodenstreit] n'eut commencé à apparaître aux yeux du profane autrichien comme un conflit entre la science « moderne » et « l'arriération » autrichienne. Leurs collègues n'avaient aucune rancune contre eux. Mais ils essayaient à chaque fois que c'était possible de faire venir d'Allemagne des partisans de l'École historique dans les universités autrichiennes. Ceux que le monde appelait les « économistes autrichiens » étaient, dans les universités autrichiennes, des marginaux tolérés plutôt avec réticence.
 

3.     L'École autrichienne et la vie intellectuelle de l'Autriche


          Les universités françaises et allemandes les plus distinguées n'étaient pas uniquement, à la grande époque du libéralisme, des institutions d'apprentissage permettant de donner aux générations montantes l'instruction requise pour la pratique satisfaisante de leurs métiers. Elles étaient des centres de culture. Certains de leurs professeurs étaient connus et admirés dans le monde entier. Leurs cours étaient suivis non seulement par des étudiants ordinaires prévoyant de passer leurs diplômes universitaires, mais aussi par des hommes et des femmes mûrs, tenant une place active dans leurs professions, leurs affaires ou en politique, et n'attendant de ces cours rien d'autre que la satisfaction du plaisir intellectuel. Ainsi, de telles personnes extérieures, qui n'étaient pas des étudiants au sens officiel, affluaient aux cours de Renan, Fustel de Coulanges et Bergson à Paris, à ceux de Hegel, Helmholtz, Mommsen et Treitschke à Berlin. Le public instruit s'intéressait de manière sérieuse au travail des cercles universitaires. Les élites lisaient les livres et les magazines publiés par les professeurs, s'inscrivaient aux sociétés savantes et suivaient passionnément les débats se déroulant lors des réunions.

          Certains de ces amateurs, qui ne consacraient que des heures de loisir à leurs études, dépassèrent le niveau de simples dilettantes. L'histoire de la science moderne retient les noms de nombreux « marginaux » merveilleux de ce genre. C'est par exemple un fait typique que la seule contribution remarquable (bien que n'ayant pas marqué son époque) à l'économie en provenance de l'Allemagne du deuxième Reich vint d'un conseiller d'entreprise affairé, Heinrich Oswalt, de Francfort, ville qui n'avait pas d'université à l'époque où son livre fut écrit[2].

          À Vienne également, une association intime entre les professeurs de l'université et le public cultivé de la ville prévalait dans les dernières décennies du dix-neuvième siècle et au début du vingtième. Elle commença à s'évanouir lorsque les vieux maîtres moururent ou partirent à la retraite et que des hommes de moindre stature obtinrent leurs chaires. Ce fut l'époque où la réputation de l'Université de Vienne ainsi que le rang culturel éminent de la ville se maintinrent et s'élevèrent grâce à quelques Privatdozents. Le cas le plus remarquable est celui de la psychanalyse. Elle n'obtint jamais le moindre encouragement de la part des institutions officielles; elle se développa et prospéra en dehors de l'université et ses seuls liens avec la hiérarchie bureaucratique de l'enseignement résidaient dans le fait que Freud était un Privatdozent ayant le titre sans signification de professeur.

          Il existait à Vienne, en tant qu'héritage des années où les fondateurs de l'École autrichienne avaient finalement obtenu la reconnaissance, un vif intérêt pour les problèmes économique. Cet intérêt permit à l'auteur de ces lignes d'organiser un Privatseminar dans les années 1920, de créer l'Association économique, de mettre sur pied l'Institut autrichien de recherches sur le cycle économique, devenu plus tard l'Institut autrichien de recherche économique.

          Le Privatseminar n'avait aucun lien avec l'université, ni avec aucune autre institution. Deux fois par mois, un groupe d'érudits, parmi eux plusieurs Privatdozents, se réunissait dans le bureau de l'auteur de ces lignes à la Chambre de commerce. La plupart des participants appartenaient à la génération qui avait commencé ses études universitaires après la fin de le Première Guerre mondiale. Certains étaient plus âgés. Ils étaient unis par un intérêt ardent pour tous les domaines des sciences de l'action humaine. Au cours des débats, on traitait de problèmes de philosophie, d'épistémologie, de théorie économique et de diverses branches de recherche historique. LePrivatseminar s'arrêta quand, en 1934, l'auteur de ces lignes fut nommé à la chaire de relations économiques internationales de l'Institut universitaire des hautes études internationales de Genève, en Suisse.

          À l'exception de Richard von Strigl, dont la mort prématurée mit fin à une brillante carrière scientifique, et de Ludwig Bettelheim-Gabillon, sur lequel nous reviendrons, tous les membres de ce Privatseminar trouvèrent un domaine adéquat pour continuer hors de l'Autriche leur travail en tant que savants, auteurs et enseignants.

          Dans le domaine de l'esprit, Vienne joua un rôle important dans les années séparant l'établissement du Parlement au début des années 1860 et l'invasion des nazis en 1938. L'épanouissement s'était produit soudainement, après des siècles de stérilité et d'apathie. Le déclin avait déjà commencé plusieurs années avant l'intrusion des nazis.

          Dans toutes les nations et dans toutes les périodes historiques, les exploits intellectuels sont le fruit du travail d'un petit nombre d'hommes et ne sont appréciés que par une petite élite. Le grand nombre regarde ces prouesses avec haine et mépris, au mieux avec indifférence. En Autriche et à Vienne l'élite était particulièrement réduite, et la haine des masses et de leurs chefs était particulièrement venimeuse.
 

4.     Böhm-Bawerk et Wieser, membres du cabinet autrichien


          L'impopularité de l'économie est la conséquence de son analyse des effets des privilèges. Il est impossible de démentir la démonstration des économistes prouvant que tous les privilèges nuisent aux intérêts du reste de la nation ou au moins d'une grande partie de celle-ci, que ceux qui en sont victimes ne toléreront l'existence de tels privilèges que si on leur en accorde à eux aussi, et que lorsque tous le monde jouit de privilèges, personne n'y gagne mais tout le monde y perd du fait de la baisse de la productivité du travail[3]. Les avertissements des économistes sont toutefois écartés par la convoitise de gens pleinement conscients de leur incapacité à réussir dans un marché concurrentiel sans l'aide de privilèges spéciaux. Ils sont persuadés qu'ils obtiendront des privilèges plus intéressants que les autres groupes ou qu'ils seront en mesure d'empêcher, au moins pendant un certain temps, tout octroi de privilèges compensatoires aux autres groupes. À leurs yeux, l'économiste est simplement une source d'ennuis qui veut contrarier leurs plans.

          Quand Menger, Böhm-Bawerk et Wieser commencèrent leurs carrières scientifiques, ils ne s'intéressaient pas aux questions de politique économique et au rejet de l'interventionnisme de la part de l'économie classique. Ils considéraient que leur vocation était de fonder la théorie économique sur une base saine, et ils étaient prêts à se consacrer entièrement à cette cause. Menger désapprouvait de tout son coeur la politique interventionniste que le gouvernement autrichien – comme presque tous les gouvernements de l'époque – avait adopté. Mais il ne croyait pas pouvoir contribuer à un retour à des politiques correctes autrement qu'en expliquant la bonne économie dans ses livres et articles, et dans son enseignement universitaire.

          Böhm-Bawerk rejoignit l'équipe du ministère autrichien des Finances en 1890. Il fut deux fois brièvement ministre des Finances dans un cabinet prudent. De 1900 à 1904, il fut ministre des Finances dans le cabinet d'Ernest von Körber. Les principes de Böhm-Bawerk dans son travail étaient de maintenir de manière rigoureuse d'une part la parité-or, fixée par la loi, de la devise autrichienne et d'autre part un budget équilibré sans aucune aide de la banque centrale. Un savant éminent, Ludwig Bettelheim-Gabillon, avait eu l'intention de publier un ouvrage détaillé analysant les activités de Böhm-Bawerk au ministère des Finances. Malheureusement, les nazis tuèrent l'auteur et détruisirent son manuscrit[4].

          Wieser fut pendant un moment, durant la Première Guerre mondiale, ministre du Commerce du cabinet autrichien. Son travail était cependant plutôt entravé par les pouvoirs importants qui avaient déjà été donnés à un fonctionnaire du ministère, Richard Riedl, et ce avant que Wieser ne prenne ses fonctions. En pratique, seules des décisions portant sur questions d'importance secondaire était laissées à Wieser lui-même.

 

1. Le seul Viennois de l'époque qui appréciait l'oeuvre philosophique de Leibniz était le Prince Eugène de Savoie, descendant d'une famille française, né et éduqué en France.
2. Cf. H. Oswalt, Vorträge über wirtschaftliche Grundbegriffe, 3ème éd. (Iéna, 1920).

3. Cf. Mises Human Action [L'Action humaine] (1949) et éditions ultérieures, chapitres XXVII-XXXVI.

4. Seuls deux chapitres, que l'auteur avait publiés avant l'Anschluss, furent préservés: « Böhm-Bawerk und die Brüsseler Zuckerkonvention » et « Böhm-Bawerk und die Konvertierung von Obligationen der einheitlichen Staatsschuld » dans la Zeitschrift für Nationalökonomie, Vol. VII et VIII (1936 et 1937).


Suite


Article originellement publié par le Québéquois Libre ici

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Autriche | Suisse | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Autriche | Suisse | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (1 vote)
>> Article suivant
Ludwig von Mises (1881 - 1973) est un économiste majeur de l'école autrichienne d'économie. Il expose dans son magnum opus, L'Action humaine, les positions épistémologiques et méthodologiques qui caractérisent l'école autrichienne : conception subjective de la valeur, individualisme méthodologique et praxéologie. Son nom reste également attaché à la critique théorique du socialisme, que Mises considère voué irrémédiablement à l'échec en raison de l'absence des mécanismes de fixation des prix par le marché. Friedrich Hayek, Murray Rothbard et Israel Kirzner comptent parmi ses élèves les plus éminents.
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Nouvelle étape dans la guerre contre les automobilistes
12 juinVictorius M.
Ah ah ! Ben oui, la voiture électrique; parlons en ! Mon paternel qui a travaillé toute sa vie dans l'industrie du gaz me disait toujours que c'éta...
Nouvelle étape dans la guerre contre les automobilistes
13 juinSaphir1
https://www.radars-auto.com/actualite/actu-radars-general/les-radars-anti-vehicules-bruyants-arrivent-en-france-1558 y'a plus qu'à le coup...
4 Juin 1963 Kennedy, l’argent et la FED
09 juinLORENZO061
Entièrement d'accord avec boutros: cette trilogie d'Ellroy est fascinante, et pas seulement pour les points cités ici. Ce bon John Edgar a tiré bie...
Nouvelle étape dans la guerre contre les automobilistes
10 juinmerisier0
Effectivement, à l'heure actuelle une voiture vaut "tant par mois". Et au bout de 5 ans, en moyenne, vous êtes pigeonné car la reprise ou le rachat...
Nouvelle étape dans la guerre contre les automobilistes
10 juinSaphir1
L'avenir ce sera une ptite voiture électrique de location (histoire de nous menotter comme il faut), avec une autonomie ridicule, et toutes les tax...
Macron : des réformes à pas de fourmis et des économies inexistantes
09 juinmerisier2
Entre les lois pondues par l'UE, celles accouchées à l'échelon national, la grévicultue syndicale et les associations bien pensantes qui n'existent...
Nouvelle étape dans la guerre contre les automobilistes
05 juinVictorius M.
Voilà un article qui m'a fait bien rire: bravo à son auteur ! de toute façon, cette histoire de CO2 comme polluant ne tient pas la route: ...
Or et Argent : la pause s’éternise
05 juinblitzel1
Ah, Marion , elle fait fantasmée, encore plus piquante que sa tante....en politique, cela s'entend. En fait quand les avisés achètent de l'or, ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX