Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Les grandes banques françaises licencient leurs employés trop honnêtes

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 20 janvier 2017
1174 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 5 votes, 5/5 ) , 2 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
2
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Article du Jour

Une récente décision de justice met en lumière les techniques appliquées par certaines grandes banques françaises pour faire taire les employés trop honnêtes qui dénoncent des malversations en interne.

Tout le monde se souvient de l’affaire Kerviel, du nom de ce trader un peu trop gourmand qui s’est retrouvé piégé dans une spirale spéculative hautement risquée dont s’arrangeait bien sa direction… mais qu’elle a fini par lui faire payer lorsque l’heure des comptes a sonné. On se souvient également de l’acharnement avec lequel la Société Générale, qui était alors son employeur, avait tenté de le faire passer pour un individu à la fois malhonnête et dangereux, un voleur à moitié-fou qui n’avait pas su refréner le sentiment de toute puissance qu’il ressentait à brasser ainsi des milliards d’euros d’un simple clic de souris. Aujourd’hui, on le sait, la réalité est beaucoup plus complexe, nuancée, pour ne pas dire totalement différente. De coupable absolu, Jérome Kerviel est devenu une sorte de maillon faible, le bouc émissaire d’une magouille à grande échelle qui a mal tourné. Et sans pour autant le dédouaner d’une certaine responsabilité, les juges ont fini par admettre que sa culpabilité était fortement amoindrie par celle, plus perverse et surtout plus élaborée de la banque qui avait parfaitement connaissance de ses agissements et qui, sans aller jusqu’à les encourager ouvertement, en avait toutefois largement profité.

La leçon de l’affaire Kerviel pour les banques : discrétion avant tout

Ce qu’on sait moins, en revanche, c’est que cette affaire a également eu des répercussions au sein des autres banques, et pas seulement dans le domaine du trading. Plus généralement en effet, les différents établissements bancaires français ont vite compris qu’il n’était pas forcément très judicieux de faire intervenir la justice pour régler un « différend » les opposant à certains de leurs employés. Car parfois, le bâton se retourne contre celui qui le brandit. C’est pourquoi, lorsque certains salariés de Natixis, filiale de BPCE, ou encore du Crédit Mutuel-CIC ont la mauvaise idée de soulever des problèmes qu’ils auraient mieux fait d’ignorer, le licenciement pour faute (ou « comportement inapproprié ») reste encore une arme bien pratique qui permet en outre de ne pas trop ébruiter l’affaire.

Sauf que certains licenciés décident parfois de faire valoir leurs droits. Oui, car ils en ont, les bougres ! Et avant qu’un éventuel futur gouvernement assurent aux banques une totale immunité, il faudra bien qu’elles continuent à subir la loi commune. Ainsi, le 16 décembre dernier, la justice a condamné la BPCE, par l’intermédiaire de sa filiale Natixis, à réintégrer un employé (nous l’appellerons Stéphane) qu’elle avait licencié car ce dernier s’était permis de dénoncer (en interne !) des pratiques illégales – en l’occurrence des manipulations de cours et autres délits d’initiés. Pire encore (pour la banque), l’ex-salarié trop vertueux s’est vu accorder un dédommagement de 334 000 euros ainsi qu’un rétablissement de sa rémunération avec effet rétroactif au 1er juillet 2016 de 5470 euros par mois jusqu’à réintégration.

Le statut de « lanceur d’alerte » officiellement reconnu dans les banques

Mais là où la décision a toute son importance c’est qu’elle est la première à reconnaître officiellement le statut de « lanceur d’alerte » à l’égard d’un salarié de banque dénonçant les agissements frauduleux de son employeur. Une décision qui fera sans doute plaisir à un autre cadre de la BPCE, directeur des risques et de la conformité, licencié en 2014 pour avoir, lui aussi, tenté d’alerter sa hiérarchie de l’existence de commissions occultes. Visiblement une mauvaise idée puisque, alors même que son rôle était justement de détecter des anomalies, celles-ci concernaient des opérations faisant malheureusement partie d’un « système de double marge sur des fonds à formule » dont la banque aurait préféré préserver la confidentialité. Pour le coup, outre le tribunal des prud’hommes chargé de statuer sur le cas de ce malheureux salarié trop honnête, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a également décidé de se saisir du dossier, tandis que le directeur général de la filiale concernée choisissait « prudemment » de démissionner.

On pourrait également évoquer le cas de trois cadres du Crédit Mutuel CIC qui, en 2013, se sont vus signifier leur renvoi après avoir signalé des opérations douteuses au sein de leur filiale monégasque. Ou encore cette responsable marketing d’UBS France victime de harcèlement et discrimination pour avoir mis en cause l’organisation de l’évasion fiscale au sein de sa banque. Et la liste est encore longue, touchant pratiquement tous les noms de la place financière française. Sans compter toutes les personnes désabusées et parfois détruites qui ont choisi de s’en tenir là et d’accepter la sanction infligée par leur direction pour avoir brisé l’omerta, plutôt que de s’engager dans un bras de fer juridique de plusieurs années, avec comme dommage collatéral l’impossibilité de réintégrer le moindre établissement bancaire qui aura eu vent de leur « action ». On n’aime pas les gens trop curieux dans ce milieu.

Un combat encore trop inégal

Au final, même si la justice semble de plus en plus souvent disposée à donner raison à ces « lanceurs d’alerte » d’un nouveau genre, le chemin est encore long pour voir la probité et l’honnêteté de quelques individus s’imposer face à l’implacable rouleau compresseur du monde bancaire. Certains cyniques pourraient ici se dire que tout n’est qu’une question d’argent et que quelques millions devraient suffire à mettre tout le monde d’accord. Ce serait bien mal connaître les motivations de la plupart des ces gens qui dénoncent ce qui leur paraît anormal, au risque de mettre en péril leur carrière, leur vie sociale et même parfois familiale. Pour preuve, cet ancien responsable de la Deutsche Bank qui a purement et simplement refusé la « récompense » de 16,5 millions de dollars offerte par la Securities and Exchange commission (Sec), le gendarme boursier américain, pour avoir dénoncé un système de fraude impliquant les banques et les autorités de contrôle. L’enjeu était ailleurs pour lui.

Alors, en dépit des décisions qui commencent à être publiées en faveur des ex-salariés abusivement licenciés pour avoir dénoncé des agissements illicites dont ils ont été témoins, les banques préfèrent jouer la montre en faisant durer les procédures, systématisant les appels, activant toutes les possibilités offertes par le système judiciaire qui, on le sait, favorise toujours à la fin, non pas celui qui avait raison, mais celui qui aura eu les moyens et l’énergie d’aller jusqu’au bout. Le but des banques est ici clairement de décourager les individus qu’elles ont en face d’elles, mais c’est aussi un avertissement à l’attention de tous ceux qui pourraient avoir envie de tenter l’expérience. Ainsi, pour le cas de Stéphane, la direction des ressources humaines de Natixis a indiqué que la banque attendrait de recevoir la notification officielle du tribunal avant de prendre la décision de porter ou non l’affaire en Cassation. Même chose pour l’ex-directeur des risques trop zélé. Quant aux ex-employés du Crédit Mutuel-CIC, ils risquent de se voir eux-mêmes (ainsi que leur avocate) traînés en justice par leur ancien employeur pour… « atteinte à la présomption d’innocence ».

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (5 votes)
>> Article suivant
Entrepreneur depuis vingt ans dans le domaine de la communication et l'information stratégique, il a été amené à travailler plusieurs fois en partenariat avec des banques et des assurances, dont la principale matière d'œuvre était constituée de l'argent des épargnants. Peu complaisant à l'égard de leurs pratiques dont il a entrevu les coulisses, il délivre aujourd'hui régulièrement son analyse sans concession (et souvent piquante) non seulement sur les agissements des professionnels de la finance, mais aussi de tous ceux qui, de près ou de loin, se font les auteurs ou les complices des manipulations qui spolient chaque jour un peu plus les honnêtes citoyens. Il publie régulièrement des chroniques sur le site L'or et L'Argent
Commenter cet article
>Suivre tous les commentaires du site
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
  Tous Favoris Mieux Notés  
L’auteur pourrait remplacer judicieusement “grandes banques françaises” par “grands groupes bancaires français” car les pratiques décrites sont les mêmes dans leurs compagnies d'assurances, sociétés de gestion et autres activités filialisées ou non. Les situations d’alerte sont multiples et sont amplifiées par l’abondance des conflits d’intérêts que ces différentes activités regroupées sous un même toit ne manquent pas de générer.
Le système financier n’a pas un monopole dans ce triste domaine. Ainsi de l’arrêt de la cour d’appel de Versailles du 20/09/2016 qui constitue une grande première en prononçant la nullité du licenciement suite à preuve de faits qui permettent de présumer des faits de corruption au sein de la société SAS Vinci Concessions.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
L’auteur pourrait remplacer judicieusement “grandes banques françaises” par “grands groupes bancaires français” car les pratiques décrites sont les mêmes dans leurs compagnies d'assurances, sociétés de gestion et autres activités filialisées ou non. Les situations d’alerte sont multiples et sont amplifiées par l’abondance des conflits d’intérêts que ces différentes activités regroupées sous un même toit ne manquent pas de générer.
Le système financier n’a pas un monopole dans ce triste domaine. Ainsi de l’arrêt de la cour d’appel de Versailles du 20/09/2016 qui constitue une grande première en prononçant la nullité du licenciement suite à preuve de faits qui permettent de présumer des faits de corruption au sein de la société SAS Vinci Concessions.
Dernier commentaire publié pour cet article
L’auteur pourrait remplacer judicieusement “grandes banques françaises” par “grands groupes bancaires français” car les pratiques décrites sont les mêmes dans leurs compagnies d'assurances, sociétés de gestion et autres activités filialisées ou non. Les  Lire la suite
MauPar - 26/01/2017 à 22:31 GMT
Note :  1  0
Top articles
Derniers Commentaires
Prévision du cours de l'or en 2019
17 févr.samideano
En tous cas, on voit année après année depuis plus de dix ans, qu'ils (les "experts") ne cessent de se tromper inlassablement....
La France prendra de nouvelles mesures pour réduire la dette cette ...
17 févr.Attilio
"La France prendra de nouvelles mesures pour réduire la dette cette année " Avec une dette se chiffrant à 2 250 milliards d'euros la moind...
“Nous sommes en pleine régression intellectuelle”, Dimitri Casali, ...
17 févr.samideano
la malbouffe doit faire baisser le QI dangereusement....
“Nous sommes en pleine régression intellectuelle”, Dimitri Casali, ...
16 févr.Pierre702
Il faut lire les livres qu'on donnait à lire aux collégiens il n'y a pas si longtemps pour se rendre compte que l'éducation nationale est pourrie. ...
Le syndrome Schiappa continue de s’étendre en Macronie
16 févr.merisier1
Un secrétariat d'état à l'égalité Hommes-Femmes est une escroquerie intellectuelle. Avec à sa tête une allumée qui se veut à la fois juge/parti...
Prévision du cours de l'or en 2019
16 févr.napo2
Ils utiliseraient une boule de cristal, cela leur éviterait de perdre beaucoup de temps et d'argent dans des calculs aussi aléatoires que la boule
Et maintenant, un service citoyen universel, obligatoire et triphas...
16 févr.Pâris
Vu les licenciements à venir et vu qu'on est un peu à la limite visible pour ce qui concerne les tripatouillages des chiffres du chômage, employer ...
Blague du jour ! Thévenoud dépose la marque “phobie administrative”
16 févr.silvera
État minimum, moins de bureaucratie. Et dire que Sannat déplore la fin de l'état providence. Comment déplorer la fin de ce qui ne marche pas?
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX
Profitez de la hausse des actions aurifères
  • Inscrivez-vous à notre market briefing minier
    hebdomadaire
  • Recevez nos rapports sur les sociétés qui nous semblent
    présenter les meilleurs potentiels
  • Abonnement GRATUIT, aucune sollicitation
  • Offre limitée, inscrivez-vous maintenant !
Accédez directement au site.