Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Les Grecs fuient les banques et ne paient plus leurs impôts en attendant les élections. Majorité absolue pour Syriza ?

IMG Auteur
Publié le 20 janvier 2015
1444 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 16 votes, 4,5/5 ) , 11 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
11
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux
24hGold - Les Grecs fuient les...

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Comme vous pourrez le voir à la fin de cet article, l’un des derniers sondages montre que le parti Syriza pourrait même être en mesure de créer une surprise considérable en obtenant la majorité absolue, ce qui en Grèce, depuis le début de la crise, serait une immense première puisque ce pays est traditionnellement habitué aux accords et aux compositions entre les partis tant les majorités absolues sont rares et les majorités relatives la norme.

Si dans quelques jours c’est un tel résultat qui devait sortir des urnes, cela donnerait à ce parti de gauche les coudées franches pour pouvoir renégocier en position de force avec les créanciers de la Grèce, qu’il s’agisse du FMI, de la BCE ou encore plus de la Commission européenne qui se fait ces derniers temps de plus en plus discrète et pour cause.

Ce qu’il faut bien avoir présent à l’esprit c’est que lorsque je dois 100 000 euros à la banque j’ai un gros problème, mais si je dois 10 milliards d’euros à la banque, ce n’est pas moi qui ai un gros problème… mais mon banquier. Il en va de même pour la Grèce qui doit quelques centaines de milliards d’euros qu’elle ne remboursera jamais, ce dont tout le monde aujourd’hui est à peu près certain. Reste à définir les modalités concrètes du défaut de paiement de la Grèce afin qu’il soit le plus propre possible et se fasse de la façon la plus ordonnée.

En attendant, les Grecs écoutent les propositions de Syriza et en particulier toutes celles faisant partie du volet fiscal.

Mesure d’allègement de la pression fiscale

« Ces mesures forment le deuxième pilier du programme et incluent le soutien aux PME, la constitution de comités régionaux ayant pour mission le règlement extrajudiciaire des dettes envers l’État et les caisses de sécurité sociale échelonné de sorte à ce que les paiements ne dépassent pas 30 % du revenu annuel du débiteur. Les majorations ne dépasseront pas 30 % du capital dû.

Il est également prévu de cesser les saisies et les poursuites pénales pour tous ceux qui engageront un règlement extrajudiciaire ; elles seront suspendues pour ceux dont il est prouvé qu’ils ne disposent d’aucun revenu.

La procédure anticonstitutionnelle et engagée d’office au titre de dettes envers l’État sera supprimée.

L’impôt-guillotine sur la propriété immobilière (qui a été installé de manière rétro-active sur plusieurs années) sera supprimé et remplacé par un impôt équitable sur la grande propriété immobilière.

Le revenu non imposable sera fixé à 12 000 € pour tous (à présent les indépendants sont imposés dès le premier euro et tout le monde est imposable dès 5 000 € de revenus annuels).

Le plan inclut également la création d’une Banque publique de développement ainsi que de banques spéciales pour les PME et les agriculteurs, tandis qu’il est envisagé d’appliquer un plan d’annulation des dettes concernant les prêts échus.

Syriza s’engage à ne pas permettre aux banques de toucher à la résidence principale (et souvent unique) des classes moyennes et des ouvriers… »

Il faut bien avoir à l’esprit que si les Grecs n’ont pas vraiment payé leurs impôts pendant quelques décennies, les impôts qu’on leur demande de payer aujourd’hui sont tout bonnement impossibles à régler pour l’immense majorité du peuple grec. Il ne s’agit plus de savoir si les Grecs « l’ont bien cherché », si c’est juste ou injuste, non, il s’agit de constater factuellement que lorsque vous ne gagnez presque rien il est difficile de payer plus d’impôts que d’argent gagné et c’est une évidence. Pourtant, en Grèce, ils en sont arrivés là ou pas loin.

Alors les Grecs qui étouffent sous une fiscalité jamais vue sont en train de se rebiffer et attendent patiemment l’arrivée de Syriza au pouvoir… pour ne plus payer les impôts que Syriza s’est engagé dans ses propositions de campagne à ne plus faire payer. Évidemment, cela va provoquer un trou dans les finances publiques grecques et quelques frictions avec la Commission européenne et les différents bailleurs de fonds qui, eux, veulent revoir leur argent…

En Grèce, une panique bancaire a débuté, et les citoyens ne payent plus leurs impôts

Ainsi, comme nous l’apprend le journal l’Express.be, « le journal grec Kathimerini rapporte que les recettes de l’État grec se sont écroulées sur les derniers jours, en raison de l’incertitude liée aux élections qui doivent se tenir dans le pays le 25 janvier prochain. La plupart des Grecs choisissent de différer le paiement de leurs impôts en attendant d’être fixés sur la situation de leur pays.

Le parti donné gagnant dans les sondages, SYRIZA, a en effet promis d’annuler la taxe sur les propriétés immobilières (ENFIA), et d’annuler les dettes en souffrance.

Selon Kathimerini, l’État grec s’attend à collecter 4,5 milliards d’euros d’impôts pour le mois de janvier, mais les paiements reçus au cours des 10 premiers jours du mois étaient en baisse de 70 à 80 % par rapport aux montants qui avaient été collectés à la même époque il y a un an ».

Ça c’était pour le volet fiscal et rentrées financières. Concernant les banques grecques, la situation n’est pas plus joyeuse, ce qui est somme toute assez logique car si vous pensez que votre pays risque de sortir de l’euro et que vous pourriez vous retrouver avec une monnaie dévaluée de 60 %, vous allez chercher par tous les moyens à vous prémunir en changeant déjà de monnaie : cela veut dire par exemple acheter du franc suisse ou du dollar, changer de banque, aller vers une banque dans un pays étranger et enfin acheter de l’or ou de l’argent métal…

« Pire, dans ce qui semble être une répétition de la crise de 2011, ces derniers jours, deux banques grecques auraient sollicité l’ELA (Emergency Liquidity Assistance).

L’ELA consiste en un prêt d’urgence que les banques centrales nationales de la zone euro peuvent attribuer à des banques connaissant des pénuries de liquidités ponctuelles de nature à perturber gravement le système, avec l’aval de la BCE. Ces pénuries de liquidités peuvent notamment survenir lorsqu’un grand nombre d’épargnants se présentent simultanément pour récupérer leurs économies, ce que l’on appelle une panique bancaire, ou ‘bank run’.

En décembre, les retraits sur les comptes d’entreprises et de particuliers des banques grecques se sont montés à 3 milliards d’euros, en nette accélération, et ce mouvement s’est poursuivi depuis le début du mois de janvier.

Selon Euractiv, depuis 2010, les banques grecques ont perdu 69 milliards d’euros de dépôts, soit près de 30 % du total… »

Autant dire que les banques grecques sont moribondes.

Hollande annonce le QE pour le 22

En attendant, la BCE devrait nous annoncer un QE jeudi selon notre président – qui a soit gaffé en vendant la mèche un peu trop tôt, soit a tenté un dernier coup de poker menteur pour mettre la pression à la banque centrale européenne – puisqu’il a déclaré que « jeudi la BCE prendra la décision de racheter des obligations d’États, ce qui fournira des liquidités importantes à l’économie européenne et créera des bases favorables pour la croissance… »

Selon d’autres rumeurs d’ailleurs toujours à propos de ce QE qui « serait » annoncé par la BCE jeudi, chaque banque centrale nationale rachèterait les obligations de son propre pays. Ces rumeurs viennent d’Allemagne et l’on voit bien la logique d’Angela Merkel derrière où nos amis d’outre-Rhin refusent obstinément toute forme de mutualisation des dettes (ce qui peut se comprendre). Mais si tel était le cas, cela reviendrait à faire le premier pas vers la fin de l’euro et de la monnaie européenne, ce qui ne serait pas une mauvaise chose.

En attendant, soyez vigilants.

Il est déjà trop tard, préparez-vous.

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement www.lecontrarien.com.

« L’Assemblée nationale est toujours otage de Thomas THÉVENOUD qui est toujours député. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

(Pour protester pacifiquement et avec humour, n’hésitez pas à reprendre cette formule en bas de tous vos mails, de vos articles ou de vos publications, il n’y a aucun droit d’auteur !!)

Un nouveau sondage réalisé par Alco pour To Pontiki montre Syriza en tête, avec la majorité absolue (151 sièges)

Différents liens sources ci-dessous!

http://www.okeanews.fr/20150105-tsipras-presente-le-plan-de-syriza-en-cas-de-victoire-electorale

http://www.express.be/business/fr/economy/en-grece-une-panique-bancaire-a-debute-et-les-citoyens-ne-payent-plus-leurs-impots/210659.htm

http://www.romandie.com/news/Francois-Hollande-gaffe-et-annonce-un-QE-pour-ce-jeudi_ROM/556325.rom

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | Grèce | Suisse | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | Grèce | Suisse | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (16 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Unequestion multiple se pose: Cette dette d’environ 350 milliards d'euros (175 % du PIB actuellement) était de 240 milliards en 2011 après l'intervention de N Sarkozy qui a spolié les contribuables européens de 110 milliards, est portée pour environ 250 milliards par la Troïka (CE + MES + FMI auxquels participent proportionnellement les pays de l’Euroland c'est-à-dire leurs contribuables). Cette dette a-t-elle été utilisée par les Grecs et consommée, a-t-elle été contractée sciemment par les dirigeants politiques qui savaient qu’en se mettant dans une telle situation ils ne rembourseraient jamais et là je pense à un délit (d’où sanctions pénales) (d’où d’ailleurs l’expression du « Tonneau des Danaïdes) ?
Maintenant la Grèce ne quittera certainement pas la zone euro, trop généreuse, M Tsipras le sait et que peut-il faire ? Renégocier cette dette (partiellement ou totalement) en allongeant la maturité de celle-ci et surtout en demandant une baisse du taux d’intérêt de cette partie de dette détenue par la Troïka, par exemple à zéro. Ainsi la charge annuelle de la dette disparaissant, les impôts induits sur le peuple s’allègent et le montant dû rencontrera bien un jour l’inflation, de toutes manières on déplace le problème dans le temps avec l’espoir de la grâce des dieux de l’Olympe ou de faire peser à terme le poids sur les générations à venir avec les problèmes (patate chaude) reportés.

La vraie solution serait d’interdire aux états d’emprunter, car nous le savons tous, ils sont très inconséquents avec notre argent.
L'histoire malheureusement se répète
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Un QE, sinon rien et le déclenchement des CDS. ce qui fera chuter l'Euro.
Si Draghi fait marcher sa planche il y a fort à parier qu'il veuille renflouer d'un seul coup les banques grecs pour ne pas que le défaut soit activé!
Cela ne règlera rien sauf gagner du temps. Combien Draghi va-t-il mettre sur la table pour acheter Syriza ? Un déversement de liquidité ne peut être bénéfique que pour les banques centrales, elles se gaveront et pourront spéculer encore plus, et rien ne reviendra dans notre économie. On voit bien que ce processus n'a eu aucun effet sur la croissance us avec la FED! Espérons seulement qu'en Grèce les nouveaux Politiques sauront être plus sérieux que les anciens qui ont fait chuter le pays en le dépeçant.
Ils auront aussi en charge de protéger la Grèce contre les attaques financières us sur leurs CDS, swaps bien périlleux qui ne leur laissent aucune manoeuvre de sauvegarde.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Le sentiment général est : "IL NOUS PREPARE UNE GUERRE CONTRE LES MUSULMANS!!!"

Les gens autour de moi ont peur, ils se demandent où nous allons...

Les laïques insultes l'Islam et ce sont les Eglises que l'on brûle ??? Pourquoi ??? Il n'y a rien de logique dans ce plan.

Même si les guerres tuent, une bonne guerre ça rapporte un maximum, demander aux US.

Dans ce contexte, il ne faut pas s'attendre à une hausse économique, au contraire.

Une ère glacière...

Quand les gens auront pris la mesure des métaux précieux les prix vont atteindre des sommets. Certains deviendront riches d'autres vendront tout pour pouvoir s'en procurer.

Au final, la bonne vieille pièce d'or reste un bien indispensable à l'humanité...

Or et argent, armes et munitions, nourriture (eau, boîtes de raviolis on ne sait jamais si j'invite Charles) et un bon chien (j'aime leur fidélité sans faille).
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
En même temps, si le monde considère une guerre majeure comme inévitable pour relancer la machine, il serait logique de la mener contre des gens qui n'ont pas (ou pas trop) l'arme nucléaire.

Tout le monde sait qu'un affrontement direct avec la Russie ne peut que résulter en une holocauste nucléaire, à moins qu'un des deux camps ne trouve un moyen pour neutraliser 99,99% des armes atomiques de l'adversaire avant qu'elles ne quittent les rampes de lancement.

Du coup, on se tourne vers le sud.

Ma belle-famille panique aussi.... belle-soeur a quasiment décidé que d'ici deux ans elle et sa petite famille iront vivre en Pologne où il n'y a pratiquement pas de musulmans. (Et ce malgré les efforts et investissements (+ dettes) consacrés ces dernières années à leur maison en banlieue de Bruxelles, rien que dans la cuisine y en a eu pour 10 000 euros)

Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
La pire chose qui nous arrive, c'est une guerre civile, il faut nous y préparer!
Je ne saurais que louer les personnes qui dans leur sagesse et leur recul sauront pacifier les esprits et lutter contre les peurs, cause de violence
et de haine. Il faut aussi se détacher impérativement de toute déclaration dangereuse et d'écrit quel qu'il soit promoteur de confusion et de scandale. La liberté de parole a ses propres limites là où se croisent la croyance et la pensée des autres! Offenser sous quelques forme qu'elle soit ne peut supporter de justification, elle est néfaste. Et de plus en plus, les fous parlent et les sages se taisent.
Mais encore faudrait -il qu'on ne musèle pas la vérité ni qu'on fasse taire la sagesse.
Il y en a qui hurle aux loups pour se moquer et s'amuser, pas de chance, celà a attirer la meute et elle se rassemble dans les forêts.

Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Est-ce que l'annonce d'un QE (peut importe qu'il soit réalisé ou pas quand et comment) à deux jours de l'élection ne serait pas un moyen d'influencer celle-ci en faveur des candidats "statu quo" ?
L'air de dire: "Nous avont réussi à faire ouvrir les vannes à pognon, il n'est plus nécessaire de renverser la table". De grâce gardez-nous !


PS: bien sûr si les sortants sont reconduits, dès la semaine suivante, ils gémissent.. ce n'était qu'un projet... la BCE... Karlsruhe... troïka... pas possible... les Allemands... il faut payer... etc.
Le peuple se sent empalé à sec dès le début de mandat, pas d'autre élection en vue... c'est la révolte et l'embrasement !
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
DU PETROLE POUR UN SIECLE :


https://www.youtube.com/watch?v=kF4wBY02C08
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Tiens, je ne savais pas ceci (soit un oubli, soit passé inaperçu) depuis début 2014 en Italie de nombreux paiements sont tout simplement interdits en liquide, et d'autres fortement limités : http://www.tax-news.com/news/Italy_Stops_Cash_Payments_in_2014_To_Combat_Tax_Evasion____63172.html
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
A lire absolument : cet article fort "contrarien" écrit par un connaisseur autorisé :

http://www.herodote.net/La_Grece_un_pays_en_detresse-article-1489.php
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
A moins qu'un attentat jihadiste ne soit commis juste au bon moment ? Le parti Syriza veut mener une politique d'ouverture à l'immigration... donc si le pouvoir en place ferme un oeil juste quand une cellule terroriste s'active, ça peut faire basculer les choses.... il avait déjà tenté de récupérer l'attaque de charlie hebdo de la sorte, et comme par hasard l'enquête sur la cellule démantelée en Belgique s'oriente vers la Grèce.

Je ne sais pas si ça a été dit quelque part, mais est-ce que ce QE servira aussi à renflouer l'Ukraine ? Ou à financer des achats militaires ? (je pense à la Belgique qui bave d'envie d'avoir des F-35).



Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
"Le parti Syriza veut mener une politique d'ouverture à l'immigration... "

C'est leur manière de lutter contre les 60% de chômage.

"mais est-ce que ce QE servira aussi à renflouer l'Ukraine ? Ou à financer des achats militaires ?"

La plupart de ceux qui gagnent au loto n'ont pas encore d'idée précise de ce qu'ils vont faire de tout ce fric brusquement tombé.
Consommer ? Investir ? Donner ? Saupoudrer ?
Ceux qui jouent et n'ont pas encore gagné, attendent d'avoir le gros lot pour se poser concrètement la question.

Loto, Monopoly, Poker, autres. Nos politiciens républicains jouent. Avec nos biens.
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Unequestion multiple se pose: Cette dette d’environ 350 milliards d'euros (175 % du PIB actuellement) était de 240 milliards en 2011 après l'intervention de N Sarkozy qui a spolié les contribuables européens de 110 milliards, est portée pour environ 250  Lire la suite
CLAUDE F. - 23/01/2015 à 07:47 GMT
Note :  1  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX