Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Nous allons droit à l’(hyper)inflation

IMG Auteur
 
Extrait des Archives : publié le 30 novembre 2010
2222 mots - Temps de lecture : 5 - 8 minutes
( 31 votes, 4,7/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Fondamental





L’échec des régimes de monnaie fiduciaires partout dans le monde est devenu flagrant. Ces systèmes monétaires ne peuvent être maintenus en vie que grâce aux banques centrales qui créent des quantités de monnaie croissantes et aux gouvernements qui signent des reconnaissances de dettes aux grandes banques commerciales.


La réserve fédérale américaine par exemple, a augmenté la quantité de sa base monétaire – ce qui inclut la demande des dépôts des banques à la Fed, et les pièces et billets en circulation – de 870,9 milliards de dollars en août 2008 à 1735,3 milliards de dollars en janvier 2009.


24hGold - Nous allons droit à ...


Les « réserves excédentaires » des banques –c'est-à-dire les fonds de monnaie de base détenus par les banques moins les réserves obligatoires – ont augmenté de 1,9 milliards de dollars à 798,2 milliards. Ces réserves supplémentaires permettent au secteur bancaire, qui opère sous un système de réserves fractionnaires, d’augmenter le crédit et l’offre de monnaie dans une grande proportion.


La base monétaire augmente quand la banque centrale prend en main les actifs préoccupants des banques commerciales afin que celle-ci puisse octroyer de nouveaux crédits à ces banques. Ce processus gagne en ampleur : le 18 mars 2009, le Comité Fédéral du Marché Ouvert (FOMC- Federal Open Market Committee) annonçait qu’il allait augmenter la base monétaire en achetant 1 150 milliards de dollars d’obligations supplémentaires. Il considérait également d’élargir la base monétaire en augmentant les crédits aux foyers privés et aux petites entreprises.


Va générer de l’inflation


Ce que fait la Fed, c’est produire de l’inflation – et ceci est une vérité qui contraste vivement avec ce que les économistes des principales écoles nous expliquent, c'est-à-dire que l’augmentation de la base monétaire ne conduit qu’à une augmentation de la liquidité sur le marché interbancaire et ne va pas affecter les quantités de monnaie détenues par les consommateurs, les entreprises et le gouvernement, qui – ils l’admettent – pourraient ensuite faire augmenter les prix à la consommation et donc produire de l’inflation.


24hGold - Nous allons droit à ...

A la fin de l’hyperinflation hongroise de l’après guerre, les billets de banque avaient si peu de valeur

qu’ils étaient jetés comme des ordures.

(Hongrie, 1946)



Par opposition, les économistes de l’école autrichienne soulignent que l’inflation est le résultat d’une augmentation de la quantité de monnaie. Ce point de vue repose sur des principes sains d’économie, fermement ancrés dans la notion qu’avant toute chose, la valeur est un concept subjectif. La monnaie est un bien comme les autres et donc, elle est sujette à la loi de l’utilité marginale décroissante.


Une augmentation de la quantité de monnaie réduit nécessairement l’utilité marginale d’une unité monétaire- et donc sa valeur- du point de vue de l’individu ; de la même manière, l’utilité marginale d’une unité monétaire –et donc, sa valeur augmenterait si le stock de monnaie déclinait.


Les changements dans la valeur que les individus assignent à une unité monétaire sont reflétés dans les prix des articles à vendre. Par exemple, si la quantité de monnaie entre les mains d’un individu augmente, il se peut qu’il veuille détenir davantage d’autres sortes de biens. Tandis qu’il échange sa monnaie contre des biens en vente, leurs demandes respectives augmentent et donc leurs prix aussi.

En ce sens, la variation de la quantité de monnaie est ce qui doit être appelé inflation, alors que les variations des prix pour les biens et les services ne sont que les symptômes de cette cause sous-jacente, qui est la variation de la quantité de monnaie.


L’augmentation de la base monétaire a, jusqu’à présent, uniquement permis d’éviter le déclin des valeurs-titres détenues par les banques au niveau des prix du marché. En d’autres termes, l’injection de monnaie aide à maintenir les prix des actifs à un niveau artificiellement élevé, empêchant ainsi les marchés financiers, et les marchés des crédits en particulier, de s’ajuster.


La voie vers une inflation sans cesse accrue


Le régime, - contrôlé par le gouvernement -, de monnaie à cours forcé est hautement inflationniste, parce qu’il permet une augmentation du stock de monnaie grâce au crédit bancaire au-delà de l’épargne réelle (crédit en circulation). Le stock de monnaie croissant pousse les prix vers le haut –que ce soient les prix à la consommation ou les prix des actifs (tels que les actions, l’immobilier etc.).


24hGold - Nous allons droit à ...



Faire croître la quantité de monnaie par le crédit en circulation déclenche un boom illusoire conduisant à des « mauvais investissements ». Cependant, ces derniers ne remontent pas à la surface tant que le crédit et l’offre de monnaie continuent de croître.


Si la croissance de l’offre de monnaie ralentit tout d’un coup, les attentes des investisseurs sont déçues et les projets d’investissement qui étaient –dans un monde ayant toujours plus de monnaie à disposition et des prix croissants – considérés comme économiquement viables, deviennent non-profitables.


Le ralentissement de la croissance de la monnaie révèle que la structure de production n’est pas en phase avec la demande réelle et démasque alors la dilapidation de ressources rares. Et ainsi, le boom artificiel induit par les injections de monnaie se transforme en crise.


Une politique qui maintiendrait un boom artificiel exigerait des augmentations toujours plus grandes de la quantité de monnaie. Ludwig von Mises réalisa que cela conduirait à un désastre.


« Il n’y a pas de moyen d’éviter l’effondrement final d’un boom créé par une expansion du crédit. L’alternative se limite à savoir si la crise devrait avoir lieu un peu plus tôt en raison d’un abandon volontaire d’une expansion accrue du crédit ou plus tardivement en tant que catastrophe finale et totale impliquant le système monétaire concerné ».
[1]


Les Méthodes pour produire de l’inflation


Dans une tentative d’éviter à l’offre et au crédit et de monnaie de se ralentir et ainsi aux économies de se diriger vers une récession, les politiques monétaires mondiales sont en train de pousser les taux d’intérêts vers zéro et d’augmenter la quantité de monnaie de base, et donc les surplus de réserves des banques, de manière très conséquente.


24hGold - Nous allons droit à ...



On peut s’attendre à ce que les banques commerciales fassent usage de leurs surplus de réserves parce que les soldes de monnaie de base ne rapportent aucun intérêt : les banques doivent engendrer des revenus pour être dans la position de payer les intérêts sur leurs propres dettes (demande, dépôts à terme et comptes d’épargne et obligations).


Elargir les prêts constitue une option possible. Cependant, dans un environnement d’emprunteurs financièrement « sur-tendus », les banques pourraient être hésitantes à augmenter leurs prêts auprès des firmes et des foyers. De fait, il se peut qu’il soit de plus en plus difficile pour les banques de le faire, étant donné que le capital est devenu de plus en plus rare et coûteux.


Et donc, les banques commerciales pourraient souhaiter monétiser la dette gouvernementale, étant donné que cette dernière ne demande pas à mettre de capital en usage. Le gouvernement dépense alors la quantité de monnaie additionnelle créée sur des projets politiques opportuns (allocations chômage, infrastructure, défense etc.) et la quantité de monnaie entre les mains des firmes et des foyers augmente.


Si, par contre, les banques commerciales décident de restreindre leurs prêts, et rappellent leurs crédits dus, le gouvernement peut décider –une autre mesure drastique mais logiquement conséquente à l’interventionnisme – de nationaliser l’industrie bancaire (ou au moins, une grande partie de celle-ci). Ce faisant, il peut obliger les banques à augmenter leurs crédits et leur offre de monnaie.


La banque centrale pourrait aussi imprimer davantage de monnaie et la distribuer aux entreprises et foyers comme un transfert de paiement
[2]. Dans un régime de monnaie à cours forcé, ceci peut être fait sans aucune limite et à n’importe quel moment, comme l’a dit clairement le Président de la Réserve Fédérale Ben S. Bernanke dans un discours notoire prononcé en 2002 :

[Le] gouvernement américain possède une technologie, appelée planche à billets (ou aujourd’hui son équivalent électronique), qui lui permet de produire autant de dollars US qu’il le souhaite à un coût pratiquement nul. En augmentant le nombre de dollars US en circulation, ou bien en menaçant de manière crédible de le faire, le gouvernement américain, peut également réduire la valeur des dollars en termes de biens et de services, ce qui est équivalent à augmenter les prix en dollars de ces biens et services. Nous pouvons en conclure, que dans un système de monnaie-papier, un gouvernement déterminé peut toujours engendrer des dépenses plus grandes et donc une inflation positive.[3]


Le Chemin vers l’hyperinflation


La monnaie à cours forcé contrôlée par le gouvernement est une monnaie frauduleuse. C’est de la monnaie qui a été créée à partir de vide, en violation des droits de propriétés : la monnaie à cours forcé ne requiert aucune des activités productrices de richesses typiques d’un marché libre, elle est, par construction, une monnaie frauduleuse.


De plus, la monnaie à cours forcé, créée par les banques grâce à l’expansion du crédit cause nécessairement des cycles de croissance et de récession (phénomène de bulle, en anglais : « boom-and-bust »), qui conduisent les gouvernements à faire reculer les forces du marché libre pour soutenir l’économie et maintenir à flots  ce régime de monnaie à cours forcé; en fait, la monnaie à cours forcé va miner de manière croissante l’ordre du marché libre.


Mises était bien conscient des conséquences ultimes d’un régime monétaire qui repose sur des augmentations de la quantité de monnaie produites par les banques qui augmentent leurs crédits en circulation. A un moment ou un autre, des faillites à grande échelle résulteraient en une contraction du crédit et de l’offre de monnaie (déflation).


Ou bien, cela se terminerait en hyperinflation:


Mais une fois que l’opinion publique est convaincue que l’augmentation de la quantité de monnaie va continuer et ne jamais finir, et qu’en conséquence, les prix de tous les biens et services ne vont jamais arrêter de croître, tout le monde veut acheter autant que possible et réduire au minimum ses liquidités. Car dans ces circonstances, les coûts normaux afférant à l’encaisse sont accrus par les pertes causées par la diminution progressive du pouvoir d’achat de la monnaie. Les avantages des encaisses de liquide doivent être payés par des sacrifices qui sont jugés excessivement lourds. Ce phénomène fut appelé pendant la période de grande inflation des années 20, la fuite dans les biens réels (Flucht in die Sachwerte) ou « boom de catastrophes» (Katastrophenhausse).


Mises connaissait très bien ce à quoi il faisait référence. Il avait vécu cette période de grande inflation qui avait commencé en Europe en 1914 avec la grande guerre. Celle-ci mena finalement à l’hyperinflation et à une destruction complète du Reichsmark allemand en 1923. D’un point de vue technique, l’hyperinflation allemande était le résultat de la monétisation par la Reichsbank allemande de la dette budgétaire du gouvernement, émise pour financer les avantages sociaux, les subventions et les payements de réparation.


Dans son livre “L’ère de l’inflation” (1979), Hans F. Sennholz analysant l’hyperinflation allemande d’un point de vue politico-économique, se demande “qui serait l’auteur d’un tel mal infligé à une grande nation, qui aurait des ramifications politiques, économiques et sociales, non seulement en Allemagne mais  dans le monde entier ? » [5]
Sa réponse, qui donne à réfléchir, fut que :


Chaque mark était imprimé par les Allemands et émis par une banque centrale gouvernée par les Allemands sous un gouvernement qui était entièrement allemand. C’étaient les partis politiques allemands, tels que les socialistes, le parti centriste catholique et les démocrates, formant divers gouvernements de coalition qui étaient entièrement responsables des politiques qu’ils menaient. Mais bien sûr, on ne peut pas s’attendre à ce qu’aucun parti politique n’admette sa responsabilité pour aucune calamité.
[6]


Ceci dit, l’hyperinflation allemande était le résultat d’une politique qui considérait que le financement de la dette gouvernementale, par le biais d’une augmentation de la quantité de monnaie à un rythme accéléré, était politiquement la méthode la moins défavorable. Il semble que cette opinion ait toujours cours. Aujourd’hui, il existe un grand soutien de l’opinion publique concernant l’augmentation de la quantité de monnaie pour financer les banques en difficultés, les compagnies d’assurance et de façon plus importante, la dette gouvernementale.


« Les doctrines et théories qui ont conduit à la destruction monétaire allemande depuis lors ont causé des destructions dans beaucoup d’autres pays. En fait, elles sont probablement partout à l’œuvre actuellement dans le monde occidental. » [7] L’économie autrichienne maintiendrait, à juste titre, que les politiques actuelles de monnaies à cours forcé sont devenues de plus en plus inflationnistes -et qu’elles ne devraient pas avoir de doutes dans le fait que les forces et instruments qui peuvent paver la route vers l’hyperinflation sont déjà en place et gagnent des forces chaque jour.


La solution contre une destruction de la monnaie actuelle, c’est le retour à une monnaie saine – une monnaie de marché-libre – comme décrite par Mises et développée ensuite par Murray N. Rothbard. Elle résulterait probablement, du moins dans sa phase initiale, en une monnaie garantie par l’or avec un taux de réserves de 100%. La limitation du cours de l’or semble soutenir l’idée que les gens considèrent l’or comme un moyen ultime de paiement – un statut qui devient de plus en plus évident dès que les gens craignent que la valeur d’échange de la monnaie à cours forcé ne s’érode substantiellement.


24hGold - Nous allons droit à ...



Thorsten Polleit



Thorsten Polleit est professeur honoraire à l’Ecole de Finance et de Management de Frankfort


 


<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,7 (31 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Article publié le 30 novembre 2010. Encore un qui s'est gourré grave ! mdr
bientôt dix ans qu'on l'attend, son inflation ! Quel naze !
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Article publié le 30 novembre 2010. Encore un qui s'est gourré grave ! mdr bientôt dix ans qu'on l'attend, son inflation ! Quel naze !  Lire la suite
samideano - 06/02/2019 à 16:38 GMT
Note :  0  1
Top articles
Derniers Commentaires
Le pari perdant des fin-du-mondistes, des survivalistes ou des coll...
13 déc.Léopold II
Le jugement de Mark Twain me paraît quelque peu excessif. Le mot progrès vient du latin progressus, participe passé du verbe progredi qui signifie ...
Le pari perdant des fin-du-mondistes, des survivalistes ou des coll...
13 déc.Louis L.1
Les gens intelligents s'adaptent à la nature, les imbéciles cherchent à adapter la nature, c'est pourquoi ce que l'on appelle "progrès"
Démondialisation. Comment Trump vient de tuer l’OMC !
12 déc.Saphir0
La mondialisation c'est avant tout le dollar comme monnaie de réserve et son extraterritorialité, je n'ai ni vu ni entendu Trump tenter d'y changer...
Pourquoi la théorie du réchauffement climatique doit nous faire rir...
20 nov.Louis L.1
Saoulez vous et fumez sans la moindre retenue car il est formellement prouvé que cela est sans incidence sur le taux de mortalité qui demeure obsti...
L'illusion de la gratuité
19 nov.zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19 nov.zelectron0
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W2
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX